Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Saint-Janvier, Québec,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2004-09-14 - P.M.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Comment reconnaître les signes de Dieu lorsque nous vivons parmi un monde qui a perdu la foi? Comment reconnaître que Dieu nous veut en un tel endroit plutôt qu’à un autre? Comment reconnaître que nous devons faire une telle action plutôt qu’une autre? Dieu met en nous la lumière.

À chaque seconde, Dieu ne cesse de nous nourrir, Dieu ne cesse de nous faire voir l’amour.

L’amour, c’est quelque chose qui est en nous, ça nous habite, ça nous donne le goût de vivre : on veut aimer, on veut connaître, on veut savoir ce qui pourrait nous rendre heureux.

Tout cela, la volonté humaine ne peut le faire pour nous en nous, mais Dieu, oui parce que Dieu est l’Amour et seul l’Amour va nous amener à découvrir ce que nous devons faire, ce que nous devons entendre et connaître.

Cela doit se faire à chaque instant en essayant d’entrer en nous.

Arrêtons-nous de regarder ce qui se passe à l’extérieur, d’écouter à l’extérieur de nous quelque chose qui pourrait nous donner des indices;

nous fixons notre regard autour de nous pour trouver un moyen d’aller de l’avant : nous ne cessons pas de calculer, de faire des projets;

nous devons arrêter de faire cela, nous devons entrer en nous : là sont les lumières.

Les lumières vont nous faire voir l’amour, les lumières de Dieu vont nous faire entendre l’amour.

Lorsque nous avons besoin de quelque chose, comme tout simplement : "Quoi faire pour le repas qui vient?"

Arrêtons-nous (et) aussi simple que cela soit, Dieu va répondre pour nous; à l’intérieur de nous, nous avons la lumière; vous verrez que le repas sera plus facile parce que vous aurez été chercher les grâces de Jésus à l’intérieur de vous.

Ça sera moins difficile (de le préparer) parce que vous le ferez avec amour, avec ce que vous avez dans vos armoires, dans votre réfrigérateur : qu’il y en ait peu ou beaucoup, vous le ferez avec l’amour de Dieu parce que vous saurez que Dieu a pris soin de vous, que vous devez aussi prendre soin de vous.

À quoi (ça) sert de s’inquiéter, cela n’est pas amour pour vous, cela n’est pas amour pour votre prochain : vous faites le repas épuisés.

Vous voulez faire des repas compliqués : cela (peut) n’est pas (être) amour pour vous; si cela vient tranquillement en vous, c’est parce que c’est Dieu qui met les lumières; (mais) si cela ne vient pas, eh bien, soyez simples dans ce que vous faites : faites un repas simple parce que Dieu sait que vous êtes fatigués et il sait, lui, que vous devez prendre vos forces pour autre chose que de passer deux, trois heures à faire de la nourriture.

Voyez-vous, il faut entrer en vous pour connaître l’amour, l’amour de vous-mêmes, l’amour pour ceux qui sont autour de vous.

À quoi cela sert d’avoir une maman fatiguée à l’heure des repas? Il n’y aura pas d’échange d’amour, il va y avoir de l’impatience.

Dieu veut que vous vous donniez de l’amour.

C’est la même chose pour le garçon qui a de la difficulté à travailler avec certaines personnes.

On démontre parfois des colères où on travaille, et cela c’est dur, ça fait développer en vous aussi des désappointements en se demandant si vraiment vous êtes au bon endroit;

si vous regardez cela avec votre volonté humaine, vous allez continuer à regarder le monde avec ce que vous êtes : sans amour.

Il n’y a que Dieu qui va vous faire découvrir l’amour en vous, il n’y a que Dieu qui va vous donner de l’amour pour vous-mêmes : vous allez découvrir l’amour pour les autres, vous allez avoir moins d’effort à faire pour endurer ce que vous venez d’entendre.

Quelquefois, lorsque votre patron vous demande du temps supplémentaire et que vous n’avez pas le choix de le faire, vous avez (quand même) un choix à faire : le faire avec votre volonté humaine ou vous arrêter et aller puiser les grâces de Dieu pour que Jésus le fasse,

et vous allez voir qu’il va vous donner de l’amour et vous allez le faire avec amour; ce n’est pas vous qui allez le faire, c’est Jésus lui-même : c’est lui l’Amour;

alors ce temps supplémentaire obligatoire va vous apparaître moins pénible : vous allez accepter cela avec amour, et cela sera des grâces pour vous et pour ceux que vous portez en vous;

et vous allez découvrir une vie moins chargeante, moins pénible : vous allez quitter ce monde pour entrer en la vie en Dieu.

Vous allez voir que vous allez vous détacher, et c’est Jésus qui va le faire : tranquillement, vous allez vous détacher de tous ces superflus, de ce luxe qui brime la vie des enfants de Dieu.

Dieu veut pour nous des biens.

Il veut nous donner ce qui nous est nécessaire pour vivre notre quotidien, c’est Dieu la Providence, il est l’Abondance.

Si nous voulons nous offrir tout par nous-mêmes : un jour on va découvrir que nous sommes épuisés, notre corps ne voudra plus suivre, nous allons tomber malades et tout ce que nous aurons accumulé ne nous servira pas.

Dieu veut plus que cela pour nous, il veut que nous vivions en paix, en joie, mais pour découvrir la paix et la joie, il faut aller là où elle est : la paix est en vous, la joie est en vous, elle n’est pas à l’extérieur.

Si vous voulez voir à l’extérieur la joie et la paix, eh bien, faites-les sortir de vous-mêmes en y allant : tout est à l’intérieur de vous, pas à l’extérieur.

Nous avons appris à nous offrir ce qui nous plaisait en regardant avec nos yeux, et lorsque nous voyions quelque chose qu’on voulait avoir, notre tête calculait, elle, le moyen de l’obtenir : elle commandait à nos membres de faire ce qu’il fallait.

Nous avons vécu avec un handicap : la volonté humaine n’a pas de grâce.

Allez-vous demander à quelqu’un qui est aveugle de courir le marathon, alors que vous savez qu’il ne voit pas?

Allez-vous demander à une personne qui est obligée de marcher avec une marchette de monter les marches à l’Oratoire (Saint-Joseph)?

Vous savez très bien que cela est impossible, mais c’est ce que vous faites pourtant avec vos projets : vous demandez à votre être de faire l’impossible.

Laissez à Dieu ce qui est à Dieu, et Dieu lui-même vous donnera sa force afin que vous puissiez faire un pas de plus.

Combien d’entre nous faisons des actions dans notre quotidien en sachant que cela nous épuise?

Nous acceptons de faire du bien à notre prochain, c’est vrai, mais nous le faisons avec un pincement au cœur en sachant qu’après la journée nous allons être fatigués : parce que tout cela a été fait sans un seul instant avec l’amour de Dieu.

Lorsque vous voulez faire du bénévolat, entrez en vous, allez puiser les grâces de Dieu, et c’est Dieu qui va le faire parce que vous le ferez avec amour,

et à la fin de la journée, vous ne serez pas épuisés parce qu’au moment où vous aurez senti une fatigue, vous serez si amour que vous allez vous arrêter quelques instants pour vous reposer.

Voyez-vous, la vie va vous apparaître différemment, vous n’aurez plus honte de vous savoir fatigués : l’amour se fera voir, sentir dans votre quotidien.

Il n’est pas honteux de dire à l‘un de vos enfants, qui vous demande de garder son ou ses enfants, de dire : "Je ne peux pas, je suis fatigué";

si vous le faites malgré votre fatigue, alors allez puiser en Jésus et demandez des grâces à Jésus afin que vous puissiez vous aimer et là, vous allez pouvoir faire ce que votre enfant demande avec amour.

Il va le ressentir, il n’aura plus peur de demander de l’aide car, sur votre visage, il y aura de l’amour et non pas une soumission : avant, il ne savait pas comment vivre avec ça;

voyez-vous, lorsqu’on est amour pour soi-même, on donne ce qu’il y a à l’intérieur de nous : ça sort et les autres le ressentent.

C’est ce que Dieu veut qu’on fasse.

Il faut s’arrêter, il faut aller à Jésus, là où est Jésus.

Vous le savez, il se donne par le sacrement de l’Eucharistie : il se donne à nous, il vient en nous, il vient nous nourrir de sa propre Vie : Jésus est amour.

Il veut se donner, Jésus, pour que vous puissiez vous aussi vous donner avec amour; il ne faut pas retenir en vous l’amour.

Aujourd’hui, on a de la difficulté à aider son prochain, pourquoi?

Parce que vous vivez trop de l’extérieur, vous ne voyez pas que la vie en vous crie de venir pour vous donner de l’amour.

Il faut vivre en enfants de Dieu, ainsi le partage se fera.

Vous ne pouvez pas demander aux autres de partager, alors que vous-mêmes vous n’êtes même pas capables de vous partager;

cela veut dire : "Êtes-vous capables d’entrer en vous? Si vous n’êtes pas capables d’entrer en vous, vous ne serez pas capables de partager, car c'est à l’intérieur qu’on va puiser le nécessaire pour donner, pour partager avec son prochain".

Le monde va réapprendre à se donner gratuitement sans demander en échange des services.

Vous savez, aujourd’hui : "Je te rends service… Si tu me rends service…"

Dieu donne sa Vie gratuitement, alors donnez votre vie gratuitement : c’est ainsi vivre en enfants de Dieu.

On apprend à nos enfants comment se conduire, mais nous-mêmes nous avons de la difficulté à bien nous conduire.

Peut-on donner un exemple de bonne conduite si, nous, nous ne savons pas comment être bons envers nous-mêmes?

Voyez-vous, tout a un axe; c’est l’intérieur (le nôtre), pas la rotation; la rotation : c’est quelque chose qui tourne sur lui-même alors que Dieu veut qu’on aille en nous : là est l’endroit où nous découvrons la vie, c’est l’endroit où l’on se nourrit.

La rotation fait que nous tournons sur nous-mêmes : nous cherchons quelque chose qu’on ne peut pas atteindre et, à la fin de notre vie, nous sommes tout étourdis, nous n’avons pas trouvé la vraie valeur de notre vie.

La vraie valeur de notre vie est en nous.

Regardez le ciel : c’est un mouvement qui part d’en bas vers le haut.

Eh bien, nous devons faire de même pour notre vie: nous devons faire (de l'extérieur) de nous-mêmes à l'intérieur un mouvement de haut en bas : entrer en nous pour que nous puissions recevoir de bas en haut; tout vient de Dieu et tout doit retourner à Dieu. Dieu nous a montré le chemin que nous devons suivre, c’est celui de l’amour : celui qui se donne gratuitement et qui ne demande rien.

Dieu n’a pas exigé de nous l’obéissance, Dieu attend que nous allions à lui.

Dieu est un Dieu libre, il nous veut en enfants libres : à nous d’aller puiser en notre intérieur ce qui nous est nécessaire.

Nous devons apprendre à nous arrêter et aller puiser en nous ce qui nous est nécessaire.

Cela n’est pas difficile, et ne vous dites pas que vous n’êtes pas capables : Dieu (le Fils) nous a donné une Mère, sa propre Mère : elle ne cesse de prier pour nous.

Elle est la Mère de Dieu (le Fils) : notre Mère, et elle nous donne des grâces afin que nous puissions aller vers le Fils.

Elle nous apprend à prier, elle nous apprend à nous arrêter, elle nous apprend à entrer en nous.

Nous devons faire ce qu’elle nous demande et nous gagnerons la place que Dieu le Père nous a préparée dans son Royaume.

Dieu fait ces rencontres lui-même, il choisit ces moments lui-même.

Il appelle chacun de nous à aller vers lui, c’est lui en ce moment qui nous a amenés ici afin d’entendre sa Volonté.

Il s’est servi d’un instrument, d’une personne comme haut-parleur qui répète ce qu’elle a en elle;

Dieu lui-même se fait entendre à l’extérieur de nous-mêmes afin que nous puissions partir chacun chez nous avec des connaissances d’amour.

Ce sont des grâces que nous venons de recevoir, nous devons faire ce qu’il nous demande.

Tous ceux qui viennent à ces rencontres repartent avec des grâces : cela change leur vie.

Nous avons eu beaucoup de témoignages : ces témoignages, ce sont des témoignages d’amour, de foi.

Leur intérieur guérit et même leur extérieur; cela, ce n’est pas le micro qui le fait, ce n’est pas le haut-parleur qui le fait, c’est Dieu lui-même qui est en vous, à l’intérieur de vous.

Dieu fait entendre ce qu’il y a en vous en ce moment même.

Il permet que j’entende et que je fasse sa Volonté; aucun mot ne vient du micro que je suis, mais de Dieu; il parle autant pour moi qu’il parle pour vous.

Dieu vous fait savoir à vous et à moi qu’il est le seul Maître de ses grâces.

Il n’y a que Dieu qui, par ses grâces, soigne la vie spirituelle qui a été ébranlée par le péché.

Il n’y a que Dieu qui puisse nous montrer le chemin à suivre puisqu’il est le Chemin.

Il n’y a que Dieu qui puisse nous faire voir ce que nous vivons : il est la Lumière.

Personne ne peut faire cela, mais tout ce que Dieu vient de nous dire est sorti de chacun de vous.

Vous comme moi, ça nous habite : c’est l’amour de Dieu, c’est la présence de Dieu.

Il faut rendre grâces à Dieu pour ce que nous venons d’entendre.

Dieu lui-même dit ces paroles :

«Louez votre Père, remerciez votre Mère du Ciel et inclinez-vous devant la Volonté de Dieu le Père, car le Fils écoute le Père.»

Le Saint-Esprit est présent, le Saint-Esprit nous fait entendre ce qu’il y a à l’intérieur de nous.

C’est lui qui nous a réunis tous ensemble pour ne faire qu’un seul cœur dans le Cœur de Jésus, et le Cœur de Jésus a parlé à notre cœur, et le Saint-Esprit a sorti ces paroles.

Tout se fait par la Volonté de Dieu, il n’y a rien qui vient de nous-mêmes, alors vivons ces moments du Ciel et soyons certains que Dieu est toute vérité, toute puissance, toute lumière : il est le Verbe.

Alors, Dieu dit maintenant : «Donne à Dieu ce qui est à Dieu.»

Mon père, les grâces vont couler par vos mains afin de nous inonder de remerciements que nous devons rendre à Dieu pour ce que nous avons reçu.