Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Verner, Ontario,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-09-25 – Soir    

 

Jésus : Chaque personne est venue à Dieu, chaque personne a été appelée par Dieu, chaque personne a reçu de Dieu la Présence : la Présence est en chacun de vous.

La Présence vous fait savoir qu’il est tout pour vous, alors soyez tout pour lui; c’est lui qui s’est donné par amour, c’est lui qui a pris votre vie et l’a présentée au Père.

Dieu tout-puissant fait de grandes œuvres pour vous, alors soyez dans son œuvre comme lui le veut afin que vous vous rendiez compte de la profondeur de l’amour pour chacun de vous.

En vous, il y a ce que Dieu a déposé : des grâces d’amour pour vous, des grâces d’amour pour votre prochain.

Donnez, donnez à Dieu votre vie; donnez à Dieu la vie qui est en vous : la vie de vos frères et de vos sœurs afin que surabonde la grâce de Dieu pour ces temps de noirceur, ces temps où les hommes ne vivent que de leur moi, pour ces temps où les hommes ont oublié qu’ils étaient faits de l’amour de Dieu.

Hommes et femmes qui sont en vous ont à apprendre à se connaître tels qu’ils sont : (des) oubliés d’eux-mêmes; ils se sont laissés refroidir par les gens de ce monde à cause du manque d’amour.

Les enfants de Dieu n’ont pu se reconnaître amour, car en eux ils avaient froid, en eux ils étaient loin de Dieu, alors que Dieu se tenait tout près, prêt à les réchauffer, à leur donner ce qu’il y avait de plus cher : l’amour.

Dieu est amour, Dieu a donné sa Vie par amour.

Un tout petit enfant est venu en ce monde;

un tout petit enfant s’est laissé prendre par les enfants de ce monde;

un tout petit enfant a marché parmi les enfants de ce monde;

un tout petit enfant a regardé ce monde et n’a pas reconnu Celui qui l’avait envoyé parmi eux :

ce petit enfant s’est refermé sur lui-même, car en lui il avait mal;

les regards qui se posaient sur lui n’étaient pas amour, ils portaient la haine, ils portaient l’envie, ils portaient la jalousie.

Ce petit enfant, qui ne reconnaissait pas l’amour et qui voyait tant de douleurs en ceux qui le regardaient, ne pouvait pas comprendre que ce qu’il voyait était la volonté humaine blessée par le mal.

Ce petit enfant, c’est vous, ce sont ceux que vous portez en vous, ces enfants qui ont souffert à cause du manque d’amour des hommes, (à cause) des visages qu’ils ont vus et qui les regardaient.

Petits enfants d’amour, tout petits vous avez reconnu les enfants

qui avaient de la difficulté à s’accepter comme ils étaient.

Ces enfants blessés avaient de l’amour en eux, mais ils ne vivaient pas de cet amour; ils voulaient aller chercher l’amour à l’extérieur pour combler ce froid dans leur vie, pour combler ce manque de partage qui aurait dû être fait dans l’amour.

L’enfant qui se voit seul avec lui-même ne peut comprendre ce monde, car il est trop déçu de lui-même, il est trop déçu du monde : il cherche.

Il cherche des personnes qui l’aimeront mais il ne trouve pas, alors cet enfant, qui veut de l’amour, qui cherche de l’amour et qui ne trouve pas, se sent si blessé!

Il veut de l’amour à tout prix, alors lorsqu’il trouve quelqu’un qui jette son regard sur lui, il se dit : "Il doit m’aimer, il doit me donner de l’amour. Je veux lui donner une partie de moi mais lui, je veux aussi qu’il me donne une partie de lui afin d’être aimé. J’ai soif de l’amour, je veux de l’amour" : alors cet enfant exige d’être aimé.

Il développe en lui un amour possessif, un amour qui exige de l’autre.

Il veut à tout prix de l’amour pour lui tout seul, alors cet enfant regarde celui qui l’aime, et il ne veut pas qu’il regarde ailleurs, car cet amour : il le veut pour lui tout seul.

Il ne veut pas le partager, car il a peur; il a peur que celui qui l’a regardé ne puisse l’aimer tel qu’il est;

alors lorsque l’autre regarde son prochain, celui qui a en lui cet amour possessif développe en lui une douleur : " Quelle est cette douleur qui fait mal, qui ronge jusqu’à manquer de sommeil? Qu’est-ce que c’est que cette douleur qui empêche de manger? Qu’est-ce que c’est que cette douleur qui fait penser, penser à l’autre : ne plus pouvoir s’en passer?

L'imagination de cet enfant commence à se développer : une imagination qui lui apporte de la douleur, car la personne qu’il aime ne doit être que pour lui, elle ne doit pas regarder les autres, elle doit l’aimer, elle ne doit pas partager son temps avec les autres, elle doit partager son temps qu’avec cet enfant.

L’amour de cet enfant est si blessé, il ne comprend pas qu’il est jaloux.

Il est jaloux de tout ce qui entoure l’autre, de tout ce que l’autre peut offrir, car il veut tout pour lui, pour lui tout seul.

Il ne comprend pas que l’autre l’aime tel qu’il est; il ne comprend pas que l’autre lui a donné son cœur; il ne comprend pas que l’autre a assez d’amour pour partager l’amour.

Cet enfant qui est jaloux ne peut concevoir le partage, car très jeune il a souffert; il a souffert parce qu’une personne lui a pris son amour, a exigé de l’amour de lui, et cette blessure est encore en lui.

Il ne se sent pas aimé pour ce qu’il est, parce que cette personne très jeune, dans sa jeunesse, lui a volé une partie de lui-même : la confiance; cette personne, qui l’a approché, a détruit en lui l’amour d’un enfant qui était prêt à ouvrir son cœur.

Cet enfant a tremblé devant cette personne; il ne comprenait pas pourquoi elle exigeait tant, pourquoi elle le comparait aux autres, pourquoi il n’était pas à la hauteur de ce qu’elle demandait, et ce petit enfant a pleuré devant cette personne qui lui enlevait sa confiance, la confiance qu’il était un être d’amour fait pour aimer, fait pour donner de l’amour : ça a brisé son cœur.

Ce petit cœur brisé a vieilli, il n’a plus eu confiance en l’amour qu’il était lui-même et, à son tour, il veut être aimé, il veut exiger : à son tour, il veut faire aux autres ce qu’on lui a fait.

Cet enfant ne peut partager ce qu’il y a en lui parce qu’il ne sait pas : il ne sait pas qu’il est lui-même amour et que l’amour ça se donne, l’amour c’est gratuit, l’amour ça fait confiance.

L’amour, c’est un mouvement qui est à l’intérieur, non pas à l’extérieur.

Beaucoup d’enfants en ce monde sont jaloux, sont possessifs; elle a plusieurs visages : la jalousie.

La jalousie, c’est quelque chose qui ronge la volonté humaine, qui fait mal à la volonté humaine : la jalousie veut, exige, vole et même viole la vie des autres.

Tout ce qui est à l’intérieur des enfants de Dieu vient de Dieu, ne vient pas des hommes; tout ce qui est bon n’appartient qu’à Dieu mais, à cause de la volonté humaine, les hommes et les femmes n’ont pas su demander à Dieu des grâces d’amour afin de combler cet amour, afin d’être amour devant Dieu.

Lorsqu’on est amour devant Dieu, on a confiance en ce que Dieu veut pour nous :

         on n’a pas à voler l’amour du prochain;

         on n’a pas à exiger de l’amour du prochain;

         on n’a pas à dominer le prochain, car tout nous vient de Dieu pour qu’on puisse donner.

J’ai donné ma Vie pour que vous soyez amour, je n’ai rien attendu de vous, car vous étiez blessés, fragiles à cause de votre volonté humaine;

je vous ai même protégés de vous-mêmes en vous prenant en moi afin que vous ne vous détruisiez pas à cause de votre jalousie.

Regardez aujourd’hui, mes enfants, vos actions : Dieu vous donne des dons d’amour et vous êtes jaloux des dons des autres.

Dieu est la Puissance, Dieu sait donner : il donne à un et il donne aux autres.

Un enfant qui est amour n’a pas peur de manquer d’amour, il n’a pas peur de regarder son prochain qui est, lui, dans l’amour de Dieu; il se sait comblé de Dieu et il sait que Dieu comble son prochain afin qu’il soit amour pour lui.

L’enfant qui se sait être amour ne craint pas d’être oublié de Dieu, il se sait en paix et dans la joie.

Lorsqu’il voit son prochain qui vient de recevoir un don, un don d’apprendre plus facilement qu’un autre, (il) est heureux pour cet enfant parce qu’il sait que cet enfant va donner ce qu’il vient de recevoir.

Un enfant qui se sait amour ne ressent pas de la jalousie pour celui qui peut guérir, car il sait que l’enfant qui a reçu ce don de guérison va donner et, lui, il va recevoir et d’autres aussi vont recevoir.

Ce que Dieu donne, il le donne pour tous les enfants de Dieu.

Une personne qui reçoit le don de la parole est amour et l’autre qui a reçu le don de la parole est amour, ni elle et ni l’autre ne doit être jaloux de ce que Dieu donne.

Si on peut parler au nom de Dieu d’une telle façon, à cause de sa mission, et que l’autre parle différemment de Dieu parce que sa mission vient de Dieu : l’un et l’autre doit être dans la joie, il ne doit pas y avoir de jalousie.

Lorsque vous recevez le don de la prière, vous devez être dans la joie parce que celui qui est dans la prière prie pour ses frères et pour ses sœurs du monde entier : il prie pour celui qui est à l’intérieur et vous êtes ce celui qui est à l’intérieur, et d’autres aussi le sont.

Dieu donne afin que vous receviez, vous êtes la famille de Dieu : il ne faut pas se jalouser.

Voilà pourquoi Dieu vous demande : «Enfants de la Lumière, ne soyez pas jaloux entre vous, vous qui avez reçu tant de Dieu; pensez à ceux qui sont en vous et qui souffrent de la jalousie :

         l’épouse qui est jalouse parce que son mari regarde une autre femme;

         l’enfant qui est jaloux parce que son camarade vient d’avoir de meilleures notes;

         la jeune fille qui regarde une autre jeune fille passer dans la rue et qui ressent un pincement de jalousie en elle parce qu’elle voit qu’elle est plus jolie.

Comment vous, les priants, pouvez-vous les aider si vous-mêmes, entre vous, (vous) ressentez de la jalousie envers un autre groupe qui prie? Soyez amour, ne vous jalousez pas».

Celui qui reçoit beaucoup de Dieu doit demander des grâces d’obéissance à Dieu afin qu’il soit amour envers son prochain.

Il faut suivre les commandements de Dieu.

Dans le premier commandement de Dieu, il est dit : «Aime ton prochain comme toi-même.»

Aime ton prochain comme je t’aime; je t’ai donné de l’amour afin que tu puisses t’aimer, alors aime ton prochain, parce que tu as reçu beaucoup, aime-le avec ce que tu as reçu : aime ton prochain parce que je t’aime.

Je me suis donné afin que tu sois enfant de la Lumière, afin que tu puisses prier pour tes frères et tes sœurs qui, eux, ne prient pas.

Ne tourne pas ton regard vers ceux qui prient pour savoir si eux sont comme toi, ne regarde que toi-même.

À l’intérieur de toi, tu verras la lumière qui brille en toi, qui te montre ton chemin : un chemin fait d’amour de Dieu, un chemin rempli de croix.

Tu dois porter aussi la croix de tes frères et tes sœurs, car ces croix sont ma Croix.

Je veux prendre ta croix qui semble lourde car, à l’intérieur de toi, il y a de la jalousie qui veut se faire connaître; donne-moi cela, c’est moi qui veux porter ta croix, et aime tes frères et tes sœurs;

aide-les, ceux qui se jalousent; aide ton frère et ta sœur qui ne peuvent pas contenir (leur) jalousie et qui souffrent et qui font souffrir ceux qui sont autour d’eux : sois bon avec toi-même.

Oh! enfants d’amour, je crie à l’intérieur de vous afin que vous demeuriez des êtres d’amour tel que Dieu veut que vous soyez, tel que mon Père veut que vous soyez.

Donnez-vous, il n’est pas bon que vous ressentiez cette jalousie, cela vient de Satan; il veut vous diviser, il veut que vous regardiez votre prochain comme étant en faute devant vos yeux.

Il faut regarder votre prochain avec les yeux de Dieu, avec le cœur de Dieu, et vous verrez que vous avez reçu beaucoup et que vous devez donner beaucoup.
Tenez-vous ensemble en l’Église, tous unis, aimés de mon Père, comme des enfants ayant beaucoup reçu du Saint-Esprit et louant le Saint-Esprit pour ce que vous avez reçu pour les autres : vous verrez que votre cœur sera plus léger, vous ne ressentirez plus la jalousie.

Dieu est le Maître de ses dons, il donne à qui il veut.

Il vous a donné beaucoup puisque vous êtes ici, puisque vous êtes parmi vos frères et vos sœurs, malgré votre volonté humaine si faible à cause de tant de péchés!

Dieu vous soutient : je poursuis ma Passion; je prends ce qui vous fait souffrir afin que vous puissiez vous reconnaître tout petits devant Dieu, afin que vous puissiez-vous reconnaître aimés de Dieu, afin que vous puissiez aimer les autres, et cet amour est en vous.

Ne jalousez pas votre prochain; ne demandez pas à votre prochain de vous aimer, avec possession : tout est gratuit, tout ne doit être qu’amour.

Vous devez apprendre à vous donner avec ce que je dépose en vous : vous n’exigerez plus des autres ce qu’ils ne peuvent pas vous donner.

Comprenez qu’eux aussi ont à apprendre qu’ils sont eux-mêmes amour afin qu’ils puissent sortir d’eux cet amour.

Enfants de la Lumière, commencez par vous : aimez-vous; aimez ce que Dieu dépose en vous pour les autres; aimez ceux qui prient; aimez ceux qui ont reçu des dons.

Vous êtes la famille de Dieu; vous devez vous conduire en enfants de Dieu, en enfants de la Lumière devant la Trinité.

La Trinité vous regarde, ma Mère vous regarde, alors soyez bons envers vous-mêmes, aimez-vous et rejetez ce sentiment lorsqu’il apparaît, lorsqu’il veut vous habiter, parce que Satan veut que vous ressentiez cela.

Il va se servir de vous pour nuire à ceux qui doivent aider leurs frères et leurs sœurs à entrer dans la Grande Purification.

Vous devez prendre garde aux ruses de Satan.

C’est en demeurant petits enfants, obéissant entre les mains de Marie : (elle) veut vous amener au Fils.

Ma Mère va vous donner des grâces, des grâces d’amour pour que vous soyez amour.

Allez à ma Mère, abandonnez votre volonté humaine entre les mains de ma Mère, elle vous donnera des grâces de la Divine Volonté pour nourrir votre âme.

Elle a besoin de grâces, votre âme, afin que vous soyez devant le Fils de Dieu prêts à mourir, à ne plus vivre, mais qu’à savourer ce que je dépose en vous.

La souffrance va encore vous habiter, à cause de ce que vous avez ressenti dans le passé.

Votre chair a connu la jalousie, et je vais déposer en vous des grâces d’amour, et ces grâces d’amour vont vous aider à accepter cette souffrance, car il faudra vous reconnaître tels que vous êtes devant ceux qui ont reçu des dons que vous, vous avez mais que vous n’avez pas encore développés.

Voyez, Dieu a nourri ses enfants afin que vous puissiez vous aider les uns et les autres; chacun a reçu des dons et ces dons sont plus développés les uns que les autres, c’est pour que vous puissiez être en harmonie : vivre en harmonie d’amour avec vos frères et vos sœurs pour que pas un seul ne soit plus grand que l’autre.

Voyez-vous, le plus petit a toujours besoin du plus grand et le grand a toujours besoin du plus petit.

Tenez-vous devant la face de Dieu : amour.

Tenez-vous devant la face de Dieu en êtres reconnaissants pour ce que vous avez reçu et Dieu vous donnera sans cesse pour que vous puissiez aider le plus petit, et pour que vous puissiez aussi aider le plus grand, car il y aura toujours un plus petit que vous et un plus grand que vous.

Vous êtes ici pour servir, tout comme le Fils est venu pour servir.

Moi, le Fils de Dieu, moi qui ai tout reçu de mon Père, je suis venu pour vous montrer comment servir : demeurez doux, demeurez humbles, demeurez amour, droits devant Dieu et vous avancerez dans votre purification.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu est avec nous pour nous montrer la grandeur de ce qu’il veut faire avec chacun de nous. Merci, Seigneur.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu n’arrête pas de nous parler de nos faiblesses; tant que nous ne serons pas parfaits, Dieu veut que nous soyons à son écoute : il veut nous rendre amour;

c’est en étant amour que nous allons devenir des êtres à la ressemblance du Fils de Dieu.

Comment pouvons-nous être amour si nous n’apprenons pas qu’en nous, il y a de la jalousie?

Lorsque nous ne sommes pas mis à l’épreuve, nous ne savons pas qu’il y a de la jalousie en nous; mais lorsque nous voyons quelqu’un devant nous qui a reçu autant que nous, là il y a quelque chose qui surgit en nous : de la jalousie;

c’est comme si on se voyait en avant : comme on a mal à l’intérieur de nous parce qu’on manque d’amour, parce qu’on n’a pas saisi le don de Dieu : eh bien, lorsqu’on regarde un autre comme nous : on regarde notre douleur;

on a mal parce qu’on voit ce qu’il y a devant nous : on voit notre mal : "Pourquoi lui a reçu; pourquoi lui est en train de vivre quelque chose de beau, moi aussi je l’ai à l’intérieur de moi, moi aussi je suis capable; pourquoi lui, alors que moi je suis là?"

Voyez-vous, Dieu vient de nous mettre à l’épreuve : nous venons de nous voir, mais parce que nous ne sommes pas parfaits, parce que nous ne sommes pas amour comme Dieu veut que nous soyons, à l’intérieur de nous le mal se fait sentir, ce mal qui nous habite à cause de notre volonté humaine.

C’est la volonté humaine qui fait que nous regardons avec nos yeux ce que l’autre a et que nous aussi on a, mais que nous, nous voulons avoir pour nous tout seuls, et que nous ne voulons pas que l’autre ait.

Notre volonté humaine se met en compétition avec les dons de Dieu.

Dieu nous a donné beaucoup : il nous a donné sa Vie, il nous a donné de l’amour; les autres aussi ont reçu la même chose, ils ont reçu de Dieu l’amour, ils ont reçu le don de la vie.

Jésus s’est donné pour eux; la même, même chose (pour nous), mais qu’est-ce qui se fait que nous soyons jaloux?

C’est à cause de la volonté humaine, elle est en nous; elle veut qu’on se préfère parce qu’elle ne veut pas disparaître.

Voyez-vous, lorsque nous serons devant notre vie et que Dieu nous demandera : «Donne-moi ta vie, je vais te donner ma Vie; renonce à ta volonté humaine, je vais te donner tout ce que mon Père m’a donné, la Divine Volonté».

Croyez-vous qu’à l’intérieur de nous notre volonté humaine qui, elle, nous habite depuis notre naissance, va nous laisser ainsi? Elle ne veut pas, elle réveille en nous à chaque instant un combat.

Depuis que Jésus nous parle de la Divine Volonté, en nous un oui se fait sentir :

nous en prenons connaissance.

Il se présente à nous ce oui et nous voulons renoncer à notre volonté humaine, mais la volonté humaine refait surgir en nous constamment : "Mais voyons, tu vas renoncer à tout ça? Es-tu sûr que tu vas avoir autant? Es-tu sûr que cela va être équitable? Toute ta vie, tu as vécu avec ce que tu es; tu as appris à décider toi-même si tu voulais aller à droite ou à gauche; tu as reçu de l’intelligence pour être capable de te débrouiller dans un monde : tu es prêt à renoncer à tout cela, tu es prêt à devenir semblable à l’autre! Regarde-le, crois-tu qu’il est capable, lui, de te rendre heureux alors que toute ta vie tu t’es suffi à toi-même pour te donner du bonheur?"

Voyez-vous, la volonté humaine nous montre que nous sommes quelqu’un d’important, quelqu’un de grand vis-à-vis de notre prochain.

Nous n’aimons pas être comparés à quelqu’un, mais nous nous mettons souvent en compétition pour montrer que nous sommes quelqu'un de bien; en étant ce ‘quelqu’un de bien’, nous nous montons toujours d’un niveau (pour se) comparer aux autres; voilà pourquoi nous n’aimons pas voir quelqu’un de semblable à nous devant nos yeux.

Nous sommes tous faits de l’amour de Dieu.

Nous sommes tous égaux face à Dieu, il n’y a pas un de plus grand que l’autre.

Pensez à lorsque vous allez mourir : vous allez aller vers Dieu le Père mais, à cause de votre volonté humaine, vous vous dites : "où est ma place? Où vais-je me situer dans le Royaume de Dieu?"

Il est dit que les premiers, les apôtres, seront en avant; il est dit que les prêtres seront en avant; il est dit que les saints seront en avant; il est dit que les plus petits seront en avant : "Et moi, où est-ce que je vais être?"

Voyez-vous, à cause de notre volonté humaine, on n’est pas prêt à dire : "Je vais passer l’éternité derrière les apôtres qui, eux, vont avoir la première place, l’éternité devant des saints qui ont gagné le Ciel et moi, moi qu’est-ce que j’ai gagné? Je vais avoir une petite place pour l’éternité". Oh! que ça travaille l’intérieur!

La volonté humaine se fait sentir; il y a une petite crotte à l’intérieur de nous, là.

C’est parce qu’il y a de la volonté humaine : nous voyons ça avec la volonté humaine, et Dieu veut qu’on renonce à la volonté humaine parce que la volonté humaine est contre nous, elle n’est pas pour nous.

Ça fait trop d’années qu’elle nous montre que nous sommes quelqu’un d’important parmi tout ce monde; nous avons été habitués de regarder à l’extérieur, mais pas à l’intérieur de nous.

Nous avons de la souffrance à l’intérieur de nous, voilà pourquoi Jésus nous dit : «Vous devrez avancer avec votre croix».

Mais Jésus, il veut prendre notre croix, il veut prendre cette petite jalousie-là; il dit : «Donne-la-moi, donne-la-moi parce que j’ai souffert pour elle. Donne-la-moi parce que j’ai déversé mon Sang sur toi afin que tu puisses te reconnaître jaloux/jalouse. Ce qui te fait peur, c’est le péché, c’est le péché de l’orgueil : un autre visage de l’orgueil.»

Car lorsqu’on se sait humble et petit, la jalousie est beaucoup plus retirée dans un endroit où elle a de la difficulté à nous atteindre.

Parce que la volonté humaine se fait moins sentir en nous : on quitte la volonté humaine pour mourir en Jésus, on apprend à demeurer humble avec les grâces de Dieu.

Dieu nous dit : «Donne, donne, donne».

Il ne cesse de demander afin que nous puissions comprendre ce que nous sommes devenus à cause de la volonté humaine; alors on doit donner notre vie, on doit donner la vie de ceux que nous portons en nous.

Il nous a parlé de la jalousie de nos frères et de nos sœurs qui sont en nous : plus nous allons donner à Dieu notre jalousie lorsqu’elle voudra se réveiller en nous, et plus nous allons donner à Dieu toute la place, et ceux qui sont à l’intérieur de nous vont recevoir des grâces.

Eux ne savent pas encore qu’il faut qu’ils donnent leur vie à Jésus, et ils souffrent beaucoup à cause de la jalousie : la jalousie qui sépare les couples, la jalousie qui amène la discorde dans la famille entre frères et sœurs.

Combien de frères et de sœurs sont séparés! Ils ne se sont pas vus pendant 10, 15, 20 ans à cause de la jalousie.

Quelqu’un a dit quelque chose qui a blessé et l’autre n’a pas voulu pardonner parce qu’elle était jalouse de son frère et de sa sœur qui avait reçu : soit un héritage ou jalouse parce qu’elle n’avait pas reçu cet héritage, du moins, elle en avait reçu une partie mais pas aussi grande; cela, c’est de la jalousie, et ces frères et sœurs ne se parlent pas depuis plusieurs années; alors nous, nous devons les aider : nous devons donner à Dieu la jalousie.

Lorsque nous ressentons cela à l’intérieur de nous qui veut monter : "Seigneur, je ne veux pas de ce sentiment en moi qui se réveille, je te le donne et je te donne tous ceux qui sont en moi et qui ressentent ce sentiment : je te les donne, Jésus."

Ça, c’est prière.

Si Dieu veut que nous ressentions cette petite jalousie en mettant une personne devant nous, c’est parce qu’il sait que nous sommes rendus à l’étape où nous pouvons lui donner ce qui se réveille, et donner ceux que nous portons en nous.

Parce que n’oublions pas que même si nous sommes à l’abri de la jalousie avec les grâces de Dieu, parce que Dieu nous donne des grâces d’humilité, quelquefois Dieu va nous faire resurgir quelque chose à l’intérieur de nous.

Ce n’est pas pour nous faire tomber en tentation, c’est pour nous demander : «Veux-tu te donner pour que tu puisses aider ceux qui sont en toi? Comprends que la croix, c’est porter tes frères et tes sœurs. J’ai porté ta croix, tu dois porter la croix de tes frères et tes sœurs».

Voilà pourquoi de temps en temps nous allons avoir devant nous ceux qui sont semblables à nous : nous sommes des groupes de prières, nous recevons beaucoup de Dieu et Dieu va nous demander.

Combien d’entre nous savons qu’un tel entend, a reçu des messages? Combien d’entre nous savons qu’un autre entend, a reçu des messages? Combien d’entre nous savons qu’il y a de la jalousie?

Eh bien, Dieu ne nous ménage pas non plus, pourquoi nous enlèverait-il tout?

Nous devons apprendre à reconnaître la Volonté de Dieu : obéissance, obéissance, obéissance; donne, donne, donne; reconnais la Volonté de Dieu et renonce à ta volonté afin que tu sois, toi aussi, dans ta purification.

Alors, chacun de nous, nous sommes tous appelés à vivre ce moment de souffrance, et plus nous allons donner, et plus nous allons aider ceux que nous portons en nous, car il faut arracher de nous la jalousie qui fait rage dans nos cœurs, et l’amour commencera à fleurir à l’intérieur de nous, et tous ceux qui seront en nous profiteront de l’amour.

Dieu met devant nous tout cela, Dieu se fait comprendre en nous comme lui le veut.

C’est ce que nous avons appris aujourd’hui : chacun doit accepter sa purification en Jésus.

Il n’y a pas seulement les souffrances physiques que nous devons accepter pour notre purification, il y a aussi les souffrances du cœur, et ça c’est une souffrance du cœur.

Il y a l’orgueil, nous en avons parlé; il y a aussi la jalousie, toutes les souffrances du cœur, et il y en a d’autres, mais Dieu dit qu’il y aura aussi d’autres moments pour en parler.

 Merci.