Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Toronto, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2009-05-03 – P.M. 

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que nous allons vivre cet après-midi, c’est ce que Dieu veut pour nous. Il nous accorde son amour afin de nous faire grandir en son amour.

Nous avons chacun de nous un devoir envers nous-mêmes : c’est de nous aimer et c’est de laisser Dieu nous aimer. Il n’est pas toujours évident de comprendre cette parole : laisser Dieu nous aimer, alors que lui n’est qu’amour, alors que lui ne cesse de se donner afin de nous donner son amour. Nous, on freine son amour. Comment peut-on freiner un amour qui nous guérit? Parce que l’amour de Dieu est pour nous nécessaire, afin que nous puissions redevenir l’enfant de Dieu que nous étions avant la chute de nos premiers parents.

Depuis cette chute, notre vie spirituelle a connu ce qu’était un arrêt. 'Arrête, Dieu, je vais penser; arrête, Dieu, je vais choisir'. En disant ces paroles, Adam et Ève venaient d’entrer dans leur volonté humaine, et là, la Divine Volonté se mettait de côté. C'était leur choix à eux, ce qui a fait que la vie spirituelle était toujours dans une blessure. Comment se fait-il qu’une vie spirituelle peut avoir une blessure? Une vie spirituelle, c’est la présence de Dieu constamment dans notre vie, ce qui nous amène toujours à vivre pour notre amour, et notre amour : c’est Dieu. Notre vie spirituelle veut continuellement aimer Dieu. L’âme, l’âme est toujours en amour lorsqu’elle est en la Vie. La Vie de Dieu nourrit toujours notre âme et elle, elle est toujours dans sa lumière; elle connaît la félicité et notre âme est en nous. Imaginez-vous que notre âme connaît la félicité lorsqu’elle est dans ce mouvement d’amour qui est Dieu. (Il me dit de me lever)

Notre vie est à nous par Jésus. Jésus, Matière Parfaite, Vie Éternelle, nous a portés et nous porte encore. À l’intérieur de nous, il y a la vie de Jésus. C’est le même Jésus, le Fils de Dieu fait Homme, qui s’est présenté à son Père qui est en nous. Ce n’est pas parce que nous sommes venus sur la terre que Jésus, lui, s’est transformé pour être quelqu’un qui est pour nous non présent, invisible, un Dieu qui nous regarde de loin, c’est le même Jésus qui nous contient tous. Jésus, lorsqu’il est venu sur la terre, portait tous les enfants de Dieu. Nous n’étions pas, nous, encore sur la terre – disons, parce que nous étions en Jésus, en 2009 – alors que le temps christianisme a fait un calendrier quelques années après que Jésus soit au monde. C’est pour ça qu’on dit l’an 2009. C’est seulement après la naissance de Jésus, quelques années après, qu’on a nommé les années comme nous on connaît. Alors, où on était si nous n'étions pas sur la terre? Où on était? On était en Jésus. Nous étions toujours en Jésus.

Depuis le moment où Dieu dit : «Je veux mes créatures», tous nous fûmes créés en Jésus. Les mois, les années, pour nous, ne se calculeraient pas en l’éternité de Dieu. Jésus vient de nous dire : «Ne calculez pas le temps de la création de la terre, là où après nous sommes venus, d’avec ce que là, au moment où nous étions en Jésus créés par la Volonté de Dieu» (parole incomprise par la traductrice et Jésus a repris). Jésus vient de répondre : «Ne cherchez pas à calculer le temps que nous fûmes créés en Jésus : on perdrait du temps. On ne peut pas comprendre l’éternité, parce que nous ne l’avons pas encore expérimentée; nous devons seulement accueillir ces paroles. Ce que Dieu veut nourrir, c’est notre vie spirituelle et non pas notre curiosité. Notre vie en Jésus a toujours été là; alors, lorsque Jésus est venu sur la terre, nous avons toujours été en Jésus.

Jésus est le Mouvement de vie. Il ne cesse de se mouvoir dans l’éternité, là où est la Présence, et nous savons que la Présence n’a pas de fin ni de commencement : il est omniprésent, omnipotent. Alors, sa présence est partout dans une infinité que l’être humain ne peut comprendre. Cela est impossible d’analyser ces dires, il faut avoir la foi. Dans l’Évangile, dans la Parole même de Dieu, Dieu a dit : «Ceux qui croient en moi ont la vie éternelle; parce qu’ils sont en moi, je leur donne tout ce qui est à moi». Alors, nous sommes en le Mouvement de la vie éternelle. Partout où est Dieu, parce que Dieu nous a créés et que nous venons de la Matière Parfaite, nous sommes dans le Mouvement. Est-ce que je suis ici ou est-ce que je suis en même temps là? Je suis en Jésus. Là est la Vie : là est la Vie. Là où un seul de mes frères vit : là je vis la Vie. Lorsque tu es en Jésus, tu as été en Jésus; moi j’ai été en Jésus, ta vie était avec moi; alors, ce que tu étais était pour moi.

Dans le Mouvement de la vie, nous sommes tous liés ensemble. Alors, que je sois ici, que tu sois ici, ce que tu fais, ce que tu dis a un rapport avec moi, pourquoi? Parce que Jésus, le Mouvement, est toujours dans son mouvement d’amour. Comme je suis créé par l’Amour, avec l’Amour, en l’Amour, je suis amour; et comme tu es amour et que je suis amour, donc ton amour et mon amour ne font qu’un amour. On ne peut séparer l’amour. Peut-on séparer Jésus? Il est le Tout. Peut-on le séparer de Dieu le Père, de Dieu le Saint-Esprit? Cela est impossible, ils sont trois Personnes : un seul Dieu. L’amour ne se sépare pas. L’amour, un mouvement, et c’est vie. On ne sépare pas la vie, la vie : mouvement éternel. Ce que Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, les trois Personnes sont, c’est ce mouvement d’amour : présence. Voilà pourquoi l’on dit : Dieu est partout, Dieu voit tout, Dieu sait tout. Rien n’échappe à Dieu parce qu’il est dans ce qu’il est : amour, vie. Alors Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit : un Esprit : la puissance, l’éternité, lumière. Dieu est un tout, Dieu est un tout!

Lorsque Dieu a dit : «Faisons l’homme à notre image», nous étions déjà l’image de Dieu. Mais on ne se voyait pas encore comme on devait se voir. Notre présence était en Jésus, matière. Nous étions dans ce mouvement d’amour, ce mouvement de présence. On était l’amour et l’amour se donnait continuellement. Rien ne nous manquait. On se donnait toujours cet amour, on ne s’arrêtait jamais de se donner de l’amour, parce que lorsque mon désir était de donner, son désir était mon désir; alors, dans une fraction d’éternité, on se donnait cet amour. On savait tout parce que le savoir de Dieu était l’amour, et ce que je savais l’autre le savait, et son savoir et mon savoir n’étaient que de l’amour. On ne cessait de se donner de l’amour. Toute connaissance était de l’amour pour nous. Nous étions mouvements et on se donnait de l’amour. Tout était merveilleux. Nous étions, en la Divine Volonté, enfants de la Divine Volonté. Tout nous était connu.

Alors, Dieu a dit : «Je donne tout ce qui est en moi». Alors toute création, matière, était aux enfants de Dieu. Un seul mot de nous et ce mot était donné à Dieu : "Ta création". Dieu recevait instantanément ce mot. Lorsque sortait de nous ce mot : création, Dieu le recevait, parce que ce mot sortait de nous avec ce que nous étions : amour; alors Dieu recevait constamment son amour. La création de Dieu, tout ce que contenait l’univers, tout ce que contenait la terre, était en Dieu. Tout n’était que de l’amour pour nous. Dieu nourrissait son amour. Dieu qui contenait tout donnait toujours tout à ceux qui étaient en lui. Tout ce qui circulait en Jésus était une nourriture pour tous ceux qui étaient en Jésus, l’Emmanuel, Dieu-avec-nous, la Présence, avec nous; et nous qui étions en la Présence, tout était dans une harmonie en Dieu. On redonnait constamment à Dieu ce qu’il nous donnait : sa nourriture.

Lorsqu’on regardait ce qu’il nous donnait, nos yeux, qui regardaient, donnaient à Dieu ce qu’ils voyaient. C’était de l’amour. On ne se séparait pas de notre regard, car notre regard était de la nourriture, de l’amour. Lorsque je regardais, l’autre savait, et ce que je regardais, l’autre le savait et cela le nourrissait. Ce que Dieu le Père voit, le Fils le voit et chacune des deux Personnes donne ce qu’elles étaient et le Saint-Esprit savait et recevait aussi. Tout n’était qu’amour : amour pour Dieu, amour pour nous. Là où on était tous, on recevait : enfants de la Divine Volonté nourris de la Divine Volonté par la Divine Volonté. On était nourris de Dieu. Dieu ne cessait de nous donner. Ce n’est pas parce que nous sommes venus sur la terre que cela est différent. Lorsque Dieu a dit : «Nous allons faire l’homme à notre image : nous allons créer ce qui est créé, nous allons montrer ce qui est créé, nous allons donner constamment ce qu'est l’amour.» L’amour est éternel, l’amour ne donne pas ce qui est quelque chose de nouveau, l’amour a toujours donné. Est-ce que l’Amour, le Mouvement, l’Éternité, la Présence, la Puissance vont commencer ici? Nous sommes en Dieu, nous sommes l’amour et l’Amour, lorsqu’il est venu prendre naissance, était dans son mouvement : il était, il sera, il est.

Comprenons ce que Dieu vient de nous démontrer. À l’intérieur, en Dieu, Dieu a créé chacun de nous et il a créé après nous tout ce qui est matière pour nous : l’univers et son contenu, et dans l’univers il y a la terre. Alors ce que nous étions, nous étions en présence même de toute la création et la création faisait notre joie, notre bonheur : c’est l’amour. Lorsque nous sommes sur la terre, nous prenons naissance dans ce qui a déjà été. Voilà pourquoi Dieu dit : «Nous sommes amoureux de la terre». Nous avons connu la terre, alors lorsque nous prenons naissance sur la terre, nous prenons naissance dans ce que nous connaissons déjà. Voilà pourquoi il est facile à l’être humain de vivre sur la terre, parce que tout ce qui est sur la terre a été pour nous en Dieu. Ce qui fait que lorsque nous sommes ensemble, nous sommes ensemble sur la terre dans le même mouvement : «Je vous aime, vous êtes à moi. Tout ce que je vous présente est mon amour. Prenez ce que je vous donne, car ce que je vous donne est pour vous».

Il nous fait en ce moment découvrir que nous avons toujours été en son amour et que nous sommes créés pour l’amour, et que tous ceux qui prennent naissance : passé, présent, futur, sont l’amour pour nous. Nous prenons naissance sur ce qui nous a été donné. Nous devons aimer Dieu, car ce que nous voyons, c’est le mouvement de Dieu, c’est notre amour. Nous ne pouvons pas nous séparer de ce que nous sommes en le Mouvement. Tout mouvement éternel est ce que nous sommes en Dieu. Voilà pourquoi Dieu se sert de nous en ce moment même pour rendre à la vie ce qui est à la vie. Nous sommes la vie et nous donnons à la vie ce qu’elle est : parole, écoute. La parole que nous entendons en ce moment est mouvement en Jésus et la parole est sur la terre en Jésus, comme elle a toujours été. Ce n’est pas parce que nous avons pris à nouveau naissance que cela est changé.

Nous devons comprendre ce que Dieu veut pour nous. Allons-nous comprendre que nous devons mériter notre place? Allons-nous vivre notre vie éternelle? Comprenons notre vie éternelle. Sur la terre comme au Ciel, nous sommes la présence, nous sommes le mouvement en le Mouvement, naissance en le tout de Dieu. Nous sommes en le tout de Dieu. Mouvement éternel est ici, est là. Nous sommes en Jésus. Nous voyons une chair et la Chair est tout ce qui est. Dieu a pris naissance en ce qu’il est. Dieu n’a pas été créé, il EST. Jésus EST. Il est la Présence. Il l’a dit lui-même : «Je suis le Fils de Dieu, là où est mon Père, je suis». Lorsqu’il disait sur la terre : «Là où est mon Père, je suis omniprésence». On voyait Dieu avec nous sur la terre, comme on le voit ici, lorsque nous étions en lui : enfants divins par la grâce, par le vouloir de Dieu. Il n’y a que de la pureté en Dieu, il n’y a que de la perfection en Dieu et lorsque nous sommes dans le Mouvement, nous sommes parfaits en Dieu. Mais nous devons reconnaître ce que nous sommes en prenant naissance dans ce qui est voulu pour nous : ce que nous sommes, naissance, nous prenons naissance dans ce qui est pour nous de l’amour.

Dieu ne se répète pas. Il veut que nous puissions saisir l’amour en son présent. Être présent en Dieu, prendre naissance sur la terre, c’est être toujours en son amour. Il veut que nous prenions position : «Reconnais-toi amour, reconnais-toi être de moi. Ta volonté est ma Volonté lorsque tu es en connaissance de qui tu viens, pourquoi tu es là, et vers qui tu dois toujours aller» : mouvement d’éternité sur la terre comme au Ciel. C’est notre vie, c’est notre présence. Nous ne devons plus avoir d’hésitation, nous venons de Dieu et nous prenons naissance toujours en Dieu, car la terre est en Dieu, elle est de Dieu. Voilà pourquoi Dieu nous a voulus sur la terre : pour nous donner, toujours, toujours, toujours, toujours de l’amour, afin que nous soyons toujours la présence, ce mouvement d’amour. Dieu nous explique que notre naissance sur la terre ne s’est pas accomplie dans la perfection. Alors, nous allons renaître à nouveau dans un esprit nouveau, dans un cœur nouveau, dans un amour réparé par l’amour.

Lorsque nous étions en Jésus, dès notre création Jésus faisait circuler en lui ce qu’il était : son mouvement d’amour, sa présence. Tout ce qui était en Dieu était avec nous. Dieu a un cœur, Dieu a des yeux, Dieu a des oreilles, Dieu a des muscles, Dieu a toute la matière, voilà pourquoi l’on dit : l’Amour a de la force. Dieu est la seule force que nous avons besoin. La force de Dieu est le pouvoir de l’amour. Tout cela circule et nous nourrit. Son amour est si parfait. Tout ce qu’il y a en Jésus circule pour nous; aussi petits que nous soyons, nous sommes complets. Tout ce que contient Dieu est en nous. Ce tout petit point rouge, c’est nous : l’amour, la matière. Ce que Dieu nous donne, il nous le donne entier. Regardons notre présence en la Présence. Tous ces mouvements, c’est la présence en la Présence. Nous avons été créés à la ressemblance du Fils de Dieu, alors il est normal que nous ayons nous aussi un cœur; il est normal que nous, nous ayons des yeux, des oreilles, une bouche avec des membres, parce que nous sommes faits à la ressemblance. Ce n’est pas Dieu qui est fait comme nous, c’est nous qui sommes faits comme Dieu. À cause de notre volonté humaine, on regarde Dieu : 'Bien, Dieu s’est fait petit, à notre image, il est venu prendre naissance sur la terre, comme si nous étions avant Dieu.' C’est nous qui sommes à la ressemblance de Dieu et pas Dieu à notre ressemblance.

Alors lorsque le Fils de Dieu s’est présenté devant les esprits purs, les anges, parce qu’ils étaient purs au moment où il s’est présenté, ils ont vu la Matière et ils ont vu un homme : le Fils de Dieu qui avait des yeux, qui avait des oreilles, un nez, des cheveux, une bouche, des membres. Et, en un instant d’éternité, Lucifer a refusé : "Je n’adorerai pas la Matière, je n’adorerai pas cet Homme".  Dans l’éternité, une pensée qui vient plus vite qu’une lumière est déjà trop, parce que cette pensée a été contre Dieu. Elle a fait en sorte d’enlever devant cet ange le Mouvement de la vie, ce qui fait que nous comprenons que le Mouvement de la vie, qui est Dieu, est partout. Ce n’est pas simplement parce qu’il était devant le Fils de Dieu fait Homme, qu’il est disparu seulement devant le Fils de Dieu fait Homme, il est disparu, il a été loin de la Lumière : Dieu. Il a perdu l’éternité d’amour, la vie éternelle. Comprenons que Jésus fait Homme est Dieu. Lucifer n’a pas voulu adorer le Fils de Dieu, alors il a été retiré loin de la Lumière. Jésus est Dieu.

Voilà que beaucoup de personnes ne croient pas que Jésus soit le Fils de Dieu. Cela va à l’encontre de ce qu’il est. Si l’on croit au mal, à Satan, qui a perdu tout : vie éternelle, tout amour, eh bien, il faut qu’ils croient pourquoi, car Satan est un esprit déchu parce qu’il n’a pas adoré le Mouvement de l’éternité : Dieu. Voilà pourquoi il faut croire que Jésus est Dieu. Lorsque les anges déchus n’ont pas voulu adorer Dieu, le Fils de Dieu, Mouvement d’éternité, ils ont été retirés. Nous, nous sommes en Dieu. Nous devons comprendre ce mouvement qui est pour nous notre éternité. Dieu parle en nos cœurs pour que nous puissions voir la lumière, comprendre pourquoi nous sommes afin de vivre dans ce mouvement d’amour, ce mouvement d’amour qui est chacun de nous. Ce que nous avons été en Jésus, nous le sommes sur la terre, et tout ce que nous faisons sur la terre est en Jésus. Nous ne pouvons faire un mouvement, une action, sans que cela soit dans le mouvement de Dieu. Nous l’avons toujours été ce mouvement, et nous le sommes, tant que nous ne dirons pas non à Dieu.

Lorsqu'un seul d’entre nous dit une parole qui blesse une autre personne, tous s’en ressentent. Comme nous sommes en Jésus, comme nous sommes dans le mouvement de l'éternité, eh bien, ce que nous faisons tout le monde s’en ressent. Lorsqu'une personne donne de l’amour avec son regard, tout le monde le sait. Lorsque nous sommes en joie, lorsque notre regard regarde la beauté de ce que Dieu nous a donné, tout le monde est dans ce mouvement, parce que tout ce qui circule en Jésus, c’est l’amour, et ça nous frappe. Cela nous nourrit, c’est la même chose : nous prenons naissance, nous faisons une action, tout le monde s’en ressent. Notre action ne demeure pas cachée dans un p’tit coin à Toronto, dans ma garde-robe, sans que personne ne le sache. Nous sommes mouvement de vie, alors notre mouvement de vie est en rapport, en relation, avec tout le mouvement de la vie qui est Dieu. Lorsque ma parole n’est pas amour, mon mouvement de vie n’est pas amour, alors il est là dans la vie, il est dans l’éternité, il ne cesse de se mouvoir.

Pensons à Adam. Lorsqu'Adam a dit non à Dieu et qu’il a choisi sa volonté humaine, voilà que sa vie était dans le mouvement de Jésus. Sa vie vivait la conséquence. Lui qui était en Jésus, enfant de la Divine Volonté, amour parfait, harmonie parfaite, tout ce qu’il disait, pensait, regardait, tout ce qu’il faisait, ressentait, était de l’amour pur qui nourrissait tous les enfants créés. Lorsqu'il a dit non, il a entré dans sa volonté humaine; c’est sa vie spirituelle qui a été frappée. Alors, ce mouvement de vie est en mouvement, toujours et toujours. Chaque enfant qui prit naissance prenait naissance dans un mouvement qui était blessé. Nous qui étions parfaits, qui étions pour tout le monde de l’amour, à cause du refus à l’amour de Dieu inconditionnel, le mouvement de notre vie éternelle dans le mouvement de l’éternité, Dieu venait d’être blessé. Cela venait d’interrompre l’éternité pour notre naissance sur la terre, c’est-à-dire qu’à cause du péché originel notre vie maintenant devait connaître un repos, jusqu’au moment où la Vie éternelle était pour prendre naissance sur la terre pour réparer.

Tout cela nous le vivons encore. Nous connaissons le repos lorsque nous quittons la terre. Nous entrons dans un repos jusqu’au moment où il y aura la résurrection de la vie spirituelle, et cela va se faire lorsque nous dirons non à la volonté humaine, mais oui à la Divine Volonté. Et c’est ce que Dieu est en train de nous préparer. Le Mouvement de la vie, Jésus, Dieu le Père, Dieu le Saint-Esprit, est en train de nous instruire pour que nous puissions comprendre ce que nous sommes en train de vivre. Nous sommes des mouvements malades en le mouvement de l’éternité : la Vie Éternelle, et Dieu parle en notre cœur pour nous faire comprendre : «JE SUIS est en votre vie. Qui croit en moi à la vie éternelle, qui croit en la Divine Volonté est éternel». C’est ce que Dieu est en train de faire.

Ce mouvement qui est Dieu nous a toujours tenus. Nous avons pris naissance sur la terre. Ce mouvement est toujours, entre le Créateur et l’enfant, un mouvement de présence. Constamment Dieu nourrit les enfants, nous, de son mouvement d’amour : Dieu et l’enfant, malgré tout ce que nous avons fait, parce que nous en avons fait des mauvais choix, et ces mauvais choix traînent partout. Alors, Jésus veut tout prendre. C’est lui l’Amour, c’est lui qui laisse couler son amour, c’est lui qui nourrit chacun de nous de son amour. C’est l’Amour qui coule, c’est la Présence qui coule, c’est ce qu’il est qui nourrit, et tout cela est ici : le Créateur, l’enfant. Et cette puissance nous maintient. Voilà pourquoi il dit : «Sans moi, vous ne pourriez rien. Je suis tout. Vous n’êtes rien sans moi, mais vous êtes un tout avec moi». C’est cela que Dieu veut qu’on puisse vivre : cet amour. Il veut qu’on l’approfondisse afin de comprendre que tout ce que nous avons choisi entre ce mouvement, le Créateur et l’enfant, a fait de nous des enfants qui souffrent. Entre le Créateur et l’enfant, imaginez-vous, 'bon, ça, c’est votre vie sur la terre', nous sommes libres de nous servir de ce que Dieu nous a donné : la vie.

Lorsque nous étions en Jésus, nous étions ensemble dans la Vie, le Mouvement parfait. Lorsque nous avons pris naissance sur la terre, c’est la même vie : Créateur et l’enfant. Mais le Tentateur s’est approché, a tenté l’enfant, et l’enfant : Adam, a choisi d’écouter la tentation qui venait de Ève, et là il y eut quelque chose qui s’est brisé : ce mouvement parfait maintenant était imparfait, non qu’il n’existait plus, il était toujours là, mais on l’avait coupé. Mais le mouvement de Dieu, on ne peut pas le couper. Ce que nous avons, nous, coupé, c’est la Perfection. Nous lui avons fait connaître ce qui est contre Dieu : je me sépare, je me sépare de l’Amour, je décide par moi-même.

Lorsque nous sommes en Dieu depuis toute éternité, nous sommes enfants de la Divine Volonté; alors là, le mouvement est parfait : tout ce que Dieu veut, les enfants le veulent, et tout ce que les enfants veulent, Dieu le veut. Il n’y a pas d’arrêt, ce qu’un enfant veut l’autre le veut, l’autre le veut, des milliards, des milliards et des milliards le veulent, parce que c’est un mouvement en le Mouvement. On est enfants de la Divine Volonté. Il est ce qu’il est avec ce qu’il est. L’enfant de la Divine Volonté ressent ce que les autres ressentent; l’enfant de la Divine Volonté sait ce que les autres ressentent, ce qu’ils pensent, ce qu’ils désirent. Ils sont ensemble par l’amour. Lorsque nous avons pris naissance, cela était interrompu à cause du choix de la première vie : Adam, le premier créé, non Ève, mais Adam. Alors, notre perfection, à cause d’Adam, est devenue imparfaite. Alors, nous avons connu la volonté humaine, donc nous nous sommes séparés. Ce qu'Adam savait d’Ève et ce qu'Ève savait d’Adam s’est interrompu.

Voilà que nous venons de comprendre que les enfants, dans leur volonté humaine, ne peuvent pas comprendre un autre. Il n’y a que Dieu qui comprend les enfants de Dieu, il n’y a que Dieu qui sait tout. Nous, nous connaissons que par la Volonté de Dieu, nous aimons que par la Volonté de Dieu. Que Dieu nous enlève sa connaissance, son amour, eh bien, on ne pourra pas s’aimer, on ne pourra même pas se sentir, parce que ta connaissance n’aura rien à me donner, ma connaissance n’aura rien à te donner. La volonté humaine a été une blessure très profonde pour chacun de nous, cela nous a séparés. Nous étions faits pour ne faire qu’un seul cœur, un seul amour. Et ce mouvement : le Créateur et l’enfant, ce mouvement a été coupé à cause de la volonté humaine et, en Jésus, dans ce mouvement de présence, le mouvement d’éternité est dans sa blessure encore.

Ce que Dieu dit, c’est que je suis enfant de la Divine Volonté. Il ouvre mon intérieur parce qu’il a pris tout de moi. Il a ouvert ce qui m’était fermé par la volonté humaine. Je peux donc entendre et faire ce que Dieu veut que j’entende et fasse. C’est la Divine Volonté qui entend, c’est la Divine Volonté qui bouge, pas ma volonté humaine, pas l’enfant dans sa volonté humaine. À un certain niveau, Dieu dit : «Tu devras passer par où les autres vont passer, afin de donner à ceux qui veulent entendre et recevoir ce qu’ils ont à entendre et à recevoir. Ta souffrance sera un instrument et je me servirai de ta souffrance pour t’utiliser. En dehors de sa Volonté, je suis complètement bloquée, plus bloquée que vous. Lorsque je suis dans son mouvement, tout ne se fait que par lui. Si je m’arrêtais de parler, de faire sa Volonté, je ressentirais un vide si profond en moi, que je serais une mort qui goûterait à sa volonté humaine.

Un jour, Dieu me fit vivre cela. Il m’enleva sa Divine Volonté. Lorsque j’ai ressenti mon être, j’ai tombé dans une infinité d’isolements. Aucun être humain ne pouvait me consoler, ni mes enfants, ni mon père spirituel, Clément Provencher. La souffrance que j’ai ressentie, je ne peux même pas vous l’expliquer, car il n’en existe pas les mots, et cela a duré plus de trois heures. Lorsque j’ai ressenti la Présence, tout revint à la normale. Alors il m’a fait comprendre : «Je t’ai montré ce que c’est d’être sans moi». Il ne m’a pas punie, il m’a fait comprendre ce que je devais vivre, afin de faire comprendre ce que nous devions comprendre.

La Divine Volonté est le mouvement de Dieu, est la présence de Dieu dans notre vie. Elle nous donne la joie, elle nous donne tellement d’amour qu’on ne désire que faire sa Volonté. Mais sa Volonté est aussi de vivre la Passion : entrer dans la souffrance des autres et la ressentir pour la donner à Dieu, et le Seigneur me le fait vivre afin d’être ce que lui veut que je sois : un mouvement blessé à travers tous les mouvements blessés. Ainsi, je peux vivre ce que les mouvements malades vivent, même en sachant que Dieu a tout réparé.

Dieu veut faire de chacun de nous des mouvements d’amour, des enfants qui savent qu’ils sont des mouvements malades, mais pour les autres, pas pour nous autres. Lorsque nous sommes en Jésus, nous sommes de l’amour pour tous les enfants de Dieu, nous sommes la présence pour tous les enfants de Dieu. Alors, nous devons être ainsi pour chacun de nous. Comprendre que notre mouvement de vie à été malade par un tentateur, et parce que mon mouvement de vie est malade à cause d’un tentateur qui est le mensonge, et accepter que Jésus purifie de son Précieux Sang cette maladie, fait réparation pour tous les autres enfants de Dieu qui eux aussi sont malades à cause du mensonge.

Dieu veut que nous puissions comprendre que Satan et les esprits impurs ont rendu malade notre vie : le Créateur, l’enfant, le mouvement, la tentation, mon choix, le Tentateur qui prend ma vie, qui l’utilise et qui me fait dire des mensonges pour aller chercher d’autres enfants qui, eux, sont malades à cause du mensonge afin de nourrir encore les mouvements de vie menteurs.

Notre mouvement de vie, le Créateur, l’enfant : mouvement de vie, est parfait, mais lorsque le Tentateur vient et que je dis oui à la tentation, et qu'il prend mon mouvement de vie : mon mouvement de vie est malade, il est menteur. Mon mouvement de vie parfait oublie qu’il est parfait, il devient ce que Satan a voulu qu’il soit : malade pour mieux s’en servir, et lorsqu’il s’en sert, il sait que les mouvements de vie sont tous malades dans le mouvement de Dieu. Alors il cherche à atteindre Dieu. Il est jaloux de Dieu, il a refusé d’adorer le Fils de Dieu fait Homme. En nous attaquant, il veut attaquer Dieu; en nous faisant souffrir, il fait souffrir Dieu. Voilà la malice de Satan.

Alors, Dieu dit : «Maintenant, allez vous reposer pour un instant». Amen. Merci Seigneur