Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Saint-Boniface, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2011-03-07 – Partie 2   Q&R

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, nous savons que nous allons vivre un événement important, n'est-ce pas? Là, on est en train, en ce moment même, de vivre l'illumination des consciences comme Dieu le veut, pas comme nous on pensait le vivre. L'être humain, comment peut-il comprendre ce que le Ciel a déjà tout accompli? Nous sommes dans l'accomplissement. Ce que nous sommes, nous le sommes pour Dieu et pas pour nous. Pourquoi nous sommes pour Dieu et pas pour nous? Parce que nous venons de Dieu. Nous avons tous été créés.

Quand Jésus est venu sur la terre, il nous a parlé de l'Église. Lorsque Jésus a dit qu'il était la Tête de l'Église, et vous mes membres, Jésus nous parlait de l'accomplissement. Nous sommes donc les membres de l'Église. Le Seigneur nous fait comprendre que tout ce que nous sommes, nous le sommes pour son Père. Nous avons à comprendre que Dieu est plus puissant que tout, que Dieu est l'accomplissement. Nous nous maintenons dans l'agir de Dieu lorsque nous sommes en l'Esprit de Dieu et non pas en l'esprit des hommes. L'homme ne peut comprendre que ce qu'il a devant lui; l'homme ne peut comprendre que ce qu'il peut prouver.

Saint Thomas d’Aquin a instruit l'Église, non pas avec ce qu'il était dans sa volonté, mais en l'Esprit de Dieu, car il était instruit par le Saint-Esprit. Il pénétrait la Connaissance, car c'est la Connaissance qui se faisait connaître à lui. Toutes ces années ont été, pour l'Église, fructueuses, mais à la fin de sa vie, il voulut rejeter du revers de la main tout ce qu'il avait donné à l'Église, parce qu'en un instant Dieu lui montra que cela était beaucoup plus grand.

Aujourd'hui, Dieu vient instruire ses tout petits enfants. Nous ne sommes pas des théologiens et Dieu ne vient pas instruire la théologie, Dieu vient instruire les petits de ce monde afin qu'ils puissent se réunir tous ensemble. Comment se fait-il qu'une personne parle et qu'elle puisse nourrir une autre personne par ses paroles, par ses pensées, par son écoute, par ses actions et ses sentiments? Parce que cet enfant ne s'appartient pas, il appartient à Dieu. Lorsqu'on appartient à Dieu, on donne à Dieu ce qui est à Dieu avec un oui. Ne prononcez pas votre oui et vous ne pouvez pas donner à Dieu ce qui lui appartient.

Dieu vient parler en notre cœur pour que nous puissions comprendre ce que nous sommes. Nous avons été dans la pensée de Dieu avant d'être en ce monde sur la terre. Jésus est la Chair Parfaite. Jésus est la Matière Parfaite. Dieu est le seul qui crée et lorsque Dieu veut ses créatures, il les crée, car il est éternel. Avant que nous soyons en ce monde, nous étions. Nous avons tous été créés en un instant. Nous avons tous été dans la Volonté de Dieu, la Divine Volonté. Passé, présent, futur étaient présents en Dieu, car Dieu est le Présent. Il a regardé chacun de nous et il a aimé chacun de nous. Ne pas croire que nous avons tous été créés en un instant, c'est ne pas croire que Jésus nous a tous sauvés en un instant. Dieu est notre Créateur et il a sauvé les enfants passés, présents et futurs en un instant.

Jésus me fait répéter ces paroles qu'il dicte en moi parce qu'il est Dieu. Qui peut comprendre la Rédemption? Personne. Qui peut comprendre l'accomplissement? Personne. Qui peut comprendre la création? Personne. Telle est la Volonté de Dieu d'instruire ses tout petits enfants et de maintenir les savants aveugles et sourds. Il vient de dire : «Maintenant, tu te tais.» 

* * * * * * * * *

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur nous rappelle que nous sommes ensemble et que c'est ensemble que nous allons vivre la très Grande Purification de la chair. Voilà pourquoi tantôt il a dit : «Ayez une seule pensée contre un seul de vos frères et de vos sœurs, cette pensée est contre moi, contre vous-mêmes et contre votre prochain. Je choisis mes enfants pour mon monde d'amour, car ils devront être à l'image de Celui qui s'est donné sur la Croix; à 'l'image de Celui' qui s'est donné sur la Croix : se donner pour ceux qu'on aime, afin que ceux qui vont venir après ces enfants choisis soient forts. Ils doivent avoir dans leur chair la perfection de la Rédemption.»

Comprenez-vous ce que le Seigneur vient de nous dire? Les enfants, les élus qui seront sur la terre, après le temps messianique, vers la fin, devront passer par une grande épreuve : l'amour de la Rédemption, car Satan sera déchaîné à nouveau et il viendra à nouveau les tenter, car ce sera le temps de la fin du monde.

Nous, nous vivons un autre temps. Nous sommes les choisis d'entre les choisis afin de préparer ces enfants, car tous ceux qui seront choisis sur la terre, pour demeurer sur la terre pour former un monde d'amour, seront ceux qui mettront au monde les enfants des enfants, des enfants, de cette génération. Ils devront vivre l'amour de la Rédemption.

Voilà pourquoi le Seigneur ne nous ménage pas. Le Seigneur ne veut pas des tièdes. Dieu va aussi sauver les tièdes, il l'a dit. Mais les tièdes ne seront pas choisis après le très grand mouvement de la purification de la terre. Ce sera la récompense pour tous ceux qui auront été forts : un amour inconditionnel pour leurs frères et leurs sœurs. Ceux-là seront les choisis. Si nous sommes de ceux-là, alléluia! Si nous ne sommes pas de ceux-là, alléluia! On va être au Ciel, dans le Royaume de Dieu! Alors, Seigneur, qu'est-ce que c'est que cette grande récompense de demeurer encore sur la terre, Seigneur? Il dit : «Mon éternité de vous être donnés pour les enfants de ma Gloire! Eux verront ma Gloire, car ils verront Celui qui descend sur la terre en Gloire.» Il dit : «Vous ne voulez donc pas participer à la victoire sur celui qui n'a pas voulu adorer le Fils de Dieu fait chair?» Voilà ce que le Seigneur nous prépare.

Il y en a qui vont être choisis pour demeurer encore sur la terre, bien que chacun de nous on va dire notre oui pour aller vers notre Père du Ciel. Mais on donnera notre oui pour ceux qui ont été choisis. On ne sait pas qui. Cela, ce n'est pas nos affaires. Rappelons que Pierre, lui, a été choisi pour être mis sur la croix, et Jean, lui, a été choisi pour demeurer encore un temps sur la terre. Comme Jean aurait aimé aussi, mais Dieu le voulait pour autre chose. Nous ne pouvons pas comprendre ce que nous allons vivre, même si nous l'entendons par la puissance du Saint-Esprit. Mais Dieu met des grâces en nous pour qu'on puisse être ensemble dans l'amour. Est-ce que vous avez compris ce que nous venons d'entendre?

R. Moi, je ne crois pas à la fin du monde, mais que le monde va continuer. Parce que quand on dit : "World without Him" dans nos prières, dans le Notre Père, on dit : "World without Him", alors, ce n’est pas la fin du monde. Mais si la tribulation, ce que tu parles, c'est qu'on va traverser la période bien difficile de la tribulation, c'est ça?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Mais le Seigneur vient de dire en même temps que tu parles : «Ma bien-aimée, tu la vis la tribulation.»

Q.  Est-ce que tu crois que c'est sept ans, le temps de la tribulation?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Si on comptait les années, on se mettrait à pleurer. Le temps de Dieu doit être un temps d'amour pour nous. Le temps de Dieu est un temps où il nous amène à la perfection. Personne ne connaît le temps. Lorsque le Seigneur nous parle de temps dans la Bible, lui, il le calcule selon nos oui; et il n'écoute pas seulement qu'un enfant, il écoute ses enfants qui sont inscrits dans le Livre de la Vie. Alors, les sept ans, c'est le temps de la perfection.

Voilà ce que Dieu nous dit lorsque vous entendez sept ans. Il sait le moment où nous, après un certain temps, nous serons prêts à passer à un autre temps. Si nous ne vivons pas dans ce que le Seigneur nous demande pour aller à un autre temps, eh bien, il va nous le faire vivre, lui, parce que Dieu sait ce qui est bon pour nous et il ne veut pas en perdre aucun. Sa pensée est éternelle. Lorsqu'il nous a créés, il savait tout, le Seigneur; lorsqu'il a voulu que nous prenions naissance sur la terre, il connaissait tout, le Seigneur.

Un jour que nous étions à Plantagenet, il nous a fait dessiner notre mesure. Pour commencer, il m'a fait dessiner un vase, et dans ce vase il y avait des certaines étapes. Le vase est tenu par Dieu. Le vase lui-même, c'est notre chair; à l'intérieur, c'est notre vie spirituelle. Dieu tient notre mesure : le vase est notre mesure. Alors, lorsque nous, nous venons prendre naissance sur la terre, nous sommes le vase entre les mains de Dieu. C'est Dieu qui tient notre vie et Dieu sait tout ce que contient le vase. Il connaît notre oui pour une telle pensée et là, nous, nous disons : "Seigneur, je prie pour que je sois guérie." Lui sait, le Seigneur, que dans vingt ans, nous aurons douté que nous sommes guéris.

Pendant tous ces vingt ans-là, le Seigneur a fait en sorte que nos cellules soient dans un mouvement de vie. Nous avons à peine dix ans et le Seigneur, lui, est en train de refaire ce qui est bon pour nous. Tout ce temps-là, ma mesure, elle, monte et monte et monte. Elle est liée à toutes les mesures. Il guérit untel, il guérit untel, ce qui fait que mes cellules se régénèrent. Mais voilà que je me décourage au bout de vingt ans : je n'atteins pas ma guérison. Pourquoi? Parce que Dieu savait que j'étais pour douter de ce qu'il faisait pour moi. Dieu sait tout, mais il continue à nous donner la vie, de nous maintenir en vie sur la terre, parce que Dieu connaît notre mesure.

Il sait qu'à quatre-vingt-douze ans, voilà que j'atteins ma guérison. Je deviens un enfant docile, j'ai confiance en lui, je sais qu'il va faire tout pour moi. La guérison que j'aurais pu avoir physiquement, elle est changée maintenant en une guérison spirituelle. J'en avais besoin pour croire en lui. Dieu connaît tout de nous. Il connaît notre vie. Chacun de nous, nous choisissons et cela fait des mesures d'amour, de confiance, d'abandon. Tout est là dans ce vase : notre mesure de vie, et c'est entre les mains de Dieu. Alors, lui, il sait! Lui, il a choisi! Il a choisi les choisis d'entre les choisis pour amener tel, tel, tel, tel enfant. Il connaît notre tête de cochon, tout comme il connaît notre cœur fidèle envers et contre tout pour ses lois d'amour. Il connaît tout notre Dieu, alors il nous utilise.

Nous vivons nos tribulations, mais plus nous avançons et plus nous recevons des forces. Notre mesure est là! Il sait, lui, que nous allons être capables de passer tel ou tel événement. Nous, on ne connaît pas, on ne sait pas quelle est notre mesure, on ne sait pas ce qui va se passer dans cinq ans d'ici, mais lui le sait. Il sait qu'on va quitter notre matériel, mais la mesure de chacun est différente. Mais cela nous sera demandé. Vous savez, affronter l'esprit de ce monde, c'est très difficile; mais c'est s'affronter qui est le plus difficile : 'Est-ce que je suis capable de choisir mon Dieu, mon prochain par amour pour moi en quittant tout?' Dieu, lui, le sait. Faisons-lui confiance. Nous là, on ne le sait pas ce soir. Non, on ne le sait pas, mais faisons confiance en Dieu.

Lorsque nous sommes arrivés à Marie Reine des Cœurs et que le Seigneur – on était plusieurs – le Seigneur, il dit : «Mes enfants, je vais vous poser une question. Pouvez-vous me donner votre oui en sachant que vous ne pourrez plus retourner chez vous, car là où vous êtes, il n'y a pas d'eau, mais là où vous étiez, tout est inondé, il n'y a plus moyen de retourner. Vous êtes maintenant ici avec moi?» Là, on a tous été comme saisis par la question du Seigneur, mais on a répondu sérieusement à notre Dieu, et tous, sans exception, nous avons dit oui. On n'avait pas nos enfants avec nous. Il y en a qui n'avaient pas leur mari avec elles, et nous en avons reparlé quelques jours plus tard.

Tout le monde était dans une paix. Cela nous a étonnés d'avoir vécu ce moment dans une paix. Cela nous a été donné. Ç’a été une nourriture pour nous; cela nous a montré que nous allons vivre les événements dans la paix. Personne n'a paniqué. On était là où Dieu le voulait, c'était tout. On vivait notre oui. On était dans la paix, dans la joie et dans l'amour. Rien ne nous manquait. Nous n'avons pas ressenti d'indifférence, oh non, nous avons senti la paix, la joie et l'amour. C'est ce qui nous habitait. On était environ neuf personnes et tous nous avons vécu cela comme ça.

C'est pour nous montrer ce que nous allons vivre. Ça, c'est notre Dieu. Dieu a déjà tout préparé, on n'a pas à s'inquiéter. Ce qui est important, c'est de comprendre que nous devons être dans notre refuge : refuge intérieur. Plus nous allons être dans notre refuge intérieur, plus nous allons nous détacher de tout ce qui nous entoure. Et c'est ça que le Seigneur est en train de faire avec nous. Il faut passer par là. Comment pouvons-nous penser que lorsque les événements vont arriver, passer cela avec ce que nous sommes là, mais comme on voulait les passer, cela aurait été paniquant. Le Seigneur est en train de nous préparer.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Avez-vous des questions à poser? Parce que vous en avez!

Q. Est-ce qu'on doit encore écouter les nouvelles?

Jésus : Alors, laisse-moi te poser une question, mon fils. Lorsque tu es devant des personnes qui parlent, qui parlent et qui parlent, sont-elles capables de te nourrir dans ta paix, dans ta joie et dans ton amour? (R : Non.) Alors, tu as la réponse.

Q. Qu'en est-il de prendre des vacances de luxe ou aller voir nos familles, des choses comme hors de l'ordinaire?

Jésus : Si ta famille demeure tout près de toi, pourquoi tu t'inquiètes? Lorsque tu visites ta famille, tu dois le faire avec amour, paix, joie; le voyage devient donc un mouvement utile qui nourrit les autres. Mais si tu vas vers ta famille et que tu ne ressens pas la paix, la joie et l'amour, alors, va vers Celui qui va te donner la paix, la joie et l'amour. Moi, je vais t'attendre, car je suis toujours dans mon Temple : dans le Tabernacle.

Les voyages de luxe, mes enfants, ne sont là que pour vous étourdir. Là où il y a du luxe, il n'y a pas de simplicité. Et si vous payez pour vous payer un voyage de simplicité, eh bien, mes enfants, vous perdez votre temps, car la simplicité, c'est gratuit. Demeurez enfants d'amour. Donnez-vous pour ceux que mon Père vous a donnés. Pourquoi s'inquiéter sur ce que vous ne connaissez pas? La famille appartient à Dieu, les enfants appartiennent à Dieu, les petits-enfants appartiennent à Dieu.

Il y a un voyage qui est essentiel, c'est celui qui vous amène dans votre refuge; là, vous y trouverez la paix, la joie et l'amour. Plus vous allez être abandon, plus vous allez être amour pour vous-mêmes. Il y a de l'amour à se donner, il y a de l'amour à donner tout à Dieu. Lorsque vous allez vers des personnes et que vous vous inquiétez, votre voyage est inutile, car vous amenez avec vous votre intérieur qui s'inquiète. Et lorsque vous arrivez au bout du voyage, ce que vous montrez, c'est ce qu'il y a en vous; et vous revenez encore du voyage avec ce que vous avez avec vous, et cela ne fait qu'augmenter.

Il y a de la paix à donner à Dieu, il y a de la joie à donner et il y a de l'amour à donner. Donner, c'est être en confiance envers Celui qui a tout pris. C'est Dieu qui nourrit, c'est Dieu qui soigne et c'est Dieu qui fait goûter à la liberté. La liberté est dans la Croix. Lorsqu'on goûte à la Croix, on goûte à ce que Dieu a mis en la Croix : sa Vie. Cessez de vous inquiéter pour vos enfants. Cessez de vous inquiéter pour vos petits-enfants, donnez-les-moi. Donnez-moi votre oui. Donnez-moi ceux que vous aimez, car moi, je suis le Sauveur, non vous. Soyez entre mes mains. Moi seul connais la mesure de tous mes enfants.

J'ai sauvé ce monde, mes enfants. Pourquoi tant d'inquiétude? Il y a tant de paix lorsque le oui est total. Soyez abandon et faites confiance en Dieu. Moi seul je peux tout, pas vous. Donnez et demeurez dans votre refuge intérieur. Une fois que votre refuge intérieur sera rempli de ma lumière, de mon amour, là, vous irez vers vos enfants et ils vous diront : "Maman, papa, je savais que vous priiez pour moi." Ils sortiront d'eux des paroles qui vous étonneront, car je suis la Nourriture.

Q. Parlant de refuges, on a entendu parler qu'il y a un refuge au Québec. On n'a pas entendu parler de ça ici. Est-ce que tu peux parler de ça?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il y a des refuges à Chertsey, mais il y a une Arche à Chertsey, ce n'est pas la même chose. C'est l'Arche. Ça, c'est différent.

Chacun de nous, nous devons être dans notre refuge intérieur. Ça, c'est le plus important. Dieu vous a aussi donné un refuge extérieur, mais pour qu'il soit un refuge, il faut qu'il soit nu : rien de l'esprit de ce monde. Alors, je viens d'entendre: «Faites vos tiroirs, mes enfants.» Maman Marie est là.

Tout objet qui est dans le refuge par l'esprit de ce monde vous attaquera. Satan s'en servira contre vous, car c'est lui le maître de l'esprit de ce monde. Il vous dira : "T'as une belle table, penses-tu que tu vas la garder avec toi? Vas-tu te défaire de ce cadeau qui vient de tes noces? C'est ton mari qui a mis cette table là où elle est; il va la chercher si tu t'en défais." Ça, c'est seulement qu'un exemple.

Tout objet qui ne sert pas, 'servir', qu'est-ce que c'est que servir? Je m'en sers pour m'habiller; je m'en sers pour me couvrir; je m'en sers pour manger; je m'en sers pour m'asseoir; je m'en sers pour monter et descendre; je m'en sers pour prendre soin de mes dents; je m'en sers pour me laver; je m'en sers pour prendre soin de ma chair au quotidien. Tout ce que vous entrez dans vos demeures et qui vous amène dans le passé vous empêche d'être au présent. Regarder un objet sur le mur capte l'attention, capte la pensée. Vous n'êtes donc plus au présent, vous êtes dans l'image : vous vous perdez.

Qu'allez-vous faire lorsque Dieu va vous dire : «Je t'appelle?» Vous n'entendrez pas ou vous allez douter. Vous allez dire : 'Je suis pas sûr, c'est-tu vrai ça, cette affaire-là? C'est-tu le moment? Je suis pas prêt encore.' Voilà ce qui va se passer. Dieu nous demande de vivre avec simplicité. Si vous avez deux objets qui vous servent, prenez le plus simple. Cela va vous aider à partir. Il est plus facile de quitter quelque chose qui est simple, on va le trouver ailleurs; mais lorsque l'objet est rare, pas sûr de le trouver ailleurs! Voilà qu'il faut se détacher de l'esprit de ce monde.

Q. J'ai à peu près cent différents souvenirs de tous mes voyages à travers le monde. Si Dieu me rappelait à lui ce soir, je serais prête à tout laisser derrière moi.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Eh bien, commence maintenant, avec l'aide de Maman Marie.

Q. Il y a de ces souvenirs qui viennent de différents pays, puis je ne suis pas sûre si je devrais les avoir dans ma maison. J'en ai déjà jeté aussi quelques-uns.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Voyez-vous? C'est ce qui se passe. On amène avec nous ce qui n'est pas toujours désirable. Le Seigneur nous a expliqué ce que fait un objet. Un objet a été fabriqué soit par une machine ou soit par un être humain. L'objet, qui a été formé, a été formé par quelqu'un qui avait des pensées. Alors, êtes-vous sûrs que lorsqu'il a formé cet objet, il avait de bonnes pensées? Maintenant, allons vers la machine. Le but de la machine est de fabriquer, fabriquer, fabriquer, dans le but de conserver le commerce : la consommation, car le but est de vendre; le but est l'achat et la vente, l'achat et la vente.

Maintenant, revenons à l'objet que l'on voit sur notre tablette, sur notre mur, dans notre tiroir. Lorsque l'objet devient utile, il s'use, ça s'use l'objet. Qu'est-ce qui devient le plus important? Ce qui est dans le néant ou ce qui est dans la vie? C'est ma vie. Je suis dans mon mouvement : j'utilise, je mange avec, je lave, elle me donne ce que j'ai besoin, je m'en sers pour faire du bien. Voilà la vie. Maintenant, prenons un objet qui, lui, est un souvenir : je regarde, c'est lui qui m'attire; j'époussette, c'est lui qui me maintient; je m'attache, c'est lui qui me lie; je lui donne ce que lui ne me donne pas : il devient donc plus important que moi. Il est donc une idole, car le pouvoir se fait entre l'objet inerte, les ténèbres, avec la vie. Les ténèbres me maintiennent.

Voilà ce que nous avons dans nos maisons. Et nos tablettes sont pleines, nos garde-robes sont pleins, nos garages sont pleins, nos 'sheds' sont pleines; et allez voir dans vos greniers ou dans vos caves! Et on se plaint qu'il y a le cancer, qu'il y a le diabète, on se plaint qu'on est sourd, on se plaint qu'il y a des maladies telles comme la sclérose en plaques, et on peut en énumérer, énumérer, énumérer. On vit nos conséquences.

Souvenons-nous de notre Bible, l'Ancien Testament. La tribu de Juda combattait les enfants qui étaient contre Dieu et Dieu les maintenait dans la victoire, mais lorsqu'il y avait quelqu'un qui mourait, là, ils allaient prier et Dieu leur disait : «Va voir, il a dans sa poche, il a sur lui des objets qui sont contre moi» et le premier de tous allait voir et il trouvait des idoles qu'il avait prises et cachées, camouflées, et il vivait la conséquence. Alors, ne nous étonnons pas de ce qui nous entoure, nous en vivons les conséquences.

Dieu parle pour notre bien, pas pour nous enlever ce qu'on aime. On aime ce qui est le bien et on n'aime pas ce qui est le mal. On est engourdis, on est aveugles, on est sourds, alors Dieu vient nous guérir. Voilà pourquoi Maman Marie va nous donner des grâces et ce sera plus facile. N'allez pas donner ça à vos enfants! Prenez un marteau, un tapis, et maintenant, vous savez quoi faire avec.

Q. Qu'est-ce qui en est pour nos objets religieux : des livres, des disques, des croix, des statues et tout ça.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Gardez-les.

Q. Qu'est-ce qui en est pour les reliques des saints?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, oui, gardez-les. Ce sont des grâces. Savez-vous ce que le Seigneur nous a dit? «Divine Volonté, que toutes les puissances se réunissent pour contrecarrer les puissances de l'enfer.» Quand vous aurez l'occasion, et Dieu va nous les donner ces occasions, avec ces objets on instruira. Dieu a préparé.

Q. Des fois, on est sollicité par toutes sortes d'œuvres de bienfaisance là, on nous demande de donner ici et là. On se demande comment discerner, comment savoir à qui donner et combien on doit donner?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Assurons-nous que ceux qui viennent nous demander de l'aide aillent vers les pauvres. Vous savez ce qui s'est passé pour Haïti : on retient des millions. L'organisme dans lequel, nous, nous nous sommes donnés, c'est un orphelinat en Haïti; ils n'ont aucune aide venant de l'extérieur. On envoyait de l'argent et cet argent se rendait là-bas, en lieu sûr. Mais le gouvernement en donnait aussi la même quantité, mais ils ont enlevé cela maintenant, parce qu'ils veulent avoir le contrôle de prendre les décisions eux-mêmes sur tel organisme : untel va en avoir, non pour un autre. Alors, ils viennent de couper beaucoup pour Haïti.

Lorsqu'on fait ça, c'est qu'il n'y a pas de cœur. On s'attaque à des enfants, des petits enfants qui n'ont rien à manger, rien. Sur qui compter? Nous envoyons des petits montants comme on peut, mais on est sûr, au moins, qu'ils ont à manger pour quelque temps. On n'arrête pas de donner pour ça, mais on fait attention.

Q. Il est écrit dans la Bible qu'une femme doit se garder belle pour son mari. Qu'est-ce qu'une femme doit faire si son mari veut qu'elle se maquille, qu'elle porte des bijoux, qu'elle se teigne les cheveux?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il va empêcher la femme d'être belle. Sa beauté est dans son regard, sa beauté est dans la douceur de ses cheveux. Les enfants de Dieu doivent apprendre à reconnaître la création de Dieu. Dieu aurait-il mis du rouge à lèvres à la rose? Dieu aurait-il coiffé son maïs avec du laque? Que ferons-nous tantôt? Il n'y aura plus de cela. Nous nous regarderons et nous verrons qui nous sommes.

Q. En attendant?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Priez Maman Marie. Beaucoup ont quitté bien des choses, renoncé, mais il y en a encore qui ne sont pas prêtes à regarder leurs cheveux gris. Mais Maman Marie est en train de travailler, mais il faut le demander. L'une de mes sœurs a demandé cette grâce et elle l'a reçue; et aujourd'hui, elle est très contente. Oui, il faut le faire.

Le Seigneur nous montre aussi des belles choses à travers tout ça. Il nous montre à faire notre propre savon, notre propre 'lypsyl' parce que nous avons aussi des lèvres qui craquent et cela est fait par nous-mêmes. Et en voilà un (elle montre le sien). Ça ne vient pas de la pharmacie.

Q. Qu'est-ce qu'il y a dedans?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ah! C'est pas mal effacé là! Le germe de blé, il y a de la vitamine E, des huiles essentielles. C'est que Dieu nous a tous donné des talents et il a dit : «Je les multiplierai selon ce que vous donnez. Vous ne demanderez rien, vous donnerez.» Alors, on s'entraide. Certains savent comment faire ces produits et elles le montrent gratuitement dans le but que d'autres montrent eux aussi.

Moi, je suis arrivée avec ma pâte à dents, et ma pâte à dents c'est Maryse qui l'a faite parce qu'elle sait que je n'ai pas le temps; mais elle a dit : "Inquiète-toi pas, tout est là : pâte à dents, savon, shampooing". Tout est fait parce que Dieu le veut. Mes gants ont été faits avec de la laine, certains bas que j'ai eus avec de la laine qu'une grand-maman fait et que nous allons apprendre.

Durant les vacances, nous avons eu une personne entourée de jeunes de seize ans, de vingt ans qui apprenaient à tricoter! On avait quelques garçons autour de nous, là! On a appris à faire notre pain. On en a jeté un peu parce que c'était… même un couteau ne passait pas à travers. Dieu nous disait quand on le faisait : «Ayez les mains d'un ange.» Le pain était moins lourd. Et c'est Dieu qui nous amène à vivre ça. Nous avons aussi appris comment passer à travers de la grippe H1N1 là avec des plantes. Cet été, là-bas, au refuge, on va dehors, puis on va chercher des herbes pour nos tisanes.

On apprend ensemble. On s'entraide et c'est une grande joie. On se donne beaucoup d'amour à travers ça, puis on est rempli de paix. On ne s'inquiète pas. Le Seigneur, lui, il sait comment, il sait comment, lui, nous allons vivre. Alléluia! Il nous apprend aussi à ne pas trop utiliser l'eau, comment laver notre vaisselle sans gaspillage. Aussi, les toilettes… quand on en a une! On apprend aussi les jardins; il veut qu'on apprenne à jardiner. Alors ça, c'est beaucoup d'entraide. Un donne à un, l'autre donne, c'est un échange et c'est commencé. Alors, le Seigneur, il dit : «Faites de même dès maintenant.»   

Q. Ceux d'entre nous, plusieurs d'entre nous, on a des bonnes haches, des bons outils de jardin, est-ce qu'on doit les garder? Est-ce qu'on va les amener avec nous?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Pour le moment, utilisez-les. C'est ça qu'il faut faire. Lorsque le moment sera venu, le grand exode, là, vous n'aurez pas le temps. Vous saurez quand.

Le Seigneur, il dit : «La terre tremblera et vous marcherez, car je solidifierai vos pieds. Il y aura un grand froid et je vous réchaufferai. Votre regard sera un regard qui passera à travers de la noirceur.» – non pas seulement les ténèbres, on parle de noirceur – Nous aurons l'esprit clair, nous aurons un cœur d'amour et cela aidera beaucoup ceux que nous rencontrerons qui, eux autres, aussi vivront ce qu'on vivra. Le Seigneur, il a dit, l'autre jour, hein? «Vous êtes venus ici pour des intérêts, des besoins. Je vous ramènerai pour l'amour.» Alors, on n'a pas à s'inquiéter.

Q. Dans la Bible, il est écrit que deux seront aux champs, l'un sera enlevé, l'autre restera; deux seront au lit, un sera enlevé et l'autre restera. Est-ce qu'on peut comprendre dans cela qu'on va tous être enlevés?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur m'a montré. J'ai vu, au moment de la communion, des personnes qui étaient pures. Mes yeux pouvaient voir leur pureté. Elles avaient un visage, un visage tout doux, rempli de paix. Il n'y avait aucune inquiétude dans leur visage. Là, je les ai vues, elles se sont soulevées de terre, elles ont monté, elles ont monté avec leur chair. C'est ce que le Seigneur m'a montré. Voilà pourquoi il a dit comme ça : «Tous voudront venir vers le Royaume de mon Père, mais je choisirai ceux qui resteront.» Nous, on lit la Bible, mais on ne la comprend pas, là.

Q. Est-ce que ça, c'est avant la Tribulation?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu ne donne pas ce temps, car cela servirait Satan. Il dit qu'à cause de notre volonté humaine, Satan s'en servirait contre nous. Voilà pourquoi Dieu dit : «Soyez obéissants et abandon. Moi seul sais ce qui est bon pour vous.»

Pensons à ceux qui attendaient ce grand événement vers l'an 2000. Eux avaient calculé le temps et comme ce n'est pas arrivé comme eux pensaient, ils ont viré de bord. Ils ne croient plus du tout, ils ne se préparent plus. Qui a fait ça? Ce sont les tentateurs. Il faut croire en ce que nous vivons. Faisons-le jusqu'au bout, jusqu'au bout.

Q. Est-ce qu'il faut laisser allonger nos cheveux?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Pas nécessairement, mais non. On amènera nos ciseaux ou bien, là-bas, il y en aura des ciseaux.

Q. Comment est-ce qu'on peut faire pour améliorer nos chances d'écouter, d'entendre la voix du Seigneur quand on est en train de méditer, et comment fait-on pour discerner si c'est vraiment la voix du Seigneur qu'on entend?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsqu'on entre à l'intérieur de soi, c'est Dieu qui nous met en sa Présence, ce n'est pas nous. Lorsqu'on demande des grâces à Maman Marie, elle nous donne des grâces d'abandon et d'obéissance à Dieu. On doit comprendre que tout doit venir que de Dieu; ainsi, Satan ne nous trompera pas. Lorsqu'il y a de la volonté humaine, Satan passe.

Il faut demeurer dans sa paix, dans sa joie et dans son amour. Lorsque cela est de Dieu, c'est comme une brise, c'est tout doux et cela dure, mais lorsque cela vient de la volonté humaine, c'est accompagné d'émotions, car Satan sait se servir de ce qu'il y a en nous. Il nous amène à l'épuisement, il nous amène à quitter la religion, car on commence à douter de la pureté de Marie, à douter des sacrements, à douter des dix commandements de Dieu. Cela peut nous amener à l'épuisement. La prière, la prière, la prière! Dieu est douceur, Dieu est notre repos.

Tout passe par les grâces. Tout doit être devant Dieu et devant la Vierge Marie. Ne jamais quitter notre Maman du Ciel, et de s'assurer que c'est bien l'Immaculée Conception. Voilà que Dieu nous donne des grâces, des grâces de lumière lorsqu'on est humbles. Toujours passer Dieu avant soi-même. Il n'y a que Dieu qui puisse nous amener à entrer en nous. C'est lui la Divine Volonté. Nous, nous avons quitté cela par notre non et la volonté humaine n'a aucun pouvoir si ce n'est que de dire oui à Dieu, et Dieu fait tout. Amen.

Q. Quand on doit se débarrasser de tous nos objets, nos souvenirs de voyage, est-ce qu'on doit brûler ça, les mettre à la poubelle ou envoyer ça, par exemple, dans un centre d'entraide?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Les objets doivent servir au quotidien. Nous avons tous besoin de nous servir de ce que Dieu nous donne, mais nous n'avons pas besoin de ce que l'esprit de ce monde veut nous donner. Alors, lorsqu'on donne à des personnes qui sont dans le besoin, on donne ce qui vient de Dieu, que de Dieu.

J'avais deux sets de vaisselle. Il y en avait un qui était très joli, avec un tour en or. Je l'ai donné à ma nièce qui a trois garçons et elle s'en sert. Dans un an, elle ne pourra peut-être pas compter toutes les assiettes, mais ce n'est pas grave, elle s'en sert. Et je me suis informée si vraiment elle devait s'en servir, et elle a dit oui, parce qu'elle n'est pas attachée à ces choses-là; mais je ne l'aurais pas donné si elle en avait eu un. Je ne l'aurais pas donné au complet à des lieux, nous on appelle ça Le Partage, mais vous autres, je ne sais pas là.

Nicole : Comme l'Armée du Salut?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, des choses comme ça. Je me serais arrangée pour donner un certain morceau à un et à l'autre, pour ne pas qu'ils soient orgueilleux de l'avoir au complet. Faut toujours donner ça à Dieu et lorsque vous magasinez, faites la même chose : "Maman, c'est toi qui magasines." Vous allez voir que vous allez sortir souvent les mains vides!

Je vais vous dire. Une personne fait régulièrement cela depuis plusieurs années. Maintenant, elle magasine avec Marie. Elle l'a fait avant, mais là, Marie est là, parce que lorsqu'elle touche un objet inutile et qu'elle touche à des objets utiles, comme les ventes, là, puis elle va vers les produits à bon marché, elle a une odeur de rose et c'est régulier. Puis lorsqu'elle revient à la maison, on lui dit : 'L'as-tu demandé à Maman?' "Ah! J'ai oublié!" 'Bien, va lui demander!' Il faut le faire. Elle est vraiment là, Maman Marie. C'est ça, la confiance.

Q. Ça veut dire que tout ce qui est tableaux, livres, vases en trop, on doit les mettre à la poubelle?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Pas à la poubelle! En dessous d'un tapis et d'un marteau! Mais c'est sûr que nos enfants vont commencer à s'épouvanter. "Hé! Tu écoutes ça, cette folle-là, là?" Eh bien, moi, je connais une personne qui a été menacée d'être placée. Alors, elle a prié et voici qu'elle a eu une idée, parce que ça commençait à prendre de l'ampleur face à ses enfants. Elle a enlevé ce qu'il y avait dans ses tableaux puis elle a mis des photos de son mariage, et là, ça calmé.

Faites bien attention à vos bibelots. Jetez-les les elfes, les faux anges. On pense que c'est des anges. Ce ne sont pas des anges, ce sont des petites déesses, des elfes; attention, il se peut que ce soit un petit bonhomme ou une petite bonne femme, mais ce n'est pas de Dieu. Achèteriez-vous une Vierge, une statue de la Sainte Vierge, alors qu'on voit ses formes, on voit une position qui est vraiment…, hein? Tu sais, une robe là, une robe de bal, là. Vous ne le feriez pas, n'est-ce pas?

Q. Qu'est-ce qu'il en est des chevaux qui ont la corne dans la tête?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Mais pour revenir à Maman Marie, alors imaginez-vous maintenant. Elle est la Reine des anges. Croyez-vous qu'elle aimerait qu'un de ses anges soit habillé ainsi? Ça va vous donner une aide pour comprendre la différence. C'est le modèle.

Q. Tu sembles dire qu'il y a des faux anges, qu'il y a des vrais anges. C'est quoi la différence?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On dit 'ange de la joie' : on l'achète. Oui, c'est une mode aujourd'hui, hein? Faisons attention! La joie, elle vient de Dieu, pas des anges. Ils ont le reflet de Dieu sur eux; alors, si on veut de la joie, on va vers Celui qui est la joie. Les anges sont là pour adorer Dieu, servir Dieu, contempler Dieu. Ils nous protègent. On les a à côté de nous, on n'a pas besoin de les avoir sur une tablette. Arrêtons de consommer.

Q. Et qu'est-ce qui en est pour le cheval avec la corne dans la tête?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ok. Bien, là, je ne me rappelle pas que le Seigneur a créé des chevaux avec une corne! Je n'en ai jamais vu, à moins qu'ils soient handicapés!

Q. Qu'est-ce qui en est pour les plantes dans nos maisons? Celles qui sont fausses, en plastique (rires de la salle).

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Tu  as ta réponse!

Nicole : Ça n’a pas l'air clair...

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C'est artificiel. Dieu n'a pas créé ça. Il a créé la vie.

Q. C'est bien d'avoir des vraies?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Bien oui, mais n'abusons pas. Si on ne voit rien à part… Il y a tellement de personnes qui mettent des plantes, des plantes et des plantes! Alors, qu'elles remplacent les plantes décoratives par des plantes…. Oui, mais il y a des plantes aussi qui nous amènent à mieux respirer dans la maison. Toutes des choses comme ça qui est bonnes.

Q. Et le vinyle? C'est la même chose, c'est du 'fake'.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le vinyle, à l'extérieur?

Q. Les manteaux en vinyle…

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ah, le Seigneur saura bien un jour changer ça pour de la laine! En attendant, servons-nous du vinyle!

Q. Et les fleurs artificielles?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C'est la même chose. Soyons simples. C'est tout l'esprit de ce monde.

Q. Qu'est qu'on fait si on a des assiettes supplémentaires, mais on les garde pour quand on a plus d'invités à Noël quand la famille vient?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On fait une rotation. Tu es sûre de te servir tout le temps de tes assiettes. On fait une rotation, ça veut dire que tu prends l'assiette du dessus, tu la mets en dessous; tu es sûre de te servir de toutes tes assiettes.

Q. Quand on va avoir fini de vivre la Grande Purification de la chair, il n'y aura plus de ténèbres en nous, seulement la lumière. Le Seigneur va nous appeler à tout quitter, mais est-ce qu'on peut espérer qu'on va vivre dans un corps en santé et qu'on va être heureux?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur nous invite déjà à tout quitter. Lorsque la Grande, très Grande Purification sera terminée, c'est que tous les enfants qui portent un oui l'auront prononcé. Il y aura des guérisons, des guérisons totales; il y aura un mouvement qui se fera de oui en oui, de oui en oui. Le Seigneur ne veut pas qu'on sorte de notre purification sans se reconnaître. Pensez à vos petits-enfants qui voient leur grand-père de quatre-vingts ans qui a trente ans! On a compris, hein? Cela se fera, cela se fera.

Q. Dans la Terre Nouvelle, est-ce que les hommes vont retourner à l'âge de trente-trois ans et les femmes à l'âge de seize ans?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il ne m’a pas dit d'âge, mais il y aura… les cellules vont se régénérer. Des cellules mortes vont ressusciter. Il n'y aura plus de courbatures, il n'y aura plus de plis, il n'y aura que de l'amour.

Q. Est-ce que c'est vrai que les femmes vont avoir d'autres enfants encore quand leurs cellules vont avoir été régénérées?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On les veut nos seize ans ou on ne les veut pas? C'est oui!

Q. Et sans douleur?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Sans douleur. S'il vous plaît! Lorsque nous allons être hommes, femmes, choisis par Dieu pour mettre au monde ses enfants, nous ne les ferons pas comme des robots, mais non, nous sommes humains. Nous avons une chair et la chair se rencontrera, s'aimera. Cela sera fait devant Dieu, pour Dieu. Il n'y a pas de ces pensées en Dieu, il n'y a que de la pureté, et ce sera en nous.

Q. Ai-je bien entendu tout à l'heure que les gens qui vont aller dans la Nouvelle Ère, certains vont vivre jusqu'au retour du Christ à la fin du monde?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur n'a pas parlé ainsi. Le Seigneur, c'est son choix, et tout est dans la mesure. Une mesure sera maintenant parfaite dans le but de mettre au monde les enfants de la Gloire. Ça veut dire : ils vont vivre pour voir la Gloire du Seigneur. C'est leur épreuve. À savoir si nous, nous serons là, bien moi, je vais prier le Seigneur, j'espère que je vais y aller avant voir ta Gloire. Personne ne peut le savoir.

Q. Comment pouvons-nous réconcilier les schismes entre les différentes Églises chrétiennes. Ce n'est pas à nous de juger quelqu'un. Est-ce que cela se fait par nos oui?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dans nos dernières rencontres que nous avons eues dans les réserves, Dieu en a parlé. Nous avons vu comment Satan s'est servi de notre non, qui est venu en nous par notre choix, détruisant, divisant les enfants de Dieu. Et Dieu nous a aussi montré comment utiliser notre oui. Plus nous allons utiliser notre oui, qui est une puissance, plus le non va rapetisser. Et là, les souffrances dans les enfants de Dieu vont diminuer et l'Église sera 'une'. Une Église : Jésus, Dieu. Ce qui est impossible à nous, pour Dieu, ce n'est pas impossible.

Tout est accompli. On n'a qu'à s'accomplir. Utilisons notre droit d'enfant de Dieu, c'est une arme d'amour. On n'attaque aucun enfant de Dieu en faisant ces paroles, mais on attaque les tentateurs. Dieu a dit lui-même de prier pour nos ennemis, parce que Dieu savait qu'on n'avait pas d'ennemis, mais UN ennemi : Satan. Un jour, on se regardera et on saura, on saura qu'il n'y a qu'UN amour, et cet amour fera de nous des enfants unis pour l'éternité. Vivons de cette espérance.

Q. Les personnes qui vont être laissées derrière, est-ce qu'elles vont pouvoir avoir des contacts avec les personnes qui sont déjà mortes?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Qu'est-ce que tu veux dire 'derrière'? Est-ce que tu parles des choisis d'entre les choisis?

Q. C'est qu'il y en a qui vont être enlevés et d'autres qui vont être restés pour vivre dans la Terre d'amour.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Toujours les choisis d'entre les choisis, ok? S'il va y avoir contact entre les deux? (R : Oui.)

Ce que Dieu a uni, il l'unit pour l'éternité. Ce que nos yeux ne voient pas aujourd'hui, c'est à cause de la volonté humaine. Dans la Divine Volonté, nous allons être en communication avec Dieu.

Je vis depuis 2001 dans la Divine Volonté. Savez-vous ce que c'est que d'être toujours avec Dieu? Aujourd'hui, j'ai pris l'avion, un petit avion là. Il faut se pencher quand on rentre là, puis il ne faut pas se lever debout. Alors là, Jésus a dit : «Ferme les yeux, je vais t'amener là où toi tu n'es pas capable d'aller.» Tout le long du voyage, Jésus m'a parlé; tout le long, j'étais avec lui. Est-ce que j'ai dormi? J'étais avec lui, j'étais complètement partie. J'étais dans un monde d'amour.

Bien, c'est comme ça qu'on va vivre. Et lorsque Dieu voudra, nous serons en communication avec tous les saints, tous les saints, car il n'y aura que des saints.

Q. Est-ce qu'il est important pour moi de croire que je vais avoir d'autres enfants?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Abandon, obéissance. Ce que le Seigneur voudra faire avec toi, ça ne te regardera pas. Ce qui est important lorsque (j'ai dit): "Je perds mes cheveux, Seigneur" et que le Seigneur m'a dit : «Est-ce que tu me les donnes?» J'ai dit : "Oui, Seigneur." Alors, je savais que le Seigneur était pour prendre soin de moi. Je lui ai donné mon oui.

Lorsqu'il nous a demandé notre oui, aux personnes qui étaient là-bas à Chertsey, puis qu'il nous a dit que tout était entouré d'eau, on a donné notre oui. Mais c'est ça que Dieu veut de nous : un oui inconditionnel, prêt à tout pour Dieu. Il faut le faire. Le reste, ça appartient à Dieu. Mais c'est ça qui est important : de donner notre oui. Et il est en train de nous le montrer : être prêt à tout.

Q. Est-ce qu'on peut espérer que la Russie va être consacrée au Cœur Immaculé de Marie?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Mais ça s'en vient! Tu veux conter ce qui s'est passé en Russie en deux mille… En quelle année nous avons été en France? 2008? Et les journaux en parlaient, mais ici, ils n'en ont pas parlé.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dans un village, il y a eu un embouteillage. La raison de cet embouteillage, c'est que les gens s'arrêtaient pour regarder le ciel. Ils voyaient une main qui écrivait, et la main disait : 'Je viens, je viens pour séparer le bon grain du mauvais grain.' Ses paroles exactes, je m'en rappelle plus, mais c'est ce que la main écrivait. Et la main a écrit et cela a duré plus d'une demi-heure.

Salle : C'était dans les journaux. Moi, j'ai vu sur internet. Cela arrive dans bien des pays.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C'est en Russie! Mais c'est très, très, très important de faire ce qu'on a à faire aujourd'hui.

Q. Est-ce qu'en 1984, Lucie de Fatima n'a-t-elle pas déclaré que la Sainte Vierge avait accepté la consécration de la Russie, que le Pape avait envoyé quelqu'un en Russie, et puis que la Sainte Vierge avait accepté que la Russie fût consacrée à son Cœur Immaculé? C'est ce que j'ai lu. Sœur Lucie avait dit que la Sainte Vierge avait confirmé la consécration de la Russie… Elle a dit que c'était confirmé et c'était écrit dans son livre. 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Par notre Saint-Père le Pape, Jean Paul II. Oui, cela est vrai. On peut confirmer, mais combien peuvent le vivre? Voilà pourquoi les prières sont importantes. Il faut que les oui voyagent, il faut que les oui réparent, il faut que les oui nourrissent, il faut que les oui soient prononcés, il faut que cette nourriture fasse le tour de la terre.

Nous avons, le 1er mai, été à Marie Reine des Cœurs. Cette journée était une journée que pour Marie. Alors, Maman Marie nous a demandé de mettre notre main sur notre cœur et de lui donner notre cœur en prenant tous les cœurs de nos frères et de nos sœurs du monde entier, et d'aller déposer cela sur son Cœur. Il y avait plusieurs personnes et tous nous avons accepté.

La Vierge Marie nous avait promis quelque chose. Alors, lorsque nous avons monté la montagne, nous l'avons fait en priant, et elle nous a dit qu'elle était contente de nous, que nous étions pour avoir un ange pour ce qui vient et elle nous a demandé de s'associer à tous ceux qui étaient pour prier pendant le mois de Marie. Alors, on a prié tous ensemble. Lorsque nous avons descendu de la montagne, on se serait cru à Medjugorje. On chantait, on priait Marie; on était plusieurs, une grande, grande filée.

Voici qu'on reçoit le nom de l'ange : Amour. C'est un ange d'une très grande puissance et c'est un ange de force, parce que dans l'amour il y a la force. Il est très puissant. Et Marie, elle a dit : «Je donne… - parce qu'elle est la Reine des anges – je donne à tous, tous mes enfants l'Ange de l'amour à tous ceux qui accepteront de donner son cœur qui est rempli des cœurs de tous les enfants de Dieu, à Marie, et tous ceux qui vont accepter le manteau fait des cœurs de Marie. Nous avons donné notre cœur à Marie. Nous avons consenti et nous avons reçu ce manteau par un prêtre.

Lorsque nous avons été au Venezuela, c'était tellement beau! Partout où on allait, les gens disaient oui. Ils recevaient le manteau. L'abbé Forest est au courant. Alors, vous irez voir l'abbé Forest! Il va le déposer sur vos épaules en disant : "Je dépose ce manteau fait des cœurs de tous les enfants de Dieu, et il est entre les mains de Marie et elle le dépose sur vos épaules. C'est elle, la Mère, qui le dépose sur tes épaules."

Plusieurs années, plusieurs années, c'est au moment de l'Offertoire et non pas à la consécration, au moment de l'Offertoire, le Seigneur me demande toujours : «Avance.» Et là, il me demande ma vie. Soit qu'il dépose dans mes mains des souffrances…, j'avance. C'est jamais pareil; à toutes les fois, c'est jamais pareil, ça dépend de ce qu'il me demande. Mais ce qui était toujours, c'est que je me retrouvais toujours à deux ans, trois ans là; c'est la petite fille habillée en blanc, pas en blanc, c'est peut-être…

Nicole : Un blanc cassé?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Oui, quelque chose comme ça, c'est jusqu'à terre là. Alors, j'allais trouver Maman Marie qui était, elle, assise en train de travailler, à faire… ce n'était pas de la couture, mais lorsque j'arrivais, je m'assoyais sur un petit banc, juste au côté de Marie, puis elle déposait quelque chose dans mes mains, puis je tenais ça, puis elle, elle travaillait. Juste avant que l'événement arrive, qu'on reçoive le manteau, je voyais que ce qui se déposait dans mes mains était moins gros.

Là, elle m'a dit : «C'est bientôt terminé, ma fille.» Et après, une semaine plus tard, voici qu'elle dit : «J'ai terminé». Et elle a déposé quelque chose sur mes épaules et c'est là qu'elle a dit qu'elle s'était tenue au pied de la Croix et que lorsque son Fils est parti au Ciel, elle s'est tenue dans notre cœur, tout près de notre cœur. Elle disait : «Je n'ai jamais quitté la place que je m'étais mise en vous. Je connais votre cœur. J'ai connu toutes les fois qu'il s'est durci contre mon Fils, toutes les fois que vous avez douté de mon Fils, toutes les fois que vous avez quitté votre place auprès de mon Fils pour aller dans l'esprit de ce monde.» Elle disait tout cela. Elle énumérait tout, tout, tout, tout, tout. Elle disait : «Moi, je priais la Trinité pour que vous obteniez des grâces. Ce manteau est fait de tous les cœurs des enfants de Dieu, car j'ai réparé avec les grâces.»

Ce manteau est fait des mains de Marie. Il est très puissant. C'est Maman Marie qui a travaillé nos cœurs; elle les a réparés, elle est à réparer en priant, en priant. Elle recevait des grâces puis elle nous réparait ça : nos cœurs; elle a tout rassemblé les cœurs. Il fallait bien qu'on consacre nos cœurs au Cœur Immaculé de Marie pour qu'elle les prenne tous là, qu'elle les rassemble. Maintenant, c'est à nous d'aller recevoir ce manteau, mais il comporte quelque chose. Elle nous demande : «Êtes-vous prêts à vous laisser purifier totalement en passant tous les cœurs avant vous?» C'est-à-dire tous les enfants de Dieu avant nous.

Voilà pour ce que la Sainte Vierge nous demande. Mais Maman Marie, elle nous donne un ange pour ça : l'Ange de l'amour. Il va se tenir auprès de nous, parce que lorsqu'arrivera le grand moment de la Grande Purification de la chair, il va en falloir des forces, car nous devrons accepter de porter la croix, nous devrons accepter de porter la couronne; nous devrons accepter de sentir les coups de fouet; nous devrons accepter les clous dans nos mains, dans les pieds, et la lance, pour que nous puissions sentir ce oui. Mais ce n'est pas tout à fait comme la Passion du Christ, il y a une Passion.

Nous, nous aurons l'Ange de la force. Nous sentirons les attaques de Satan qu'il fait sur nos frères et nos sœurs, et nous les soutiendrons. Au lieu que ce soit eux qui ressentent l'affront qu'on a fait à notre Dieu en lui mettant la couronne : tous les abus, toutes les pensées, bien, nous les accepterons comme si c'était nous qui les avions faits, avec les grâces de Marie et la force de l'Ange. C'est ce que Marie nous demande. Et nous avons tous accepté, et on le fait avec beaucoup de joie.

En ce moment même, il y a des personnes qui entendent des blasphèmes au moment de la communion et pourtant elles n'ont jamais, jamais blasphémé. C'est parce qu'elles soutiennent les autres. Quelquefois, c'est tellement lourd ce que l'on fait pour le prochain! Quelquefois, on dit : "Passe-le à d'autres, Seigneur, passe-le à d'autres", parce qu'on le sent dans la chair. On est fatigué, on ne dort pas quelquefois : "Je te donne causes, choix, conséquences. Je refuse. Merci, Jésus, de l'envoyer au pied de la Croix." Des fois, ça dure, ça dure et ça dure.

Le lendemain, après une journée d'ouvrage, on n'est pas toujours prêt à sourire! Mais voilà qu'il y a quelqu'un qui dit : "Pour Jésus!" Aïe, là, la joie monte! "Ah! non, non, je ne te passe pas mes grâces, je les garde pour moi! Je vais les partager avec toi, mais j'en veux, j'en veux, j'en veux!" C'est une compétition d'amour. Il y a toujours quelqu'un qui nous rappelle : "Attention, on est les derniers là!" Et là, on se rappelle de ce qu'on a fait. C'est ce qu'on vit, c'est ce que vous vivez.

C'est important de faire ce geste parce qu'au moment qu'il le fallait, devant tout le monde on donnait notre cœur, puis on allait faire le geste. Maman Marie, elle a dit comme ça : «Vous êtes prêts à faire du yoga et vous n'êtes pas capables de faire des gestes pour votre Dieu, pour votre Maman!» Et là, on a réalisé, hein, que c'était déplacé la gêne qu'on ressentait de faire ces gestes-là devant les autres. On le faisait pour Marie. On l'a fait.

C'est ce qui se passe à cet instant et on va continuer ensemble. Et ne vous inquiétez pas, lorsque le moment sera venu, oh, que vous allez le savoir! Parce que, lorsque le moment sera venu, ça va bouger partout sur la terre. Oui, ça nous prendra beaucoup, beaucoup de force et le Ciel est là pour nous aider.

Q. Est-ce qu'on devrait avoir de la nourriture mise de côté comme la nourriture sèche?

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Eh bien, Seigneur, tu es mieux de la multiplier, parce que je me demande comment vous allez emmener ça là-bas, dans l'Arche de Marie! Mais ici, vous savez, il y a quand même des événements qu'il faut qui arrive. Si le Seigneur vous dit dans votre cœur de ramasser de la nourriture, faites-le. C'est de l'obéissance. Mais ne prenez pas peur. Si vous avez une once de peur, vous n'êtes pas dans votre refuge. Attendez que le Seigneur le mette dans votre cœur. Ne devancez pas Dieu. Dieu va le faire et si on n'écoute pas, il va répéter, ah oui!

Q. Tu as parlé des refuges, mais l'Arche, je n'ai pas bien compris la différence.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : C'est le rassemblement. C'est un grand rassemblement. Il y a des endroits qui sont choisis sur la terre : les douze tribus d'Israël. Dieu choisit ces endroits et c'est la Maman qui nous rassemble. Là, il y a son Fils. Dieu a expliqué que là où la Vierge Marie a apparu, là où les enfants sont partis pour adorer son Fils, Maman Marie, elle apparaît dans le but d'attirer les enfants à son Fils. Certains endroits sont choisis parce que ces endroits sont bénis par le Ciel, sont choisis par le Ciel.

Et nous savons que Marie Reine des Cœurs, elle est là sous le vocable de Marie, Reine des Cœurs. C'est le rassemblement des cœurs. Elle nous amène à pénétrer son Cœur pour disparaître dans le Cœur de son Fils. La terre a été bénie par la Trinité. Le Ciel a tout préparé. Jésus vient de me dire : «Je veux que tu le dises.» Dans la semaine (la neuvaine) de Marie Reine des Cœurs, le sanctuaire a été béni par le Cardinal Ouellet, juste avant son envol pour Rome. Il était chez les Moniales, il bénissait ce lieu.

Ça été quelque chose de très difficile pour l'instrument. Pourquoi ce lieu plus qu'un autre? Ça été un combat. Je ne comprenais pas : "Seigneur, pourquoi ce lieu, pourquoi pas ailleurs? Et pourquoi pas plusieurs endroits?" Il en a fallu des grâces et j'ai souffert à cause de ça, mais il fallait que je passe par là. Il y a eu tellement, mais tellement de preuves! Si vous saviez tout ce qu'on vit là-bas. C'est la présence, c'est toujours la présence de la Trinité, présence de la Vierge Marie.

Lorsque je suis venue ici, cela a continué. Jésus montre sa présence, Jésus nous instruit. On découvre, on découvre, on découvre les merveilles du Seigneur. Avant de venir dans l'Ouest canadien, Nicole et moi on a dit : "On va y aller avec un sac brun sur la tête! Il ne faut pas qu'à Winnipeg, faut pas qu'ici, à St-Boniface, vous nous reconnaissiez au cas qu'ils nous parlent du refuge. On va-tu leur dire qu'il faut qu'ils s'en viennent à Chertsey, alors qu'eux autres ils attendent ça là-bas? Qu'est-ce qu'on va avoir l'air, Nicole? Puis Nicole, elle dit : "Oh! il ne faut pas dire un mot. Aïe! Il faut qu'ils sachent!" Mais elle disait : "Je ne voudrais pas être dans ta peau!"

On ne peut pas, on ne peut pas dire ce que l'on veut! L'obéissance! J'aurais tant voulu…, oh! Seigneur, il le sait. J'aurais tant voulu que tous les enfants de Dieu soient dans leurs refuges et que l'Arche soit au niveau de toute la terre. Et je recevais comme réponse : «Sois obéissante et abandonne-toi. Tu ne sais pas, toi, ce qui vient.» Au début, des jours et des jours, des jours et des jours, et des mois et des semaines : "Ah, Seigneur, s'il fallait, Seigneur, que cela ne vienne pas de toi!" Et il y avait autre chose qui me tombait sur les épaules aussi.

Ce lieu était le lieu où j'allais me réfugier. Quand j'allais là, je me retrouvais avec mes enfants, toute seule. Et là, il y a du monde! Ça rentre, ça sort, ça rentre, ça sort, ça rentre et ça sort. "Maman! Ça va-tu toujours être comme ça?" Ça, c'est encore de l'abandon. Et encore, là-bas : "C'est une secte, votre affaire?" Ce sont des gens que ça fait vingt ans qu'ils me connaissent de vue et là, il arrive du monde qui achète ci, qui achète ça, qui achète ça, puis qui connaissent madame Bériault! 'Qu'est-ce qu'on fait chez vous? Pourquoi il y a tant de monde que ça qui va chez vous?' "Bien, on prie." 'Vous priez qui?' Alors, on demande de l'aide, on demande de l'aide du Père Provencher.

Tout cela, c'est Dieu qui fait son œuvre, mais pas sans souffrances. C'est l'affaire de Dieu. Maman Marie est là. Il y a des événements qui arrivent là-bas, hein, Nicole? Des guérisons. Eh oui! On quitte et on s'en vient là dans des chalets qui ne sont pas trop, trop chauds! On essaie de faire la Volonté de Dieu et de ne pas amener de luxe, ni l'esprit de ce monde là-bas. C'est toujours un combat, toujours! Faut pas amener l'esprit de ce monde, parce que Dieu a dit : «Ceux qui vont amener l'esprit de ce monde ne seront pas les choisis.» Même si on se rend là-bas, s'ils gardent l'esprit de ce monde avec eux, ils ne demeureront pas là. C'est Dieu le 'boss', c'est pas nous.

Alors, je dis aux gens là-bas : "Cela ne veut pas dire que c'est pour nous. On fait ça pour les enfants de Dieu; alors, il faut le faire inconditionnellement." Et ils le consentent. Ils savent que si Dieu ne les choisit pas, ils savent que ce qu'ils font, c'est pour les autres et ça, ça transforme une personne, ils sont dans la joie. Et c'est ainsi que, vous autres aussi, vous devez le vivre. C'est pour la plus grande Gloire de Dieu, pas pour nous.

Q. Est-ce qu'il y a de la place pour les gens de l'Ouest qui se rendent là-bas? Est-ce qu'on peut acheter un lot quelque part?

Jésus : «Tu le feras, mon fils, lorsque je le mettrai en toi, et passe la réponse à tes frères et à tes sœurs.»

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Amen. Merci, Seigneur.