Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Ste Theresa Point, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2011-03-06 

Note: * En avant, deux grandes feuilles de papier sont exposées sur lesquelles le Seigneur a fait dessiner son Instrument plus tôt dans l'après-midi.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Il y a bien longtemps, le Seigneur est venu parler. Il dit à son peuple : «Je vais faire pour vous des merveilles. Je vais vous amener dans une terre d'amour. Vous vous souviendrez de ce que j'ai fait pour vous.» Aujourd'hui, le Seigneur vient parler en notre cœur et il vient déposer une flamme toute neuve en chacun de nous. Il nous demande d'être à lui, qu'à lui, par notre oui.

Regardez sur ces feuilles*, vous y verrez le Cœur de l'Amour. Le Cœur de l'Amour, c'est le oui à Dieu, oui à la vie éternelle. Ce que nous sommes, nous le sommes pour la vie éternelle. Il n'y a que la Mère de Jésus, le Fils bien-aimé du Père, qui peut, ce soir, nous amener à obtenir ce que la Mère de Dieu veut nous dire. C'est ce que nous avons besoin d'entendre.

Maman Marie : Petits enfants d'amour, je vais mettre dans votre cœur des grâces qui viennent de mon amour. Je veux que vous vous réunissiez pour ne former qu'une seule écoute, l'écoute de l'amour. Réunissez-vous, mes enfants, comme si c'était la première fois que vous entendiez. Formez un tout petit cœur, un cœur d'enfant. Beaucoup d'enfants ont besoin de vous, beaucoup d'enfants doivent savoir ce que vous, vous savez.

Vous êtes réunis, ce soir, afin de faire de chacun de vous un appel comme si votre cœur faisait un écho dans le cœur de tous les enfants du monde, afin qu'eux aussi puissent entendre. Bien que vous soyez loin, loin de ce monde qui ne vit que pour le matériel, vous avez avec vous des souffrances. Les enfants de ce monde ne vivent que pour le matériel, et vous avez en vous cela parce que vous les portez. Il y a en vous, mes enfants, tant de choses qu'il faut que vous abandonniez pour vivre le présent.

Savez-vous, mes petits enfants, ce qu'est être au présent? C'est vivre votre vie là où est votre âme pour que votre âme nourrisse votre chair. Votre pensée s'unit à votre parole et votre parole nourrit votre écoute; à ce moment-là, vous entendez et vous voyez, et vos gestes deviennent des gestes pour votre bonheur. C'est cela être dans le présent, c'est vivre ce que vous avez à faire sans penser à ce qui est passé. Le passé, mes enfants, ne peut plus rien pour vous; le passé, c'est un souvenir.

Un souvenir, mes enfants, c'est quelque chose qui a déjà passé dans votre vie et qui n'est plus. Aucun souvenir ne nourrit votre pensée, votre regard, votre écoute, votre parole, vos actions et vos sentiments. C'est le présent qui est vivant. Lorsque Dieu vous amène en lui, il vous amène dans le présent, car tout est présent en lui. Lorsque vous entendez parler du temps de Caïn, du temps d'Abraham et de Moïse, cela est présent, car Dieu vous amène là, en lui, pour vous faire voir son amour. Le présent, c'est de l'amour, c'est Dieu qui se donne, c'est Dieu qui nourrit, c'est Dieu qui amène ses enfants à le connaître et on ne peut connaître Dieu que dans le présent.

Voyez-vous, mes enfants, pourquoi il faut être dans le présent avec Dieu? Lorsque vous êtes entre vous et que vous parlez du passé, vous amenez avec vous des images qui n'existent plus, des pensées qui n'existent plus, et votre présent est négligé. Mais lorsque vous êtes ensemble et que vous parlez de l'Évangile, que vous parlez de l'Ancien Testament, c'est que Dieu vous nourrit de sa pensée; vous n'êtes plus avec vous-mêmes seuls, c'est Dieu qui vous donne ses pensées pour que vous puissiez vous nourrir. Il est important que vous puissiez comprendre ce qu'est être au présent et ce qu'est vouloir, avec votre volonté humaine, être dans le passé.

Lorsque vous êtes avec Dieu et que vous parlez de Dieu, que vous voulez vivre sa Vie en lui, tout est grâce, Satan ne peut pas vous visiter. Mais lorsque vous êtes dans le souvenir avec vous-mêmes, lorsque vous allez vers ce qui n'est plus dans votre vie, comme aller penser à un être cher qui est décédé ou à des ancêtres qui n'existent plus sur la terre, vous y allez avec votre volonté humaine. Il y a un danger parce que, mes enfants, ceux qui ne sont pas dans leur vie éternelle ne sont pas vivants, mais lorsque vous allez vers des ancêtres qui sont dans la joie, qui sont en la vie éternelle, c'est Dieu qui vous y amène.

Comment pouvez-vous savoir, vous qui n'avez pas passé par le jugement, si ceux qui ont été sur la terre, et ne sont plus, sont dans leur vie éternelle ou dans la mort éternelle? Dieu seul le sait, pas vous, mes enfants. Il est important que vous puissiez connaître ces choses, car des esprits impurs profitent de vos souvenirs pour vous faire du tort. Si vos souvenirs, mes enfants, sont pour des êtres qui ne sont plus vivants, cela est contre vous. Il faut que vous puissiez comprendre que ce que les enfants font en allant vers la connaissance de ce qui est passé ne font pas le bien.

Les esprits impurs le savent. Ils ont le pouvoir, mes enfants, de prendre des apparences, ils ont le pouvoir de prendre le son de leur voix. Ils se servent de ceux qui sont dans la mort éternelle pour vous atteindre. Il y a beaucoup d'esprits impurs qui cherchent à vous manipuler : ils vous amènent vers le découragement, ils vous font vivre dans des abus, ils vous amènent à négliger la famille, à ne plus croire que Dieu peut vous aider. Ils vous font du mal, mes enfants, parce qu'ils savent que vous, vous êtes en vie et qu'eux sont la mort éternelle. Mes petits, il faut que vous puissiez comprendre ce que certains d'entre vous, vous acceptez.

Sans le savoir, des enfants sont aux prises avec des esprits impurs; certains enfants voient des ombrages; certains enfants sont à l'écoute de ceux qui ne sont pas vivants. Ces esprits, mes enfants, n'ont aucun pouvoir sur la vie éternelle. Ils peuvent détruire la vie éternelle en vous amenant dans une très grande détresse. Plus la détresse est grande, plus la peur se nourrit, et plus la peur grandit, plus il n'y a plus en vous d'espoir. En détruisant l'espoir, il ne reste plus qu'à s'éteindre, car la foi commence à diminuer et là, il y a la paralysie : on ne donne plus d'amour, on ne veut plus recevoir d'amour, on se renferme; il n'y a plus d'espoir de connaître l'amour, alors on pense à s'enlever la vie. C'est cela que les esprits impurs veulent faire avec la vie éternelle.

Mes enfants, vous êtes une nourriture. Regardez sur ces feuilles*, tout ce qui est rouge, mes enfants, c'est votre oui à l'Amour. Mon Adorable Fils, votre Sauveur, a laissé couler son Précieux-Sang sur vous pour que votre oui soit un oui d'amour. Lorsque vous vivez votre oui d'amour, vous nourrissez tous vos frères et vos sœurs, et vos frères et vos sœurs, c'est tous les enfants. Vous avez tous été créés en un seul instant. Moi aussi, votre Maman du Ciel, j'ai été créée au même instant que vous. Il faut connaître ces choses, mes enfants, afin que vous puissiez vivre un grand bonheur. Il enveloppera votre souffrance et là, tout commencera pour vous un bonheur éternel sur la terre comme au Ciel.

Il faut, mes enfants, faire attention aux esprits impurs, ils rôdent autour de vous. Il faut les refuser dans votre vie. Il faut que vous appreniez cela à vos tout petits enfants qu'on peut refuser le mal et que le mal va partir au pied de la Croix parce que Jésus, lui, il est tout-puissant. Parlez avec des mots simples à vos tout petits-enfants; faites embrasser la Croix à vos tout petits-enfants; parlez du Bon Dieu à vos tout petits-enfants; réconfortez-les en leur disant qu'ils ont un ange gardien auprès d'eux. Parlez de Dieu, mes enfants, parlez de Dieu. On laisse trop de place aux esprits impurs, on leur donne de l'importance. Lorsqu'on parle avec les esprits impurs, mes enfants, cela veut dire que vous mettez un lien entre l'esprit impur et vous, cela crée une relation. N'écoutez pas ce qui est de l'esprit impur.

Comment reconnaître que cela n'est pas un ange, que cela n'est pas un esprit pur? C'est par ce que vous ressentez à l'intérieur de vous. Un esprit pur amène la paix avec lui, un esprit pur amène la joie avec lui, un esprit pur amène l'amour avec lui, parce que la paix, la joie et l'amour viennent de Dieu, et cela se reflète sur l'esprit pur, sur l'ange. Ils ont les paroles de Dieu et non pas leurs paroles; ils demandent toujours que vous soyez obéissants à Dieu, obéissants à Dieu et abandonnés en la Volonté de Dieu. Cela nous amène à connaître une très grande paix : vous ne vous souciez plus de vous, vous pensez à  Dieu; vous voulez être ce que Dieu veut que vous soyez; vous mettez toujours Dieu avant vous; vous vous inclinez devant sa Volonté et vous ressentez du bonheur pour la Vierge Marie.

Les anges purs honorent la Mère de Dieu. Ils n'ont pas peur d'entendre le nom de Marie, la Vierge aimée. Ils savent que je suis la Reine des anges, que la pureté de mon intérieur est en moi par mon oui.

Voyez-vous, mes enfants, il faut que vous vous assuriez que ce que vous entendez vient du Ciel et non pas de l'enfer. Les personnes, mes enfants, les êtres chers qui sont décédés sont dans la joie; ils souffrent avec joie au purgatoire pour ceux qui n'ont pas expié tous leurs péchés; ceux qui sont au Ciel sont dans une très grande joie. Mais lorsque vous entendez que des êtres chers vous supplient de les aider, parce qu'ils souffrent terriblement et qu'ils vous demandent de l'aide, attention, mes enfants! Qui peut les consoler si ce n'est la prière, mes enfants?

La prière est un langage du cœur à cœur avec Dieu, et c'est Dieu qui aide, c'est Dieu qui console, c'est Dieu qui guérit, c'est Dieu qui donne des grâces. Moi, la Mère de Dieu le Fils, je suis la Comblée de toutes grâces. J'ai tout reçu de Dieu et je vous donne des grâces. Je vais, moi, vers les âmes au purgatoire pour les consoler, car leur grande souffrance, c'est de ne pas voir Dieu le Père. Je leur parle du Bon Dieu, je leur décris sa beauté et là, elles reçoivent des grâces suaves qui les rendent toute joie d'être dans leur purification. Et combien une messe est importante pour eux, car vos êtres chers qui sont au purgatoire veulent qu'on offre des messes pour ces petits êtres. C'est le Sacrifice de mon Fils qui se renouvelle par amour pour ces âmes au purgatoire.

Il faut que vous puissiez comprendre que les âmes du purgatoire prient pour vous. Elles se savent sauvées et elles veulent que vous aussi, vous puissiez répondre oui à Jésus Adorable. Elles prient constamment, mes enfants, pour que vous puissiez prononcer le oui à l'Amour. Voyez-vous, mes enfants, c'est cela qu'il faut que vous appreniez. Elles veulent que vous vous conduisiez bien sur la terre. Elles prient pour que vous puissiez suivre les lois de l'amour; elles prient pour que vous puissiez vivre l'Évangile, la Parole du Très-Haut. Les âmes s'aiment entre elles au purgatoire, elles se savent sauvées. Elles sont dans une joie d'avoir dit oui à Dieu. Il est vrai que certaines souffrent leur souffrance, elles l'endurent avec joie, car elles veulent se voir toutes pures pour aller vers Dieu.  

Toutes ces paroles, c'est pour vous aider, mes enfants, à comprendre que certaines personnes d'entre vous se laissent prendre aux pièges de Satan. Attention aux paroles, aux paroles que vous entendez! Dieu parle, lui, à l'intérieur, à l'intérieur de vous, là où est le temple de votre âme. Dieu habite votre intérieur et c'est ainsi que vous devez reconnaître que Dieu est en vous. Lorsque vous entendez des voix qui se font entendre dans votre tête, refusez-les, mes enfants. Donnez causes, choix et conséquences à mon Fils. Demandez à Jésus : "Jésus, envoie ces voix au pied de la Croix", et remerciez-le de guérir tout mouvement de vie malade; et continuez, mes enfants, en me demandant des grâces. Jésus, votre Dieu, va arracher le mal de votre chair et il va purifier votre chair avec son amour; ainsi, mes enfants, vous serez avec Dieu, et il vous protège.

Lorsque c'est Dieu qui  parle, Dieu vous fait comprendre, avec l'amour, toujours avec des paroles d'amour, toujours en présence de son amour pour vous et pour votre prochain, et il vous invite à venir vers moi. Je suis l'Immaculée Conception. Les esprits impurs n'aiment pas la Vierge Marie, ils ne peuvent pas s'approcher de ma pureté. Voilà ce qui va vous protéger, mes enfants. C'est moi qui ai été choisie pour écraser la tête de Satan. Soyez très prudents, mes enfants, et ne jouez pas avec ce que vous ne connaissez pas. Il est beaucoup mieux de venir vers les sacrements, car cela pourrait flatter votre orgueil que d'entendre des voix. C'est par l'humilité que vous allez comprendre ces paroles.

Il y a tant de souffrances en ce monde, mes enfants. De par le  monde, il y a des noirceurs et Satan s'infiltre partout. Il fait accroire aux enfants que le yoga, que le reiki, que toutes ces méthodes sont bonnes pour les enfants de Dieu. Voyez-vous, mes enfants, il y a plusieurs façons pour Satan de vous atteindre. En écoutant la voix de votre Dieu qui est inscrite dans l'Évangile, vous aidez les autres, mes enfants. À leur tour, lorsqu'ils vont quitter ces mauvaises habitudes et qu'ils vont vivre l'Évangile, cela va vous apporter beaucoup, beaucoup de grâces. Il faut que vous appreniez à vous entraider.

Il y a beaucoup à apprendre, mes enfants. Maman vous instruit pour que vous puissiez accepter ce que vous avez entendu ces heures précédentes. Le Ciel s'est penché sur vous et le Ciel vous nourrit, vous guérit, vous libère. Il faut accepter tout cela avec beaucoup de joie dans votre petit cœur d'enfant. Je vous demande la prière. La prière, mes enfants, c'est fait dans la simplicité. Ayez des mots simples, mes enfants. Soyez bons entre vous. Lorsque vous faites votre travail, soyez amour dans ce que vous faites; cela, c'est bon pour vous, c'est la prière.

Cessez, mes enfants, de critiquer. Les critiques, mes enfants, c'est irritant, cela fait de la peine à votre âme. Votre âme a besoin de votre douceur. Lorsque vous jugez votre prochain, lorsque vous critiquez votre prochain, votre âme, elle se replie sur elle-même. Pouvez-vous, mes enfants, réaliser ce que votre âme ressent lorsque vous vous critiquez entre vous? Voulez-vous entendre ce que votre âme pense de son temple? Est-ce que vous le voulez, mes enfants? Le voulez-vous, mes enfants? (R : Oui.)

L'âme : Dieu m'a donnée à vous et j'appartiens à votre vous-mêmes. Je me tiens toute petite à l'intérieur de vous, et vous me faites participer à vos paroles. Lorsque vous parlez et que vous critiquez, moi, en vous, je pleure. Vous n'entendez pas, vous n'entendez pas mon besoin? J'ai un besoin d'amour. Pourquoi tu critiques? Ta parole est ma parole. Tu te sers de ma parole pour critiquer ton frère, tu te sers de ta parole, et moi je goûte à ta parole; elle n'a pas le goût de la bonté, elle a un goût amer et je le vis parce que je suis ta vie.

Ô mon moi! Aime-moi comme je t'aime. Je me sens seule lorsque tu critiques. J'ai besoin de ta présence, j'ai besoin de toi, je me languis de toi, je me languis de tes mots d'amour. Reste avec moi, ne va pas critiquer avec ta chair qui est ma chair, c'est mon temple, ta chair. Ta volonté humaine t'a appris ces mots, ils ne viennent pas de moi ces mots. Dieu, il est là et je peux, moi, le percevoir, pas ta chair. J'ai si honte devant Dieu. Je t'en supplie, fais attention à tes paroles.

Un jour, je vais me présenter devant Dieu, c'est toi qui devras consentir pour que je sois devant mon Dieu pour l'éternité. Auras-tu la force? Auras-tu le besoin, le désir de prononcer ton oui? Et ton oui, ce sera pour l'éternité. Oh! S'il fallait que tu prononces un non à Dieu, qu'arriverait-il de moi? Oh! J'agonise lorsque j'entends qu'un jour tu pourrais dire non à Dieu! Je t'en prie, ne me laisse pas ainsi, va prendre des forces, va vers Jésus. Ne sais-tu pas que la force, tu l'as vers ce que Jésus a institué? Je sais, moi, que cela est important.

Lorsque tu vas dire au prêtre que tu as critiqué, que tu as fait de la peine à ton prochain, moi, je sens que je me présente devant Dieu; je n'élève pas mon regard sur lui, car sur moi il y a de la honte. Mais lorsque tu prononces les paroles, il y a quelque chose qui m'enveloppe, c'est une lumière. Elle est si belle et si chaude! Je sens que tout ce que je suis est dans la lumière et je me sens belle. Je t'en supplie, écoute-moi, ce soir. Tu as voulu le consentir. J'ai besoin que tu te tiennes bon envers Dieu, envers toi-même qui est toi et moi.

Les jours approchent, les jours approchent, car Dieu va bientôt se montrer à ta chair. Seul l'Éternel connaît ce moment, mais toi, prépare-toi. Je vais t'aider, je vais t'aider à toujours être dans ton oui. C'est ensemble que nous allons vers le prêtre, c'est ensemble que nous voulons nous maintenir dans la beauté de Dieu. Moi je te donne tout ce que je reçois. Toutes ces grâces, c'est pour toi, ma chair, pour que tu aies la force de refuser le mal. Je ne veux pas que le mal entre dans ta chair, cela m'étouffe! Je ne peux plus respirer l'air de l'amour, il empoisonne tes mouvements, il empoisonne notre vie, parce que je suis ta vie. Reste bon, je t'en supplie. Ne dis pas oui à Satan, ne dis pas oui aux tentations.

C'est vrai ce que Dieu t'a enseigné aujourd'hui, c'est vrai ce que la Mère de Dieu te dit, je t'en prie, écoute, écoute encore, ils ont tant à te dire! Comme c'est bon de pouvoir te dire ces mots. Je t'aime tant. Lorsque tu verras Jésus, je vais t'aider, parce que moi je le vois Jésus. Si tu voyais comme il est beau, comme il est supérieur à tout ce que tu peux comprendre! Lorsque tu vas prendre son Corps et son Sang et que je suis toute belle en toi, parce que tu as été bon, tout ton intérieur est rempli de lumière, parce que la lumière de Dieu brille sur moi, et je deviens une lumière et cela éclaire ton intérieur, et ta chair, ta chair, elle reçoit des forces.

Il faut que tu te prépares. Un jour, tu vas voir la lumière en toi. Tes yeux à l'extérieur vont voir à l'intérieur de toi. Tes oreilles, elles vont être à l'intérieur, tu vas tout entendre ce que moi j'entends : sa Voix. Et tes paroles, tes paroles seront, avec ton regard et ton écoute, en toi. Il y aura des gestes que tu poseras, car ça se passera en toi et tu auras des sentiments; tu les connaîtras, tu les ressentiras tout en toi et nous serons ensemble. Je te donnerai des forces que j'ai reçues de Dieu et de la Vierge Marie, et nous nous tiendrons ensemble, tout collés ensemble. Je t'entourerai de mon amour et là, nous vivrons ces instants, ensemble, pour affronter la souffrance; ta souffrance est ma souffrance. Mais ne t'inquiète pas, je prendrai le plus gros de ta souffrance et j'ai déjà commencé à demander à Jésus de ne pas trop te faire sentir ma souffrance, cela pourrait tellement t'écraser.

Crois en ce que je te dis. Ce moment sera ta purification. Lorsque tu vas à la confesse et que tu dis que tu as critiqué, là, Dieu connaît ta sincérité, il m'habille avec sa beauté. Il se souviendra de cela et je le lui rappellerai et là, ensemble nous affronterons les affronts que Satan a faits à moi et à toi. Il essaiera de te séparer de moi, il essaiera de te faire ressentir une grande souffrance, celle de t'avoir loin de moi, mais je te parlerai, je te dirai de ne pas l'écouter. Maman Marie sera avec moi et là, on te dira, 'souviens-toi que Jésus t'a sauvé de la mort éternelle', que tu es sauvé, et que tu dois prononcer ton oui à Jésus.

Oui, il faudra quitter la volonté humaine, oui, il faudra quitter l'esprit de ce monde. Cela sera difficile pour ta chair, mais moi je serai là et je t'aiderai. Oh! Comme le Bon Dieu est bon de te faire entendre, par cet instrument, ce que je suis pour toi et ce que tu es pour moi. Tu es mon temple. Je suis ta vie, ton âme, et c'est pour l'éternité ensemble, n'est-ce pas? Ce sera pour la vie, pas pour la mort, pour la vie. Sache que je t'aime et que je t'aimerai toujours, toujours, toujours. Ne crois pas les esprits impurs, il n'y a que Dieu qui va faire que tu vas être dans le bonheur. C'est ton amour qu'il faut que j'entre très profondément en toi, parce que j'ai besoin de la lumière de Dieu. J'ai un peu froid maintenant.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le Seigneur est bon avec nous. Il nous demande de ne plus critiquer et de faire confiance en la Vierge Marie. C'est ensemble, ce soir, que nous vivons cela par amour pour nos frères et nos sœurs. Nous avons à cœur de vivre les commandements de Dieu. Nous devons aimer notre prochain, nous devons aimer notre Dieu et nous devons aimer notre Église.

Nous devons soutenir nos prêtres, car nous avons besoin d'eux. Il faut prier pour eux parce qu'ils ont, comme nous, une âme et une chair. Eux aussi doivent critiquer et eux aussi doivent aller à la confesse vers un autre prêtre. Ils ont autant d'attaques que nous, nous avons des attaques; alors, nous avons devoir de prier pour eux parce que, sans eux, à qui irions-nous confesser nos péchés? Vers qui irions-nous pour prendre le Corps et le Sang de Jésus? Satan lui, le sait. Il sait que les prêtres c'est très important pour nous. Voilà pourquoi il s'attaque doublement à eux.

S'il y a des prêtres qui ont succombé, eh bien, c'est parce qu'il n'y a pas eu assez d'enfants qui ont prié. Eux, ils sont occupés. Nous, nous devons prier, car nous sommes en eux et eux en nous. Ne prions pas pour le prêtre, mais prions pour notre frère. C'est la même chose pour les religieuses, avons-nous prié pour elles? Elles ont été attaquées parce que, elles, elles ont consacré leur vie à l'amour du prochain. Aujourd'hui, elles sont vieillissantes, il n'y en a pratiquement plus parce qu'on n'a pas assez prié; alors on n'a pas mérité d'autres religieuses. On les a critiquées et aujourd'hui, on n'a plus nos paratonnerres ainsi que les frères. Que de missionnaires ils ont instruits! Oh! Ils ont eu leurs défauts, ils ont encore leurs défauts, parce que nous, nous avons les mêmes défauts qu'eux.

Cessons de critiquer. C'est Satan et les esprits impurs qui nous ont fait faire ça et ils ont pratiquement réussi à nous faire accroire qu'ils étaient contre nous. Nous sommes tous des enfants de Dieu, nous avons tous une âme et une chair. Alors, maintenons-nous ensemble. Alors les critiques vont diminuer, des mouvements de vie malades vont guérir, nous sentirons notre liberté par la Croix et nous serons un peuple, une famille. Merci, Seigneur.