Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Sudbury, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2006-09-24 (Première partie).

 

Jésus : Le Seigneur, il veut que vous puissiez être tout attentifs à ce que vous êtes; JE SUIS est avec vous.

Je me donne à vous, alors donnez-vous à votre Dieu : laissez-vous envelopper par ma puissance.

Dieu vous conduit, il vous amène devant votre oui; oui, mes amours, je vous conduis là où vous, vous n’êtes pas capables d’aller.

Souvenez-vous, hier, je vous ai dit : «Ce qui est passé dans votre vie n’est plus à vous, cela est à moi»; mais j’ai tout pouvoir, j’ai le pouvoir de vous amener dans votre passé afin que vous puissiez me donner : me donner ce que vous allez découvrir, me donner votre consentement : "Oui, Jésus, je te donne mes choix; oui, Jésus, je te donne les conséquences de mes choix."

Voyez-vous, lorsque vous agissez ainsi, je guéris, j’arrache de vous le mal, je purifie votre être et vous ressentez la paix, vous découvrez que votre vie devient lumière, vous avez plus de facilité à vous regarder comme un être aimé de Dieu et vous apprenez à aimer votre prochain.

Il y a longtemps, très longtemps, des enfants ont regardé leur vie, et comme ils n’étaient pas satisfaits de ce qu’ils étaient, ils ont inventé, ils ont inventé des moyens pour connaître le bonheur.

Les moyens qu’ils ont choisis étaient des moyens humains, faits de mouvements humains, avec des pensées humaines, car cela était pour leur apporter un bonheur fabriqué par l’argent, par le pouvoir, par la domination, un moyen pour satisfaire les sens et non pas quelque chose qui était pour développer la vie spirituelle.

Ces enfants ont mis entre vos mains leurs découvertes.

Un jour, des enfants ont voulu s’adonner à des plaisirs, à des plaisirs sexuels, à des plaisirs qui leur faisaient connaître un abus dans l’alimentation, dans la façon de s’habiller, dans la façon d’être confortable avec eux-mêmes et leur prochain.

Tout était devenu pour eux égoïsme : ils ne pensaient qu’à eux-mêmes, ils disaient vouloir aider leur prochain et cela était faux, c’était pour leur apporter un gain.

L’être humain ne peut se donner du bonheur que s’il y a au bout une valeur monétaire : l’être humain ne donne pas de lui-même, car il ne se connaît pas lui-même.

On vous a fait connaître, mes enfants, des besoins et ces besoins vous ont rendus malheureux; à moi, maintenant, de vous faire voir ce que vous avez accepté.

Lorsque, mes enfants, vous voyez dans votre vie vos échecs, lorsque vous voyez dans votre vie des souffrances causées par vos propres choix : donnez cela à Jésus, ne vous accablez pas.

Si la maman découvre qu’elle n’a pas donné de l’amour à son tout petit bébé qui venait de naître, comme elle aurait dû, elle ne doit pas s’accabler, elle ne doit pas s’attrister de ne pas avoir été capable d’allaiter son enfant.

Voyez-vous, aujourd’hui, vous portez la conséquence des choix de plusieurs générations qui ont accepté la facilité, qui ont accepté le plaisir, qui ont accepté de vivre dans une vie égoïste : ils sont entrés dans cette vie, non en voulant être des égoïstes, ils le sont devenus par leurs choix; ils vivent la conséquence de leurs propres choix, et cela a été hypocritement mis en eux par Satan.

Croyez-vous que l’enfant de Dieu voulait cela? Croyez-vous que vos arrière, arrière, arrière, arrière, arrière-grands-parents voulaient cela? Ils étaient enfants de Dieu, tout comme vous, vous êtes enfants de Dieu; ils avaient connu un besoin, ils voulaient satisfaire ce besoin; alors, ils ont choisi, ils ont choisi de connaître un plaisir, une satisfaction.

L’homme et la femme ne devaient pas connaître la fatigue, ne devaient pas connaître la maladie, c’est la conséquence des choix venus par leurs ancêtres, leurs mauvais choix.

Vous qui êtes en ce monde, vous êtes si petits; vous ne pouvez pas voir ce que moi je vois, vous ne pouvez vivre ce que moi j’ai vécu : j’ai porté toutes les conséquences des choix des enfants de mon Père.

Si, aujourd’hui, vous entendez ce qui a été en vos ancêtres, c’est pour vous dire : «Mes enfants, ne regardez pas cela avec vos blessures, regardez cela avec mon amour, donnez-moi vos souffrances, donnez-moi vos blessures.

À l’instant où vous entendez que vous avez privé votre enfant d’amour, donnez-moi cela : "Je te donne cela, Seigneur; je te donne la cause et les conséquences et je te donne aussi tous ceux que je porte en moi et qui sont comme moi".»

C’est ce que j’attends de vous, mes enfants; j’attends que vous me donniez cela avec amour, avec simplicité; ne cherchez pas à savoir, mais accomplissez-vous.

Moi, j’enlève le mal en vous; moi, je purifie votre être; vous recevez à cet instant des grâces de purification, vous vivez votre purification avec mes grâces.

Je viens parler en votre cœur pour vous apprendre comment vous laisser purifier par moi, Jésus; je viens parler en votre cœur afin que vous puissiez vous donner pour vos frères et vos sœurs qui ne viennent pas entendre, qui ne veulent pas entendre : vous êtes des instruments d’amour.

Lorsque vous entendez parler des enfants qui sont malheureux parce qu’ils ont des besoins excessifs, et que cela fait sortir de vous des souvenirs, comme vouloir une robe – cela vous l’avez vécu – alors que vous en aviez déjà : donnez cela avec simplicité, ne vous acharnez pas à comprendre, comment pouvez-vous comprendre ce besoin inutile? Vous le portez dans votre chair, votre chair est assujettie au péché : tout est en moi, moi je sais.

Vous, vous portez, vous portez la conséquence; il faut me donner cela avec amour : "Je te donne cela, Jésus, tu connais la cause et les conséquences; je te donne tous ceux qui ont ce besoin de toujours magasiner; enlève-leur ce besoin, je te donne la cause et les conséquences; je le fais, Jésus."

Voyez-vous, mes enfants, je me sers de vous; je vais transformer ce monde par l’intérieur et non pas par l’extérieur.

La vie spirituelle, mes enfants, est en vous, n’est pas extérieure; il faut qu’elle soit vivante, il faut qu’elle soit lumière pour qu’elle se laisse voir à l’extérieur.

Vous avez enfoui à l’intérieur de vous votre bonheur sous vos besoins excessifs, à moi de faire ce grand ménage, à moi de faire surgir à l’intérieur de vous ces besoins inutiles, ces besoins qui font souffrir l’être que vous êtes et qui font souffrir les êtres que vous portez en vous.

Lorsque vous avancez dans votre vie et que vous découvrez la maladie, alors donnez-moi cela : "Je te donne la cause, je te donne les conséquences", car, mes enfants, connaissez-vous la cause de votre maladie? Vous dites : "Dans ma famille, on meurt de cela"; d’où vient-elle cette maladie? L’origine de cette maladie vient d'un mauvais choix : le péché.

Le péché a été dans la vie de mes enfants, et vous en portez les conséquences; si cela est devant vous, donnez-moi la cause et les conséquences et vous verrez que vous aurez des guérisons, vous verrez que je vais soigner des cellules malades, des cellules mortes : je suis la Résurrection.

Je vous apprends, mes enfants, à croire en ce que vous êtes : des êtres d’amour, des êtres vrais, des êtres de la Divine Volonté.

Votre volonté humaine, mes enfants, ne peut faire cela, car elle a écouté le mal alors qu’elle aurait dû écouter le bien; la volonté vous a amenés là où vous, vous ne vouliez pas aller.

Aujourd’hui, vous entendez; aujourd’hui, vous comprenez, parce que l’Esprit de Dieu est sur vous, parce que vous êtes en vous et que vous avez consenti à y être avec moi, Jésus : le Pain de Vie, le Vin de Vie.

Je me donne à vous afin que vous puissiez vous reconnaître être un Pain de vie pour vos frères et vos sœurs et un Vin de vie pour vos frères et vos sœurs.

La purification se fait en mon Église : vous êtes l’Église; lorsque je donne à un, je donne à tous les autres.

Ne cherchez pas, mes enfants, à connaître vos péchés, vous les avez déjà confessés et ce qui est confessé à un prêtre et absous par un prêtre, c’est moi qui ai absous votre péché, alors il n’existe plus : vous recevez des grâces et ces grâces sont en vous.

Je vous parle afin que vous puissiez reconnaître que vous êtes en ma Volonté, en ma miséricorde; ma miséricorde est en vous, plongez dans ma miséricorde, n’ayez pas peur; cessez vos jugements envers vous-mêmes, ayez la foi en mon sacrement de la Pénitence, ayez la foi en mes grâces.

Si aujourd’hui vous avez peur de voir vos choix, si aujourd’hui vous avez peur de vivre la purification en connaissant les conséquences de vos choix, donnez cela à Dieu, car la volonté humaine va vous y empêcher.

La volonté humaine, mes enfants, ne veut pas disparaître, car elle a appris à écouter le mal et le mal a pris de l’emprise sur vous-mêmes; elle manipule la volonté humaine et elle vous fait souffrir; le mal vous accable, le mal vous fouette, le mal vous fait dire des paroles contre vous-mêmes.

Si vous dites des paroles contre vous-mêmes, vous souffrez en votre chair, vous manquez de foi envers le sacrement de la Pénitence, envers l’Eucharistie.

Qui fait de vous des enfants de peu de foi? Si ce n’est que votre volonté humaine écoute le mal, si ce n’est que vous conservez la peur à l’intérieur de vous en donnant de la place à votre volonté humaine.

Dieu fait de vous des êtres d’amour, Dieu fait de vous des êtres d’abandon pour l’Église.

Il est venu ce temps où tous les enfants vivraient en êtres d’amour, où tous les élus de mon Père n’écouteraient que le Fils en eux; il est venu le temps où Jésus changerait les cœurs de pierre en cœur de chair; il est venu le temps où tous les enfants de Dieu, les élus, le peuple de mon Père, reconnaîtraient leur Dieu en eux.

Je rassemble les élus de mon Père, car à l’instant où vous, vous acceptez de vivre en moi : je parle, je parle en l’Église; et tous ceux qui habitent en l’Église sont les élus de mon Père, le peuple choisi, celui qui va avancer vers la Nouvelle Jérusalem pour goûter aux Béatitudes, là où il n’y aura que joie, là où il n’y aura plus de maladies, là où le règne de mon Père sera.

Vous êtes, mes enfants, dans le mouvement de la purification; vous devez regarder vos choix avec mes grâces, car cela se montre à vous; pourquoi vous, mes enfants? Parce que telle est la Volonté de mon Père.

Mon Père connaissait ce moment; il a choisi chacun de vous, afin que chacun de vous puisse : vous donner les uns et les autres, ne vivre que d’amour, être un seul peuple devant Dieu.

Peuple de Dieu sera un peuple d’amour fait à l’image du Fils de Dieu sur la terre comme au Ciel.

Enfants d’amour, lorsque vous vivez votre purification, vous vivez cela à l’intérieur de vous; vous ne pouvez vivre la purification de ceux qui sont autour de vous; non, vous ne pouvez vivre la purification de votre époux ou de votre épouse ou de vos enfants, de vos petits-enfants, de vos frères, de vos sœurs, de votre mère, de votre père : c’est la vôtre.

À l’intérieur de vous, lorsque vous vous laissez purifier par moi, lorsque vous me donnez vos choix, lorsque vous me donnez les conséquences de vos choix : eux reçoivent, eux reçoivent des grâces, des grâces de lumière, afin qu’ils puissent à leur tour : voir, afin qu’ils puissent à leur tour : s’abandonner, afin qu’ils puissent se donner avec amour.

Il a fallu, mes enfants, que je vous prépare à cela; il a fallu, mes enfants, que je prépare ce temps pour vous amener à l’intérieur de vous, afin que vous puissiez vous regarder comme des repentants.

L’enfant de Dieu qui se reconnaît repentant se reconnaît petit entre les mains de Dieu; il se reconnaît dans la grâce de Dieu, il se reconnaît aimé de Dieu, il se reconnaît être dans un mouvement éternel d’amour.

L’enfant repentant est celui qui poursuit sa purification qui est commencée; à l’instant où il va voir mon prêtre, à l’instant où il confesse ses péchés, il reçoit la grâce sanctifiante; l’âme reçoit la grâce de l’amour, elle resplendit de beauté, elle goûte à l’amour, elle exulte en le Seigneur, tout d’elle adore son Dieu : elle vit, elle respire, elle adore, elle vous nourrit.

Il faut que cela continue en votre être, il faut que votre chair goûte à cela; les moindres parties de vous-mêmes doivent vivre la purification, doivent vivre ce mouvement de miséricorde.

La chair doit reconnaître qu’elle est imparfaite, la chair doit reconnaître qu’elle a succombé au péché, la chair doit reconnaître qu’elle est dans la tentation, la chair doit reconnaître qu’elle est faible et mortelle : elle doit connaître qu’elle est appelée à mourir pour vivre.

La chair doit être dans ce mouvement, mais comment peut-elle l’être, alors que la volonté humaine empêche l’âme de nourrir la chair? La volonté humaine fait souffrir la chair, la volonté humaine a connu tant de besoins impurs, la volonté humaine aime la tentation.

Oui, mes enfants, combien d’entre vous (vous) avez connu des tentations et vous avez été portés à aller vers le mal à cause des sensations que vous ressentiez? Qui d’entre vous n’a pas eu devant soi un aliment qui satisfaisait votre palais, alors que cela était contre votre santé?

Voyez-vous, vous avez choisi le plaisir du palais plutôt que le bien-être de votre chair; alors, donnez cela à Dieu.

Allez, mes enfants, prenez ce court moment pour me dire : "Jésus, je te donne la cause de cela et les conséquences."

Voyez-vous, mes paroles sont nourrissantes, mes paroles sont 'guérissantes', mes paroles sont 'libérantes'; je vous conduis, moi, où vous devez être.

Mon chemin est un chemin d’amour; il est étroit mon chemin, mais comme il est libérant, comme il apporte la paix, la joie! Car à l’instant où vous prononcez ces mots de purification, combien votre chair reçoit, elle qui est si blessée; si je vous disais, mes enfants, le nombre de blessures qu’elle contient, vous en resteriez en émoi d’effroi.

Je prends soin de vous, à moi de vous purifier avec douceur; je connais, moi, vos blessures, je ne vous accablerai pas; ne demandez pas, mes enfants, à ce que je vous purifie en un instant, vous ne pourriez résister à tant de souffrances, vous vous écraseriez dans ce mouvement de purification.

Moi seul j’ai porté la Croix, moi seul j’ai vu tout ce que vous aviez fait, tout ce que vous faisiez, tout ce que vous étiez pour faire, et cela pour chaque enfant, du premier jusqu’au dernier.

Je suis le Mouvement, je suis le Verbe.

Mon Père vous a donnés à moi et j’ai tout pris, j'ai tout consenti, car je suis le Fils de Dieu et vous, vous n’êtes pas le Fils de Dieu, car il n’y a qu’un seul Fils et c’est Dieu le Fils; vous êtes enfants de Dieu, vous êtes enfants de mon Père, j’ai tout porté pour vous, par amour pour vous.

Lorsque, mes enfants, vous voyez des souffrances autour de vous, lorsque vous constatez que votre époux, que votre épouse, que vos enfants souffrent à cause de leur manque de foi, leur manque de prières, leur manque d’humilité : donnez cela.

Ne vous prenez pas pour moi, ne cherchez pas à comprendre, ne cherchez pas à leur faire comprendre puisque vous-mêmes, vous ne comprenez pas, puisque cela ne vous est pas dévoilé; alors, donnez, donnez ce que vous voyez.

À l’instant où vous voyez la souffrance dans le regard de l’être aimé, dans la parole de l’être aimé, dans le geste de l’être aimé, donnez : "Je te donne, Jésus, la cause de sa souffrance et les conséquences; je te donne tous ceux qui sont en moi et qui vivent cela; je te donne ma souffrance, tu en connais la cause et les conséquences"; c’est ce que j’attends de vous, mes enfants, et pas plus.

C’est Dieu le Purificateur, ce n’est pas vous.

Vous êtes portés à vous servir de votre volonté humaine et la volonté humaine porte la trace du mal; gardez votre paix afin que votre chair ne montre pas à l’être aimé la souffrance; cela veut dire, mes enfants, que lorsque vous vous apercevez que l’être qui est auprès de vous souffre à cause de son manque d’amour : gardez le sourire, gardez votre paix, gardez vos paroles inutiles et offrez-les à Jésus.

Car dans les premiers temps, mes enfants, vous allez être portés à parler, vous allez être portés à vouloir les aider, et tout ce que vous allez constater, c’est les conséquences de vos paroles inutiles, car vous allez les ressentir à l’instant où vous allez les prononcer, et cela va être trop tard, car ils auront entendu.

Mais vous, vous, êtres aimés, vous, mes instruments d’amour, donnez-moi à l’instant les paroles qui ont sorti de vous : "Je te donne la cause et les conséquences, Jésus"; gardez-vous dans la paix, ils vont recevoir; vous allez retrouver tout de suite votre paix et cela va se faire voir à l’extérieur.

Voyez-vous, je vous instruis de la Volonté de mon Père, car ce que vous entendez est la Volonté de mon Père, car je suis en mon Père et mon Père est en moi; par la puissance du Saint-Esprit, vous entendez ce que je vous dis à l’intérieur de vous.

Ne portez pas la souffrance d’un seul être humain, cela est trop pour vous; à l’instant où vous consentez à porter la souffrance d’une personne que vous aimez, ne savez-vous pas que vous portez aussi la souffrance du monde, car cet être qui souffre, souffre à cause des choix de ce monde, des conséquences de ce monde; c’est cela sa souffrance et vous, vous n’y pouvez rien, alors donnez tout à Dieu.

Je vous supplie, mes enfants, d’être un oui d’amour pour vous; ainsi, vous serez entre les mains de Dieu et ils recevront, ils recevront des grâces afin qu’à leur tour, ils puissent vivre leur purification.

Je les prépare, tout comme je vous ai préparés; le chemin a été ouvert avant que vous, vous veniez en ce monde, car dès que j’ai parlé du Royaume de mon Père, tout commençait; cela vous amenait à vivre dans le règne de mon Père sur la terre comme au Ciel.

Voyez-vous, mes enfants, vous êtes si ignorants de la puissance de Dieu! Je vous aime.

Mon amour pour vous est inconditionnel; c’est ce que je veux vous faire goûter : à un amour inconditionnel dans votre vie.

Je veux vous faire plonger en vous et cela pas seulement qu’au moment où vous entendez à l’extérieur de vous des paroles qui vien(nent) de la puissance du Saint-Esprit, je veux que vous puissiez être dans ce mouvement de purification à chaque instant dans votre vie : là, dans votre emploi, dans votre demeure, sur la rue, dans votre auto, lors de vos commissions.

Tout cela, mes amours, vous devez le vivre dans votre oui, et moi je me sers de tout ce qu'il y a autour de vous pour faire surgir de l’intérieur de vous les choix passés et les conséquences afin que vous me les donniez.

Il n’y a que moi qui puisse faire de vous des enfants de la Divine Volonté.

Enfants d’amour, la Divine Volonté est moi, est mon Père, est le Saint-Esprit; la Divine Volonté est parfaite, la Divine Volonté est amour, elle s’amalgame la Divine Volonté : elle est.

Tout ce qui est amour est de la Divine Volonté; découvrez cela dans votre oui, découvrez cela dans votre vie, découvrez cela dans la vie de vos frères et de vos sœurs; à l’instant où vous voyez l’amour, vous voyez combien la Divine Volonté a pris soin de vous.

Lorsque vous êtes auprès d’une personne que vous aimez et que vous voyez cette personne faire une seule bonne action, dites-vous que la Divine Volonté a permis que vous voyiez cette action qui est bonne.

Alors, réjouissez-vous, puisqu’à cet instant que vous voyez cela, c’est que le Saint-Esprit vous le dévoile et vous guérissez : "Je te donne cette joie, Seigneur, utilise-la pour mes frères et mes sœurs."

Dieu prend tout et le Corps du Christ devient, dans ce mouvement d’amour, Divine Volonté; c’est vous mes enfants, les membres; c’est vous, mes enfants, qui recevez; vous vous donnez les uns les autres ce mouvement d’amour : tout est amour en Dieu.

Ne vous laissez pas prendre dans le piège de Satan qui veut interrompre le mouvement de l’amour; ne vous laissez plus aveugler par Satan, il vous empêche de voir, il vous empêche de comprendre; il se sert de la volonté humaine qui écoute le mal en vous pour vous empêcher de reconnaître l’amour chez votre voisin; il vous aveugle.

Soyez petits, il ne peut rien contre vous; soyez humbles, il n’approche pas les humbles, il ne peut pas, car les humbles sont sous la protection de Marie, car les humbles sont sous la protection de Jésus, car les humbles sont sous la protection de Joseph : Êtres d’amour, Êtres qui sont demeurés humbles devant Dieu : Satan ne peut s’approcher.

Alors vous-mêmes, mes enfants, quand vous vous gardez humbles et petits, vous êtes protégés; mais Satan fait tout pour que vous-mêmes ne soyez pas dans l’humilité, et il se sert de tout ce qu’il y a autour de vous, il se sert de toutes personnes qu’il y a autour de vous.

Mais combien la puissance de la prière, combien la puissance des sacrements, combien la puissance de l’Eucharistie (sont) pour vous grâces! La Mère de Dieu vous enveloppe, elle vous conduit au Cœur même de l’Amour : Jésus Eucharistie.

Voyez-vous, mes enfants, aujourd’hui, on parle de Satan ouvertement; aujourd’hui, vous entendez parler d’enfants qui sont possédés; enfants d’amour, lorsque vous entendez cela, donnez causes et conséquences; vous ne savez pas ce qui s’est passé, mais vous n’avez pas à le savoir : donnez, gardez-vous petits, ayez la foi.

Aidez-vous, mes enfants, car je suis la Puissance, j’ai vaincu le mal; soyez dans l’amour du Christ, vous êtes à Jésus, je vous ai gagnés de mon Sang.

Lorsque je dis 'vous', mes enfants, je ne parle pas seulement que d’une personne, mais je parle de l’Église, de mon Corps, mon Corps mystique; je connais chaque membre, je connais le début et la fin de la vie de chaque membre; à moi de vous amener à poursuivre votre purification dans la paix, dans l’amour.

Oh! mes enfants, je sais que vous êtes faibles à cause de votre volonté humaine, alors je vous demande de vous tenir ensemble, vous qui entendez par la puissance du Saint-Esprit; formez une force en Jésus, avec Jésus, par Jésus; ne vous séparez pas.

Lorsque vous vous retrouvez tout seul, ayez ce besoin de dire : "Je suis pas seul, je suis en l’Église, je suis avec mes frères et mes sœurs, même s’ils ne sont pas auprès de moi en ce moment, je sais que je peux compter sur eux."

Priez mes enfants, ensemble, et associez-vous avec les adorateurs; croyez-vous que je ne sache pas que vous êtes occupés durant votre journée? Croyez-vous que je ne sache pas que vous avez des responsabilités auprès de votre époux, épouse, enfants? Les devoirs le soir, les lunchs à préparer? Tout cela m’est connu.

Alors, mes enfants, ne vous privez pas, ne vous privez pas de ce temps d’amour; les adorateurs sont avec vous, en vous; il faut profiter de ces moments d’amour, de force, de puissance, de lumière, d’abandon, cela est en vous, vous ne pouvez pas vous séparer.

Tout cela, c’est moi, mais à cause de votre volonté humaine, vous avez tendance à oublier, à cause de votre volonté humaine, vous n’avez pas souvent recours à cette force; alors, mes enfants, demandez à votre ange gardien, croyez-vous que lui ne se souviendra pas? Lui va s’accomplir, car il vous a été donné par mon Père pour vous servir; un être supérieur à vous est près de vous pour vous servir.

Tel est l’amour de mon Père pour vous, pour l’Église, pour ceux que vous aimez; alors, accomplissez-vous, faites cela.

Ce temps, mes enfants, est un temps de grâces; vivez ce temps de grâces en me donnant votre vie, en me donnant la vie de tous ceux que vous portez en vous afin que vous puissiez recevoir.

Les saints du Ciel et les saintes du Ciel sont avec vous; ils ont tant espéré ce temps où les élus de Dieu seraient transformés par le Christ pour devenir des enfants de la Divine Volonté sur la terre.

Les âmes du purgatoire, mes enfants, prient : ils[1] font acte de présence face à la purification, ils ne peuvent plus prier pour eux-mêmes, mais ils peuvent prier pour vous.

Alors, mes enfants, demandez à vos anges gardiens d’être dans la prière pour les âmes du purgatoire et les âmes du purgatoire prient pour vous.

Soyez bons, donnez-vous; plus vous donnez, plus vous recevez; lorsque vous poursuivez votre purification, que de bonheur ils reçoivent, que de consolations, mes enfants, car ils voient leurs choix, leurs conséquences donnés à Dieu; pouvez-vous réaliser l’impact que cela a pour les âmes du purgatoire?

Pouvez-vous réaliser, mes enfants, l’impact que cela a pour les saints et les saintes du Ciel? Ils sont dans la joie, vous augmentez leur joie alors qu’ils sont inondés de joie.

L’infinie joie dans laquelle ils sont devient une joie si céleste que seuls les saints et les saintes du Ciel peuvent en goûter les effets; pas vous, vous tomberiez morts, mes enfants, à cause de votre volonté humaine.

Absorbez ces grâces, vivez dans ces grâces, le Ciel est avec vous, le Ciel se laisse voir, entendre à l’intérieur de vous, le Ciel est en vous; vous êtes avec les saints et les saintes du Ciel, car JE SUIS est avec vous, Dieu est avec vous; vous vivez dans votre ciel jusqu’au jour où vous serez devant mon Père, dans le Royaume de mon Père : moment d’amour, moment éternel que seuls les enfants de la Divine Volonté, en la Divine Volonté, devant la Divine Volonté, savourent.

Prenez, mes enfants, ce temps où vous découvrez ma Volonté; ce moment est pour vous, mes enfants : repos; oui, mes enfants, prenez un tout petit temps de repos, vous en avez besoin.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Alors, le Seigneur nous invite à prendre un petit dix minutes de repos. Merci. Nous allons reprendre après.

 


 

[1] Ils : nos frères et nos sœurs.