Rencontre d’amour avec l'agir de Dieu à Saint-Joseph (N.B.)

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-09-14 – Partie 2

 

La Fille du Oui en Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous avons fait tantôt, c’est comme un petit rond sur nous-mêmes.

Ce que le Saint-Esprit fait pour nous, c’est un mouvement, un mouvement qui nous ramène toujours vers ce qui est nous-mêmes : il nous maintient dans notre présent.

Notre présent fait partie de ce que nous sommes, nous devons vivre notre purification.

C’est quoi vivre notre purification? Pourquoi vivre notre purification? Parce que nous sommes appelés à devenir parfaits; nous sommes appelés à être enfants de Dieu comme on était avant Adam et Ève.

Voilà ce que Dieu veut pour nous; il veut purifier toutes nos mauvaises pensées, tout ce que nous avons consenti d’écouter et qui n’était pas pour nous, mais qui s’est logé à l’intérieur de nous.

Tout cela, vous le savez, c’est un rappel, continuellement, que le Seigneur fait pour nous afin de nous dire : «Courage, mes enfants», parce que ce que Dieu est en train de faire avec vous, il est en train de le faire pour tous ceux que vous portez en vous.

Il faut que vous commenciez par vous pour que vos enfants poursuivent ce qui est déjà commencé.

Ce que nous faisons, nous le faisons par amour pour ceux qu’on aime, nos enfants en profitent, et il veut que ça continue, mais ça va continuer.

Souvenez-vous que dans les messages, il y eut des messages qui disaient : «Il y en a qui vont connaître de très grandes souffrances, il y en a qui vont vivre dans la Terre Nouvelle, d’autres ne vivront pas dans la Nouvelle Terre, ils partiront avant.»

Qu’est-ce que cela veut dire? Est-ce que cela veut dire qu’il y en a qui vont mourir pendant le mouvement de la purification? Oui, pourquoi? Parce que leur temps sera achevé, Dieu les appellera pour un monde sans souffrances, pour un monde d’amour, pour un monde éternel.

Mais ce qu’ils auront vécu sur la terre sera pour eux des grâces, cela apportera des joies que ceux qui sont au Ciel ne connaissent pas.

Comprenons ce que nous venons d’entendre : avant le mouvement de la Purification, des enfants sont décédés, de nos frères, de nos sœurs, on en a dans notre famille, ils n’avaient pas donné leurs pensées qui les faisaient souffrir et qui avaient été la cause de souffrances des enfants autour d’eux; ils sont partis, ils ont été devant leur jugement; leur vie s’est écoulée devant eux, ils ont demandé pardon, il y en a même qui étaient en état de grâce.

Alors, ceux qui ont demandé pardon ont été au purgatoire; il a fallu qu’ils aillent au purgatoire afin de se racheter, purifier ce qui avait fait du tort à leur âme, à leur vie spirituelle; une fois terminé, Dieu le Père les appelle pour aller au Ciel, dans son Royaume.

D’autres sont partis avec une âme pure, ils ont été à confesse; ils étaient prêts, sincères, et Dieu les a accueillis, mais leur chair, leur chair est demeurée ici sur la terre dans un repos.

Tout ce que leur chair a connu à cause de leurs pensées, tout ce qu’ils ont entendu, tout ce qu’ils ont vu, dit, tout ce qu’ils ont fait et ressenti, la chair, elle, en a souffert; elle a toujours été assujettie au péché.

Ils allaient à confesse et là ils se confessaient d'un mensonge, ils ne voulaient pas retomber dans ce mensonge, ils retombaient, pourquoi? Parce qu'il y a  des centaines et des centaines et des centaines et des centaines d’années, il y eut un mensonge qui a emmené d’autres mensonges, et ça s’est multiplié d’année en année.

Et la chair, elle qui a porté cette souffrance en sa chair, mit des enfants au monde et ça s’est multiplié; mais la chair a toujours été assujettie au péché tout le temps, tout le temps, tout le temps.

Ceux qui sont morts, eux, sont dans ces conséquences, leur âme non, mais leur chair est dans cette conséquence, et parmi d’autres conséquences, et parmi d’autres conséquences, jusqu’au moment où elle ressuscitera; là, il y aura ce jugement fait par Dieu : "à gauche les boucs, à droite les brebis, les bons et mauvais"; alors, on nous a appris.

Mais nous qui acceptons de se laisser purifier : "Je te donne ma pensée qui me fait souffrir, je te donne cause, choix et conséquences, je te donne tous ceux que je porte en moi aussi qui ont cette même pensée", voilà que notre chair est dans un mouvement de purification.

Lorsque la personne, cette même personne-là, meurt une heure après, alors cette personne-là a donné un mouvement : ça veut dire que la pensée qui la faisait souffrir, elle l’a donnée à Jésus, donc sa chair, elle, a été purifiée de cette pensée; ah! il y en a des milliers d’autres, mais de cette pensée-là, elle a été purifiée.

Lorsqu’elle est morte, ça n’était plus en elle, ça n’était plus dans sa chair; alors, si elle va au purgatoire, elle va au purgatoire pour purifier tout ce qui a causé douleurs à son âme et une fois au Ciel elle est dans la joie et, en plus d’être dans la joie d’être dans le Royaume, cette pensée devient pour elle un mouvement éternel de reconnaissance d’amour envers Dieu, son Rédempteur : voyez-vous, ça c’est pour une pensée.

Lorsque nous entendons ces enseignements et que nous donnons continuellement : "Je te donne mes pensées : cause, choix et conséquences; oh! je te donne cette parole que je viens de sortir : cause, choix et conséquences; je te donne toutes celles qui sont en moi", et c’est continuellement là, continuellement, ça n’arrête pas, ça n’arrête pas.

Alors, imaginez-vous le moment où Dieu le Père, lui, vient appeler cette enfant; ça fait cinq ans qu’elle ne cesse de donner : cause, choix et conséquences sur toutes ses pensées, paroles, tout ce qu’elle peut entendre; elle consent, à vivre cela par amour pour Jésus, enveloppée de la présence même de Marie.

Lorsqu’elle est devant Dieu et que Dieu lui dit : «Viens, mon enfant,» c’est incalculable la joie qu’elle reçoit et qu’elle va vivre pour l'éternité, parce que ce mouvement de purification-là est accompli.

S’il lui reste un tout petit peu, un tout petit peu, elle devra alors continuer au moment de la résurrection de sa chair, mais ça se fera dans l’amour, et Dieu nous en parlera dans un autre temps.

Ce que nous devons comprendre, c’est que nous devons suivre le mouvement de la purification, ce qui est déjà commencé.

La purification est commencée pour tous les enfants de la terre, c’est ce que nous vivons en ce moment : il n’y a rien de perdu.

Moi, au tout début, je voulais vivre dans la terre d’amour avec mon mari, je me voyais promener main dans la main; je voulais vivre cela, mais Dieu en a décidé autrement : il est venu chercher mon mari, et j’ai fait ce que Dieu m’a demandé.

J’ai fait ma purification, et je la fais encore; c’est la Volonté de Dieu, ce n'est pas la nôtre, mais ce qui est gagné est gagné, ça ne s’efface pas; tout mouvement n’est jamais perdu, il faut garder l’espoir.

Si Dieu nous veut encore sur la terre pour vivre dans sa terre d’amour totalement purifiés, ce sera sa Volonté pas la mienne.

Si, dans un mois, il décide de m’appeler, j’irai vers lui parce que c’est là qu’il me veut et je sais que c’est pour mon plus grand bonheur et pour ceux que j’aime sur la terre, c’est ça qui est important.

C’est vrai qu’il y en a qui quittent la terre à travers de très grandes souffrances, de très grandes souffrances; ils ne veulent pas quitter leur époux ou leur épouse, ni leurs enfants; ils ont l’impression encore : "Non, c’est pas le temps", mais la maladie l'emporte, et là ils se présentent; ils vivent la conséquence de ce monde parce que Dieu, lui, devait nous appeler sans qu’on connaisse la souffrance, la maladie; mais à cause de l’égoïsme de l’homme, à cause de ses choix devant le péché, l’homme connaît la maladie, la femme connaît la souffrance, les enfants se meurent, et ils sont très jeunes.

Ce n’est pas Dieu qui veut ça, ce sont nos choix devant la tentation, le péché, et nous en vivons les conséquences; mais Dieu nous donne des grâces, Dieu nous donne de l’amour.

Il faut se laisser plonger dans son Précieux Sang; la prière, il faut prier; il faut prier avec amour.

On a délaissé le chapelet, on le reprend le chapelet.

La Mère de Dieu est en train de nous montrer à aimer réciter le chapelet; c’est notre seul moyen de rester droit devant les attaques de Satan.

Il va tout faire, Satan, pour nous empêcher de poursuivre notre purification : il va nous attaquer.

Lorsqu’il sera incapable de nous attaquer, parce que plus nous avançons dans notre purification, plus nous donnons nos pensées : cause, choix et conséquences d'une telle pensée d’une autre; plus nous arrêtons de donner des jugements : cause, choix et conséquences, et plus nous nous maintenons dans la force de Dieu; alors, (comme) il a de la difficulté à nous atteindre, alors il va aller vers vos enfants, vos petits-enfants, il ne lâchera pas.

Comment allez-vous aider vos petits-enfants? La prière.

La prière, accrochez-vous après votre chapelet. La prière, la foi, l’espérance, c’est tellement important, tellement important! Il faut le faire.

Il va tout faire pour vous décourager afin que vous ne priiez pas; il va mettre autour de vous des personnes qui vont vous ridiculiser : "Tu crois à ça?" Il n’arrêtera pas, il va se servir de tout. Ses plans, ils sont déjà conçus contre nous, il va continuer.

Nous avons eu comme une invocation cette semaine après que j’ai eu beaucoup d’attaques; il se sert de personnes autour de nous pour essayer d’arrêter l’œuvre de Dieu.

Mais cette semaine un grand mouvement est monté en moi, et j’ai fait ce qu’il me disait; il a dit comme ça : «Ô Divine Volonté, que toutes les puissances se réunissent pour contrecarrer les puissances de l’enfer».

Cela a fait suite au petit chapelet de l’Obéissance : nous avons eu un autre petit chapelet.

En premier de tout, nous avons eu, par Sœur Faustine, le chapelet de la Miséricorde : quelle puissance que ce chapelet, il faut le réciter avec amour.

Mais, avant tout, on ne peut pas remplacer le rosaire : le rosaire, lorsque nous le disons, écrase la tête de Satan; il faut le dire.

Le chapelet de la Miséricorde : la puissance du Précieux Sang de Jésus, celui qui nous démontre que nous sommes enfants de Dieu dans la foi de Dieu, noyés dans son Sang; ce Cœur qui bat pour nous, ce Cœur qui ne cesse de déverser dans notre cœur des grâces, des grâces de miséricorde pour nous-mêmes.

Nous devons avant tout apprendre à nous pardonner, car lorsqu’on apprend à se pardonner il est plus facile de pardonner à notre prochain; essayez de pardonner à votre prochain lorsque vous-mêmes vous ne vous pardonnez pas vos erreurs : ça ne durera pas, vous allez souffrir.

La miséricorde est un mouvement d’amour qui nous apprend à ouvrir notre cœur comme Jésus a ouvert son Cœur, a laissé déverser son Précieux Sang pour nous, alors nous en faisons de même.

Lorsque nous prions, nous laissons Jésus pénétrer sa miséricorde à l’intérieur de nous, et nous apprenons à nous regarder, à nous aimer, à nous pardonner, c’est ce qu’il fait.

Cela a ouvert une brèche dans notre cœur : le chapelet de la Purification et là, il vient parler, il vient nous démontrer son amour.

Il nous a parlé de la puissance de se laisser purifier l’âme par les sacrements, suivre les dix commandements de Dieu, faire ce que Jésus nous a montré dans son Évangile, sa Bible : vivre sa Vie, mettre nos pas dans les pas du Christ, être à l’écoute de la Volonté de son Père et non pas de notre volonté, vivre son amour, vouloir pour notre chair ce qu’il y a de meilleur, la laisser respirer l’air de Dieu, la laisser regarder à travers les yeux de Dieu, à l’écoute de Jésus, et entendre l’Amour, faire ses mouvements à travers ses mains, ses pas, à travers tout ce qui est de Jésus : la Chair Éternelle.

La purification nous amène à nous regarder comme enfants de Dieu, comme aimés de Dieu; voilà ce chapelet : le chapelet de la Purification de la chair.

Il y a aussi l’appel à la Grande Purification : nous sommes enfants de Dieu, et Dieu nous aime.

Nous devons nous réunir tous ensemble et désirer cette purification-là, la vouloir, demander au Saint-Esprit de nous remplir de sa lumière et de plonger dans sa lumière; mais nous, pouvons-nous faire cela? Il faut le demander, voilà ce chapelet : le chapelet qui nous montre comment vouloir la Grande Purification dans sa Volonté, pas dans la nôtre : "Que ta Volonté soit faite".

Il y a aussi ce chapelet qui fait suite à cela : nous sommes prisonniers à cause de tous les événements qui se passent dans le monde entier; il y a tremblements de terre, il y a la guerre, il y a des épidémies, il y a tout autour de nous des pièges qui nous empêchent de nous accomplir comme des choisis de Dieu.

Il nous maintient, Satan, dans ses pièges, et nous nous sommes fait enchaîner.

Maintenant que nous acceptons de nous laisser purifier, maintenant que nous sommes sincères et que nous voulons que la Grande Purification se fasse non seulement pour nous, mais pour tous les enfants, là nous supplions Dieu de couper les chaînes, parce que nous nous reconnaissons être pécheurs, parce que nous savons que nous sommes aimés de Dieu et que nous lui laissons toute la place, et que nous voulons tous nous réunir ensemble pour qu’il arrête les manœuvres de Satan; et lorsque cela se fait, des chaînes tombent, nous sommes de plus en plus libres.

Mais, il reste toujours cette liberté!

Comment être libre avec une chair qui, malgré la purification, se demande : "Est-ce que je suis vraiment dans ma guérison? Est-ce que je suis vraiment purifié?" Alors, il a sorti un autre chapelet : l’Obéissance.

Un tout petit chapelet et il débute par le Gloire au Père : Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, trois Personnes en un seul Dieu, la Perfection, l’Amour, où tout n’est que pureté, où nous devons être nous-mêmes pureté par leur puissance pour l'éternité, croire en cela pour les siècles des siècles.

Et la Chair Éternelle! Ô Chair Éternelle, Jésus, nous a démontré qu’il est la Chair Éternelle.

La première chair qui s’est montrée aux anges : est-ce que c’est celle d’Adam? C'est celle de Jésus fait Homme.

Jésus est la Matière, Jésus est la Toute-Puissance; tout ce qui est matière est contenu en la matière parfaite : Jésus, le Fils de Dieu.

Jésus, le Fils de Dieu, n’a pas été créé, il a été engendré, mais le Fils fait Homme, dans la Volonté de Dieu, il EST; donc il est voulu de Dieu pour nous, alors il prend tout ce qui est matière, il en est le Maître.

Alors, nous, nous qui sommes chair fait de matière, nous avons été à cet instant dans la Chair Éternelle qui est Jésus; il nous a tous portés avant même que nous soyons; avant même que tout soit, nous étions, nous étions où? En la Chair, la Chair Éternelle, alors nous devons obéissance à la Chair Éternelle.

Mais comment se fait-il que notre chair ne soit pas obéissante à la Chair Éternelle? On reçoit de Jésus un mot d’amour et là on est tout heureux; une heure après : "Ouan, c’est bien ça qu’il m’a dit? Ah!tout d'un coup c’est pas ça! Tais-toi chair, sois obéissante, sois obéissante à la Chair Éternelle".

Alors, Jésus nous apprend, nous apprend à obéir à la Chair Éternelle.

Comment voulez-vous qu’on soit guéris totalement? On ne peut pas guérir totalement puisqu'on doute que Jésus nous a guéris.

Alors, voyez-vous, Jésus nous dit : «Tu es guéri de l’estomac.» "Ah! merci, Jésus"; une semaine plus tard, on a encore des douleurs à l’estomac : "Ah! bien, je suis pas guéri!", eh bien, faisons taire notre chair : "Tais-toi et sois obéissante à Dieu", tranquillement, la douleur diminue, diminue, diminue, diminue, et sans qu’on s’en rende compte on est guéri, ça, c’est ce chapelet.

Mais ce n’est pas simplement (pour nos blessures personnelles); cette après-midi, je faisais ce chapelet en descendant, et j’ai entendu Jésus, parce qu'on arrête une minute, et ce qui est bien, c’est que Jésus nous fait monter des choses; alors, il disait : «Je guéris les cœurs orgueilleux, les cœurs qui ont souffert à cause de l’orgueil»; voyez-vous!

Alors, j’ai commencé le chapelet, un petit chapelet qui comporte un Gloire au Père et qui comporte trois invocations à la Divine Volonté : «Divine Volonté, conduis-nous à notre guérison totale».

«Ô Chair Éternelle, rends notre chair obéissante à la guérison» : dix, pourquoi? Parce que notre chair a tendance toujours, elle, à revenir puis à revenir; alors, voyez-vous, les dix veulent dire : "Ça vient souvent ça!"

Et après trois fois comme ça : trois invocations, une dizaine; trois invocations, une dizaine; trois fois, et ça se termine par la grâce : «Dieu Divin, nous te rendons grâce pour notre guérison. Amen» : une fois; Dieu n’est pas sourd, il entend.

Ce nouveau chapelet fait suite à tous les autres. S'il y en a d’autres? Ce sera à lui de le savoir.

Savez-vous qu’il y a un chapelet qui contient tout cela? Le Chapelet du Père.

Qui connaît le Chapelet du Père?

 

Salle : J'en ai déjà entendu parler…  J'ai déjà lu ça, mais… Moi, je le dis à tous les jours…

 

Le Chapelet du Père contient tous les petits chapelets qui nous amènent au grand événement : la Terre Nouvelle.

Essayez de retrouver ce chapelet et méditez chaque octave et vous allez voir comment ce chapelet nous a été donné par Dieu le Père lui-même à sœur Eugénie, et tout est déjà là.

C’est merveilleux de savoir que le Ciel a tout préparé pour nous.

Nous, qu’est-ce qu’on a vu? On n'a rien vu, pourquoi? À cause de notre chair, notre chair qui, elle, est trop assujettie au péché, est si étourdie; alors, on est tout étourdis et on ne voit pas.

Quand le Saint-Esprit dit : «Là, c’est le temps que tu vois», là il y a des choses merveilleuses qui nous sont dévoilées.

Alors, si vous voulez bien, on va prendre un petit peu de temps pour questions et réponses; vous aimez bien les questions et les réponses? Alors, on va prendre ce petit temps-là.

Alors, s'il y en a qui peuvent commencer, moi je vais répéter vos questions, juste pour l’enregistrement.

 

Q.  Le quatrième chapelet, l’obéissance, est-ce qu’il va être écrit, moi je m’en souviens juste après une couple de fois de même, je le sais plus là : aussitôt dit, j’oublie.

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : On l’a reçu la semaine passée, alors il a commencé à circuler au Québec; alors, vous allez pouvoir l’avoir.

Il y a même des personnes qui, une personne entre autres, qui a déjà commencé à faire des chapelets, et la petite prière est à l’intérieur; ça, c’est une chose que vous pouvez avoir.

Il y a la petite croix qui nous montre que c’est Dieu qui nous dit quoi demander : entrez à l’intérieur de vous, vous allez voir qu’il y a des choses qui vont monter; après, le premier grain du chapelet c’est le Gloire au Père suivi de trois grains; après ça, il y en a dix grains; après ça, il y en a trois, dix, trois, dix et c’est un : on retourne sur le Gloire, on fait la dernière.

Et c’est très simple, ce n’est pas long.

 

Q.  Pourrais-tu nous parler un peu, si tu veux, de la confession, si vraiment ça guérit ou bien s'il y a quelque chose là-dedans qu’on va chercher pour nos besoins ou bien juste pour aller…?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Le sacrement de la confession, c’est un mouvement d’amour, c’est un mouvement qui vient nous chercher, c’est un mouvement qui nous montre à nous aimer.

Celui qui ne va pas à la confesse, celui qui ne dit pas ses péchés au pied de la Croix ne s’aime pas.

 

Q.  Il ne s’aime pas!

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Celui qui ne va pas à la confesse et qui ne va pas dire ses péchés à un prêtre, qui ne va pas à la Croix, ne peut pas dire qu’il s’aime, il ne s’aime pas : il demeure avec sa souffrance, il consent à se laisser souffrir.

Qui peut nous enlever la souffrance, qui peut nous consoler, qui peut nous bercer, qui peut nous chanter des chansons, qui peut faire que nous soyons des tout petits enfants devant Dieu le Père? Le Fils, le Fils qui écoute l’enfant de son Père.

Parce que lorsqu’on va à confesse, Jésus, du haut de sa Croix, il regarde, il regarde son enfant puis il dit : «Je t’aime, regarde, mon Sang il coule sur toi en ce moment même, il est en train de te laver.

Je te lave de mon Précieux Sang, je te lave de mon Eau d’amour : regarde comme tu es beau, regarde comme tu prends de la valeur à tes yeux.

Moi, je connais mon Sang, je connais mon Eau, je connais la valeur de mon amour, de l’amour de mon Père pour toi.

Est-ce que toi tu connais cela? Est-ce que tu connais l’amour de mon Père pour toi qui veut que son Fils coule de son Sang sur toi, qu'il te lave afin que tu sois tout pur pour Lui?»

Voilà la confesse, c’est un mouvement qui nous amène au pied de la Croix.

Pas un enfant qui va à la confesse ne se retrouve pas devant Jésus au pied de la Croix : c’est le mouvement de l’amour, c’est le mouvement de la purification, le mouvement de guérison, le mouvement de lumière, c’est un chemin.

Le sacrement de la Pénitence, c’est un chemin qui nous conduit à la Vie éternelle, à l’Amour.

Comment comprendre ce mouvement? Il fallait que Jésus porte la Croix, porte nos péchés; il fallait que Jésus marche sur cette terre, qu'il laisse pénétrer dans sa chair meurtrie des pierres, que sur ces pierres coule son Sang.

Chaque pierre, c’est celle que nous avons lancée à notre nous-même; nous nous sommes lancé des pierres. Lorsqu’on lance des pierres, ça fait mal, ça peut amener à la mort; alors, lorsqu'on va voir Jésus, là on guérit, il nous enlève une pierre, on la lui donne, et lui met un baume d’amour, il nous rend fort; on sort de la confesse, on est tout illuminé, on est léger, on est bien.

Oh! c’est vrai qu’on retombe, mais Jésus, lui, il est là pour nous aider à revenir à la confesse.

Oui, la confesse, c'est tellement important, c’est tellement beau!

Moi, dans ce que je vis, le Seigneur m’envoie souvent à la confesse, où qu'il m’envoie à la confesse, hé, ce n’est… : "Oui, Esprit"; le Saint-Esprit dit ce que je dois dire et croyez-moi qu’il n’oublie rien, mais rien; des fois, c’est tellement difficile, mais que c’est grand!

Quand je sors de là, une force est en moi, je ne peux pas l’expliquer, là je m’abandonne.

Sans la confesse je ne pourrais être ici; c’est dans la confesse que j’ai la force, c’est dans la communion que je reçois l’abandon; il faut que j’aille m’offrir pour recevoir l’abandon : c’est pour chacun de nous.

Le prêtre, quelle saveur, quelle force, quelle puissance! Le prêtre, par le sacrement de l’Ordre, entre dans sa prêtrise ministérielle comme un mouvement d’amour; il ouvre le Ciel pour nous; l'homme qui souffre, doit vivre sa purification lié avec nous.

Il doit vivre ce que nous vivons parce qu’il est enfant de Dieu, parce qu’il est prêtre et que nous sommes prêtres aussi, parce que nous sommes choisis de Dieu, peuple choisi, il fait partie de ce peuple.

Mais s’il a été choisi, lui, pour devenir quelqu’un qui doit mourir pour nous faire vivre, il doit le faire, mais Satan fait tout pour le détruire.

Il ne peut pas toucher au prêtre, il est intouchable le prêtre, mais sa volonté humaine. Oh! qu’ils sont malmenés! Notre devoir à nous c’est de prier pour l’enfant qu’il est, l’enfant fragile.

Il nous sera demandé à nous, qui sommes les choisis, ce que nous avons fait pour le petit être fragile, car ce petit être fragile nous en avons besoin comme nous avons besoin de mon frère, de ma sœur, mais lui, lui il est attaqué.

Imaginez-vous combien d’âmes il nourrit par son sacrement de l’Ordre, et Satan ne veut pas ça.

Il a tout fait pour détruire Jésus, il a incité les bourreaux à malmener Jésus d’une façon inimaginable, il a fait la même chose avec tous les prêtres.

Voyez-vous qu’il faut prier Marie? Elle, elle nous soutient.

Elle a expliqué cela Maman Marie dans une rencontre que nous avons eue dans l’ouest avec les Polonais, traduite en polonais.

Ah! après ça, qu’on a connu des choses! C’est extraordinaire la puissance du prêtre, mais combien ils ont été attaqués par Satan.

La confession, la confession ne peut être que s’il y a un prêtre.

Voyez-vous pourquoi ils sont attaqués? Il ne veut pas qu’on se retrouve au pied de la Croix, qu’on laisse Jésus déverser sur nous son Précieux Sang et nous laver de son Eau d’amour, il ne veut pas, Satan.

Alors, notre chapelet, ça, c’est de la puissance! Alléluia.

 

Q. Tantôt quand tu as expliqué : Jésus vient chercher l’âme ou l’âme monte puis la chair reste sur la terre; quelqu’un qui se fait incinérer là, c’est-tu mauvais ou c’est quoi? La chair, elle reste sur la terre, comment tu expliquerais ça pour qu'on comprenne plus, s'il est brûlé le corps, incinéré?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Au tout début, l’homme fut créé et lorsqu’il mourait il retournait à la terre.

Vint un temps où les hommes ont brûlé la chair pour offrir la chair.

Dieu va vous raconter une histoire : "Un jour, des enfants se sont promenés, ils ont regardé le ciel et le ciel était dans une telle rage! Il y avait des nuages de toutes les couleurs : rouge, orange, violet, mauve, écarlate.

Ça venait de l’est, de l’ouest, ça se frappait l’un et l’autre; on entendait le tonnerre, il y avait les éclairs, tout semblait être déchaîné et ces enfants regardaient le ciel; ils ne voulaient croire ce qu’ils voyaient, mais tout était devant eux.

Ils étaient apeurés, ils ne savaient pas où se jeter, car là où ils allaient, il y avait toujours ce ciel, ce bruit; le ciel était en colère, le ciel voulait les frapper.

Alors, on entendit, on entendit une voix : «Vous ne méritez pas de vivre, vous ne méritez pas d’être devant ma face, je vais vous anéantir.»

Les enfants qui entendaient cela se sont mis à trembler et non seulement ils étaient apeurés par tout ce qu’ils voyaient, mais ils étaient affolés par tout ce qu’ils venaient d’entendre; ils se sont cachés face contre terre, ils voulaient disparaître, ils criaient : "Non, non."

Et ces enfants ont dit : "Nous ne voulons pas, dis-nous quoi faire, nous ferons tout pour te plaire"; alors, ils ont eu dans leur cœur un mouvement : reproduire tout cela pour tous ceux qui étaient la cause de ce qu’ils voyaient et entendaient.

Alors, ils ont pris des êtres et ils ont voulu offrir à ce dieu ces enfants qui étaient des enfants désobéissants, désobéissants à ce qu’eux voulaient, à ce qu’eux demandaient.

Ils croyaient connaître la vérité, ils croyaient connaître ce qui était bon pour eux, mais tout ce qu’ils obtenaient ne les satisfaisait pas; alors, ils ont dit : "Puisqu’ils ne font pas ce que nous demandons, ce sont des êtres mauvais, et ils ne méritent pas que nous leur donnions un sépulcre sacré".

Ces enfants ont connu la mort, parce qu’ils ont connu la mort, ils devaient donc connaître leur châtiment : ils méritaient ce qu’ils étaient, alors ils ont brûlé ces corps impurs.

Ils ont fait disparaître ce qu’ils voyaient, et cela a amené les façons de faire disparaître les corps indésirables.

Lorsque l’être humain entre dans sa fragilité, lorsque l’être humain entre dans sa peur, lorsque l’être humain est incapable de comprendre, lorsque l’être humain se laisse prendre par tout ce qui est devant lui comme quelque chose de plus fort que lui, il est prêt à tout pour faire disparaître la cause de la douleur.

Mes enfants d’amour, l’homme a souvent été dans ses peurs, l’homme a souvent été dans son imagination.

C’est ainsi qu’on a offert au mal ce qu’ils croyaient être le mal, afin d’obtenir la disparition de leurs peurs, de leurs craintes.

Aujourd’hui, les hommes et les femmes ont passé beaucoup d’années, d’années et d’années à suivre des lois.

Il y eut des lois qui ont porté les hommes à brûler les corps, il y eut des lois qui ont amené les hommes à respecter les corps pour leur donner un sépulcre d’amour.

Dieu a créé l’homme avec la terre et l’homme, dans son amour, a voulu redonner à la terre ce qui était sorti de la terre; on perd tout cela aujourd’hui.

On donne à l’homme un choix et parce que l’homme retient en lui ses convictions, on respecte cela; on fait naître des besoins, et les besoins sont là devant les hommes.

Aujourd’hui, on veut incinérer les corps, d’autres ne veulent pas, ils veulent mettre leurs morts dans la terre et laisser à Dieu ce qui est à Dieu sans forcer l’œuvre qui est celle de Dieu.

Il n’y a rien qui appartient à l’homme, tout est à Dieu, même la destruction de la chair appartient à Dieu, n’appartient pas à l’homme.

On dit faire disparaître la chair par le feu afin qu’il n’y ait pas contamination, mais d’où vient la contamination si ce n’est pas du péché? Conséquence de tout ce qui est mal, conséquence de tout ce qui fait peur, conséquence qui porte l’homme à écouter ses désirs et, bien souvent, ses désirs c’est de détruire, de punir; si ce n’est pas cela, il se dit vouloir protéger les autres, n’est-ce pas la peur qui emmène tout cela? L’homme s’est donné lui-même sa propre souffrance.

L’Église aujourd’hui accepte cela, mais au plus profond d’elle, elle demeure dans ses convictions : que Dieu est le seul Maître de tout ce qui est à lui, de reprendre ce qui est à lui : «Poussière tu es et poussière tu retourneras. Je te redonnerai la vie, je remettrai en ta vie tout mouvement et tu reprendras chair.»

Rien n’arrêtera Dieu, aucun vent ne pourra disperser l’unité.

Petits enfants d’amour, priez, priez afin que la Volonté de Dieu soit dans le cœur de tous les enfants des hommes et ainsi l’homme sera devant l’enfant de Dieu."

Amen.

 

Q : Quand Jésus t'a dit dans le livre que l’enfer existait, puis qu’il ne pouvait pas le faire disparaître, que c'était Dieu le Père qui l’avait créé l’enfer?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsque Dieu vit ses anges infidèles, à cet instant, l’enfer fut le lieu où eux ont choisi d’être.

La lumière ne peut habiter avec les ténèbres, l’orgueil ne peut habiter avec l’amour.

Voilà pourquoi les anges déchus ont dû disparaître devant la Face de Dieu.

Dieu aime ses anges, c’est sa création; croyez-vous que Dieu a haï ses anges qu’il avait créés? Croyez-vous que Dieu n’a pas regardé ses anges qui refusaient d’adorer le Fils de Dieu? Il les a aimés et il les aime, mais ils ont refusé, ils ont refusé la Lumière, ils ont refusé de s’incliner devant la Beauté, ils sont devenus ce qu’ils ont voulu être : des anges déchus : la laideur, la haine, la destruction.

Ce sont des esprits, et ils sont dans la mort éternelle parce qu’ils ont refusé d’adorer la Vie Éternelle.

 

Q.  Moi, l’enfer, c’est quoi? Ça existes-tu sur la terre ou c’est quoi l’enfer, le ciel, le purgatoire, enfer? C’est dur à comprendre?

 

R.  La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que Dieu fait pour ses enfants, il le fait avec amour; il guide ses enfants, il les conduit là où cela est bon qu’ils soient.

Si certains d’entre eux ont été choisis pour leur montrer l’enfer, c’est parce que Dieu l’a voulu afin qu’ils puissent témoigner que cela existe.

Là où est l’enfer, là où les enfants de Dieu n’ont pas à savoir.

Est-ce que cela nous ferait grandir? Cela nourrirait qu’une curiosité et toute curiosité nous amène à vouloir d’autres choses; laissons à Dieu ce qui est à Dieu.

Ces lieux sont des lieux où les enfants de Dieu ont eux-mêmes choisi d’aller : personne ne va en enfer si ce n’est que la personne elle-même le désire, tout comme les anges déchus.

Le purgatoire en est de même, c’est un lieu de souffrance où ils choisissent d’aller par amour.

Laissez à Dieu le soin de vous donner la nourriture qui vous est nécessaire au présent.

Amen.

Alors, nous allons nous arrêter ici. Merci.