Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Saint-Malo, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-11-18

 

Jésus : Votre foi vous a conduits, chacun de vous, ici ce soir pour faire la Volonté de Dieu; il veut que nous, on soit des choisis.

La Volonté de mon Père est avec chacun de vous; il est de moi de vous instruire sur la Volonté de mon Père; la Volonté de mon Père est au-dessus de la volonté des hommes : aucune loi humaine ne peut être au-dessus des lois de mon Père.

Voici des jours bénis pour chacun de vous; chacun de vous (devra) être marqué du signe d’enfant de Dieu sur le front; chacun de vous devra être marqué du signe de l’Amour; la Croix est le signe de l’Amour pour celui qui accepte de mourir en le Christ.

Le signe de la croix a été pour vous un signe de libération : il vous a libérés du péché, il vous a amenés à suivre le chemin, un chemin fait de votre volonté, votre volonté qui a été lourde sur vous.

Vous avez porté une croix sur vos épaules : elle était fait(e) de vos péchés; chaque jour que vous avez vécu sur la terre (a) été des jours, des jours qui vous démontraient que vous étiez esclaves du péché.

Maintenant, la Croix sera pour vous un signe d’amour, elle sera fait(e) de l’amour de Dieu; c’est moi, Jésus, qui vais prendre votre croix et je vais vous donner ma Croix; ma Croix est libératrice, elle libère vos jours, vos jours de noirceur.

Dieu mon Père a choisi ces jours pour vous afin que vous vous donniez entièrement à moi, son Fils, afin que vous puissiez mourir en moi, son Fils; tous ceux qui accepteront : vivront.

Je suis la Vie éternelle et tous ceux qui accepteront de me donner leur vie, afin de mourir en ma Vie, auront la vie éternelle.

Mes enfants d’amour, je vous rappelle mes paroles, vous qui avez oublié ce que j’attendais de vous; j’ai démontré mon agir.

Le Ciel a choisi parmi vous un(e) enfant, une enfant qui devait se donner sans compter, remettant entre mes mains sa vie : une vie entière s’est donnée à Jésus, renonçant à tout ce qu’elle avait connu pour aller là où Dieu le voulait.

Ce que j’ai fait pour cet instrument, qui est de moi, je veux le faire pour chacun de vous; je veux que vous soyez abandon entre mes mains; je veux vous marquer du signe de l’Amour afin que vous puissiez vous reconnaître les uns les autres comme étant à Jésus; je veux vous apprendre à renoncer à ce monde afin que vous ne viviez que pour moi.

Enfants d’amour, je veux que vous preniez un instant, et cet instant sera marqué pour l’éternité, dans mon temps d’amour; je veux que vous avanciez, là, à mon appel, pour vous faire marquer du signe de l’Amour sur le front.

Moi, le Christ-Prêtre, je veux faire de vous les élus de mon Père; tous ceux qui seront aujourd’hui marqués du signe d’enfants de Dieu seront bénis de mon Père, et tous ceux qui voudront l’être, mais sont absents, seront bénis eux aussi par moi.

Je donne ordre à tous mes anges de se préparer afin qu’ils puissent être à l’écoute de leur Dieu; je place mes anges pour qu’ils puissent se préparer à marquer sur le front tous les élus de mon Père; enfants d’amour, telle est ma Volonté.

Tous ceux qui ne pourront pas venir à mon prêtre seront marqués par mes anges; ceci est pour vous afin que vous soyez témoins de mon agir, afin que vous soyez témoins de la Volonté de mon Père; à tous ceux qui voudront écouter, pour tous ceux-là, ils recevront des grâces afin qu’ils puissent s’accomplir devant la face de mon Père.

Mes enfants d’amour, maintenant, soyez dans l’obéissance et allez de par le monde propager ma Parole, ma Volonté.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu a préparé cet instant pour chacun de nous; il veut que son prêtre ici présent marque sur le front tous ceux qui accepteront ce signe d’amour.

Ce temps a été choisi par Dieu le Père depuis toute éternité; alors, nous devons prendre une décision si nous voulons être marqués sur le front, et cela se fait par son choisi.

Nous avons parmi nous un prêtre qui, dans la foi, est venu marquer les enfants de Dieu; cela ne pouvait pas venir de lui, mais de la Volonté de Dieu.

Dieu a préparé ce prêtre depuis toute éternité pour chacun de nous.

Chaque prêtre qui marquera au front les enfants de Dieu (est) choisi, car tout est en eux; Dieu le Fils les a préparés afin qu’ils puissent accomplir la Volonté de son Père; alors, à tous ceux qui le veulent, nous allons prendre un instant et nous accomplir.

 

Jésus : La foi vous est connue lorsque vous vous abandonnez; à celui qui veut croire, Dieu lui accorde ce qu’il demande; Dieu seul connaît l’intérieur de votre être : celui qui cherche, trouve.

Enfants d’amour, vous vivez dans un monde où la plupart des enfants ne cherchent plus, ne cherchent plus la présence de Dieu; mais je suis en vous, et je vis en tous les enfants du monde; ma Croix a fait d’eux des êtres vivants.

Parce qu’ils ne me cherchent plus, parce qu’ils ne veulent plus croire en moi, ils sont devenus des êtres morts, ne voulant que regarder que ce monde, un monde qui a évolué ; l’évolution n’apparaît qu’en celui qui se croit évolué.

Mais combien (d’)enfants de ce monde ont perdu l’amour en eux! Eux qui étaient vivants par ma Croix ne croient plus en la nécessité de venir au pied de la Croix, ils ont rejeté loin d’eux la Croix d’amour; ils ont pris sur leurs épaules leur propre vie et ils sont partis vers des chemins et, sur ces chemins, ils ont appris à découvrir ce qui leur était nécessaire en se donnant des plaisirs, en s’adonnant à des faussetés; ils ont fixé leur regard vers l’extérieur, négligeant leur intérieur.

Eux qui viennent de parents qui ont prié ne veulent plus prier, ils ne veulent plus se priver, ils veulent faire ce qui leur plaît; le luxe est entré dans leur vie, la facilité a fait d’eux des êtres impurs.

Ils se croient maîtres de leur vie, alors qu’ils ont donné leur vie à ce monde : un monde qui les manipule, un monde qui leur fait accroire que tout est facile, un monde qui leur fait accroire que l’argent peut leur apporter le bonheur.

Parce qu’ils ont cru à toutes ces faussetés, les enfants de ce monde ne veulent plus de Dieu, de leur Dieu qui leur a donné la vie, afin qu’ils soient sauvés de la mort; ces enfants marchent comme des aveugles et cela les conduit vers un précipice.

Enfants, écoutez la voix de votre Dieu en vous; en ces temps où le monde n’écoute que lui-même, en ces temps où il n’y a que souffrances, en ces temps où la jeunesse n’a plus d’espérance, ce qu’elle voit, c’est un monde, un monde exigeant, un monde qui (lui) demande du temps, un monde qui ne se soucie plus de la famille, la jeunesse d’aujourd’hui est obligée de suivre le pas et ceux qui suivent le pas sont fatigués, fatigués d’un monde qui leur montre quoi faire.

On a exigé de la jeunesse ce que les anciens n’ont pas fait : avant, les êtres humains vivaient avec ce qu’ils étaient : des êtres qui pensaient à rendre heureux leur famille, des êtres qui passaient la famille avant le travail; avant, le travail était un moyen qu’ils avaient pour rendre leur famille heureuse, mais, aujourd’hui, c’est le travail avant tout et la famille est négligée.

Aujourd’hui, les couples ne s’entendent plus parce qu’ils sont trop fatigués; aujourd’hui, les enfants qui ont de la foi ne peuvent plus la faire sortir d’eux-mêmes; parce qu’ils ont l’impression de perdre leur temps, ils ont l’impression que Dieu ne les écoute plus, comme ils sont découragés, ils ne prient plus.

Ils ont appris, à cause de ce monde, de prendre leur vie en main; ils ont mis entre leurs mains la vie de leurs enfants, mais comme eux-mêmes ne sont pas capables de se rendre heureux, ils regardent leurs enfants et ils se demandent si leurs enfants seront heureux.

Les enfants de ce monde sont perdus, ils ne peuvent plus voir ce qui est en avant d’eux; ils avancent aveuglément dans un monde de peu de foi et ce qu’ils récoltent, c’est de l’amertume et, pour se consoler, ils vont vers des plaisirs.

Leur loisir, c’est le magasinage; leur temps est pris pour la décoration; on ne cesse de courir à droite et à gauche pour aller porter les enfants dans des cours, et eux s’essoufflent à force de faire du jogging.

Ils ont appris à bien fonctionner dans un monde moderne, à satisfaire leur personne en suivant des régimes; ils ont appris à devenir des superwomen.

Le monde d’aujourd’hui, mes enfants, cherche à se faire du plaisir en demandant à son voisin de penser comme lui, en exigeant devant les autres à répondre à ses railleries.

Lorsque des personnes passent des heures à chercher des plaisanteries, en prenant comme exemples les gaucheries de leurs voisins, ils se donnent des humours détournés; les (humoristes), mes enfants, ne peuvent apporter que ce qu’ils connaissent; alors, ce qu’ils sortent, c’est un peu d’eux-mêmes.

Le monde d’aujourd’hui, mes enfants, se voit comme des clowns; ils ne savent pas se prendre au sérieux, ils sont incapables de se reconnaître blessés, alors ils tournent à la dérision ce qu’ils ont en eux; voyez-vous, mes enfants, chaque enfant qui blesse un autre se blesse lui-même.

Aujourd’hui, les enfants de ce monde ont appris à ridiculiser ce qu’ils sont afin de trouver du bonheur; le bonheur est en soi, il n’est pas à l’extérieur; tout ce qui sort de l’enfant démontre ce qu’il est en lui.

Dieu fait appel à chaque enfant afin qu’il puisse se reconnaître tel qu’il est.

Ce monde moderne n’a pu comprendre les enfants de Dieu; ce monde n’a pu démontrer, à l’être qu’il est, qu’ils sont malheureux loin de Dieu; un monde sans Dieu ne peut être un monde heureux; un monde sans Dieu est un monde sans amour; il n’y a que Dieu qui va vous transformer en êtres d’amour.

Tout ce que vous êtes en vous doit être entre les mains de Dieu, afin que Dieu puisse guérir vos blessures, afin que vous reflétiez l’amour qui est en vous; ainsi, personne ne ridiculisera l’être qu’il est pour démontrer aux autres qu’il est heureux, car ce qu’il sera se verra à l’extérieur; tout sera dans l’harmonie, tout ce qui sera en lui sortira de lui et ceux qui le regarderont verront l’amour.

Enfants d’amour, vous avez voulu regarder ce monde, et ce monde qui s’est cru capable d’enrichir n’a fait que vous appauvrir; celui qui se dit être dans le besoin, celui-là connaît l’amour.

Lors(qu’un) enfant demande à Dieu de l’aide, il reçoit des grâces et Dieu le comble, et Dieu lui donne ce qui est nécessaire pour sa vie éternelle; mais celui qui se dit être dans l’abondance ne demande rien à Dieu, car il a tout ce qui lui plaît, alors il oublie la vie éternelle que Dieu veut lui donner.

Le monde d’aujourd’hui a réussi à vous faire oublier la vie éternelle; le monde d’aujourd’hui vous a amenés à découvrir l’abondance; le monde d’aujourd’hui vous a amenés à faire de vous des êtres sans foi, sans espérance; ainsi, tous ceux qui avancent dans ce monde avancent sans connaître ce qui vient.

Lorsqu’on se tient loin de Dieu, on n’apprend pas à reconnaître les signes du Ciel; ils ne reconnaissent pas ce que le Ciel fait pour eux; ils refusent de reconnaître que Dieu les rappelle à l’ordre; ils se disent être au-dessus de tout cela.

Aujourd’hui, le monde se dit si évolué qu’il n’a pas besoin de croire à ces racontars; l’Église, pour lui, devient de la supercherie, alors il ne veut plus croire à ce qu’il entend; il se croit maître de ses propres opinions, mais ses opinions ont été nourries par les médias.

La masse, mes enfants, n’a  pas de foi; la masse, mes enfants, ne peut connaître l’abandon, car elle se croit pour Dieu; lorsqu’on veut connaître Dieu, il faut entrer en soi, il faut accepter d’être seul avec Dieu afin d’entendre sa Volonté, là seulement l’être commence à voir et à entendre.

Mais comment peut-il être seul avec lui-même alors qu’il est toujours en train d’écouter des sons qui lui parviennent des appareils? Il s’étourdit dans ce monde, il ne veut pas être seul, car on lui a appris à toujours être en activité; lorsqu’on passe des heures devant la télévision, lorsqu’on passe des heures à écouter la radio, cela entre en soi, et l’être ne peut plus se passer de tous ces sons; il devient esclave du bruit.

Moi, votre Jésus d’amour, je vous parle pour vous faire entendre ma Volonté; celui qui s’arrête, celui qui prend un temps pour le donner à Dieu, Dieu le comble.

Ce monde n’a pu vous faire comprendre que vous devez entrer en vous, parce qu’il voulait vous manipuler afin que vous soyez à son écoute.

On pousse les enfants de Dieu à ne pas reconnaître Dieu; on a voulu arracher de vous la présence de Dieu, mais moi qui suis en vous, moi qui suis la Présence, je suis là à vous protéger, à déverser en vous des grâces de foi.

À chaque jour j’ai été présent dans votre vie; j’ai vécu, mes enfants, dans votre monde sans foi, j’ai entendu tous ces mensonges, voici pourquoi je vous parle ouvertement.

Cet instrument s’est abandonné entre mes mains; elle a renoncé à elle-même pour braver les moqueries; j’ai déversé en elle l’amour pour passer à travers les enfants qui parlent contre elle; j’ai déversé en elle des grâces de paix afin qu’elle soit abandonnée entre mes mains; j’ai déversé en elle des grâces d’abandon.

Elle a renoncé à sa vie pour que chacun soit à l’écoute de Dieu; cela ne pouvait pas venir d’elle, car tout ce qu’elle était, Dieu l’a formée; elle a été en ce monde et je l’ai retirée de ce monde.

À tous ceux qui veulent entendre, qu’ils entendent.

Chaque enfant qui entre(ra) dans ma Terre Nouvelle sera un enfant qui renoncera à ce monde; là où Dieu veut vous amener, vous n’amènerez rien de ce monde; tout sera ce que Dieu veut pour vous; rien ne viendra de vous pour faire de vous des êtres impurs.

Alors, j’arracherai de vous toute impureté et tout ce qui sera impur autour de vous disparaîtra; chaque enfant vivra en être d’amour dans ma terre d’amour; on n’aura plus peur, on sera dans la joie; tous les enfants de Dieu rendront un culte à Dieu, cela viendra en vous; puisque vous serez purs, tous vos gestes seront purs, toutes vos pensées seront pour plaire à Dieu, et Dieu vous donnera tout afin que vous soyez heureux.

Enfants d’amour, je ne vous parle pas de quelque chose qui n’existera pas, je vous parle de ce que mon Père veut pour vous; ce temps a été choisi, ce temps est voulu de mon Père; le monde d’aujourd’hui que vous connaissez, mes enfants, n’existera plus.

Le monde, mes enfants, n’a pas fait de vous des êtres heureux, mais des êtres esclaves de leur propre façon de vivre; regardez chacun de vous : avez-vous choisi de vivre ainsi? Est-ce qu’à chaque matin, mes enfants, vous pouvez vous lever en disant que la journée est belle, que vos enfants sont heureux, que votre vie est paisible?

Voyez-vous, mes enfants, ce monde n’a pas réussi à vous rendre heureux malgré le modernisme; toute cette évolution n’a fait que vous écarter de la vérité; ce cahot, mes enfants, n’est pas venu à vous par la Volonté de Dieu, vous avez tous été libres de choisir; chacun de vous avez en vous le pouvoir de dire oui ou de dire non; le monde d’aujourd’hui va continuer à vous séduire.

Lorsque viendra le moment où vous serez devant votre jugement, c’est vous-mêmes qui devrez choisir : choisir de continuer de vivre en ce monde ou de renoncer à ce monde et de venir vers moi, Jésus; puis, moi, je vais vous faire vivre en mon monde d’amour; c’est Dieu qui vous rendra heureux, c’est Dieu qui fera de vous des êtres parfaits; j’arracherai de vous le mal, je purifierai votre chair.

Croyez à ce que je vous dis : vous ne pleurerez plus, mes enfants, vous ne connaîtrez plus la maladie ni la vieillesse; vous vivrez en couple heureux; mes choisis seront heureux dans leur sacerdoce; ceux qui se consacreront à moi seront dans la joie; les familles se multiplieront; les enfants ne connaîtront jamais l’oppression; tout cela, c’est mon monde d’amour.

Je suis venu sur la terre et j’ai accompli la Volonté de mon Père en tout; j’ai démontré aux enfants que j’étais le Fils de Dieu; j’ai rendu la vue aux aveugles, j’ai fait revivre les membres aux paralytiques, j’ai rendu la vie à des êtres morts; est-ce que ce monde a pu faire ainsi? Est-ce que ce monde a pu vous démontrer qu’il pouvait vous rendre heureux? Tout ce qu’il a pu vous démontrer c’est sa puissance, en prenant des moyens connus avec son intelligence; son intelligence est limitée.

Moi, je suis l’Intelligence pure, mes enfants; en moi tout est parfait, car je suis le Fils de Dieu et tous ceux qui viendront mourir en moi recevront ce que mon Père m’a donné; ces paroles, mes enfants, sont vérité, sont lumière; allez voir votre Évangile, allez lire votre Évangile et vous y verrez la vérité; n’est-ce pas des paroles qui se sont inscrites? Si vous croyez en Jésus, alors croyez en ce que j’ai fait écrire par la puissance du Saint-Esprit aux apôtres.

Mon Église a été fondée pour que vous croyiez; vous êtes membres de mon Église, alors croyez en Celui qui en est la Tête; ayez la foi, croyez en la bonne nouvelle; j’ai annoncé à mes apôtres le règne de mon Père sur la terre; le temps, mes enfants, vous empêche-t-il de croire? À vous de choisir si vous voulez croire.

Mes apôtres ont cru et ils se sont conduits en enfants de Dieu; ceux qui sont venus après eux ont cru et ont vécu en enfants de Dieu; et vous, mes enfants, croyez et conduisez-vous en enfants de Dieu; les enfants de Dieu ont les yeux fixés vers Dieu, ils n’ont pas les yeux fixés vers ce monde.

C’est vers moi que vous allez venir; vous (devrez) quitter ce monde un jour; que ce soit pour aller vers le Royaume de mon Père, que ce soit pour venir vers mon monde d’amour, vous devez vous conduire en enfants de Dieu, vous devez avoir la foi en le Fils de Dieu, vous devez croire en mon Évangile.

Pourquoi ce doute en vous? Pourquoi cette peur en vous? N’est-ce pas parce que ce monde a fait que vous ayez peur?  N’est-ce pas que ce monde a fait de vous des êtres incrédules? Fermez vos oreilles à ce monde et écoutez votre intérieur.

Je suis Jésus, je vis en vous, alors croyez en cela et vivez en êtres vrais, remplis d’espérance à ce que je vous ai dit.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Jésus prépare chacun de nous à vivre dans sa Terre Nouvelle, à vivre en êtres d’amour; nous serons des êtres d’amour que si nous apprenons à connaître qui nous sommes en nous.

Jésus nous habite et c’est Jésus qui va nous rendre amour à l’intérieur de nous; chaque jour, nous allons découvrir que Jésus est présent maintenant; Jésus va nous faire découvrir lentement ce qui nous habite, parce qu’un monde se prépare, un monde d’amour est pour nous.

Nous avons vécu dans un monde (tout) fait pour nous; c’est lui qui pensait pour nous, c’est lui qui agissait pour nous; avec tout ce qu’il a appris, lui, il nous a appris qui nous étions; il nous a démontré, ce monde, que nous pouvions nous connaître, il nous a aussi appris à reconnaître notre prochain.

Il n’a pas pu nous apprendre qui nous étions en nous, il n’a pas pu nous faire apprendre qui était notre prochain en lui, parce que ce n’est que Jésus qui nous connaît et c’est seulement Jésus qui connaît notre prochain; maintenant, c’est le temps de laisser la place à Jésus.

Jésus nous dit qu’à l’intérieur de nous il y a des mouvements que nous ne connaissons pas; nous avons, en chacun de nous, laissé entrer ce qui était à l’extérieur, et ce qui est entré en nous a fait de nous des êtres impurs, des êtres blessés, des êtres qui n’ont pas appris à se défendre contre le mal; cela est entré en nous par des moyens extérieurs; ce moyen, c’est la télévision, la radio.

Nous avons aussi laissé entrer en nous des paroles qui (ne) nous appartenaient pas; ces paroles, (ce sont) celles inventées par les hommes; il n’est pas sain pour les enfants de Dieu de laisser entrer en nous des paroles qui nous portent à juger notre prochain; nous avons vu souvent la colère autour de nous, nous avons vu souvent la haine sous toutes ses formes.

L’impureté est entrée en nous par la télévision, la radio; aujourd’hui, on se promène dans les rues et on ne cesse de regarder l’impureté; il faudrait se promener avec un bandeau pour ne pas laisser pénétrer en nous ces images; on ne respecte plus l’être que nous sommes et nous, nous vivons avec cela; lorsque cela entre en nous, ça rencontre ce qui est déjà en nous.

Depuis notre enfance, nous avons laissé pénétrer en nous des images; nous étions trop jeunes pour refuser ces images, alors, à notre insu, cela s’est fait connaître au petit être que nous étions; comme nous étions très jeunes, nous n’avons pas pu donner cela à Jésus, et nous avons mis en nous ces images dans un recoin pour ne pas souffrir; on a mis aussi à l’intérieur de nous des paroles, des paroles entendues qui nous ont blessés, des paroles qui ont blessé les parents; toutes ces paroles sont en nous dans un recoin.

L’être humain a en lui des sentiments cachés, des actes cachés; il a en lui des paroles cachées, et lorsque nous voyons quelque chose à l’extérieur de nous et que nous le laissons entrer en nous, cela fait ressurgir en nous des sentiments; comme nous sommes sans défense avec ce qui vient de surgir en nous, nous réagissons; alors, nous laissons sortir de nous ce qui vient de surgir; alors, nous blessons notre vie et nous blessons la vie de nos frères et de nos sœurs.

Jésus veut guérir notre intérieur; Jésus veut nous apprendre à lui donner les blessures qui surgissent, parce que Jésus veut faire de nous des êtres nouveaux; il veut tout prendre, Jésus : il veut prendre notre vie entière.

L’âme est à Jésus; il a pris soin de notre âme; par les sacrements, notre âme a reçu des grâces; c’est par notre âme que nous, aujourd’hui, on est  ici.

Jésus, en déversant des grâces (en) notre âme, nous a soutenus; il nous a fait avancer dans un monde sans amour; aujourd’hui, Jésus veut nous libérer de tout ce qui est entré en notre chair, il veut que chacun de nous, nous nous donnions à lui.

Chacun de nous devra abandonner entre les mains de Dieu tout ce qui sortira de nous et qui sera connu de nous; c’est notre jugement à nous, c’est notre purification à nous.

Lorsque nous acceptons de regarder notre vie en nous et que nous découvrons que ce que nous ressentons n’est pas amour, c’est nous-mêmes qui nous nous jugeons; alors, nous donnons à Jésus ce que nous venons de découvrir, nous nous acceptons tels que nous sommes; alors, nous devenons comme repentants de l’acte que nous venons de découvrir.

Jésus veut prendre notre vie, Jésus veut prendre tout mouvement qui nous a fait souffrir et qui nous a fait trébucher dans le péché; c’est chacun de nous qui allons vivre cela en nous.

Jésus va nous apprendre à ne pas regarder notre prochain, mais à nous regarder soi-même, car tout va se passer en nous et non pas chez notre prochain; notre prochain lui-même vivra cela.

Chacun de nous, nous recevons présentement des grâces pour laisser toute la place à Jésus; nous allons apprendre à nous aimer; plus nous allons apprendre à nous aimer, plus nous aimerons notre prochain; puisque notre prochain ne nous fera plus mal, alors nous n’aurons rien à lui reprocher.

Lorsque Jésus nous dit cela par la puissance du Saint-Esprit, Dieu nous fait découvrir que tout ce que nous avons fait était notre propre responsabilité; lorsque nous avons accepté que notre prochain nous atteigne, la première faute n’était pas du prochain, mais de nous-mêmes; sans nous en rendre compte, nous étions responsables de notre propre souffrance parce que le mal, à l’intérieur de nous, nous a rendus esclaves de nous-mêmes.

La volonté humaine porte en soi le bien et le mal; la volonté humaine peut dire oui ou non, c’est ce qui nous appartient à nous : alors, c’est nous qui avons consenti à nous laisser atteindre par notre prochain.

Dieu veut nous faire découvrir notre choix afin que nous soyons armés de l’amour.

L’intérieur, c’est là le bonheur, c’est là qu’on peut retrouver la paix, c’est là qu’on peut faire des pardons;

si nous laissons l’amour faire de nous des êtres forts, alors nous ne craindrons rien qui viendra de l’extérieur, il y aura des mouvements à l’intérieur de nous qui nous (protégeront).

Mais ceux qui seront à l’extérieur de nous vont ressentir notre force, ils vont ressentir notre paix, ils vont ressentir que nous (ne) sommes pas contre eux; alors ceux qui, en premier, voulaient nous nuire vont baisser les armes parce qu’on ne peut pas battre l’amour, parce que eux-mêmes cherchent l’amour.

Chaque personne qui crie, chaque personne qui frappe, chaque personne qui insulte, c’est parce qu’elle cherche l’amour; (elles) ont faim de l’amour, alors sans nous en rendre compte nous allons guérir leur intérieur.

Mais Dieu dit : «Enfants d’amour, je vais vous protéger contre ceux qui nourrissent le mal; je veux mettre en vous des lumières, et vous reconnaîtrez ceux qui portent en eux le mal et qui nourrissent leur mal, parce qu’ils veulent atteindre votre âme.»

Alors, à l’intérieur de chacun de nous, Dieu va nous donner des lumières et nous reconnaîtrons ces personnes; nous saurons qu’il faut s’éloigner d’(elles); cela sera fait avec amour, nous ne nuirons pas à notre prochain; Dieu ne veut pas que nous soyons contre notre prochain; il ne nous montrera pas à être contre eux, mais à les aider.

Si un enfant veut frapper, il faut s’éloigner afin qu’il n’ait pas de but à atteindre; si un enfant veut nous insulter, il faut apprendre à ne pas lui donner l’occasion; cela, nous le saurons en nous, nous allons le ressentir à l’intérieur de nous parce qu’à l’intérieur de nous, nous aurons la paix; alors, nous découvrirons que lui n’a pas la paix.

Par notre attitude, nous allons l’aider; cela ne viendra pas de nous, mais de la force de Dieu en nous; tout se fera par la présence de Jésus en nous; c’est comme si nous (n’) étions pas nous, mais Jésus; nous serons à la ressemblance de Jésus.

Jésus, tranquillement, nous transforme; il le fait sans que nous, nous nous en rendions compte; mais il nous demande des oui d’amour à tous les jours, il nous demande de l’abandon, car lorsque nous découvrirons que nous avons fait une telle ou telle action en nous et que cela nous a nui, il (faudra) le lui donner.

Dieu donne des enseignements d’amour partout pour les jours que nous allons vivre; alors, c’est à chacun de nous d’en prendre connaissance; si, dans notre vie, il y a des événements qui se présentent et qui sont bons, il faut écouter : à nous de reconnaître ce qui est bon et qui vient de Dieu.

Mais pour reconnaître ce qui est bon et qui vient de Dieu, il faut lire les Évangiles avec son cœur, pas avec sa tête, car nous allons découvrir que ce que nous voulons découvrir, alors que si nous lisons avec notre cœur, là la lumière vient parce que c’est le Saint-Esprit qui nous fait voir.

C’est ce que Jésus voulait tranquillement nous faire comprendre ce soir; vous savez, Jésus aurait beaucoup à dire, mais il connaît que nous avons nos faiblesses, notre corps a besoin de repos.

Merci.