Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Sudbury, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2007-06-15 

 

♪♪♪ :     Viens, viens, viens, viens Souffle de Vie;

 Viens, viens, viens, viens en nos coeurs…

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Cette source,……

Est-ce qu’on entend bien? Est-ce qu’on entend bien, oui?

Le Seigneur, c’est une ouverture; il est le seul qui peut nous faire entrer, il est le seul qui puisse nous faire entrer là où tout est bon pour nous.

Cherchons à prendre une autre porte…

Est-ce que c’est correct, Lina? Attends minute, là non, une minute, là, ah!

Voyez-vous, essayez de trouver une autre façon d’aller vers Dieu et vous allez être ainsi : vous allez essayer de vous faire comprendre et on ne comprendra rien; vous aurez beau crier, personne ne se tournera vers vous pour vous aider parce qu’il n’aura rien compris.

Il ne peut pas comprendre ce qui n’est pas en lui; ce qui est en lui, là il peut aider, là il peut aller vers la personne.

Être tout attentif à Dieu c’est ainsi, c’est être en nous, continuellement à l’intérieur de nous.

Jésus, c’est celui qui nous ouvre au monde; sans Jésus, rien devant nous n’est ouvert, absolument rien; nous marchons sur une terre, mais nous marchons sur une terre où tout nous est fermé : les portes nous sont fermées.

Lorsque nous essayons de franchir ces portes, il y a quelque chose qui nous fait mal, il y a quelque chose qui nous rend aveugles, nous rend sourds, et plus nous essayons de franchir ces portes, plus nous souffrons; eh bien, c’est ce qui s’est passé dans notre vie.

Nous avons essayé de vivre sur la terre avec Jésus, mais sans vraiment comprendre ce qu’il attendait de nous; nous avons marché avec ce que nous connaissions; nous avons marché avec ce que nous, nous étions : des enfants qui voulaient être aimés de Dieu, mais qui étaient incapables, incapables d’aimer un être parfait, incapables d’aimer un être qui est pur, pourquoi? Parce que nous-mêmes nous ne sommes pas parfaits, nous-mêmes nous ne sommes pas purs.

Alors, on a essayé de faire avec, avec ce que nous étions : nous avons marché sur cette terre, nous avons travaillé sur cette terre, nous avons côtoyé nos frères et nos sœurs avec ce que nous étions.

Ce que nous n’étions pas capables envers Dieu, nous n’étions pas capables non plus envers notre prochain.

Si nous ne sommes pas capables d’aimer Dieu comme on voudrait l’aimer, eh bien, c’est la même chose pour notre prochain; on veut aimer notre prochain, mais on n’est pas capables de l’aimer vraiment comme l’on voudrait parce que tout part de notre intérieur.

À l’intérieur de nous il y a des portes, à l’intérieur de nous il faut aller vers ces portes, et ce (n')est pas nous qui avons la clé de ces portes, ce n'est pas nous qui avons la possibilité d’ouvrir ces portes, c’est Jésus.

Oh! il y a une porte que nous pouvons ouvrir, la nôtre : oui, oui j’entre en moi, oui je donne mon oui à Jésus; c’est tout ce qui est à nous, cette porte c’est notre oui.

Mais lorsque nous voulons franchir notre intérieur, là nous rencontrons beaucoup de portes, et ces portes ne peuvent être ouvertes que par Jésus lui-même, pas par personne d’autres.

Aucune volonté humaine ne peut ouvrir ces portes qui sont à l’intérieur de nous parce que nous ne les connaissons pas; nous ne savons pas qui a fermé les portes, pourquoi on a fermé les portes, quand on a fermé les portes, où on a fermé les portes; tout cela n’est connu que de Jésus, (d')aucun de nous.

Nous voulons vivre sur la terre en êtres d’amour, mais nous sommes avec des comment, pourquoi, où, quand, comment.

Où a commencé notre souffrance? Comment est venue notre souffrance? Pourquoi sommes-nous si souffrants? Comment est-ce que je vais faire, moi, pour arrêter cette souffrance? Voilà que Dieu vient nous parler dans les cœurs afin de nous donner des réponses; depuis que le monde est monde nous cherchons ces réponses.

Depuis Adam et Ève nous cherchons, nous cherchons à connaître, connaître le vrai bonheur, et le vrai bonheur n’est autre que Jésus.

Apprenez à connaître qui est Jésus, eh bien, toutes les portes vont s’ouvrir, absolument toutes les portes, mais, dans notre vie, nous avons fermé tant et tant et tant de portes à Jésus.

Ce n’est pas nous, les premiers, qui avons fermé les portes, ce sont ceux qui étaient avant nous, bien avant nous, même avant nos arrières, arrières, arrière-grands-parents.

Les premiers qui ont fermé les portes à Jésus, ce sont ceux qui ont dit non, non à l’obéissance à son Père.

Pourquoi ont-ils fait cela? Parce qu’ils ont été devant la tentation, ils ont fait le choix d’être dans la tentation; cela a fermé beaucoup de portes et, encore aujourd’hui, nous connaissons ces portes fermées.

Si nous regardons tout ce qu’il y a autour de nous, nous découvrons que nous ne pouvons plus regarder ces portes fermées en étant calmes : nous perdons notre paix.

Nous vivons dans un monde agité, nous vivons dans un monde qui a perdu la foi, qui a perdu l’espérance, pourquoi? Parce qu’il a perdu ce qu’il a de plus précieux : l’amour; sans l’amour, nous ne pouvons pas comprendre que nous devons espérer.

Nous ne savons plus comment avoir la foi parce que nous sommes meurtris à cause de ce manque d’amour.

Nous regardons ce monde et nous haussons les épaules; nous voyons ce monde et nous disons : "Où sommes-nous rendus? Où allons-nous? Comment allons-nous nous en sortir? Pourquoi c’est dans notre vie? Qu’est-ce qu’on a fait pour en arriver là?" Il y a tant de souffrances.

À chaque jour, on nous fait découvrir quelque chose; on découvre que nous demeurons sur une terre où il y a des personnes qui croient à des dieux.

En 2007, nous voyons partout des personnes qui croient en des dieux, qui acceptent des dieux dans leurs propres maisons et qui disent aimer Dieu, notre Père, aimer Dieu le Fils, aimer Dieu le Saint-Esprit, et pourtant ils ont des dieux dans leurs propres maisons.

Nous-mêmes nous savons qu’il y a des dieux dans leurs maisons; oh! il y a la télévision, Dieu nous en parle; il y a nos programmes favoris, Dieu nous en parle; il y a nos façons d’agir comme être des personnes qui aiment travailler même le dimanche, c’est devenu des dieux pour nous, mais il y a aussi d’autres dieux que nous ne voulons pas quitter.

Aujourd’hui, on nous a appris à entrer chez nous des Bouddhas et pourtant ce n’est pas Dieu, c’est un dieu parmi tant d’autres.

Et ce sont des enfants catholiques, ce sont des baptisés, ce sont des enfants qui connaissent les dix commandements de Dieu, ce sont des enfants qui ont la Bible dans leurs maisons.

Pourquoi sommes-nous si mélangés? Pourquoi ne voyons-nous pas que si nous acceptons des dieux, Dieu notre Père ne nous approuvera pas? Il n’approuvera pas que nous nous conduisions ainsi puisqu’il ne l’a jamais approuvé.

Dans le temps où son peuple était devant des dieux, Dieu envoyait des prophètes, il les avertissait; il ne cessait de les avertir afin qu’ils puissent revenir à lui, quitter ces dieux, et lorsqu’ils ne voulaient pas, Dieu les laissait devant leurs conséquences : il y a avait des maladies, des épidémies.

Le peuple de Dieu a connu la conséquence de ses propres choix devant ce péché de l’idolâtrie et aujourd’hui, sommes-nous si différents? Nous sommes pareils, nous sommes si mélangés que nous ne savons plus ce qui nous est permis.

Qu’est-ce qui nous est permis? D’accepter d’autres dieux dans notre maison? Non, cela (ne) nous est pas permis; accepter des œuvres qui sont contre Dieu, cela aussi (ne) nous est pas permis; si nous acceptons des livres dans notre maison qui parlent de d’autres dieux, eh bien, nous faisons ce que Dieu ne veut pas que nous faisions : nous nous trichons à nous-mêmes, mais nous ne pouvons pas tricher Dieu.

Si nous entrons dans notre maison des objets et que nous y tenons, comme des statues qui ne sont pas devant Dieu : des statues bannies venant de lui (Satan), cela Dieu ne l’approuvera pas et nous en vivrons les conséquences.

Nous n’avons seulement qu’à regarder ce qu’il y a autour de nous : pourquoi il y a tant de maladies? Pourquoi nos enfants nous quittent pour vivre dans une vie, une vie de souffrances? Ils vont vers la drogue, vers la boisson, ils vont vers la sexualité, et lorsque nous parlons de sexualité, nous parlons de la sexualité impure, animale.

Aujourd’hui, nous voyons cela, et nous en souffrons, c’est parce que nous acceptons dans nos maisons ce qui n’est pas de Dieu.

Si nous continuons à faire cela, nous périrons comme ceux qui vont périr, car il est dit qu’il y aura un temps où les brebis seront à droite et les boucs seront à gauche : eh bien, si nous continuons à accepter dans nos maisons ce qui n’est pas de Dieu, nous ne serons pas vers la droite, nous serons vers la gauche, car Dieu n’a qu’une seule Parole.

Il met devant nous sa Parole, il vient parler dans nos cœurs afin que nous soyons devant la vérité, et parce que nous serons devant la vérité, nous serons devant notre propre jugement; lorsque cela arrivera, nous ne pourrons pas dire que nous l’ignorions, cela est faux.

Dieu est en train de nous préparer à vivre le plus grand événement sur la terre : sa présence de vue en notre cœur.

Il rassemble tous ses enfants de par le monde; il rassemble son troupeau afin qu’il soit devant lui, car c’est son troupeau qui sera devant lui : nous serons tous devant Jésus à l’intérieur de nous, nous verrons la grandeur de Dieu, l’amour de Dieu pour nous, la miséricorde de Dieu pour nous, et nous nous présenterons avec ce que nous connaissons en ce moment.

En ce moment, Dieu est en train d’instruire notre vie; notre vie extérieure entend, notre vie extérieure voit et, par la puissance du Saint-Esprit, il nous fait comprendre ce que nous avons à comprendre, car les temps que nous vivons sont des temps qui nous amènent à vivre ce que les apôtres voulaient vivre.

Nous allons connaître la purification de notre chair, nous serons devant des mouvements; ces mouvements sont commencés pour nous, mais l’Église doit vivre ces mouvements.

Tous ceux que nous portons à l’intérieur de nous doivent vivre cela, pas un seul n’y échappera; tous ceux qui sont inscrits dans le Livre de la Vie : les enfants de Dieu, vivront cela, et ceux qui ne sont pas inscrits dans le Livre de la Vie vivront la justice de Dieu.

Cela veut dire que ceux qui ne sont pas inscrits dans le Livre de la Vie verront tout ce qu’ils ont refusé; ils verront que seul le Fils de Dieu est Celui qui nous apporte la vie éternelle, le bonheur; ils seront devant cette vérité et ils la vivront; ils n’échapperont pas à cela, telle est la Volonté de Dieu le Père.

Tous ceux qui ne sont pas inscrits dans le Livre de la Vie, c’est tous ceux qui ont voulu suivre Satan, et cela a débuté depuis que les enfants de Caïn ont accepté de folâtrer avec les démons.

Tout cela est devant nous parce que Dieu veut que nous l’entendions.

Ils ont porté en eux un non, parce qu'à l’instant où ils ont accepté d’être avec ces êtres immondes qui n’étaient pas de Dieu, ils ont accepté leur propre choix comme étant fatal.

Cela veut dire que des hommes et des femmes, avant le déluge, ont connu le péché de l’infidélité : le refus à Dieu, rejetant l’amour inconditionnel de Dieu pour eux-mêmes.

Ils ont vécu comme des enfants de Dieu, pour nous qui les regardions, mais à l’intérieur d’eux ils n’étaient plus enfants de Dieu; ils ont eux-mêmes choisi de vivre en ayant comme maître Satan et cela nous a été dévoilé par Jésus.

Par la toute-puissance du Saint-Esprit, nous avons compris ces paroles, nous avons pu vivre ces moments tous ensemble en l’Église, et Dieu continue encore à nous dévoiler cela pour nous préparer à vivre ce que nous devons vivre.

Jésus est la Lumière, Jésus est l’Amour; celui qui croit en Jésus a la vie éternelle, ceux qui ne croient pas en Jésus n’auront pas la vie éternelle, ils vont aller vers la mort éternelle, cela est dit et cela sera.

Pourquoi nous, nous entendons ces paroles, pourquoi nous? Parce qu’avant même que nous soyons en ce monde, nous avons été choisis, parce que même avant que nous soyons dans notre oui, Dieu nous avait préparés à vivre ce que nous vivons en ce moment même.

Pourquoi nous? Pourquoi avons-nous été préparés? Parce que nous devons vivre l’Évangile, nous devons vivre l’Église; certains ont été appelés pour soutenir l’Église, pour être l’Église, pour prendre leurs frères et leurs sœurs du monde entier qui aiment Dieu, mais qui souffrent à cause de ceux qui ont refusé de se garder pour Dieu.

Ils ont voulu connaître des plaisirs qui n’étaient pas de Dieu; ils ont idolâtré; ils se sont adonnés à des actes si impurs que même les animaux entre eux ne faisaient pas ces actes impurs : ils ont accumulé péché sur péché.

La souffrance s’est accumulée d’année en année, la mort s’est multipliée, faisant des enfants de Dieu des êtres de souffrances, faisant des enfants de Dieu des êtres incapables d’adorer Dieu de toute leur âme, de tout leur esprit, de tout leur cœur, de toute leur force, car tout était affaibli à cause des péchés.

Mais nous qui connaissons cette faiblesse, nous avons été, par la puissance de Dieu, choisis pour soutenir nos frères et nos sœurs : là est notre mission.

Nous avons mission de dire continuellement à Jésus : "Nous voici, prends-nous, nous acceptons d’être entre tes mains des petites âmes souffrantes, des petites âmes qui veulent te donner tout d’(elles)-mêmes : pensées, paroles, écoutes, actions, sentiments; nous (ne) voulons plus être, nous voulons être toi; nous acceptons de mourir en toi afin de soutenir ceux qui meurent à tous les jours, meurent dans leurs paroles, meurent dans leurs écoutes, dans leurs regards, dans leurs actions, dans leurs sentiments."

Parce qu’un seul enfant qui ne pense pas à Dieu meurt, un seul enfant qui accepte d’écouter un autre qui ne parle pas de Dieu meurt, un seul enfant qui ne fait pas des actions (pour Dieu) meurt en lui, un seul enfant qui accepte de vivre dans des sentiments qui ne sont pas pour Dieu meurt.

À chaque fraction et fraction de seconde, nos frères et nos sœurs meurent : ils meurent en l’Église, ils meurent en ce qu’ils sont; ils sont incapables de voir, de comprendre ce qui se passe autour d’eux; ils se tuent au travail, ils se tuent à la consommation, ils se tuent à vouloir s’étourdir dans le plaisir, dans l’abus : nos frères et nos sœurs se meurent.

Nous qui acceptons de prier, qui acceptons nos douleurs, avec les grâces de Dieu nous vivons, nous recevons des forces; mais ne gaspillons pas ces forces, donnons-les à l’Église, à Jésus, à notre Souffle, à notre Lumière, à notre terre.

Jésus est notre terre, Jésus est notre amour! Lorsque nous vivons pour Jésus, nous vivons pour la terre d’amour; lorsque nous vivons avec Jésus, nous vivons avec la terre, car Jésus est la terre : tout ce qui est créé est en Jésus.

Essayez de trouver un seul mouvement qui n’est pas Jésus : cela est impossible.

Que ce soit l’univers, cela est en Jésus; que ce soit la terre entière, tout est en Jésus; tout ce qu’il y a autour de la terre est en Jésus; toute matière est en Jésus et tout ce qui est spirituel est en Jésus : tout autour de nous est Jésus.

Voyez-vous, voilà pourquoi lorsque nous regardons nos frères et qu'ils ne regardent pas avec les yeux de Jésus et qu'ils ne voient pas Jésus autour d’eux dans les arbres, dans les odeurs, dans les couleurs, dans les mouvements, lorsqu’ils ne voient pas Jésus, ils ne voient rien, ils sont aveugles; ils sont morts à la vie, ils ne sont pas dans le mouvement de la vie éternelle, ils sont dans le mouvement de la mort éternelle.

Il faut qu’ils ressuscitent; nous, nous ne pouvons pas ressusciter nos frères et nos sœurs, car nous étions morts; Jésus est venu, Jésus nous a redonné la vie.

Aujourd’hui, nous regardons nos frères et nos sœurs qui croient en tout ce qui n’est pas de Dieu, de Jésus; ils se nourrissent de pain, de vin, et ils se disent être vivants.

Nourrissez-vous de pain qui n’est pas celui de Jésus, vous vous empoisonnez; buvez du vin qui n’est pas le Sang de Jésus, vous mourez.

Alors, toute nourriture sur la terre, comprenons bien que toute nourriture sur la terre est en Jésus : que ce soit celle que nous mangeons sur la table quotidiennement, que ce soit la nourriture qui est d’un autre pays, si cela est en Jésus cela est vivant, si cela n’est pas en Jésus cela ne porte pas de grâces, donc cela nous empoisonne.

Voyez-vous, nous-mêmes nous avons regardé souvent cela dans notre vie; nous avons regardé no(tre) nourriture, mais nous ne l’avons pas toujours associée à Jésus, au Verbe.

Jésus est le Verbe.

Toute nourriture est mouvement, le mouvement est en la Vie, alors une nourriture vivante est un mouvement, alors Jésus est le Mouvement, donc la nourriture est en Jésus.

Regardons cela en enfants de Dieu, soyons vrais avec ce que nous sommes; tout ce qu’il y a pour nous qui nous nourrit est de Dieu le Créateur; la terre a été créée par Dieu et tout ce qui est sur la terre est à Dieu.

Et lorsque nous regardons le ciel, lorsque nous regardons les astres, nous savons que le soleil contribue à tout cela, nous savons que la lune contribue à tout cela, parce que qui a créé le soleil, qui a créé la lune, qui a créé les étoiles? C’est le Créateur : Dieu.

Tout est en le Fils et tout ce qui est du ciel contribue à réchauffer la terre, à l’envelopper; alors, tout est mouvement, tout est vie : tout est de Dieu.

Une seule pensée, une seule pensée qui n’est pas pour Dieu est contre nous; Dieu nous fait réaliser cela parce que nous allons entrer dans une Terre Nouvelle.

Nous n'entrerons pas dans la Nouvelle Jérusalem ignorants de ce qu’est la Nouvelle Jérusalem; la Nouvelle Jérusalem est Jésus.

Alors, nous devons apprendre à aimer Jésus, à aimer la Nouvelle Jérusalem : aimer ce qu’est la terre, la matière, le mouvement, la vie, l’air; là est notre seule chance de vivre éternellement, nous avons ce choix.

Dieu parle dans notre cœur pour nous réveiller.

Combien de personnes s’alimentent et croient que cela vient de leur effort, vient de l’effort des hommes, cela est faux.

Si nous prenons de la nourriture, c’est pour nourrir notre chair : notre chair doit être nourrie avec les grâces de Dieu; si nous voulons connaître une chair immortelle, nous devons connaître ce que nous avons accepté d’entrer en nous.

Nous avons laissé entrer en nous de la nourriture, bien souvent, qui ne portait pas de grâces; nous avons laissé souvent entrer à l’intérieur de nous des aliments qui ne portaient pas l’amour de Dieu; si nous voulons retourner à la source, nous devons connaître d’où sont venues ces impuretés.

Pourquoi sont venues ces impuretés? Qui a fait que nous avons été consentants de consommer ce qui était impur? Nous savons qui, c’est Satan; Satan a instruit des enfants qui nous ont montré à nous alimenter avec des aliments impurs.

Nous avons accepté cela, oh! par ignorance, mais cette ignorance nous l’avons payée cher; aujourd’hui, nous regardons nos membres et nous savons que nos membres souffrent; nous regardons notre vue et nous savons que notre vue n’est pas une vue qui est bonne; notre écoute n’a pas l’écoute qu’elle devrait avoir; notre langage n’est pas notre langage que nous devrions avoir; nos actions aussi, nos sentiments.

Tout cela est venu de ce que nous avons accepté dans notre vie en tant qu’alimentation; oh! pas tous, ce n’est pas l’alimentation qui nous a rendus ainsi, mais ça fait partie de ce que nous avons accepté.

Dieu nous a donné tout ce qu’il y a de bon sur la terre pour nous, mais combien ont fait de ce qui était bon des mouvements impurs pour nous donner ce qui n’était pas bon.

Nos parents, nos arrières, nos arrières, arrière-grands-parents travaillaient la terre, ils mettaient des bonnes graines dans la terre, ils nourrissaient la terre, ils en prenaient soin parce qu’ils savaient que lorsqu’ils mettaient une graine dans la terre, il fallait qu’ils en prennent soin.

Négligez la terre, et mettez une bonne graine, la graine va souffrir, elle ne donnera pas une bonne récolte.

Eh bien, aujourd’hui on ne nourrit pas la terre avec ce qui est bon et ce que nous récoltons est impur et nous mangeons cela; vous direz : "Mais alors, comment nous, allons-nous nous alimenter?"

Il faut aller en Jésus, donner tout cela à Jésus : "Jésus, nous savons que ce que nous mangeons est impur parce que ta terre au tout début était pure, maintenant elle est impure; nous te donnons cette conséquence.

Nous vivons la conséquence de cette négligence, nous te donnons cela Jésus, répare, toi.

Bénis, bénis notre chair afin qu’elle puisse prendre cette nourriture; bénis-nous et bénis cette nourriture impure afin qu’elle n’endommage pas ma chair, et bénis tous ceux qui sont en moi, bénis leur nourriture, tu es le seul qui peut nous aider."

Jésus est le Purificateur, il est le seul qui va changer la surface de la terre, il n’y en aura pas d’autres, car il est Celui que Dieu le Père nous a envoyé.

Dieu veut nous démontrer sa toute-puissance, Dieu veut que nous cessions de nous alimenter en acceptant ce qui est impur et qui n’est pas nécessaire à notre santé; il y aura beaucoup de sacrifices à faire, mais Maman Marie va nous aider.

Lorsque nous voyons que nous avons devant nous des aliments impurs qui ne sont pas des aliments venant d’une bonne terre, nous ne devrons plus prendre cela.

Comment détecter que cela vient d’une bonne terre? Nous ne pouvons pas par nous-mêmes, Jésus va nous aider; Jésus va prendre tout ce que nous sommes et il va nous montrer que cela nous est permis, qu’un autre aliment, non, cela n’est pas un aliment bon pour nous, que cela est un aliment fait pour plaire et non pas pour nous alimenter sainement.

Il y a beaucoup d’aliments autour de nous qui devront disparaître, beaucoup d’aliments, car, dans la Nouvelle Jérusalem, il n’y aura pas d’aliments impurs, mieux vaut commencer tout de suite.

Nous sommes ici pour aider nos frères et nos sœurs, ce n’est pas en continuant à nous conduire comme des enfants voulant demeurer dans l’ignorance que nous allons les aider.

Si nous faisons des pas avec Dieu, en Dieu, pour Dieu, alors faisons-les jusqu’au bout.

Est-ce que les apôtres mangeaient comme nous nous mangeons? Non, Jésus leur avait appris, Jésus leur avait appris ce qu’était de manger avec modération, il leur avait appris aussi à demeurer dans le jeûne lorsqu’ils pouvaient le faire, pas un jeûne excessif, un jeûne fait avec les grâces de Dieu, avec l’amour de Dieu, car il leur apprenait à écouter leur corps.

Lorsqu’ils sentaient leur fatigue, ils s’arrêtaient et ils prenaient un repas, un petit repas, ce qui les aidait à avancer; il ne les amenait pas dans les auberges pour s’empiffrer, il les amenait à connaître la nécessité; tout ce qui leur était nécessaire, Dieu les dirigeait vers cela et c’est ce qu’il va faire avec nous.

Tranquillement, Dieu nous dirige vers ce qui est bon, il nous apprend tranquillement à délaisser telle où telle chose.

Maman Marie, elle aussi aide; n’oubliez pas qu’à Medjugorje, il y avait des plants de tabac et elle leur a demandé de planter des plants de raisins; voyez-vous, cela était meilleur pour eux pour la santé.

Eh bien, croyez-vous que cela est différent pour nous? Ce qu’elle leur a montré, c’est pour nous aussi, pour nous montrer que nous devons bien nous conduire devant Dieu le Père.

Nous devons apprendre, nous devons apprendre à bien nous conduire en enfants d’amour en refusant les abus; si nous abusons des bonnes choses, nous allons tomber malades; si nous abusons des bonnes choses, nous allons aller vers ce qui n’est pas bon; n’est-ce pas ce que nous avons fait? Nous avons été vers ce qui n’était pas bon.

Les premiers colons, lorsqu’ils sont arrivés au Canada, croyez-vous qu’ils avaient un réfrigérateur plein? Croyez-vous qu’à toutes les semaines ils allaient au supermarché pour remplir leur garde-manger? Ils ont appris, ils ont appris à travailler la terre, ils ont appris à faire des réserves avec la récolte; avec tout cela, ils ont nourri leurs familles.

Eh bien, c’est ce que nous allons faire, nous allons apprendre à retourner à la terre, nous allons apprendre à mettre de côté ce qui n’est pas bon pour notre santé; tout ce qui nous a été connu par ce monde devra être mis de côté.

Ne croyez pas que nous allons entrer dans la terre nouvelle en apportant avec nous nos chips, nos liqueurs, nos cigarettes, notre cigare, notre alcool, nos pâtisseries de toutes les formes, de toutes les couleurs, de toutes les sucreries.

Nous allons apprendre, nous allons apprendre à devenir des enfants humbles, simples, comme Jésus.

Aujourd’hui, nous fêtons la fête du Sacré-Cœur de Jésus; le Cœur de Jésus, il est doux et humble.

Alors, c’est ce que nous allons apprendre : à être doux envers nous-mêmes, à ne pas nous accabler en allant vers ce qui est impur pour nous, car tout ce qui est impur pour nous, tout ce qui est abus pour nous, nous empêche d’avoir des pensées vers Dieu, nous empêche d’avoir des regards d’amour pour Dieu, nous empêche de vouloir écouter la Parole de Dieu, nous empêche de faire des gestes d’amour pour notre Dieu; cela nous maintient dans des sentiments contre Dieu, contre nous-mêmes, contre notre prochain.

Voyez-vous, une mauvaise alimentation rend notre digestion lente, rend notre digestion paresseuse, rend notre digestion incapable d’absorber ce qu’elle doit absorber afin d’alimenter notre corps.

Dieu veut que nous ayons un corps immortel, nous ne serons pas immortels en gardant une nourriture malsaine.

Dieu nous a fait connaître par des saints des façons de nous alimenter, des façons de prendre soin de notre chair et cela, Dieu a pris soin de nous le faire connaître.

Car nous aurons besoin de cela, nous aurons besoin d’aller aux sources, d’aller là où il y a eu mouvement d’amour pour nous-mêmes, parce que les hommes se sont mal nourris depuis les enfants de Caïn, car on leur avait montré comment se servir de plantes qui n’étaient pas pures pour la chair; ces plantes engourdissaient les membres, embrouillaient les pensées, rendaient la chair faible devant la tentation.

Tout cela est autour de nous, car toute plante qui nous rend incapables d’avoir des pensées pour Dieu, de garder notre esprit d’amour, est contre nous, cela vient de Satan.

Lorsque nous prenons ce qui est impur, nous nous détruisons; nous allons apprendre à consommer ce qui est bon et à laisser de côté ce qui est impur.

Tranquillement, Dieu va transformer notre être et cela, il va falloir le lui demander : "Bénis notre nourriture, bénis notre chair, viens purifier tout ce qui est entré en nous."

Dieu va le faire, commençons aujourd’hui à le faire.

Lorsque vous allez penser qu’un aliment que vous êtes habitué de prendre et que cet aliment il n’est pas bon pour votre santé, mais bon pour votre palais, demandez la grâce de vous en priver et vous allez avoir cette grâce.

Commencez, car beaucoup d’enfants vont souffrir.

Lorsqu’il y aura la Grande Purification, tous ces aliments ne seront plus pour nous et ceux qui auront dit oui à Jésus auront besoin de notre soutien.

Ils sortiront de là avec un esprit d’amour, un regard d’amour, une écoute d’amour, des actes d’amour, des sentiments d’amour; ils vont vouloir être tout amour pour Dieu, car ils ne voudront plus que rien d’impur n’entre en eux puisqu’il n’y aura plus de non en eux : tout cela sera devant eux.

Voyez-vous, Jésus a dit : «Ils auront ma force, je les soutiendrai jusqu’au bout»; eh bien, cette force nous en ferons partie; tous ceux qui accepteront de vivre la Passion du Christ soutiendront leurs frères et leurs sœurs au moment de la Grande Purification.

Nous sommes un petit nombre, mais ce nombre est très important.

Ce qui nous est appris aujourd’hui vient de Dieu et pas de nous, et ce qui nous sera appris demain et après-demain sera de Dieu et pas de nous.

Il est très important d’avancer dans la simplicité avec beaucoup d’humilité, car nous ne sommes pas plus grands qu’eux, que tous ceux qui vont vivre la Grande Purification.

Si Dieu nous a choisis, c’est parce qu’il connaissait notre oui et il l’a alimenté de son Corps et de son Sang; il nous a fait goûter à sa miséricorde et parce qu’il nous a fait goûter à sa miséricorde, alors nous serons miséricorde pour nous-mêmes.

Être miséricorde pour nous-mêmes, c’est dire : "Jésus, si tu as été si bon envers nous, eh bien, montre-nous à être bons envers les autres parce que c’est à cet instant-là que je vais être bon pour moi-même."

Mourir pour ceux qu’on aime, c’est connaître l’amour; alors, acceptons de mourir pour nos frères et nos sœurs afin de connaître l’amour, un amour éternel.

Alors, maintenant, nous allons nous arrêter ici.

Merci, merci Seigneur.