Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Toronto, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2005-11-27

 

Jésus : Chacun de vous, (vous) êtes ici par la Volonté de mon Père; ces temps sont des temps d’amour.

Vous voyez ce qui se passe autour de vous et vous comprenez que plus le temps avance et plus Dieu vous prépare; laissez pénétrer en vous la grâce de mon Père, la grâce de mon Père vous prépare à ce qui vient; rien ne vient de vous, tout ce que mon Père attend de vous, c’est un oui.

Vous êtes des enfants, vous qui avez été dans votre volonté humaine; vous apprenez tranquillement à me donner cette volonté; apprenez, mes enfants, qu’il a beaucoup à faire avec vous.

C’est mon amour qui parle pour vous, car je prends ce que vous êtes et je le présente à vous-mêmes; il est difficile pour chacun de vous de vivre ces moments, car vous avez entendu, et vous avez compris que beaucoup vous est demandé.

Toute parole que vous avez dite, toute parole que vous dites et toute parole que vous direz sera votre purification, et c’est ainsi pour vos actions et pour tout ce que vous avez ressenti, parce que c’est vous qui avez consenti à nourrir ce que vous avez consenti.

Les paroles de Dieu sont guérissantes; vos paroles ont été contre vous-mêmes, ont été contre ceux que vous aimez.

En ces temps d’amour où vous entendez de la violence, en ces temps où vous voyez la violence, vous devez apprendre à fermer votre intérieur à tout ce que vous entendez et voyez; vous devez pénétrer à l’intérieur de vous, avec mes grâces, dans les recoins les plus noirs de votre vie.

Dieu fait ce chemin en vous; il fait apparaître à votre vous-même ce que vous avez caché, et il vous fait prendre conscience de ce que vous vivez présentement, et qui est en rapport avec ce que vous avez caché en vous.

Enfants d’amour, regardez les maladies aujourd’hui; savez-vous que vous-mêmes avez contribué à cela? Ne regardez pas votre prochain, regardez vous-mêmes, car c’est en vous que se passe la purification; toutes les actions que vous avez posées ont fait votre vie et tout ce qui a fait votre vie a fait la vie de votre prochain, car vous portez tous vos frères et vos soeurs.

Voyez-vous, mes enfants, je viens vous apporter une lumière; c’est seulement lorsque vous êtes tout abandonnés que vous n’avez pas peur de la lumière : vous entrez dans la lumière et vous ressentez une chaleur; vous n’avez pas à craindre cette chaleur, car elle ne fait pas mal parce qu’elle est la grâce de l’amour de mon Père.

Je vous fais pénétrer à l’intérieur de vous-mêmes en la lumière; la Lumière, c’est moi; ce n’est pas vous, vous n’êtes pas la Lumière; j’ai pris tout ce que vous avez dit, j’ai pris tout ce que vous avez fait, j’ai pris tout ce que vous avez consenti à ressentir : j’ai souffert ma Passion pour cela.

Voyez-vous, la Lumière c’est moi, ce n’est pas vous; tout a été purifié par ma Lumière : mon Sang a coulé sur tous vos péchés; j’ai pris en moi tout ce que vous étiez et je l’ai présenté à mon Père comme si cela était de moi; voilà pourquoi je vous fais pénétrer en la lumière et, avec ce que vous êtes, vous regardez tout ce que vous avez été et êtes présentement, et je vous fais vivre des moments de purification : rien ne vient de vous-mêmes.

Lorsque vous acceptez de vivre votre purification, je prends tout de vous, et c’est moi qui vous fais pénétrer en votre vie : vous revivez un geste contre votre prochain, vous revivez une action contre l’Église, vous ressentez l’impureté en votre chair, parce que c’est moi le Mouvement, je vous fais revivre votre vie : vous ne voyez pas seulement, vous vivez.

Voilà pourquoi il y a présentement des enfants qui ont honte de ce qu’ils ont fait, mais ils acceptent cela avec amour parce que mes grâces les enveloppent; c’est moi qui prends soin de vous, la purification va être vécue par moi.

Comprenez ce que je viens de vous dire : je vous ai dit que la Grande Purification sera sur toute la surface de la terre, je vous ai dit que tous les enfants vivraient la purification :

celui qui dira oui à Jésus sera enveloppé de mon amour; j’arracherai en lui le mal, j’éradiquerai tout ce qui a fait de lui un être de chair dans la douleur; parce qu’il a dit oui, je fais tout pour lui parce que ma Passion est.

Votre âme est à moi et votre chair est à moi, puisque c’est moi qui les ai payées de mon Sang; si vous consentez à me donner votre oui, je prends toute votre vie, je ne néglige rien.

Combien d’enfants, en ce moment même, vivent le cancer; parce qu’ils me donnent leur oui, parce qu’ils me donnent leur vie, ils acceptent cela dans la grâce, et selon la Volonté de mon Père; certains sont totalement guéris en leur chair, d’autres continuent à souffrir dans l’abandon, dans la joie, parce que mon Père les appelle à l’abandon, au renoncement : il n’y a que mon Père qui est la Volonté.

Vivre la purification, c’est tout accepter, c’est vouloir la Volonté de mon Père et non la volonté humaine; voilà pourquoi je vous dis : «Ce n’est pas avec votre purification que vous vivrez cela, mais avec la purification de l’Amour»; si la purification dépendait de votre volonté humaine, votre souffrance interromprait ce mouvement; il n’y a que la purification de l’Amour qui fait que le mouvement est en mouvement.

Je vais vous expliquer : "Un jour, un enfant partit à la découverte de ce qui le rendrait heureux; il avait beau regarder autour de lui, il trouvait toujours des obstacles; bien fatigué de cela, un jour il décida de ne pas se lever le matin, car il voulait vivre cela bien allongé dans son lit".

Parce qu’il voulait connaître le bonheur, il cherchait toujours des moyens avec sa volonté humaine, jusqu’au jour où il découvrit qu’il n’attendrait pas le lendemain pour se lever; il décida donc de prendre sa vie et de l’offrir à Dieu, il décida donc de se lever et de faire ce que Dieu demandait de lui et, à partir de ce moment, il ne ressentait plus la fatigue et acceptait tout de Dieu.

Même les moments où il découvrait qu’il avait été un pécheur, qu’il avait lui-même fait souffrir son épouse et ses enfants, il avait découvert que l’Amour prenait soin de lui, qu’il était aimé du Père, que le Saint-Esprit était dans sa vie.

Il venait à cet instant de connaître le bonheur, car le bonheur pour lui était maintenant dans sa vie : donner sa vie pour ceux qu’on aime; il venait aussi de s’apercevoir que Dieu l’aimait au-dessus de tout parce que Dieu avait créé tout pour lui.

Il était, dans sa vie, un être dans la création de Dieu; tout ce qui était autour de lui, maintenant, prenait une tournure différente : il aimait ce qu’il voyait, il apprenait à se pencher sur ce qu’il avait lui-même négligé, il donnait tout à Dieu, que ce soit son jardin qu’il n’avait pas tourné la terre, que ce soit dans ses finances, que ce soit au point de vue sentiments vis-à-vis sa famille, tout devenait une raison d’amour, il aimait sans condition.

La terre était pour lui un lieu d’amour; les personnes avec qui il vivait étaient pour lui de l’amour; même s’il voyait la violence, même s’il voyait l’infidélité, même s’il voyait l’impureté, il aimait parce qu’il savait maintenant que Dieu prenait tout en lui et que lui était comme devenu un instrument d’amour.

Dieu se servait de lui maintenant pour qu’il lui donne tout ce qui était sur la terre; la récolte qui s’était appauvrie à cause du péché était donnée à Dieu; les êtres humains qui avaient perdu la foi étaient donnés à Dieu, parce qu’il avait foi en Dieu, parce qu’il savait que seul Dieu pouvait changer la face de la terre : il était amoureux de Dieu, il avait confiance que tout était pour être comme Dieu voulait que cela soit". 

Tout cela, c’est pour nous expliquer que l’amour, c’est nous; chacun de nous devons nous donner; nous devons vivre l’amour de Jésus en ce temps de purification; nous devons aimer ce que nous voyons autour de nous; nous devons accepter violence, maladie, parce que cela c’est la conséquence de nos péchés; nous devons aimer qui nous sommes parce que Jésus nous a aimés avant nous.

Si nous regardons ce que nous sommes devenus à cause du péché, nous gardons en nous de l’amertume; cette amertume a tué Judas, Judas ne pouvait pas se pardonner; il a nourri ce manque de pardon et il a refusé l’Amour : nous devons nous aimer parce que Dieu nous aime.

Dieu a été jusqu’à couler son Sang pour nous; lorsque le Sang de Jésus a coulé, c’était sur tous nos péchés et c’était aussi sur l’être de chair que nous sommes; nous sommes le temple de Dieu, nous sommes l’amour de Dieu : nous devons aimer le temple de Dieu, nous devons aimer l’amour de Dieu.

Lorsque nous apprenons à être ce que nous sommes, là nous devenons comme une lumière; nous entrons en nous-mêmes et nous pénétrons la lumière; nous ne sommes plus nous-mêmes, nous sommes ce que Jésus veut que nous soyons : Jésus est l’Amour, alors nous sommes Jésus.

Jésus, tranquillement, est en train de nous montrer comment aimer l’être de chair que nous sommes; nous aimons notre âme parce que notre âme est la pureté à l’intérieur, lorsque nous allons vers les sacrements; mais l’être de chair que nous sommes tombe toujours dans le péché : cet être, nous devons l’aimer, nous devons accepter nos faiblesses.

Parce que cet être a accepté le mal en lui : parce qu’au moment où Adam et Ève ont désobéi, le mal nous a habités, alors l’être de chair que nous sommes a toujours été en contact avec le mal.

C’est le mal qui est la cause de tout ce que nous sommes devenus; alors, il faut faire une différence, il faut aimer l’être que nous sommes et il faut enlever le mal que nous avons en nous, en disant : “Oui Jésus, je n’en veux plus, oui Jésus, je ne veux plus de ma volonté humaine qui a accepté le mal” ; nous devons être des enfants obéissants à l’appel de Dieu.

À chaque jour, Jésus est en train de nous montrer ce qui nous habite; il utilise des êtres de chair pour nous parler, mais c’est pas l’être de chair en la chair qui parle, c’est l’être de chair en le Saint-Esprit; aucun être de chair en sa chair, dans sa volonté humaine, ne pourrait guérir ce que nous sommes.

Que Dieu utilise une personne entre nous, il utilise l’être de chair qui s’abandonne dans le Saint-Esprit; il n’a pas besoin de nous dans notre volonté humaine, tout ce que nous avons réussi à faire, nous, c’est de gâcher la sauce : Dieu va faire un monde nouveau avec ce que nous sommes.

Est-ce qu’un être humain pourrait prendre ce qui est gâché et lui donner bon goût? Ne vous méfiez pas, car il en serait capable; Dieu va faire de ce mets un mets d’amour qui portera des fruits, car le résultat sera sain, le résultat nous amènera à nous reconnaître comme étant purs : purs en pensée, purs en notre chair, purs en notre coeur et purs en notre âme : alors, l’être humain qui pourrait tricher la sauce ne peut tricher Dieu.

Laissons à Dieu ce qui est à Dieu, la purification est de Dieu, c’est son œuvre; aucun être humain sur la terre, avec toute sa volonté, ne réussira jamais à devenir pur en sa chair.

Il n’y a qu’avec les grâces de Jésus que nous lui donnons tout; voilà pourquoi la Mère de Jésus nous demande d’être tout attentifs à l’appel de son Fils.

 

Maman Marie : Enfants d’amour, il y a tant à donner à chacun de vous; il faut vivre ces jours d’amour en le Coeur même de l’Amour.

Je vous ai apporté l’Amour; en prononçant mon oui, il a fait naître en mon sein le Verbe de Dieu; tout mouvement viendra de mon Fils, rien ne viendra de vous-mêmes; il faut tout laisser à l’Amour, la Volonté de Dieu le Père est de vous attirer à lui.

Mes enfants, aimez-vous, ayez confiance en ce que vous vivez; vous n’appartenez qu’à mon Fils, vous n’appartenez à personne d’autre qu’à mon Fils; vous n’avez pas de compte à rendre à aucun être humain, mais apprenez de la Mère de Jésus que vous avez tout à donner pour vos frères et vos sœurs, il y a tant d’amour en vous!

Soyez fidèles à l’amour que vous êtes et réunissez-vous en le Coeur de mon Fils, c’est moi, la Mère de Dieu, qui vous y amène; mes enfants, l’amour de Dieu vous appelle, il fait naître en vous un besoin de vous donner afin que les grâces de la Miséricorde descendent sur toute la surface de la terre.

Le Coeur de mon Fils est grand ouvert, il vous accueille; c’est lui qui va prier, mes enfants.

Maintenant, c’est dans l’amour de mon Fils que chacun de vous, (vous) allez prier ce chapelet donné à ma petite fille, Faustina; il a été pour vous un moyen de vous donner pour vos frères et vos soeurs dans la paix.

Mes enfants, priez dans la paix.»

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : ... de grâces aujourd’hui en notre chair, il a comblé notre âme, il nous a montré à quel point il tient à nous; s’il le fait pour nous, il le fait pour tous ceux que nous aimons et qui sont absents.

Dans le monde entier, il y a de la violence; dans le monde entier, il y a de l’indifférence; dans le monde entier, on n’aime plus; croyez-vous que cela est irrécupérable de la part de Dieu?

Si on posait cette question à nous-mêmes, à nous les êtres humains, nous qui avons voté pour des gouvernements, nous qui avons fait confiance aux êtres humains, nous qui leur avons donné nos propres enfants, croyez-vous qu’eux pourraient arrêter tout cela? Ils en sont incapables parce qu’ils sont la cause de tout cela.

Dieu aime ses enfants, Dieu aime ces hommes et ces femmes qui ont le pouvoir de dire : “Oui, nous allons distribuer de la nourriture, oui, nous voulons donner de l’argent afin qu’il y ait moins de pauvreté, oui nous allons nous entraider”; oui, ils ont ce pouvoir, mais ils ne le font pas.

Ils sont des êtres comme nous, ce sont des enfants de Dieu comme nous; mais à l’intérieur d’eux, ils ont écouté le mal, ils ont été incapables de dire non au mal parce qu’ils ont eu soif de pouvoir.

Où il y a le pouvoir, il y a le mal; Dieu n’a pas mis le pouvoir entre les mains des hommes, il leur a simplement demandé de servir les hommes, de bien gouverner les enfants de Dieu; puisqu’il a fait des lois, Dieu, il fallait que ces hommes se servent des lois de Dieu pour gouverner les enfants de Dieu; les hommes avaient tout reçu de Dieu pour pouvoir gérer le système.

Lorsqu’on met entre les mains des hommes le système pour la santé, un enfant de Dieu se sert des lois de Dieu pour faire en sorte que ce système soit amour pour tous ceux qui en ont besoin.

L’homme a été créé pour l’amour; où il y a la maladie, l’homme doit y être pour soigner, pour prendre soin, pour envelopper, pour enlever tout ce qui pourrait nuire à la santé des enfants de Dieu.

Dieu a donné l’intelligence aux hommes afin qu’ils puissent connaître ce qui est bon pour les enfants de Dieu; Dieu a mis sur la terre tout ce qui est nécessaire pour la santé des enfants de Dieu; alors, ceux qui sont au pouvoir doivent se servir de ce que Dieu a mis sur la terre pour les enfants de Dieu.

S’il choisit le pouvoir pour lui-même au lieu de servir les enfants de Dieu, il se détruit lui-même; il est comme le fer qui, un jour, sera détruit parce qu’il n’a pas été au service des enfants de Dieu; à quoi sert d’être fort s’il détruit? La force ne peut servir l’amour.

La force, c’est un mouvement qui détruit, c’est contre la Volonté de Dieu; la force en l’homme est un mouvement : il peut servir ou il peut détruire; lorsque l’homme se sert du pouvoir pour avoir plus de force afin de détruire, il se détruit lui-même, car il met en ce monde ce qui va détruire ses propres enfants.

Dieu a donné aux hommes tout ce qu’il possède, parce que ce qu’il possède, il l’a obtenu avec l’intelligence de Dieu; il se sert de ce que Dieu lui a donné pour faire le mal, il aura des comptes à rendre à Dieu, parce que l’enfant qu’il est sera un jour devant Dieu; il ne pourra pas se cacher derrière un système, il ne pourra pas se cacher derrière des lois humaines, parce que tout ce qui a été est venu de lui.

Si, au bout de plusieurs centaines d’années, l’homme accepte ce qui est mal, ne le rejette pas, n’améliore pas, il est consentant à continuer ce qui est déjà commencé : une personne qui est au pouvoir et qui accepte de continuer à faire l’oeuvre de la volonté humaine, il accepte de suivre un mouvement contre l’amour de Dieu.

L’enfant de Dieu, qu’il est, est conscient de ce qu’il fait, il sait que lorsqu’il accepte une loi, qui est déjà acceptée depuis plusieurs années, il consent à accepter tout cela; il devient donc comme s’il était le premier enfant qui a fait cette loi.

Lorsqu’Adam et Ève ont choisi de vivre dans leur volonté humaine, nous qui sommes dans la volonté humaine, nous étions donc pareils comme Adam et Ève dès le début, alors nous acceptions ce qu’Adam et Ève ont accepté; parce que maintenant nous sommes au courant de ce qu’ils ont accepté, si nous acceptons de vivre dans notre volonté humaine, en sachant que Dieu veut que nous renoncions à notre volonté humaine, quelle est donc la différence entre la décision d’Adam et Ève et la nôtre? Il n’y en a pas; voyez-vous, on est dans le même mouvement.

Celui qui est au pouvoir, c’est la même chose; la première fois qu’un être humain a été au pouvoir et qu’il a fait une loi pour lui-même, et non pour servir les enfants de Dieu, et celui qui est aujourd’hui au pouvoir, et qui accepte de continuer à vivre dans cette loi, de la maintenir comme étant une loi qui doit être acceptée des enfants de Dieu, est semblable à celui qui a fait cette loi, même si cette loi date de plusieurs milliers d’années.

Parce que la première fois que l’enfant de Dieu a fait cette loi, il savait qu’il nuisait aux enfants de Dieu, parce qu’il ne pouvait pas ignorer ce qui se passait à l’intérieur de lui; parce que ce mouvement, il l’a vécu et il a étouffé cela.

C’est la même chose aujourd’hui : l’enfant qui entre au pouvoir et qui accepte tout cela, l’enfant de Dieu, qu’il est, est contre lui-même; puisqu’il est contre les enfants de Dieu, il aura des comptes à rendre pour tout ce qu’il a accepté, et non pas envers nous-mêmes, parce que n’oubliez pas que lorsqu’on se présente devant Dieu, c’est notre vie qu’on voit et pas la vie du voisin; il ne cesse de se détruire par lui-même, c’est lui-même qui se jugera avec l’amour de Dieu.

Dieu est en train de nous faire réaliser l’importance de l’Église; si nous prenons autant d’importance à écouter ce qui se passe au niveau du gouvernement, combien plus lorsque tout nous est montré au niveau de l’Église : l’Église, c’est nous-mêmes.

Lorsqu’un gouvernement vote pour une loi, ce sont les enfants qui souffrent à cause de cette loi, nous pouvons les compter, mais les enfants qui vivent en l’Église et qui font un geste contre l’Église, ce geste est contre tous les enfants de Dieu, voyez-vous l’importance? Nous nous verrons devant ces gestes.

Voilà pourquoi Jésus nous dit : «Je vais vous donner des grâces afin que votre langue ne soit qu’amour; je vais vous donner des grâces afin que votre pensée ne soit qu’amour; je vais vous donner des grâces pour que votre coeur ne soit qu’amour, afin que tous vos gestes soient amour pour l’Église.

En ces temps d’amour, gardez votre langue pour Dieu, cessez de critiquer sur la température, cessez de critiquer les nouvelles, cessez de critiquer votre mari, votre épouse, cessez de critiquer si vous avez mal dormi, cessez de critiquer si vous avez une mauvaise digestion, cessez de critiquer lorsque la journée finie n’a pas été à votre goût.

Mes enfants d’amour, apprenez à avoir un langage d’amour, cela est pour vous; si vous critiquez les paroles d’un politicien, regardez-vous : vous ne cessez de critiquer pour un rien.

Je veux envelopper l’être d’amour que vous êtes afin de renouveler vos sons (en sons) d’amour, nouveaux.

Il sera difficile au tout début de retenir vos critiques, ce sera à Dieu de répondre aux questions, comme cela sera dur! «As-tu bien dormi?» Alors que depuis quatre heures vous ne cessez de chercher le sommeil qui n’est pas venu; si vous répondez : “Oh! j’ai assez mal dormi, je n’ai pas cessé de tourner!” Qui ça apaisera, vous-mêmes, la personne avec qui vous parlez, votre prochain? Tout cela ne servira qu’à démontrer que vous êtes des êtres qui (n’acceptent) pas la souffrance.

La souffrance est la conséquence de vos péchés; vous devez accepter de vivre cela avec les grâces de Dieu.

Donnez-moi, mes amours, votre manque de sommeil; donnez-moi la cause de votre manque de sommeil, les conséquences de tout cela, et pensez au premier qui a manqué de sommeil jusqu’au dernier qui manquera de sommeil, et donnez-moi tout cela; vous apprendrez à être des enfants d’amour qui avez le sourire facile : la paix, la paix en vous sera.

Je veux faire de vous des êtres d’amour, et plus vous garderez votre paix et plus le monde changera; ils accepteront leur purification; ils vivront eux aussi des mouvements qui surgiront à l’intérieur d’eux, afin qu’ils puissent réaliser la souffrance qui les habite.

Vous devez les soutenir avec amour; ne mettez plus un mur entre ma Volonté et leur volonté : je veux passer, mes amours; vous êtes l’Église et ils sont l’Église.

Chaque critique de votre part arrête les grâces; voyez-vous l’importance de ce que Dieu demande? Tout n’est qu’amour; c’est avec des mots simples que Dieu vous parle; si vous saviez, mes enfants, comment une simple réflexion de vous peut nuire à l’Église, car une simple réflexion peut engendrer d’autres réflexions qui, avec le temps, deviennent des mouvements de violence; la guerre, mes enfants, vient de mouvements très simples : des enfants qui n’ont pas accepté d’être amour, des enfants qui ont refusé de connaître la souffrance avec amour, des enfants qui ont rejeté mes grâces, qui ont voulu vivre leur vie sans la Présence de Dieu en acceptant le pouvoir, et tout pouvoir amène à la violence, car il n’y a qu’un seul pouvoir d’amour : c’est celui de Dieu.

Je viens vous parler en les cœurs, afin que vous puissiez comprendre que la purification est un mouvement d’amour; se donner pour ceux qu’on aime, c’est apprendre à aimer.

Aimez-vous, gardez vos paroles qui ne sont pas amour; donnez-les à Jésus, moi je sais que ce que vous vivez est pour l’Église.

Lorsque vous prononcerez ces paroles parce que vous avez mal dormi, je les prendrai, moi, j’arracherai de vous cette souffrance qui est la cause du péché.

Là, le péché n’est pas pour vous, la souffrance n’aurait pas dû être en vous; voilà pourquoi je veux que vous me donniez tout afin que vous soyez tout amour pour vous-mêmes; il n’y a que moi qui puisse faire cela, pas vous, pas votre prochain.

Soyez amour, tout amour pour Dieu et Dieu vous récompensera; ce qui vous attend, mes enfants, c’est l’immortalité dans une chair d’amour.

Dieu fait voir à beaucoup d’enfants ce qui va se passer.

Il y aura autour de nous beaucoup de violence, parce que les hommes et les femmes ne veulent pas arrêter leurs mauvaises manies; ils ont tant accumulé dans leur vie des paroles qui n’étaient pas amour pour eux; ils rejettent tout ce qui vient de Dieu, vient de nous-mêmes qui sommes en Dieu.

Dieu dit qu’il y aura bientôt un mouvement qui viendra : ce mouvement aura un impact très important sur toute la surface de la terre; il dit que ceux qui seront dans la paix vivront cela dans l’amour de Dieu; il ne faut pas sortir de Dieu, il y a seulement qu’en Dieu que nous allons pouvoir vivre ce qui vient.

Voilà pourquoi, lorsque vous entendez la Volonté de Dieu sur ce qui s’en vient, vous devez écouter cela avec les grâces de Dieu, dans la paix de Dieu, car si vous n’écoutez cela sans les grâces de Dieu, vous ne comprendrez pas les messages, vous ne vivrez pas les messages, tout ne sera qu’extérieur et tout ce qui n’est qu’extérieur est en relation avec les ténèbres; côtoyez les ténèbres, et vous aurez peur, vous demeurerez à l’extérieur sans les grâces de Dieu.

Les grâces de Dieu sont à l’intérieur de nous, c’est là que nous devons nous réfugier, c’est là que nous devons entendre les messagers, afin de bien comprendre ce que Dieu veut nous faire comprendre.

Gardez à l’intérieur de vous les messages que vous venez d’entendre, priez la Mère de Jésus afin d’obtenir les grâces d’accepter la Volonté de Dieu; ce n’est seulement que la Volonté de Dieu qui va vous donner ce que vous aurez à apprendre.

Vous pouvez entendre le même message : pour un, cela voudra dire quelque chose et, pour un autre, cela voudra dire autre chose, et le même message deviendra pour l’un lumière et pour l’autre aussi lumière, parce que ce qui est en vous n’est pas en l’autre.

Ce que vous avez dit dans votre vie, ce que vous avez vécu dans votre vie est à vous; comment pouvez-vous penser de la même façon qu’un autre? Dieu le sait, lui, ce qui est bon pour vous.

Dieu est bon avec vous-mêmes, il ne parle pas pour vous faire peur, mais pour vous donner ce que vous avez besoin pour vivre votre purification.

Il faut avoir confiance en ce que vous recevez, iI faut avoir confiance que Dieu le Père prend soin de vous : tout vient de Dieu le Père.

Si Dieu le Fils donne un message à un de ses messagers par la puissance du Saint-Esprit, tout devient lumière; cela est parti de Dieu, le Fils a accompli la Volonté de Dieu et le Saint-Esprit a fait en sorte que nous puissions être dans le mouvement du Fils de Dieu.

Voilà pourquoi lorsque nous écoutons un message de ce qui vient, nous devons laisser toute la place à Dieu afin de vivre cela en le Fils; si c’est par le Fils que nous avons reçu cela, c’est par le Fils que nous le vivrons, parce que notre volonté humaine a été incapable de comprendre ce que le péché avait fait de nous.

Nous avons seulement à regarder notre chair; notre chair connaît toutes les conséquences du péché, pourtant notre chair nous appartient; cela a été donné à nous-mêmes, nous (n’) en avons pas besoin, nous étions incapables de dire non au péché.

Maintenant, Dieu prend toute la place, il veut tout faire pour nous; alors, nous devons tout lui laisser, nous devons lui laisser la place afin de comprendre les messages que nous recevons, alors nous ne connaîtrons pas ce qui vient avec la peur et ceux que nous avons à l’intérieur de nous en profiteront.

Nos enfants, nos frères et nos soeurs à la maison, ils vont vivre ce que nous vivons parce que Jésus est en eux, comme il est en nous; comme Jésus, lui, prend toute la place à l’intérieur de nous par notre consentement, alors il agit en son Nom.

C’est toute l’Église qui profite de ce que nous, nous avons vécu cet après-midi; c’est ce que Jésus voulait nous faire comprendre aujourd’hui.

Vivons ce qui se présente à nous avec les grâces de Dieu; cessons de critiquer et vivons avec les grâces de Marie, parce que ça va être, croyez-moi, difficile d’arrêter de critiquer, mais il n’y a rien d’impossible à Dieu, il s’agit que nous lui donnions tout parce que si, nous, on arrête de critiquer, avec nos deux poings fermés, en fin de la journée nous allons être découragés parce qu’on va (s’être) aperçus qu’on a critiqué quand même.

Lorsque cela sera fait en les grâces de Dieu, à la fin de la journée, on va s’être aperçus qu’on a encore critiqué, mais les grâces de Dieu vont faire en sorte qu’on va pouvoir se pardonner et on va continuer à vouloir ne pas critiquer.

Vous allez voir qu’au bout de quelque temps, à notre grande surprise, Dieu va mettre devant nous un mouvement d’amour : il va nous montrer que nous critiquons moins parce que cela va se faire voir.

Ce sont les autres qui vont nous le dire; ils vont dire : “Tu as changé, tu es plus souriant, tu ne critiques presque plus”; vous allez voir, votre mari/votre épouse, il va vous le dire et vos enfants aussi : l’Église va en profiter.

Alors, le Seigneur vient de dire : «Maintenant, dis bonjour à tout le monde.»