Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Verona, Kentucky, E.U.

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus

 

2009-11-19 – Partie 1

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Lorsqu'on entre en nous, c'est là qu'on ressent une douceur, c'est là qu'on apprend à connaître qu'à l'intérieur de nous il y a des mouvements d'amour. Et Dieu vient parler en notre cœur afin qu'on puisse vivre ces moments d'amour. Il réunit nos cœurs pour ne faire qu'un mouvement d'amour.

Chacun de nous, ce soir, formons un seul mouvement : le mouvement de la miséricorde de Dieu. Dieu veut aller chercher tous ses enfants, Dieu veut parler dans le cœur de tous ses enfants. Il faut que ses enfants se reconnaissent être à Dieu. Pour qu'ils se reconnaissent être à Dieu, il faut qu'ils sachent qu'ils sont des enfants. Tranquillement, Dieu veut les apprivoiser. Si on se regarde tous, nous pouvons nous apercevoir que Dieu nous a apprivoisés. Dieu n'est pas venu cogner sur notre tête pour nous dire : «Tu as la tête dure. Si tu ne viens pas m'écouter, tu le regretteras.» Dieu ne fait pas ça. Dieu vient tranquillement nous donner des grâces d'amour. Tranquillement, il vient nourrir l'être que nous sommes par des mouvements de sa présence. Nous avons un Dieu qui se nomme JE SUIS. Il fait partie de notre vie.

Nous, on est dans une génération où (on dit à) Dieu : "Oui, tu es au Ciel. Je sais que tu es là. Je crois à ce qu'on m'a dit". On savait qu'il y avait un Dieu, un seul Dieu, mais on ne savait pas qu'il était si présent puisqu'il vient parler en notre cœur en prenant des instruments. Partout dans le monde on peut voir, de nos jours, qui semblent être modernes, et la technologie dépasse notre entendement. Nous avons parmi nous des prophètes. De par le monde, Dieu choisit, choisit des personnes comme nous, comme nous, pas au-dessus de nous, mais comme nous. Dieu dit : «Vous êtes tous mes enfants. Ce n'est pas parce qu'il y en a qui sont en avant et que d'autres qui écoutent qu'ils sont différents, je les choisis parmi les plus petits. Ils sont ignorants et j'ai voulu qu'ils soient ignorants pour parler dans les cœurs, afin d'aller chercher ceux qui ne se savent pas être, eux aussi, des ignorants.»

Tranquillement, Dieu met en nous des paroles en ce moment. Il n'y a que Dieu qui sache ce que nous voulons entendre. Mais les mots qu'il met dans notre cœur, il les met avec son amour, alors il voit à ce que notre âme reçoive des grâces pour accueillir ce qu'il y a en nous. Notre âme, elle, est prête à accueillir les paroles de Dieu, pas notre chair. Notre chair est trop meurtrie pour accueillir des paroles qui peuvent venir de quelqu'un qui ne sait pas plus que moi ce qui est bon pour ma chair. Alors Dieu nous donne des grâces. Il passe par l'âme, et là notre chair est en harmonie avec ce que nous entendons.

Pourquoi Dieu parle-t-il en notre cœur en ces temps plus que dans un autre temps? Parce qu'il est en train de préparer notre chair à vivre le premier jugement sur la terre. La plupart d'entre vous êtes prêts à entendre, et même vous avez l'impression de savoir que ce que vous entendez, vous le saviez déjà. C'est parce qu'il est en train de guérir. Il va toucher, à l'intérieur de notre chair, ce qui est inconnu de nous. Nous ne connaissons pas ce qui est en notre chair. Ce qu'il y a dans notre chair, nous pouvons seulement l'analyser d'après nos propres connaissances.

Que valent nos connaissances en comparaison avec Dieu? Dieu sait ce qui habite notre chair, pas nous. Parce que notre chair, pour nous, nous appartient : 'Je suis maître de ma chair; je suis tout seul avec ma chair; je suis bien installé; je suis bien accoté, hein?' On a l'impression : 'Bien, je suis confortable; ma chair, je la maintiens dans son repos.' Cela, c'est ce que nous, on connaît. Notre chair est plus que ça : notre chair est le temple de notre âme, elle est une demeure. Mais notre âme aime les enfants de Dieu, alors elle aime bien être habitée des enfants de Dieu, pourquoi? Parce qu'elle reçoit de l'amour de Dieu, et l'amour de Dieu ne se limite pas seulement qu'à nous-mêmes.

À l'intérieur de notre chair, nous avons des mouvements et ces mouvements sont en nous depuis Adam. Voyez-vous, nous nous acheminons avec quelque chose qui est depuis toujours : depuis Adam. C'est vrai qu'avec le temps elle a pris des formes; d'autres, plus grandes, plus larges, plus petites, plus courtes, selon le temps. Elle a pris des couleurs : le blanc, le rouge, le noir, le jaune. Et pourtant, il n'y a qu'une seule chair! C'est celle d'Adam qui s'est multipliée. Adam a reçu une chair et cette chair a reçu le souffle de Dieu. La chair d'Adam a été servie pour former la chair d'Ève. Adam a donné à Ève encore de lui afin qu'il y ait une troisième chair. C'est toujours la même chair et nous savons, par notre foi en Celui qui EST, qu'Adam était notre premier parent qui s'unit à celle que Dieu voulait pour lui.

Lorsque nous sommes venus sur la terre, c'est parce que nous sommes venus selon la multiplication dans un temps choisi par Dieu. La multiplication n'appartient pas à l'être humain, appartient à Celui qui EST. C'est Dieu qui choisit, c'est Dieu qui veut, c'est Dieu qui fait sa Volonté : «Toi, je te veux en un temps, selon ma Volonté, avec ceux que moi je veux pour moi.» Parce que Dieu nous a tous connus avant même que nous, on se connaisse sur la terre. Pourquoi Dieu a-t-il choisi un tel et un tel dans un temps où le temps est son éternité? Pour accomplir son œuvre, pour que sa Volonté soit dans la volonté de tous ses 'je t'aime'. Nous sommes tous le 'je t'aime' de Dieu. Nous sommes mouvements d'amour dans le Mouvement. 

Entre moi et vous, il y a des mouvements : mouvement d'amour, mouvement qui donne et qui reçoit et qui donne et qui reçoit et qui redonne sans cesse. Qui peut donner, qui peut recevoir, qui peut encore donner, si ce n'est que Dieu? Moi, je ne suis pas capable de te donner puisque je ne t'ai pas créé, mais Dieu est le Créateur. Alors Dieu est toujours avec nous, toujours dans son mouvement; alors il prend qui nous sommes, et il nous donne. Lorsqu'on donne de la place à Dieu, lorsqu'on vit la vie en Dieu, eh bien, Dieu se sert de ce qu'il est. Lorsque Dieu est en présence de ses enfants, il donne son amour, il vient prendre ce qui est à lui et il rend son amour à son Père, car nous sommes amour. Le Fils donne à son Père son amour, donne à son Père qui nous sommes. C'est le Mouvement, c'est la Vie, c'est la Présence.

Jésus : Enfants d'amour, tout ce que vous êtes, vous l'êtes par ma Volonté. Ne suis-je pas le Présent, ne suis-je pas le Mouvement, ne suis-je pas le Verbe? Si, en ce moment même, vous entendez la Volonté, qui est celle de mon Père, par le Fils, c'est que vous êtes dans mon mouvement de vie. À moi de vous faire comprendre qui vous êtes en ma Présence. C'est moi la Présence, mes enfants, non vous. Vous étiez si loin, vous étiez partis loin de la Présence.

Lorsque vous vivez dans votre chair, en ne sachant pas qui vous êtes, de qui vous êtes, et pour qui vous êtes, vous errez, vous errez dans votre mouvement qui ne porte pas la lumière. La Présence vient chercher votre présence afin de vous faire comprendre que c'est moi la Vie qui suis tout autour de vous, en vous. L'ignorance, mes enfants, a fait de vous des enfants de souffrance. Vous avez voulu connaître votre volonté humaine. Vous avez choisi avec votre volonté humaine ce qui était bien et ce qui était mal pour vous, mais vous n'avez pas compris votre présence en ma Présence et vous avez fait des mauvais choix. Ces mauvais choix, vous les portez en votre chair.

Je viens parler en votre intérieur, mes enfants, et je fais sortir de vous ces paroles, par la puissance du Saint-Esprit. Dieu est Dieu et vous êtes de Dieu. La Parole est en vous. Vous devez vivre la Parole afin que votre parole soit saine. Votre parole doit nourrir votre chair par les grâces. Moi qui suis la Parole, mes enfants, je nourris votre âme, je nourris votre vie spirituelle. Je nourris votre vie sur la terre par mes grâces, par mon amour. Les grâces, mes enfants, c'est l'amour, c'est ma nourriture. Je nourris ma vie parce que vous êtes ma Vie. Votre âme est à moi. Je la nourris de mon amour et elle vous donne ma nourriture, car votre chair appartient à Celui qui l'a créée. Je vous ai donné chair afin que vous puissiez être devant vous-mêmes. J'ai fait de vous des mouvements d'amour. Vous devez agir dans ma Présence, afin que vous soyez vrais envers vous-mêmes.

Ô chair, comprends ce que je te dis. Toi qui connais ton intelligence, toi qui sais regarder avec ce que je te donne, toi qui entends, toi qui parles, toi qui agis, toi qui ressens, tu as été voulu par mon Père. Tu es la chair qui doit t'incliner devant ton seul Créateur. Si je parle à ta chair c'est parce que ton âme est obéissante. Elle accepte les grâces de la puissance de Dieu et elle te donne, selon mon bon vouloir, ce que tu as besoin pour entendre. En ce moment, je te fais mouvement dans ma volonté, parce que tu as consenti à venir entendre ton Dieu. C'est moi qui t'ai donné des grâces afin que tu puisses répondre à mes appels d'amour.

Crois-tu, ô chair, que tu aurais pu être ici ce soir par ton seul vouloir? Quel vouloir as-tu, toi, chair, toi qui es prisonnière de ta volonté humaine? Tu as fait des mauvais choix parce que tu as écouté ta volonté humaine plus que tu as écouté ta vie spirituelle. Ta vie temporelle t'avait été accordée par mon Père afin que tu puisses faire des œuvres par les grâces que tu recevais, et tu les recevais par la Volonté de Dieu qui nourrit l'âme. Tu es devenue si orgueilleuse de ce que tu recevais; tu t'es regardée et tu t'es trouvée belle. Aujourd'hui, tu apprends que tu es esclave de tout ce que tu as consenti. Ta volonté humaine t'a amenée à faire ce que tu ne voulais pas faire. N'est-ce pas les conséquences de tes choix?

Moi qui suis ton Créateur, moi qui suis ton Dieu, je viens parler à ton cœur afin que tu puisses comprendre que je suis ton seul Dieu. Chair, tu es vivante par moi. Si tu tiens à ta vie, c'est que tu tiens à mon amour. Il n'y a que l'amour qui puisse t'arrêter, il n'y a que l'amour qui puisse te faire comprendre que la Parole entendue à cet instant est voulue par Dieu. Ne cherche pas à comprendre, laisse-toi dans mon mouvement de guérison.

Bientôt, très, très, très bientôt, tu verras. Tu auras connaissance de ce que je ferai de toi. Je t'amènerai dans la lumière, je t'amènerai à prendre conscience de ta vie avec ce que tu es. Qui es-tu? Sais-tu que tu es chair par amour? Sais-tu que tu es vivante par amour? Sais-tu que je t'ai regardée et que je t'ai aimée? Sais-tu que j'ai voulu pour toi ce qu'il y avait de meilleur? Ce qu'il y a de meilleur, c'est moi. Je t'ai créée à ma ressemblance. Tes traits sur ta chair, tu ne les reconnais plus parce que tu as ce que toi tu as voulu. La volonté humaine est devenue, pour toi, une maîtresse : tu te plais dans ces maisons que tu construis; tu aimes regarder ce que tu produis; tu te promènes dans tes œuvres; tu ressens ce que tu construis. Tu construis avec ta volonté, tu te promènes avec ta volonté, tu regardes avec ta volonté, et tu t'habites avec ta volonté; ainsi, ta volonté est devenue pour toi le manteau qui te couvre.

Je vais t'enlever ce manteau et je vais te faire prendre conscience que tu es à moi et que tu dois t'incliner devant ton Créateur. Je vais te faire ressentir ce qu'il y a dans ta vie, ta vie temporelle. Je vais te faire ressentir combien ta chair a dû payer cher ta vie. C'est comme si tu entrais dans un grand voyage, et chaque jour de ta vie dans ce voyage t'apparaîtra tel que toi tu as voulu qu'il soit. Oui, ce voyage, tu le verras. Tu ne pourras pas te cacher cela, car ta chair, maîtresse de toi-même, devra écouter son Créateur. Je te ferai réaliser ce que ta volonté humaine a fait avec ta chair. Je t'amènerai à comprendre que ta volonté humaine a voulu te détruire. Je t'ouvrirai les yeux, tes oreilles entendront, tes paroles deviendront pour toi quelque chose qui te pénétrera, tes actions seront pour toi comme un livre que tu liras et tu sentiras dans ta chair ce que tu es devenue.

Très bientôt, très bientôt, très bientôt, tu vivras cela, parce que je tiens à toi, parce que je t'aime, parce que je suis ton Créateur et que tu es créée à ma ressemblance. Je ne t'obligerai pas, pas maintenant, à vivre que pour moi. Tu devras prendre ce temps pour te connaître, tu devras prendre ce temps de relation entre ton Créateur et toi-même. Je te lierai d'amour avec ce que moi j'ai fait pour toi et ce que toi tu as fait pour moi. Lorsque tu me demanderas des grâces, ce lien, tu en profiteras, car tu sauras que je t'aime. Les grâces t'amèneront là où toi, maintenant, tu veux aller.

La volonté humaine perdra son pouvoir sur toi, car ma miséricorde sera pour toi, ô chair d'amour, car tu es ma Chair d'amour. Aujourd'hui, avec ce qu'il y a en toi, tu ne peux même pas te dire 'ô chair d'amour', car elle ne cesse de te trahir. Tu penses vouloir faire le bien et un instant après, tu réalises que tu n'as pas fait ce que tu avais pensé. Tu veux faire le bien autour de toi et, ce que tu vois, ce sont tes erreurs. Et pourtant, il n'y avait qu'une seule minute de passée entre ton bon vouloir et ton accomplissement. Tous les péchés que moi j'ai amenés à la mort sont encore dans tes souvenirs et ta chair est prisonnière de tout ça. Tu ne peux te retenir, car tu es trop assujettie au péché.

Aujourd'hui, je prends le temps de te parler parce que tu es habitée par un enfant de Dieu. C'est comme si, à cet instant, je te séparais de ta chair et je mettais ta chair devant toi. L'âme fidèle à son Créateur te nourrit de grâces afin que tu puisses comprendre, par la puissance du Saint-Esprit, ce que tu entends : tu entends mon amour pour toi, tu entends la Volonté de mon Père pour toi, tu peux t'apercevoir que Dieu, l'Esprit-Saint, fait de toi un enfant obéissant. Cet instant n'est pas seulement que pour toi, ô chair, mais pour toutes les chairs, car tu n'es pas la seule, il y a tant de chairs qui sont avec toi. Je t'ai créée en un seul instant et tu as été, à cet instant, créée avec toutes les autres chairs, et mon Père a regardé toutes chairs et a aimé toutes chairs, car elles étaient de lui, le Créateur. Il voyait son Fils, moi, son Dieu d'amour, son Fils bien-aimé, qui était en lui. Dieu en Dieu, Dieu de Dieu, Dieu pour Dieu, Dieu, Dieu : un seul.

Peux-tu comprendre ces paroles? Un jour, tu les comprendras lorsque tu seras dans ton éblouissement. Aujourd'hui, dans l'éternité de Dieu, tu vis un instant unique. Ceci te prépare à ce qui vient, car un événement vient où tu devras voir ta conscience. Dieu seul peut te faire vivre cela, et tout cela est pour toi. Et lorsque je dis pour toi, je parle à toute chair. Telle est la Volonté de l'Amour.

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Ce que Dieu est en train de nous faire comprendre, c'est ce que nous sommes. Nous sommes des enfants de Dieu qui avons une chair qui habite toutes les chairs, et les chairs nous habitent, et cela, depuis Adam jusqu'aux dernières chairs qui seront créées. Nous n'avons jamais compris que nous sommes enfants de Dieu, enfants de la Divine Volonté. Nous ne sommes pas créés pour la volonté humaine, nous sommes créés pour la Divine Volonté. C'est Dieu la Divine Volonté. Nous sommes ici pour Dieu, pour la Divine Volonté. C'est ce que Dieu veut nous faire comprendre avec notre chair meurtrie par le péché qui est venu mettre son poison dans notre chair.

Nous qui aurions dû être toujours enfants de la Divine Volonté, on n'aurait jamais fait entrer le poison qui vient du péché, qui vient de Satan, qui vient des démons. Le péché, c'est ce qui est mal, et le mal n'existe pas dans la Divine Volonté parce que la Divine Volonté, c'est mouvement, c'est présence. Nous sommes mouvement en le Mouvement, nous sommes présence dans la Présence, mais on est trop blessés dans notre chair pour pouvoir vivre ces moments-là. Une seule pensée va dans la pensée de Dieu, parce que c'est sa place. Elle vient de Dieu, de la pensée de Dieu, alors, elle retourne toujours là où elle vient. Et Dieu reçoit la pensée, qui est notre pensée, qui est sa pensée, et il donne l'amour, il donne sa pensée, et nous, nous recevons la pensée de Dieu.

Ce n'est pas ce qu'on vit parce que notre chair met des barrières : 'J'suis pas sûre, j'suis incertaine, ah! j'suis trop loin de Dieu!' On met des barrières parce que la volonté humaine ne veut pas, elle veut qu'on passe par elle; alors, elle se rend maîtresse de notre pensée avant même qu'elle aille vers le Créateur. Alors, comment notre pensée se présente devant Dieu? Une pensée qui choisit : 'Ouais, je ne sais pas, Seigneur, si ce que tu vas me donner je vais le prendre. Est-ce que ma pensée a de la valeur devant ta pensée?' C'est comme si notre pensée discutait avec la pensée de Dieu. On se prend pour des petits dieux. Adam, lorsqu'il a accepté la volonté humaine, il voulait discuter, par amour, avec Dieu. Alors, il s'est donc fait prendre au piège : se prendre pour un petit dieu. S'il avait su les conséquences, il n'aurait pas dit oui; mais il dut vivre les conséquences, sa chair devait vivre les conséquences : la chair d'Adam qui est notre chair.

Dieu choisit le moment, dans l'éternité, le moment où la chair d'Adam devait maintenant comprendre ce qu'elle avait choisi. L'enfant de Dieu que nous sommes doit vivre, en un instant, toutes les conséquences que la chair a vécues. Comment vivre ça? C'est beaucoup trop lourd pour nous. Dieu est en train de nous préparer à ça. On appelle ce moment : la purification de la chair. Lorsque cela commencera, c'est comme si toutes les chairs, dans notre chair, étaient pour être purifiées, purifiées de toutes conséquences. Mais on devra vivre l'illumination des consciences avant, on devra vivre ce temps nécessaire pour que chaque chair soit prête. Chaque chair, c'est chaque enfant de Dieu, qui est inscrit dans le Livre de la Vie.

Voilà pourquoi le Seigneur réunit des enfants. Il se sert de chacun de nous pour parler à notre cœur, puis notre chair entend. Eh bien, lorsqu'on entend ce qu'il y a à l'intérieur de nous, là, on commence à réaliser : "Ô Dieu, tu es en train de faire quelque chose avec nous!" Oui, il est en train de nous préparer à ce qui vient. Il nous a envoyé sa Mère, il nous a envoyé sa Fille bien-aimée, il nous a envoyé sa sainte Épouse, afin qu'on puisse devenir un oui comme Marie, la Vierge Marie, a prononcé son oui. Mais nous ne sommes pas comme Marie. Il n'y a qu'une seule Vierge, une seule chair immaculée par la grâce! Nous, non. Alors, voilà pourquoi Marie, lorsqu'elle a prononcé son oui, en sa chair se formait Dieu.

Ce n'est pas Marie qui a formé Dieu, c'est Dieu qui se formait dans la chair de Marie, et elle était en connaissance de tout ce qui se passait en sa chair. Sa chair était en présence de la Chair Parfaite, Immaculée : le Fils de Dieu fait chair. Parce que Jésus n'a pas été créé, il a été engendré. Si Marie avait, comme nous, fait la chair avec notre chair – Dieu fait l'enfant que nous sommes, les enfants que nous avons eus, il y a création – alors, on dirait : Jésus a été créé. Mais Dieu le Fils n'a pas été créé, il a été engendré. Alors, Marie, en sa chair, était un témoin d'amour. Elle voyait, par la puissance du Saint-Esprit, la Lumière qui se formait en elle. Elle est bénie entre toutes les femmes et Jésus est le fruit de ses entrailles. Il est le Béni, il est le Fils de Dieu. La Chair Immaculée, la Chair Parfaite, était en la chair créée par la Chair Immaculée, Parfaite : Jésus. La Chair Immaculée, la Chair Parfaite, était en la chair créée : Marie.

Qui pouvait recevoir un tel bonheur, si ce n'est l'Immaculée Conception? La seule qui n'a pas eu la tache originelle, donc, enfant de la Divine Volonté. La volonté humaine n'était pas pour Marie. Elle avait toute connaissance de la présence de son Dieu. Là où son Fils, son Dieu, était, elle était liée par le mouvement de la Présence. La chair de Marie, parfaite, était liée à la Chair Immaculée, Parfaite, de son Créateur : Jésus, son Dieu. Son Dieu aimait, aimait Marie. Il la liait avec ses pensées; alors, la pensée de Marie allait à la pensée de Jésus, et il nourrissait la pensée de Marie et lui redonnait cette pensée, toujours dans un mouvement d'amour. Pas de volonté humaine qui met des barrières. La pensée de Marie était en Dieu.

Et nous, qu'arrive-t-il avec nos pensées? Nous avons tous été créés en un seul instant. Comprenons ce que le Saint-Esprit est en train de nous dire : nous avons tous été créés en un seul instant. Lorsque Dieu le Père voulut que son Fils se montre avec la matière parfaite, avec ce que Dieu est, Dieu le Fils se présenta à son Père. La Matière Parfaite se faisait voir aux anges : la première fois que les esprits voyaient la matière. Lorsque le Fils se présenta avec la matière, avec sa matière parfaite, immaculée, Dieu aimait la matière. Dieu aimait qui il est. Est-ce que Dieu peut aimer sans vouloir ce qu'il aime? Il nous voulait. Dieu est l'Alpha et l'Oméga. Quand vint le temps où la matière devait se laisser voir, nous fûmes créés. Dieu le Père engendre le Fils. Dieu le Père crée la matière en son Fils, et son Fils, le Verbe, accomplit. Alors, nous avons tous été créés en un instant et Marie, la douce Marie, était avec nous.

Lorsqu'on fut créés, est-ce qu'on avait une volonté humaine? On n'avait pas de volonté humaine, on était enfants de la Divine Volonté. Divine : Dieu d'amour; Divine : ce qui Est; Divine : présence, mouvement, l'Alpha et l'Oméga, lumière, amour : volonté, vouloir, pouvoir, amour. Alors, nous sommes créés à l'image de la Divine Volonté, mais là, aujourd'hui, lorsqu'on se regarde, on est loin de ce que nous sommes. Mais Dieu, Dieu est en train de nous rappeler : «Tu as oublié, à cause de ta volonté humaine, qui tu es». Voilà qu'il vient nous rappeler. Lorsqu'il nous a voulus, on était tout amour, on était le 'je t'aime' de Dieu, on lui a dit, à Dieu : "Je t'aime." Puisqu'on a reçu le 'je t'aime', on ne pouvait pas retenir le 'je t'aime', on était enfants de la Divine Volonté : volonté, amour. On a redonné à Dieu ce qu'il nous a donné : "Je t'aime, Dieu". Alors, nous sommes un 'je t'aime'.

Nous avons tous été devant Dieu et nous avons tous redonné à Dieu ce qui est à Dieu : 'je t'aime', sans condition, un amour parfait, un amour pur; l'enfant de la Divine Volonté donnait ce qu'il était à Celui qui était. Nous étions amour, nous étions dans ce mouvement. Le 'je t'aime' était nous-mêmes; on se regardait et on aimait qui était le 'je t'aime', et le 'je t'aime' qui était a été vers Celui qui était, qui est et qui sera : Dieu. Ce que nous sommes, nous le sommes par la grâce. Nous sommes venus sur la terre prendre naissance par la Volonté de Dieu, parce que nous avons reçu la Volonté de Dieu. Notre 'je t'aime' disait : "Ta Volonté est ma volonté. Je veux ce que tu veux. Là où tu me veux, je me veux." Le 'je t'aime', sans condition, eh bien, c'est nous. Nous sommes enfants de la Divine Volonté. Croyons en ce que nous entendons. Nous avons donc dit oui, nous avons donc dit 'je t'aime', alors Dieu fit ce qu'il voulait avec nous. Voilà pourquoi nous venons au monde sur la terre.

Dieu choisit le temps et le comment pour que nous puissions lui présenter notre 'je t'aime'. Alors, nous avons tous consenti à être un 'je t'aime', nous avons tous donné notre oui inconditionnel à la Divine Volonté pour être ici, au moment où Dieu le voulait, de la façon que Dieu le voulait. Dieu qui sait tout, Dieu qui connaît tout, savait les conséquences de ce qui était pour venir, et nous avons dit oui inconditionnellement à notre Dieu. Et Dieu dit : «Va t'accomplir. Va vivre ton 'je t'aime' avec mon 'je t'aime' en toi. Jamais je ne te laisserai seul, car mon 'je t'aime', c'est ton 'je t'aime'. Tu m'appartiens. Je te donne ce que moi je suis : l'amour». L'amour, c'est libre, l'amour fait ce que l'amour veut. Alors Dieu ne nous force pas; il nous a donné notre 'je t'aime' librement et cela est en nous, ça n'est jamais sorti de nous. Même s'il savait que son premier créé sur la terre, qui prenait naissance, était pour lui dire non, il l'a voulu par amour. Était-il pour se priver de l'amour? Marie, le 'je t'aime' inconditionnel, devait être, pour Dieu, la merveille des 'je t'aime'. (Bruit soudain fait par un petit chien.) 'Toute créature de Dieu veut être en présence des créatures'.

Marie, notre douce Maman d'amour, le 'je t'aime' de Dieu inconditionnel. Dieu nous a donné un 'je t'aime' pour nous rappeler qui nous étions. Elle porta les oui et elle les mit dans son Cœur. Aujourd'hui, elle nous le dit : «Priez avec le cœur et vous sentirez votre oui en vous, le 'je t'aime' est en vous. Vous êtes enfants de la Divine Volonté. Allez à mon Fils, sa miséricorde est pour vous. Voilà pourquoi Maman Marie se tenait debout au pied de la Croix. La chair, la chair disait à sa Chair Immaculée. Parfaite : «Va, va parce que ta petite chair t'aime. Tu es mon Dieu, tu es mon seul Dieu, et toute chair doit reconnaître qu'il n'y a qu'un seul Dieu.» Voilà notre Maman d'amour. Cela a fait jaillir un oui du plus profond de nous-mêmes.

Aujourd'hui, par la puissance du Saint-Esprit, nous pouvons entendre combien Dieu nous aime. Il vient nous rappeler notre 'je t'aime', car lorsque Dieu le Père nous envoie sur la terre, il dit : «N'oublie pas qu'un jour je te rappellerai ton 'je t'aime'.» Dieu tient sa promesse. Il nous dit qu'il nous aime et que nous sommes son 'je t'aime'. Et il le fait à tous les enfants de la terre, et la chair va l'entendre lors du premier jugement et lors du deuxième jugement : premier jugement pour les vivants, l'autre jugement, le dernier, pour les morts. N'est-ce pas ce qu'il nous a dit 'pour les vivants et les morts?' Et nous, le 'et', on lui a mis une date : le même moment les deux : volonté humaine.

Alors, nous allons nous arrêter ici pour nous reposer un tout petit peu, en profiter pour se lever, et après nous reprendrons dans quinze minutes.