Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Winnipeg, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-11-16

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu nous appelle tous à être à son écoute; chacun de nous, nous sommes appelés à faire sa Volonté, que sa Volonté.

Depuis 2001, Jésus parle en mon intérieur, j’entends la voix de Jésus par la puissance du Saint-Esprit parce que c’est sa Volonté.

Chacun de nous portons en nous Jésus, il est présent; il nous rassemble afin que nous puissions entendre ce qu’il dit à l’intérieur de nous.

Puisque nous vivons en Jésus, Jésus est en notre vie; pas un seul instant, Jésus n’est en dehors de notre vie.

Parce qu’il nous aime, il a choisi une personne tout comme vous pour vous parler; comment cela se fait? Par la puissance du Saint-Esprit; en ce moment même, nous sommes tous dans le Cœur de Jésus; c’est à cause de votre oui que Dieu permet que j’entende ce qu’il vous dit.

Depuis 2001, Jésus donne des enseignements; nous les connaissons ses enseignements puisqu’il nous les a déjà donnés dans l’Évangile, mais il a choisi chacun de nous afin que nous puissions comprendre ce qui est en nous : nous vivons l’Évangile.

Alors nous devenons pour nos frères et nos sœurs, en ce moment, des instruments d’amour; chacun de nous, nous portons en nous nos frères et nos sœurs du monde entier.

Parce qu’il parle pour que nous puissions entendre, il parle aussi pour ceux que nous portons en nous : cela se fait par la puissance de Dieu; cela nous habite, cela est pour nous.

Depuis 2001, Jésus nous enseigne comment nous abandonner en lui

afin que nous puissions vivre son Évangile.

Nous l’avons apprise (lorsque) nous avons lu l’Évangile, mais à cause de ce que nous sommes, nous n’avons pas toujours fait ce que l’Évangile nous demandait; alors Jésus avec ses grâces d’amour, avec ses grâces d’abandon, vient nous apprendre à nous abandonner, à faire de nous des êtres d’amour pour nos frères et nos sœurs qui, eux, ne viennent pas à Jésus; nous devenons donc un canal par lequel Jésus veut passer : il veut leur donner des grâces comme il veut nous donner des grâces ce soir.

Les paroles que vous entendez sont des paroles du Saint-Esprit : je les entends et je les répète; tout comme vous, je vais ce soir me laisser instruire afin que je puisse continuer ma purification.

Il a utilisé la personne que je suis pour parler avec des mots simples; la connaissance que j’ai face à l’Évangile est venue de lui.

Moi, j’étais une personne qui avait lu une partie seulement de l’Évangile et lorsque je la lisais, je ne la comprenais pas. Aujourd’hui, c’est différent; avec ses grâces Dieu me fait entrer en lui; c’est comme si mon être devenait grand ouvert à sa Volonté, et il me donne des grâces d’amour, d’abandon et de lumière, et je me laisse aller dans ce mouvement d’amour.

Sans un effort de moi, j’arrive à comprendre sa Volonté avec mon abandon; je donne tout à Jésus parce que j’ai appris que, lui, il connaît mieux que moi ma vie, il connaît ce qui est inconnu de moi.

Il me demande de m’abandonner afin que je puisse être entre ses mains un instrument, il me dit : «Tu n’as rien à dire, tu n’as qu’à t’abandonner parce que ta volonté ne porte pas de grâces, alors que ma Volonté est guérissante.»

À chaque rencontre, Jésus fait connaître sa Volonté, il met en moi des paroles et ces paroles sortent sans que moi je puisse les interrompre parce que j’ai consenti à lui laisser toute la place.

Chacun de nous devons en faire autant parce que le temps de la Purification est pour nous; Dieu est avec nous, Dieu est pour nous.

 

Jésus : Je suis l’Amour, à moi de vous donner les grâces afin que vous puissiez comprendre ma Volonté; à moi d’entrer en vous, mes enfants, car c’est moi qui suis votre Dieu.

Je veux aller à l’intérieur de vous, là où vous, vous n’êtes pas capables d’aller; à cause de votre volonté humaine, vous avez fait des actions contre vous, et moi qui suis l’Amour, moi qui suis la Lumière, je veux éclairer ce qui est oublié de vous.

Je veux mettre devant vous tout ce qui vous a fait défaut afin que vous puissiez voir et entendre ma Volonté.

Ma Volonté, mes enfants, a été si souvent bafouée par votre propre volonté.

Je suis venu sur la terre et j’ai fait la Volonté de mon Père en toute chose, je n’ai rien négligé pour plaire à mon Père; chacun de vous devez en faire autant mais, à cause de votre volonté, vous êtes si faibles : voilà pourquoi je viens moi-même vous parler avec un langage d’amour.

Par la puissance du Saint-Esprit, vous pouvez connaître ma Volonté; ma Volonté veut vous faire comprendre que votre volonté est contre vous; en mourant en moi, Jésus, vous apprenez à découvrir la vérité, la vérité qui vous fait défaut.

Lorsque vous faites une action contre la Volonté de l’Amour, vous mettez en vous des erreurs; qu’une seule erreur soit en vous et cela contamine tout votre être d’amour.

C’est par mes grâces que je veux vous faire comprendre que je vous veux purs; vous êtes tous appelés à être des saints, à vivre sur la terre en êtres purs, en êtres qui doivent être à ma ressemblance : sans moi vous n’y parviendrez pas.

Lorsque j’ai fondé mon Église, j’ai institué des sacrements; ils ont été un moyen pour vous de vous aider à vous tenir en état de grâces.

Combien de fois vous avez été dans la tentation et avez commis des péchés? Combien de fois vous êtes venus vers le prêtre pour vous faire pardonner? Vous avez reçu l’absolution, vous avez reçu la grâce sanctificatrice, vous avez reçu à l’Eucharistie mon Corps et mon Sang, et vous n’avez pu demeurer en état de grâces parce qu'en vous il y avait des erreurs, il y avait des fautes qui ont fait que vous avez trébuché.

Avec les années, mes enfants, vous êtes devenus aveugles; vous avez recherché ce qui vous manquait, vous ne vous êtes pas aperçus que vous aviez perdu la foi, la foi en moi, Jésus.

Lorsque je suis mort sur la Croix, beaucoup d’enfants ont cru en moi; ils savaient que j’étais le Messie, Celui qui était venu pour les sauver; ils ont reconnu le Sauveur et ils ont eu foi en moi.

Ils se sont gardés dans la foi en le Christ, ils sont devenus des chrétiens, allant jusqu’à la mort pour ne pas renier leur Christ, ils ont gardé cela en eux comme un trésor qu’ils venaient de découvrir; ils avaient (tellement) la foi que la mort ne les effrayait pas : rien n’aurait pu les faire fléchir, eux qui avaient cru en le Christ, car en eux tout était rempli de vérité.

Ils avaient vu la Lumière et ils avaient cru en la Lumière; ils évitaient tout ce qui était impur; ils se faisaient violence pour ne pas trébucher dans le péché; ils s’éloignaient de tout ce qui aurait pu les mettre dans l’impureté; ils recherchaient toujours la vérité, ils n’allaient pas dans des endroits où eux croyaient que cela était impur, car ils se souvenaient qu’ils avaient été impurs.

Ils savaient que le Christ était le Messie, le Sauveur, ils savaient qu’ils avaient été, eux, sauvés par le Christ.

Comme ils ne voulaient pas retomber dans les erreurs, ils évitaient les erreurs; alors ils consultaient les apôtres, ils consultaient les disciples.

Lorsque les disciples parlaient fort, ils écoutaient et ils se redressaient; leurs souffrances étaient grandes, mais ils avançaient.

Ils ont été persécutés et cela a été une joie pour eux, car ils se souvenaient des paroles que Jésus avait dit aux apôtres et que les apôtres leur avaient répétées : «Heureux ceux qui seront persécutés en mon Nom» : cela était imprimé en eux.

Tout leur être se tendait vers la vérité, vers la Lumière; ils ne cherchaient pas à fuir la vérité, ils voulaient la vérité.

Aujourd’hui, on ne veut pas la vérité : la vérité qui montre les erreurs.

On ne veut pas voir la lumière, on ne veut pas voir les recoins noirs de la vie : votre vie; je suis la Vie, je suis votre vie; lorsqu’un seul enfant refuse la vérité, il nuit à l’Église; l’Église, c’est chacun de vous, c’est tous les membres en mon Corps.

Vouloir la vérité et ne pas (être) la vérité, ce n’est pas être vrai; c’est vivre en être impur, car celui qui n’accepte pas la vérité, qui recherche ce qui lui plaît pour ne pas entrer dans la lumière, est consentant à demeurer impur.

L’être qui ne sait pas et qui avance en voulant plaire à Dieu est un être moins coupable que celui qui connaît la vérité et ne veut pas faire ce qu’il vient de voir.

Dieu est amour, je suis la Lumière, à moi de vous aider, à moi de faire de vous des êtres de lumière.

Avant que je vous parle, mes enfants, je connaissais ce qui vous habitait, je connaissais vos faiblesses, je connaissais votre refus à vouloir choisir la vérité : voilà pourquoi j’ai parlé d’amour dès le début, mes enfants.

Je vous ai parlé de la tendresse de mon Père, je vous ai parlé de l’amour du Fils pour vous, je vous ai couverts de mes grâces d’amour, je vous ai parlé d’abandon, je vous ai parlé du oui à l’Amour; à chaque fois que je vous parlais de l’amour, vous receviez des grâces d’amour.

Lorsque je dis à un seul enfant "je t’aime", ce sont des grâces qui se donnent, et ceux qui sont en cet enfant reçoivent aussi des grâces d’amour.

Lorsque je suis venu vous parler, j’ai donné des grâces d’amour afin que vous puissiez, vous qui êtes présents, entendre la vérité : j’ai fait tomber des murs; j’ai donné à votre intérieur des grâces d’abandon afin que vous puissiez être réceptifs à ma parole : ma parole qui est en vous et qui se fait entendre à l’extérieur de cet instrument.

Ce temps a été choisi par mon Père afin que vous puissiez entendre ce qui est de nous.

Il est de nous de vous faire connaître ce qui est entré en vous parce que Dieu est la Miséricorde.

Chacun de vous avez commis des péchés, ces péchés ont été pardonnés par le sacrement de la Pénitence, mais votre corps, lui, se souvient de ces péchés; votre corps a été témoin de vos actions, votre corps a vu tout ce qui était impur à l’extérieur, et votre corps s’est imprégné de ces images.

À l’intérieur de vous, votre temple n’est pas pur, et votre âme souffre; je veux libérer votre intérieur de tout ce qui est mal, je veux purifier votre temple afin que tout soit pur.

C’est par vos oui que cela se fait, et je sais que vous avez de la difficulté à prononcer vos oui lorsque cela fait mal; il faut que vous appreniez à renoncer au mal, le mal qui est entré en vous en prenant un chemin hypocrite.

À votre insu, le mal a pénétré en vous, il a fait de votre temple un temple assujetti à la tentation.

Sans vous en rendre compte, vous avez été contre vos frères et vos sœurs; à chaque fois que vous faisiez une réflexion contre un seul de vos frères et vos sœurs, c’est contre Dieu que vous le faisiez : enfants d’amour, vous connaissiez les dix commandements de Dieu!

Il est si subtil le Trompeur, le Menteur.

Il est le Séducteur, il vous a séduits; en apprenant des manières qui vous ont fait croire que ce que vous faisiez cela plaisait à Dieu, sans vous en rendre compte vous avez fait des actions impures.

Mes enfants, que vous ayez appris ce qui était bon pour votre prochain, mais que vous y ayez mis un acte impur : cet acte impur venait de contaminer ce qui était bon, et ce qui était contaminé devenait un poison qui circulait en tout votre être vous trompant, vous faisant accroire que ce que vous faisiez était bon.

Pour mieux vous manipuler, Satan s’est servi de ce qui était autour de vous, et il vous a fait faire des actions contre vous et votre prochain : il a donc pu attaquer l’Église.

Aujourd’hui, l’Église souffre, l’Église a perdu la beauté intérieure : la beauté intérieure, mes enfants, c’est vous.

Moi, je suis la Tête et vous, vous êtes mes membres : voilà pourquoi je vous parle ouvertement afin que vous redeveniez des êtres purs, vrais.

Tout ce que vous allez faire devra être pour Dieu des mouvements d’abandon.

Vous avez entendu ce que j’ai dit hier, mes enfants; pour ceux qui n’y étaient pas, j’ai parlé de méthodes que vous vous êtes servis pour faire entrer en vous des mouvements pour vous guérir; vous avez voulu vous prendre pour des dieux, vous servant de ce qu’on vous avait appris pour vous guérir vous-mêmes;

l’autoguérison, mes enfants, est un mouvement qui vous apprend à faire par vous-mêmes des mouvements qui apportent de l’énergie afin que vous puissiez vous détendre, vous apporter du repos : ce qui fait que votre mental et votre physique reçoivent des ondes énergétiques, ce qui fait de vous des êtres qui oublient que Dieu vous a créés.

Dieu est votre Créateur, vous venez de Dieu; Dieu veut faire tout pour vous, c’est moi qui ai déversé mon Précieux Sang sur vous; mon Précieux Sang, mes enfants, a pris tous vos péchés et les a menés à la mort.

Vos maladies, votre stress, vos manques d’amour, vos dépressions, vos colères, vos insuffisances, vos troubles mentaux et physiques sont les conséquences de vos péchés : tout ce que vous êtes est le résultat, mes enfants, de votre négligence.

Le péché a fait de vous des êtres faibles, c’est à moi de purifier tout ce qui vous a rendus faibles, c’est à moi de vous faire découvrir que vous êtes à mon Père et que c’est à mon Père de vous donner la guérison.

Voyez-vous, il a donné son Fils pour vous, et son Fils a déversé son Sang sur vous afin que le péché ne soit plus, et c’est au Fils de purifier votre chair qui a été meurtrie à cause du péché.

Comprenez ce mouvement d’amour, mes enfants; si vous prenez en main un pouvoir pour vous guérir, vous devenez suffisants de ce que vous venez de découvrir; vous avez confiance en ces méthodes, alors vous vous montrez que vous n’avez plus besoin de demander des grâces à Dieu, vous démontrez à votre prochain que vous êtes capables de l’aider; vous passez en avant de Dieu : vous démontrez à votre prochain que la guérison peut se faire par vous et que vous aussi vous pouvez être pour votre prochain un pouvoir.

Mes enfants d’amour, le seul pouvoir n’existe que par mon Père.

Je suis son Fils, je suis en mon Père et mon Père est en moi; notre puissance d’amour a fait la troisième Personne de Dieu, le Saint-Esprit : tout est à nous, tout part de nous.

Lorsque vous demandez des guérisons, Dieu écoute vos demandes; il connaît ce qui est bon pour vous, il connaît tout ce qui vous habite, il connaît votre chair qui a connu le péché, il connaît toutes les conséquences dues au péché, alors Dieu guérit : Dieu sait libérer votre chair du péché.

Mais lorsque, mes enfants, vous utilisez des méthodes qui ne viennent pas de Dieu pour obtenir de la relaxation, pour libérer des toxines, faire en sorte de vous donner de l’énergie, vous demeurez avec les conséquences du péché.

Vous déplacez un mal pour en mettre un autre; ce que vous avez cru guérir, mes enfants, n’a fait que s’amplifier; à l’intérieur de vous, des membres souffrent : une mère qui agit ainsi met en danger sa chair et la chair de sa chair.

Dieu est amour, Dieu fait des mouvements d’amour; lorsqu’il donne des grâces de guérison, il donne aussi des grâces de guérison pour la chair de la chair.

Voyez-vous ce que j’essaie de vous expliquer? Mes enfants, c’est Satan qui vous a fait connaître ces méthodes afin que vous ne puissiez pas vous libérer des conséquences du mal : il nourrit le mal par le mal, ainsi le mal se répand partout.

Aujourd’hui, le monde souffre à cause des conséquences que vous,

sans vous en rendre compte, avez faites.

Lorsque vous acceptez dans votre vie de faire de la méditation transcendantale et que vous n’allez pas à la source même (à savoir) d’où vient ce mouvement, vous vous mettez dans une situation qui peut être contre vous.

Mes enfants, si vous n’allez pas voir l’origine de ce mouvement et que vous entrez dans ce mouvement, vous acceptez donc tout ce qui est en ce mouvement : voyez-vous ce que vous avez fait?

Combien d’entre vous ont accepté de faire des mouvements qui ne venaient pas de Dieu, mais des dieux? Vous avez donc accepté tout ce qui était dans ce mouvement, faisant de vous des êtres entre les mains du Malin, et tous ceux que vous aimez en ont subi les conséquences.

Enfants d’amour, est-ce que moi, votre Dieu, je parlerais pour nuire à votre être, moi qui vous ai enseigné l’amour, moi qui vous ai enseigné la Volonté de mon Père? Je vous ai parlé d’amour, je vous ai parlé d’abandon, je vous ai demandé de vous aimer les uns les autres comme je vous aime.

Est-ce que je vous ai parlé de ces méthodes? Cela n’est pas dans mon Évangile, mes enfants, cela ne vient pas de l’Ancien Testament.

La Thora est la Vérité et moi, la Lumière; je témoigne de la Vérité et la Vérité témoigne pour la Lumière : ceux qui ont été devant des dieux se sont perdus.

Alors, mes enfants d’amour, je suis en votre présence pour vous prévenir du danger : vous avez, sans vous en rendre compte, été l’instrument entre les mains des dieux.

Les dieux ne sont autres que Satan; Satan est le pouvoir du mal, du contrôle, il peut vous atteindre par n’importe quel moyen, en vous démontrant que cela est bon, mais en y mettant son poison.

L’enfant qui s’éloigne des commandements de mon Père, l’enfant qui ne vit pas l’Évangile, ne peut voir les pièges de Satan; il faut vous garder dans la prière, il faut prier Marie, votre Mère.

Elle est la Pure Immaculée; elle est demeurée dans la pureté, dans l’humilité, dans l’obéissance; elle n’a pas cherché à s’éloigner et à faire sa volonté puisque sa volonté était à Dieu; elle s’est tenue debout au pied de la Croix, elle a été témoin de toutes les souffrances que l’on faisait à son Fils; elle n’a pas cherché des consolations humaines, elle a tout accepté par amour pour vous, par amour pour Dieu, et l’Être de sa chair a été devant ses yeux meurtri par toutes vos erreurs, et elle se tient toujours auprès de vous.

Mes enfants, ceux qui vont vers ces méthodes, lentement sans s’en rendre compte s’éloignent de l’Amour, s’éloignent de l’amour de Dieu, s’éloigne de l’amour de ma Mère.

Ceux qui résistent aux péchés alors qu’ils sont dans ces erreurs ont de la difficulté à s’en éloigner.

Mes enfants, regardez lorsque vous avez de la difficulté à vous éloigner de ces méthodes, c’est parce que le poison a commencé à faire ses effets.

Le mal en vous ne veut pas que vous arrêtiez ces méthodes, il essaie de vous convaincre que cela est faux : il ne veut pas que vous voyiez la vérité, que vous entriez dans la lumière.

Je me suis donné pour vous, c’est moi qui vais vous guérir, qui vais vous libérer, et je vais le faire avec mes grâces d’amour.

Je vais vous donner des grâces de libération, de guérison, là où le péché a commencé à vous meurtrir, là où le péché a commencé à attaquer votre intérieur, là où vous-mêmes avez atteint vos frères et vos sœurs.

Enfants d’amour, qui d’entre vous peut savoir ce que vous avez fait à vos frères et à vos sœurs? Connaissez-vous tous les membres de l’Église? Pouvez-vous sonder les cœurs? Moi si, pas vous; alors laissez-moi votre vie, donnez-moi vos oui et je vais vous transformer en êtres d’amour.

Vous vivez votre purification, mes enfants; vous vivez le temps de l’amour qui sera pour vous un temps de grâces éternellement.

Enfants d’amour, vous devez vous abandonner en ma Volonté, vous devez apprendre à reconnaître vos gestes qui ont nui à votre vie, vous devez apprendre à tout laisser à Dieu afin qu’il puisse vous aider à reprendre la vie, telle qu’elle était lorsque vous êtes sortis de moi pour venir en ce monde; tout est de moi, et il est de moi de vous guérir, mes enfants, pas de vous : portez votre croix.

Vouloir s’autoguérir (se guérir soi-même), c’est refuser votre croix.

Ne savez-vous pas que parfois la douleur est sanctifiante pour vous? Allez-vous vous refuser des grâces sanctifiantes pour votre salut éternel?

Connaissez-vous la valeur de votre renoncement à tout ce qui est impur? Moi, mes enfants, je la connais cette valeur puisqu'elle a été en ma Chair, elle vous a gagné la vie éternelle.

À vous d’accepter ce mouvement d’amour, à vous d’accepter la vie éternelle, pas comme vous, vous le voulez, mais comme mon Père le veut : non votre volonté, mais la Volonté de mon Père.

Soyez dans ce mouvement d’amour parce que, mes enfants, vous ne pourrez pas l’éviter; lorsque viendra le moment que mon Père connaît, tous les enfants du monde entreront dans un mouvement de purification.

C’est à Dieu de vous délivrer du péché qui vous a rendus malades, ce n’est pas à vous.

Voyez, mes enfants, comme les ruses de Satan sont grandes, impénétrables à cause de votre volonté humaine.

Est-ce que moi, votre Dieu, je vais vous laisser entre ses mains? Je ne le peux, mes enfants.

Lorsque viendra ce moment, je veux que vous soyez dans mes grâces d’amour, dans mes grâces d’abandon; je veux que tous les membres de mon Église profitent de mes grâces afin que tous soient prêts pour la Grande Purification, afin que le mal ne puisse les saisir, car il veut vous faire souffrir encore plus, il veut se servir de la douleur pour que vous ne puissiez m’accepter.

Enfants d’amour, c’est pour vous ces paroles.

Je vous veux en moi, abandonnés dans ma Volonté, je veux me servir de vous pour que vous puissiez aider ceux qui ne viennent pas à moi dans l’abandon.

Lorsque je vous donne des grâces d’amour et que vous les acceptez, lorsque je vous donne des grâces d’abandon et que vous les acceptez, vous devenez des êtres d’amour pour eux, vous devenez des instruments d’amour entre mes mains et tout ce que j’ai enseigné devient pour vous vivant, et vivant se sera pour ceux qui sont en vous : tout est dans la Volonté de mon Père.

Ce moment est et a été dans le mouvement de Dieu : tout est accompli.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Avant que nous puissions continuer, Dieu veut déverser en nous des grâces par le sacerdoce; nous avons beaucoup à recevoir par le sacerdoce, c’est pour nous des guérisons. Merci.

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu parle, (et) nous, nous avançons vers la Purification; sans nous en rendre compte, Dieu transforme notre intérieur : il guérit nos blessures.

Lorsque nous recevons Jésus à l’Eucharistie, Jésus guérit nos blessures; mais voici que maintenant nous prenons conscience que nous vivons notre purification en notre chair, c’est notre chair maintenant qui se laisse libérer.

Notre âme est entre les mains de Jésus.

Les prêtres en ont très bien pris soin, mais il a fallu que nous, nous allions à la confesse et que nous allions à la communion, cela a été notre choix; les prêtres n’ont pas pu nous forcer, c’était à nous d’aller vers eux.

Ils représentent Jésus sur la terre pour nous; lorsque nous allons vers eux, nous allons vers Jésus.

Maintenant, nous devons aller mettre notre chair entre les mains de Jésus.

Jésus va purifier ce que nous sommes, il va réveiller en nous des mouvements que nous avons faits et que nous n'avons pas cru que c’était des péchés.

Tranquillement, nous allons réaliser le tort que nous nous sommes fait, le tort que nous avons fait aussi à notre famille et à l’Église, et cela se fera avec amour, sans reproche.

Jésus, lorsqu’il est venu sur la terre, il est venu tout prendre, il est venu aussi prendre cela; nous n’avons pas pu le lui donner parce que nous ne le savions pas; nous ne savions pas que nous faisions des gestes contre nous-mêmes lorsque nous faisions des actions contre notre prochain;

on pensait que lorsqu’on se mettait en colère, que c’était les autres qui recevaient notre colère et, comme on voulait les punir, ça faisait notre affaire, mais c’était contre nous que nous agissions.

Et Satan faisait tout pour nous mettre en colère parce que lorsqu’on se mettait en colère, on se nuisait et on nuisait à tous ceux que nous portions en nous; l’impact était beaucoup plus grand : nous qui avions cru que nous attaquions seulement la personne qui était devant nous, nous attaquions l’Église entière;

voilà pourquoi (lorsque) Jésus nous disait : «Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites» (et comme) Jésus est l’Église, Jésus est la Tête, alors c’était à lui que nous faisions cela.

Jésus nous porte en lui : nous et ceux que nous avons en nous, alors lorsqu’on faisait une colère contre notre prochain, on faisait une colère contre Jésus puisqu’il était nous.

Nous avons fait cela par ignorance, nous avons aussi été confesser quelquefois nos colères, mais nous n’avons pas pris conscience de la conséquence de notre colère; c’est ce que Jésus est en train de nous faire comprendre.

Lorsque nous commettions un péché, nous contaminions toute l’Église.

Cela est pour tout ce que nous avons pensé, pour tout ce que nous avons vu et aimé voir alors que cela était mal, pour tout ce que nous avons entendu et que nous avons aimé entendre alors que cela n’était pas bon, et pour tout ce que nous avons ressenti en nous : les émotions, et que nous avons aimé conserver ces émotions.

Combien d’entre nous avons parlé contre notre prochain? Nous savions que cela était mal, mais cela faisait nos conversations de salon.

Voyez-vous, quelquefois, on faisait cela et ça démontrait que nous avions de la conversation; sans s’en rendre compte, on agissait avec hypocrisie contre nous-mêmes : on savait que cela n’était pas correct, mais on le faisait quand même et on se le cachait.

On était des êtres hypocrites envers nous-mêmes : on se cachait le mal en le déguisant.

Cela, Dieu nous le fait savoir parce qu’il veut que nous soyons vrais envers nous-mêmes, il veut que nous entrions dans la lumière pour voir tout ce que nous avons caché en nous, il veut nous faire comprendre ce que la volonté humaine a aimé faire.

Comment se fait-il que nous ayons aimé faire ces actions? C’est parce que la volonté humaine porte le bien et le mal; le mal hypocritement se mélangeait à notre bien pour que nous ne nous apercevions pas qu’il était en action, alors nous n’avons pas pu nous apercevoir que c’était le mal qui faisait cela en nous parce que nous avions nos pensées à l’extérieur de nous;

on écoutait nos paroles et on se laissait séduire par ce que nous disions, alors nous devenions ce que nous disions : des êtres sans conscience, des êtres qui ne veulent pas s’analyser, des êtres qui ne veulent pas s’arrêter sur ce que nous disons, des êtres qui laissent sortir de nous des paroles sans vouloir les contrôler parce qu’en nous la volonté humaine a deux choix : celui de faire le bien et de faire le mal.

En nous, nous avions le choix de dire : "Non, je ne veux pas que le mal sorte de moi", mais comme nous avions un esprit du monde et que les autres le faisaient, alors sans nous en rendre compte, nous avons fait comme tout le monde : nous n’avons pas résisté au mal; nous nous disions : "Tout le monde le fait, il n’y a pas de mal à cela".

Nous avons mis en nous aussi des contradictions : sans vraiment le savoir, Dieu nous mettait de l’amour, mais nous on refusait cet amour; on repoussait l’amour de Dieu, on ne voulait pas se reconnaître amour parce que cela nous aurait demandé un effort de paraître humbles devant nos frères et nos sœurs.

Paraître humbles est parfois dérangeant pour nous-mêmes : c’est faire des excuses, c’est accepter de paraître aux yeux des autres faibles, c’est paraître être tout petits devant Dieu, c’est démontrer aux autres que nous préférons Dieu plutôt que l’opinion des autres, et cela ce n’était pas notre choix, on préférait plutôt faire comme tout le monde.

C’est à cause de notre volonté humaine.

Notre volonté humaine veut s’associer à toutes les autres volontés humaines : nous voulons être, à l’extérieur, solidaires avec tout le monde, (mais) nous le sommes quand cela fait notre affaire.

La solidarité est bonne lorsqu’elle est de Dieu, mais lorsqu’elle est de la volonté humaine, elle devient impure parce que la volonté humaine veut l’emporter sur l’autre; elle veut dominer l’autre, elle veut avoir raison sur l’autre; elle ne veut pas s’abaisser devant l’autre parce que la volonté humaine est orgueilleuse.

C’est à cause qu’Adam et Ève ont voulu être des petits dieux qu'ils sont entrés dans la volonté humaine : ils ont voulu eux-mêmes choisir ce qui était bien et ce qui était mal pour eux;

alors, c’est ce que nous, nous sommes portés à faire : lorsqu’on est tous ensemble, on se réunit pour avoir la même opinion, alors on devient des petits noyaux à part entière : un groupe contre un autre groupe.

L’amour de Dieu n’est pas ainsi, la Volonté de l’Amour est parfaite, la Divine Volonté ne cesse de se donner;

Dieu le Père a engendré son Fils et l’amour de Dieu le Père et de Dieu le Fils a fait Dieu le Saint-Esprit : trois Personnes en un; c’est ce que Dieu veut de chacun de nous.

Chaque personne en un seul membre, l’Église; Dieu, il veut que nous soyons tous l’un pour l’autre amour, il veut que nous soyons l’harmonie, il veut que nous nous donnions tous les uns pour les autres, sans chercher à avoir raison sur les autres, mais se donner.

Il n’y a que la Divine Volonté qui peut faire de nous des êtres qui s’aiment sans condition.

Alors, pour nous aimer sans condition, il va falloir lui laisser notre volonté humaine, et ce n’est pas du jour au lendemain que nous allons pouvoir le faire.

Parce que notre volonté humaine a à se laisser abandonner entre les mains de Dieu, le mal qui s’est (rendu) maître de nous ne nous laissera pas nous abandonner entre les mains de Dieu.

Il a réussi à nous faire faire des gestes contre nous, contre notre prochain, et il va continuer à le faire; mais plus nous allons faire des abandons en Dieu et plus le mal va perdre de la place, et c’est par les grâces que cela va se faire, ce n’est pas par nous.

C’est vivre l’abandon en Jésus, c’est là que nous réussirons à laisser notre volonté entre les mains de Dieu pour que, lui, il en fasse son affaire.

Dieu veut tout nous donner, il sait ce qui nous est nécessaire pour vivre notre purification.

Partout où il y a des rencontres d’amour comme aujourd’hui, Jésus fait ressortir en nous ce qui nous a nui et le met en face de nous, mais il le fait avec des grâces et cela nous guérit.

Lorsque nous ne résistons pas à ses grâces, nous nous laissons libérer et nous guérissons; nous sommes en train de nous laisser guérir, c’est par l’intérieur que cela se fait et non pas par l’extérieur.

Nous avons voulu, nous avec notre volonté humaine, nous guérir et nous n’avons pas réussi; c’est comme s’il nous avait laissé faire pour que nous puissions voir jusqu’où on était capable d’aller, il connaissait notre volonté humaine.

Vous savez, Jésus dit que s’il nous avait démontré ce que la volonté humaine a fait de nous, il y a plusieurs années, nous n’aurions pas été prêts; Jésus dit : «Il fallait qu’ils atteignent les grâces nécessaires».

Ceux qui ont été avant nous ont été des canaux d’amour.

Par eux, Dieu nous donnait des grâces et ces grâces, nous nous en sommes nourris : voilà pourquoi aujourd’hui nous acceptons d’entendre que nous avons péché contre nous, contre nos propres enfants;

et pourtant il n’y a personne qui s’arrache les cheveux de la tête, c’est parce que nous sommes prêts à entendre cela; il est vrai que ça nous secoue un petit peu, mais nous sommes contents parce que nous savons que lorsque ça nous secoue, nous avançons, nous nous sentons revivre.

Et nous avons devant nous l’Amour qui se fait sentir à l’état pur : c’est l’Amour lui-même qui vient nous parler en notre cœur, et nous l’entendons.

Je ne suis qu’un instrument comme vous qui êtes devant moi, pas plus, et vous, vous êtes tous des instruments entre les mains de Dieu.

Moi et vous nous sommes ensemble, nous consentons à laisser le Saint-Esprit nous couvrir pour que nous puissions entendre la Divine Volonté et nous consentons à ce que Jésus déverse en nous des grâces pour ceux que nous portons : pour nos enfants, pour ceux que nous aimons dans notre famille, pour ceux qui ont quitté l’Église, pour ceux qui ne croient plus mais que nous aimons plus que tout et aussi pour ceux que nous ne connaissons même pas; eux sont importants pour nous puisque nous avons de la compassion pour eux.

Lorsqu’on entend qu’il y a sur la terre des épidémies, des ouragans, des glissements de terrain, des guerres, des sécheresses et que de nos frères et de nos sœurs ont péri, nous souffrons; alors cela prouve que nous sommes lié les uns aux autres : ils font partie de notre vie;

c’est parce que nous les portons en nous, alors Dieu utilise chacun de nous pour qu’on puisse être des canaux de grâces pour ceux qui sont sur la terre.

C’est le temps de la purification, cela est déjà commencé, et le moment où tous seront devant leur vie, Dieu seul le sait.

N’est-ce pas important ce que nous vivons en ce moment même? Jamais nous n’avons pu entendre les conséquences de nos péchés, jamais nous n’avons pu vivre les conséquences de nos péchés; maintenant, nous les vivons avec la force de Dieu (le Saint-Esprit), l’amour du Fils et la protection de Dieu le Père : c’est pour nous et pour toute l’Église.

Dieu nous a démontré un signe du Ciel.

Ce signe du Ciel vient à nous pour nous marquer du signe d’enfants de Dieu : Dieu a tout préparé pour chacun d’entre nous.

Vous savez que la Grande Purification, lorsqu’elle sera totale, tous devront répondre oui à l’amour de Dieu, et ceux qui ne répondront pas (par) un oui, (mais) un non à l’amour de Dieu, ne seront pas appelés les élus de Dieu.

Dieu qui est amour est en train de préparer tous les enfants qui portent un oui en eux, et nous qui sommes ici aujourd’hui, Dieu veut nous démontrer que nous vivons la purification, notre propre purification.

Chacun de nous pouvons recevoir le signe d’enfants de Dieu par Jésus lui-même.

Adam a fait sortir les enfants de Dieu de la Divine Volonté; si Adam n’avait pas péché, nous aurions tous été enfants de la Divine Volonté, mais à cause de sa désobéissance, nous sommes sortis de la Divine Volonté.

Lorsque Jésus est venu sur la terre, il a purifié notre âme : il a effacé tout (péché de notre être); maintenant, Jésus veut que nous purifiions notre chair afin de nous préparer à entrer dans la Divine Volonté; ainsi tout notre être sera pur, nous serons prêts à entrer dans la Terre Nouvelle. Merci.