Rencontre d’amour avec l’agir de Dieu à Winnipeg, Manitoba,

par son instrument, la Fille du Oui à Jésus.

 

2004-11-10 – P.M. 

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Depuis le lancement du livre IV, le Seigneur permet que je dise mon nom. Je m’appelle Francine Bériault, je viens de la rive sud de Montréal.

Au commencement, Jésus voulait que je me présente sous le nom de la Fille du Oui à Jésus et, en anglais ‘The Girl of My  Will in Jesus’.

Ce nom a été choisi par Jésus lui-même : cela signifiait que nous étions tous des filles du oui à Jésus et des fils du oui à Jésus.

Les écrits, c’est pour chacun de nous.

Cela ne m’appartient pas, cela appartient à chacun de nous; nous recevons beaucoup de grâces lorsque nous lisons les écrits.

Tout a commencé en l’an 2001 lorsque j’ai entendu la voix à l’intérieur de moi; la première fois, c’était lors de ma récitation du rosaire, le premier janvier 2001; mes mains avaient suinté et, dans la nuit, j’ai entendu une voix féminine à l’intérieur de moi, pas dans ma tête, c’était comme au niveau de mon être; alors j’ai ouvert les yeux et elle m’a dit : “Ouvre la lumière”; j’ai ouvert la lumière et elle a dit : “Regarde tes mains”; j’ai regardé mes mains; elle a dit : “Maintenant, est-ce que tu crois?”

J’avais beau voir que mes mains avaient suinté de l’huile mais, pour moi, c’était impensable que cela m’arrive, je doutais de ce que je voyais.

Après cela, quinze jours plus tard, mon ange gardien m’a parlé mais, à l’extérieur de moi, à mon oreille gauche, et il m’a dit être : “Amystica”; dans la même semaine, c’est Jésus que j’entends en moi.

Comment se fait-il que je peux entendre la voix en moi? C’est que, (depuis) quelques années, on cherche Dieu, on se demande où il est; alors on apprend, on apprend à garder tranquillement le silence et on apprend à entrer en nous.

Cela ne vient pas de nous, cela vient des grâces

que nous recevons lorsque nous le désirons profondément.

C’est ce qui s’est passé : lorsqu’on m’avait téléphoné pour me poser une question sur l’enfer, je ne pouvais pas répondre; je voulais poser cette question à mon père spirituel, mais entre sa visite et ma réflexion en moi-même, j’ai dû rentrer en moi; je pensais à l’enfer, je pensais à la présence de Jésus et c’est là que la voix s’est fait entendre en moi.

Je n’avais pas réalisé sur le coup, ça pris beaucoup de temps avant que je réalise que j’avais entré en moi et que j’avais entendu la voix de Jésus qui m’avait demandé : «Prends la Bible et ouvre-la.»

Par deux fois j’avais entendu cette voix; tout de suite après avoir lu les deux passages que j’avais de la difficulté à comprendre, alors là la voix m’a dit : «Prends un crayon et un papier et écris»; alors j’ai commencé à écrire.

Voyez-vous, tout vient de Dieu.

Si nous le désirons nous-mêmes, cela ne viendra pas, pourquoi? Parce que Dieu connaît le moment où nous devons entendre sa Volonté.

Notre volonté humaine à nous peut commander, peut désirer, mais c’est Dieu le Père qui décide, c’est lui qui décide le moment où nous devons entendre sa Volonté : cela se fait par la puissance du Saint-Esprit.

Lorsque notre volonté passe en premier, nous nous exécutons, mais nous avons le résultat de ce que nous, nous faisons : nos gestes sont ainsi, nous dépendons de nous-mêmes lorsque nous faisons notre propre volonté.

Alors que lorsque nous faisons la Volonté de Dieu, que nous voulons nous abandonner en Dieu, là tout vient à nous sans effort, c’est Dieu qui le fait pour nous : c’est le désir de prier; mais ce désir de prier devient pour nous agissant lorsque des grâces nous sont accordées; le désir de nous abandonner vient de nous, mais c’est lorsqu’on laisse tout à Dieu que cela s’accomplit : Dieu agit pour nous, il attend de nous notre oui, notre abandon.

Souvent, nous faisons des gestes pour Dieu et c’est un oui.

Pour nous, nous ne savons même pas reconnaître si le geste que nous faisons est un oui à Dieu.

Pourquoi? Parce que nous sommes habitués à regarder cela avec notre volonté humaine, avec ce que nous sommes à l’intérieur de nous.

Nous ne comprenons pas notre intérieur; nous n’avons jamais été à l’intérieur de nous, nous n’avons jamais compris ce qui se passe à l’intérieur de nous.

Jésus nous donne présentement des lumières : nous allons connaître notre intérieur; tout cela va se faire par la Volonté de Dieu.

Plusieurs d’entre nous avons appris depuis quelque temps la Volonté de Dieu : la Volonté de Dieu est de nous faire avancer vers la Terre Nouvelle, vers un lieu d’amour, rempli d’êtres d’amour : c’est nous ça; nous n’allons être qu’amour, il n’y aura rien en nous qui sera contre l’amour.

Plusieurs d’entre vous avez entendu parler de ce qui s’en vient; plusieurs d’entre vous avez regardé les signes, parce que les messages parlent de ce qui s’en vient, parlent d’événements qui nous ont fait réaliser quelque chose qui dépasse notre entendement.

On parle d’une croix qui apparaîtra dans le ciel; on parle d’événements qui apparaissent partout dans le monde; on entend parler que la Vierge Marie apparaît depuis plusieurs années, que des enfants sont en sa présence, d’autres sont plus âgés, elle se manifeste de différentes façons, intérieurement comme extérieurement; on entend parler des messages que les gens reçoivent par inspiration du Saint-Esprit, par locutions intérieures; nous entendons aussi parler d’événements comme des statues qui suintent (de l’huile), des odeurs de roses, le ciel qui laisse voir un soleil qui danse, on peut même apercevoir devant le soleil comme une hostie qui nous aide à regarder le soleil sans nuire à nos yeux, et cela pendant plusieurs minutes; nous entendons parler de mystiques; il y a plusieurs années, on a entendu parler des stigmates : saint François d’Assise avait les stigmates; aujourd’hui, plusieurs parmi nous dans plusieurs pays ont les stigmates : cela est pour notre temps.

Comment pouvons-nous vivre avec tout cela? Qu’est-ce que le Ciel veut nous faire comprendre? C’est que nous sommes en train de vivre les Écritures.

Les Écritures nous ont parlé d’un temps d’amour qui vient, un temps où les élus de Dieu vivraient sur la terre en êtres d’amour où le mal ne sera plus, où Satan sera enchaîné : tout cela est dans les Écritures.

Dieu est en train de nous préparer à cet événement, à ce temps d’amour; cela ne se fera pas du jour au lendemain, cela est déjà commencé; depuis plus de vingt ans que cela est commencé concrètement pour nous puisque la Sainte Vierge en a parlé à Don Gobbi.

Nous vivons ce que Marie a annoncé à plusieurs personnes.

Nous avons regardé cela avec notre volonté; combien ont attendu qu’un événement se fasse voir à l’extérieur de nous?

Nous avons cru qu’avec notre volonté humaine le temps de l’amour viendrait et se laisserait voir en un instant, que le ciel était pour devenir tout resplendissant où nos êtres s’élèveraient jusqu’au ciel où le Fils de Dieu apparaîtrait : nous avons cru à cela et parce que cela n’est pas arrivé dans les années 2000, au commencement de l’an 2000, nous n’avons pas cru que cela était vrai, nous avons douté des messages de Marie.

Si nous regardons ce que nous sommes devenus depuis l’an 2000, vous allez voir que cela est arrivé : plusieurs commencent à entrer en eux maintenant, plusieurs commencent à voir que tous ces événements sont vivants en nous : la beauté du Ciel est en nous, les révélations du Ciel sont en nous.

La purification va se faire à l’intérieur de nous, là est notre place pour ces temps.

Dieu nous dit : «Ne tournez plus votre regard à l’extérieur de vous, mais à l’intérieur parce que tout est commencé.»

Plusieurs ont commencé leur purification, c’est notre cas à chacun de nous; nous avons accepté de voir les signes du Ciel avec humilité.

Dieu nous donne des grâces d’abandon afin que nous puissions être totalement entre les mains de Dieu; nous commençons à comprendre que rien ne viendra de nous, de notre volonté humaine : tout sera fait par la puissance de Dieu, pas par nous; nous, nous aurons beau vouloir tout cela, mais rien ne pourra faire activer ce qui est déjà commencé en nous par notre volonté.

Dieu nous apprend tranquillement à nous faire prononcer des oui; il nous apprend à renoncer à notre volonté humaine.

Au tout début, si quelqu’un nous avait dit qu’il faut que tu renonces à ta volonté humaine, nous n’aurions pas compris; aujourd’hui nous comprenons, nous comprenons que c’est l’œuvre de Dieu, pas notre œuvre.

Les Écritures le disent, c’est Jésus qui va nous faire entrer dans la Terre Nouvelle, dans le Royaume de Dieu pour nous : le Royaume de Dieu pour nous est en nous en ce moment sur la terre.

Parce que nous devons faire la Volonté de Dieu le Père, nous devons renoncer à notre volonté pour entrer dans la Volonté du Père, et nous-mêmes nous ne pouvons pas faire cela, nous devons passer par la porte étroite, et la porte étroite, c’est le renoncement de tout ce qui est de nous-mêmes.

Le Fils est venu sur la terre afin de prendre tout et de nous faire avancer; c’est ce que nous nous allons faire à chaque jour.

Il n’est pas de nous de comprendre les desseins du Ciel,

mais il est de nous d’accepter les desseins du Ciel.

Cela ne se passe pas comme nous nous le pensions : nous avions pensé entrer dans la Terre Nouvelle comme un instant magique; ça c’est notre volonté humaine, ce n’est pas comme cela qu’on va rentrer dans la Terre Nouvelle.

Nous allons devoir renoncer à petit feu à tout ce qui a fait de nous des êtres égoïstes, des êtres qui doutent, des êtres qui veulent absolument l’amour.

Dieu va nous faire connaître tout ce qui est en nous, tout ce qui a entré en nous, tout ce qui a fait de nous des êtres volontaires; nous avons fonctionné avec les poings fermés en pensant que tout dépendait de nous : il n’y a rien qui dépend de nous, tout dépend de Dieu.

Avant, les saints ont prié Dieu, ont découvert l’amour de Dieu, ils se sont donnés totalement, renonçant à tout ce qui était extérieur, et ils ont vécu dans la pauvreté : ils ont désiré eux-mêmes vivre dans un état de nullité; ils ont reconnu n’être rien devant l’amour de Dieu parce qu’ils avaient découvert l’amour; ils ne voulaient vivre que pour Dieu, ils voulaient se donner à leur prochain pour Dieu : tout était dans un renoncement total pour faire la Volonté de Dieu.

Maintenant, Dieu dit : «Vous allez connaître l’abandon total de votre être, intérieurement et extérieurement, afin de mourir en le Christ », ne plus être, ne plus comprendre, ne plus voir avec ce que nous sommes mais qu’avec les yeux de Dieu : Dieu veut prendre tout de nous, absolument tout.

Tranquillement, Dieu nous fait comprendre que nous sommes à un point

où nous pouvons comprendre et entendre sa Volonté.

Depuis 2001, Jésus a parlé en mon intérieur; depuis 2001, il m’apprend à renoncer à tout; depuis 2001, j’entends les enseignements de Jésus tout comme ceux qui sont avec moi lors des rencontres : c’est ensemble que nous apprenons à renoncer à ce que nous sommes.

Tranquillement, Jésus nous a donné beaucoup d’amour, pas seulement à nous qui étions présents lors des rencontres, mais à ceux aussi que nous portions en nous.

Il nous a fait découvrir que nous ne formions qu’une seule famille : la famille de l’Église, une famille qui doit être unie, une famille qui doit avancer ensemble, pas seulement les catholiques mais toutes les religions, tous les enfants de toutes langues, de toutes nations, qu’ils soient athées ou non, nous sommes tous pareils.

Lorsqu’un seul reçoit des grâces d’amour lors des rencontres,

ils en reçoivent eux autres aussi : c’est la Divine Volonté.

La Divine Volonté est Dieu, ce n’est pas nous; c’est un mouvement qui englobe tout mouvement existant, c’est un mouvement qui est fait par Dieu, pas par les humains.

La Volonté de Dieu est au-dessus de tout, même les anges s’inclinent devant la Divine Volonté parce qu’ils reconnaissent leur Dieu d’amour; ils sont en adoration devant les mouvements de l’Amour car ils viennent de ce moment.

Nous devons reconnaître nous aussi la Divine Volonté; et Dieu dit : «Parce que vous avez vécu dans votre volonté humaine, cela a été impossible pour vous de reconnaître la Divine Volonté en tout ce que vous faisiez, disiez et voyiez»; mais parce que d’autres se sont donnés, parce que d’autres ont accepté de prier pour nous, de s’abandonner entre les mains du Christ, nous, nous avons été dans le choix de Dieu, les élus de Dieu : nous sommes inscrits dans le Livre de Vie pour vivre sur la terre de Dieu en êtres d’amour.

Dieu a dit : «Heureux ceux qui vivront d’amour, ils connaîtront le bonheur sur la terre.»

La terre est le mouvement de Dieu, la terre est pour nous un lieu d’amour; nous faisons partie de la terre; lorsque Dieu a créé la terre, tout est sorti de lui : cela a été un mouvement d’amour; tout a été préparé pour nous, nous étions faits pour être heureux sur la terre.

La terre ne devait pas être ce qu’elle est aujourd’hui, c’est nous qui avons fait cela à cause de la désobéissance d’Adam et Ève; nous devons revenir à la source même de l’amour à l’état pur, nous devons être des êtres d’amour.

Voilà pourquoi Dieu veut faire de nous des êtres purs, vrais; il nous apprend tranquillement à tout lui laisser : nous vivons notre purification de la chair.

Souvenez-vous la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, Dieu nous a parlé de la purification; il nous a fait voir et entendre des mouvements d’amour : entendre en nous sa Volonté, voir combien nous, nous étions unis les uns et les autres pour entendre sa Volonté.

En ce moment même, nous formons un seul cœur en le Cœur de Jésus.

Nous avons consenti à prier la Vierge Marie et Marie nous a fait entrer dans son Cœur pour aller dans le Cœur de Jésus.

Nous avançons, sans s’en rendre compte, dans notre purification; tous ensemble nous avançons, mais individuellement en chacun de nous.

La voix que nous entendons, c’est par la puissance du Saint-Esprit que cela se fait; l’Esprit d’amour fait connaître les paroles que nous devons entendre pour laisser Dieu nous purifier.

Dieu dit que seule la puissance de Dieu fera de nous des êtres d’abandon entre les mains de Dieu.

Tranquillement, nous recevons en ce moment même des grâces, des grâces d’abandon, des grâces d’amour afin de comprendre ce qui se passe.

Il n’est pas facile pour nous d’accepter de nous reconnaître comme des êtres ayant fait le péché, ayant été des êtres contre l’amour, contre Dieu, contre nous-mêmes et contre notre prochain.

Lorsque nous entendons de telles paroles venant de la volonté humaine, cela fait si mal en nous que nous rejetons ces paroles, nous les refusons, mais lorsque c’est par la puissance du Saint-Esprit, cela nous les acceptons parce que c’est nourri par les grâces de l'amour.

À l’intérieur de nous sont ces paroles, elles nous habitent et elles se font entendre à l’extérieur de nous par la puissance du Saint-Esprit; sans s’en rendre compte, nous nous laissons transformer.

À chaque fraction de seconde, notre chair à l’intérieur de nous se laisse purifier par un feu d’amour; seul l’Amour peut parler pour nous, nous faire comprendre que nous avons agi contre nous-mêmes.

Nous avons laissé, notre corps, fouetter par nos paroles; nous avons laissé, notre corps, bafouer par nos gestes; nous avons laissé, notre corps, souffrir à cause de tout ce que nous avons vu et (le) laissé pénétrer en nous : Jésus est en train de couper la chaîne, Jésus est en train de nous libérer de l’esclavage du mal en nous.

À l’intérieur de nous, il y a le mal : il a pris beaucoup de place en nous; il nous a fait comprendre que nous n’étions pas maîtres de nos sentiments, il nous a fait comprendre que nous n’étions pas maîtres de nos propres pensés et de nos propres gestes, il a pris notre place à notre insu.

Il ne nous a pas demandé notre permission, parce qu’il s’est installé en nous au moment où Adam a dit non à Dieu; parce que lorsqu’il a écouté Ève, lorsqu’il a écouté ses paroles séductrices, mielleuses, qu’elle avait entendues de Satan, Adam a écouté le Trompeur; il a lui-même tourné le dos à Dieu, son Créateur, Celui avec qui il communiquait à chaque instant; Dieu était en lui, il parlait avec lui : Dieu déversait en lui tant d’amour.

Pas un seul instant Adam n’était hors de l’amour de Dieu; il se nourrissait de la Divine Volonté et la Divine Volonté le nourrissait à chaque fraction de seconde, mais il a fallu un seul instant pour qu’il détourne son regard de la Divine Volonté et il est entré dans sa volonté humaine, choisissant de choisir lui-même ce qui était bien et ce qui était mal.

À l’intérieur de nous, nous avons le bien et le mal : comment se fait-il que nous, qui sommes des êtres d’amour, avons tant de souffrances en nous, tant de jugements, de doutes, de peurs? C’est parce que tout cela nous habite.

Le mal a pris une place si importante dans notre vie : le mal est hypocrite.

Le mal nous dit que sommes des êtres forts, des êtres complets, des êtres capables de nous donner du bonheur, mais cela est faux; il n’y a que Dieu qui peut nous donner le bonheur, pas nous-mêmes; avec les années nous avons nourri notre être avec l’esprit du monde, avec l’esprit de l’homme.

Nos arrière-grands-parents étaient beaucoup plus près de Dieu que nous, nous le sommes; ils ont prié, ils n’ont (pas) cessé de prier malgré qu’eux aussi avaient des défauts, malgré qu’eux aussi avaient des peurs, des doutes; mais ils s’accrochaient à leur chapelet, eux, à leurs prières; ils savaient que Dieu était dans leur vie; même s’ils commettaient l’adultère, même s’ils faisaient des actes impurs, ils tournaient leur regard vers le Ciel, eux, car ils croyaient encore que Dieu était plus puissant qu’eux.

Aujourd’hui, nous qui sommes dans un monde moderne, nous qui sommes avec une technologie au-dessus de tout ce que le monde a pu inventer, nous ne tournons plus notre regard vers Dieu parce que nous doutons de Dieu, nous doutons de sa Présence, nous doutons que Dieu peut exaucer nos demandes.

Nous en faisons des demandes, mais nous nous demandons tout le temps si Dieu nous écoute, si Dieu va exaucer nos prières; nous ne croyons pas (en) ce que nous disons, nous ne croyons pas vraiment en ce que nous sommes.

Ce n’est pas envers Dieu que nous doutons, c’est envers nous-mêmes;

nous nous sommes laissé tromper par la volonté humaine.

La volonté humaine a été faible, a été trompée par le mal; c’est le mal en nous qui fait que nous doutons de Dieu parce qu’à l’intérieur de nous, l’enfant qui nous habite, le tout petit être qui vient de Dieu, lui ne doute pas de Dieu, lui il sait que Dieu est là : il est encore en nous ce petit être d’amour.

Nous venons de Jésus : avant même que nous soyons dans le sein de notre mère, nous étions en Jésus, nous étions des êtres vrais, des êtres vivants; lorsque nous sommes venus dans le sein de notre mère, c’est Dieu le Père qui l’a choisi, et nous étions encore amour : nous croyons en Celui qui nous a mis dans le sein de notre mère.

Lorsque nous sommes sortis, nous savions que nous étions des êtres d’amour parce que nous avons regardé le Dieu de nos parents et nous les avons aimés à l’instant où nous les avons regardés.

Comment se fait-il qu’un tout petit bébé puisse regarder avec les yeux de l’amour ses parents? C’est parce que lui le sait qu’il est un être d’amour, c’est un être vrai.

Quand nous sommes entrés dans la volonté humaine, à l’instant (où) nous sommes sortis du sein de notre mère, nous sommes devenus des êtres faux; tranquillement, seconde après seconde, nous regardions autour de nous un monde étrange, un monde souffrant, cela a pénétré en nous, cela faisait partie de notre vie sur terre.

Tout ce que le monde était avait pénétré à l’intérieur de nous sans que nous nous le réalisions; nos yeux cherchaient l’amour, nos yeux avaient soif d’amour, nos gestes avaient soif d’amour mais, tranquillement, notre chair avait mal, parce qu’à chaque regard, la chair se laissait souffrir, à chaque fraction de seconde nos parents, nos êtres aimés, qui souffraient tant, nous communiquaient leurs souffrances : les souffrances qu’ils portaient en eux, tout cela est entré en eux tranquillement.

Lorsque nos regards se posaient sur nos frères à la maison et sur nos sœurs, cela entrait encore en nous; on recherchait à éviter les souffrances des autres parce qu’on était si petits.

Lorsque nous sommes devenus un tout petit peu plus grand, nous avons sorti de la maison, nous avons regardé les autres; eux aussi portaient des souffrances : on les laissait entrer en nous.

Savez-vous que des petits enfants qui ne savent pas parler sont beaucoup plus émotifs que nous? Ils vivent de l’amour, et s’il n’y a pas d’amour, ils se nourrissent de blessures : ça, c’est entré en nous.

Nous sommes les enfants de la souffrance parce qu’Adam, par son non,

nous a fait entrer dans la souffrance.

Notre être souffre de ne pas voir Dieu; notre être souffre de ne pas communiquer avec Dieu, parce que nous sommes faits pour regarder Dieu en nous, nous sommes faits pour entendre Dieu en nous.

Chaque fois que nous entendons des paroles qui ne sont pas amour, ça frappe notre intérieur et ça nous fait mal : nous ne sommes pas faits pour la souffrance, alors nous voulons oublier tout ça.

Nous avons en nous des coins perdus : des oubliettes; nous avons mis à l’intérieur de nous une partie de nous-mêmes qui a eu si mal, et c’est en nous, profondément en nous; nous ne voulons pas nous souvenir de ces souffrances qui nous habitent, nous les avons camouflées en nous involontairement et cela depuis notre naissance.

Maintenant que nous sommes plus grands, nous cultivons les souffrances des autres et nous laissons pénétrer en nous ces souffrances, et lorsqu’ils rencontrent notre intérieur, il y a un refus en nous qui se réveille : "Je ne veux plus souffrir, j’en ai assez de souffrir"; mais parce que nous ne sommes pas pauvres, à l’intérieur de nous, il y a des sentiments cachés qui viennent à la surface et qui rencontrent ces sentiments qui viennent de rentrer, et ça nous fait si mal.

Encore et encore, d’autres sentiments se laissent connaître à notre intérieur.

Parce que nous avons laissé Dieu de côté, parce que nous avons délaissé la prière, parce que nous avons manqué de foi envers la puissance de Dieu, envers l’amour de Dieu, envers ses grâces, nous souffrons terriblement; nous avons recherché à l’extérieur de nous des consolations, mais humaines, venant de la volonté humaine.

Toute consolation venant de l’être humain ne porte aucune grâce; cela ne fait qu’embrouiller notre être, cela nous fait éloigner de l’amour de Dieu, cela nous met dans des conditions si douloureuses que ça sort de nous : sans nous en rendre compte, nous attaquons nos frères et nos sœurs : nos petits enfants en souffrent.

Nos propres enfants souffrent de ce que nous sommes parce qu’aujourd’hui nous sommes devenus des incroyants envers Dieu, envers la puissance de Dieu.

Une grande apostasie règne sur toute la surface de la terre.

Dieu dit : «Si je vous démontrais votre foi envers la puissance de l’Amour, peu, très peu verraient une foi d’amour; cela à quasiment disparu»; il s’agit de nous : voilà la grande apostasie.

Nous avons cru depuis plusieurs années que l’apostasie venait d’un manque de foi envers la religion, mais cela était de notre volonté humaine; nous avons regardé cela avec notre volonté humaine.

La grande apostasie : n’est-ce pas un manque de foi envers Dieu? L’Église manque de foi envers Dieu, les priants manquent de foi envers Dieu.

Tout autour de nous il y a une blessure, cette blessure nous habite, cette blessure nous pouvons la voir, nous pouvons l’entendre, car elle est en nous : nous sommes les enfants qui ont perdu la foi envers l’amour de Dieu, envers la puissance de Dieu, envers sa Présence continuelle en nous.

Jésus nous habite, Jésus est en nous; continuellement il fait partie de notre vie et nous avançons sans penser qu’il est tout pour nous, qu’il peut tout régler : nos manques d’amour, nos manques de foi; il peut soigner nos peurs, nos doutes, il peut faire de nous des êtres qui aident leur prochain.

Nous regardons l’Église aujourd’hui et nous constatons le manque de foi dans nos Églises : comment se fait-il que nous ne nous tournons pas vers la Puissance, qui est Jésus, qui nous habite?

Si nous avons tellement la foi, alors dites-moi pourquoi nous regardons l’Église avec la  peur, le désappointement, la tristesse? N’est-ce pas parce que c’est nous-mêmes que cela habite? Nous sommes tristes.

Si nous voyons la tristesse à l’extérieur de nous, c’est parce que la tristesse nous habite; si nous regardons nos prêtres qui manquent de foi, c’est parce que le manque de foi nous habite; si nous regardons ce que nous sommes devenus, nous, sacerdoce royal, comme étant des enfants de peu de foi envers les sacrements : c’est parce que cela nous habite.

Nous doutons du sacrement de pénitence, nous allons à la confession mais nous doutons de la puissance du sacrement : c’est parce que cela nous habite.

Nous allons communier, nous recevons Jésus, l’Enfant de Dieu, l’Être parfait, la Pureté, le Roi des rois, le divin Prêtre et nous, nous n’en prenons pas conscience : c’est parce que nous-mêmes nous ne prenons pas conscience de qui nous sommes, qui est en nous, et ce que nous sommes devenus par la puissance de la communion.

Jésus laisse couler en nous son Précieux Sang, nous mangeons la chair de Jésus; alors nous sommes la chair de Jésus parce que nous devenons ce que nous mangeons, alors nous n’y croyons pas, nous ne croyons pas en nous-mêmes.

Tout cela, c’est à cause de notre volonté humaine; Satan nous a trichés, trompés, divisés, manipulés.

La honte est sur nous.

Dieu dit : «Job, lui, connaissait son Dieu; Dieu l’a mis à l’épreuve, il lui a tout enlevé; Job a regardé ce qu’il était devenu, il a regardé la honte de ce qu’il était face à son Dieu d’amour; il n’a pas jugé son Dieu d’amour parce qu’il savait que son Dieu d’amour était au-dessus de lui; il n’a pas jugé le geste de Dieu parce qu’il savait que ce geste était juste, amour envers lui ».

Job a retourné son regard vers lui-même, vers son intérieur, il a porté nos êtres et il a mis la honte sur lui; il s’est enveloppé de la poussière de ce qu’il était : volonté humaine, volonté qui est devant le mal; il est demeuré devant les êtres humains comme un être inférieur à Dieu.

Il a accepté de se montrer pécheur devant tous ses frères et ses sœurs afin de leur montrer que Dieu était au-dessus de lui.

Job était pour nous un témoin de ce que nous sommes maintenant.

Nous ne sommes même pas dignes de prononcer le nom de Job parce que lui était pur, lui s’est gardé devant la face de Dieu comme un tout petit enfant venant de Lui comme un être d’amour : ce geste nous devons le reconnaître, il est nous.

En ce moment même, Dieu nous fait voir combien il nous aime; en ce moment même, Dieu nous montre ce que nous sommes devenus à cause de notre volonté humaine.

Oui, Dieu va nous enlever tout.

Il veut nous enlever ce que nous sommes devenus; il va arracher de nous le mal, il va purifier la chair tout comme il l’a fait, comme (à) l’exemple (de) Job.

Job a tout reçu de Dieu : il a reçu l’amour; il a reçu la famille; il a reçu la richesse, l’abondance; il a reçu la noblesse qui est d’être un bon citoyen, d’être un bon voisin, d’être un homme honnête : il avait tout cela Job et Dieu le mit à l’épreuve pour nous.

Dieu va faire de même avec nous-mêmes : nous sommes des êtres d’amour tout comme Job; nous avons accumulé dans notre vie richesse, famille, réputation; nous avons même reçu le droit de nous appeler : sacerdoce royal, peuple choisi, nation sainte; nous avons tout reçu cela de Dieu, mais Dieu va nous mettre à l’épreuve.

Il va faire en sorte de nous montrer ce que nous sommes devenus, et Dieu va nous remettre toute richesse, tout l’amour; nous allons être appelés les enfants de la Divine Volonté, les élus de Dieu : Dieu va nous purifier.

Job n’a pas eu besoin, lui, d’être purifié, mais il a consenti à l’être pour nous parce que Dieu connaissait son oui d’amour; il connaissait sa fidélité envers la Volonté de Dieu et Dieu a fait pour lui de grandes choses.

Dieu va nous faire passer par des mouvements de purification; oui, nous allons accepter de nous reconnaître pécheurs, indignes de l’amour de Dieu : oui, nous devons consentir de nous laisser envelopper de la poussière de ce que nous sommes devenus.

Dieu veut faire cela avec nous afin que nous puissions nous regarder tels que nous sommes; Dieu veut mettre devant nous notre passé et c’est dans le présent que nous nous regardons pour accepter cette purification.

Elle est pour nous délivrance, purifiante; ce sont des grâces que nous recevons, ce sont des guérisons que nous recevons et cela se fait comme Dieu le veut, pas comme nous nous le voulons; Dieu nous donne des grâces pour les accepter à la vitesse que (cela) doit être aussi.

Beaucoup d’entre nous voudraient bien que cela aille vite.

Celui qui dit cela, c’est parce qu’il ne se regarde pas, parce que s’il se regardait, il se dirait être dans sa volonté, il verrait sa faiblesse qui a fait de lui un être imparfait devant la Volonté de Dieu, car la Volonté de Dieu est de se préparer et d’avancer avec les autres, pas lui tout seul.

Nous n’avancerons pas, dans la purification, seuls; nous allons avancer avec tous nos frères et nos sœurs du monde entier; nous sommes enfants de Dieu et c’est en peuple choisi que nous avancerons vers la Terre Promise.

Nous sommes le peuple qui a été greffé à l’Arbre de la Vie.

Le peuple de Dieu, le peuple d’Israël sera le peuple qui entrera le premier dans la Terre Promise, pas nous; mais à nous d’en être dignes afin d’aider l’œuvre de Dieu; ce n’est pas notre œuvre, c’est l’œuvre de Dieu; Dieu choisit chaque enfant afin qu’il puisse aider les autres.

C’est Jésus lui-même qui a choisi ses apôtres parce que Dieu le Père le voulait; nous avons tous été choisis pour entendre ces paroles lors des rencontres parce que Dieu le Père le voulait.

Ces enseignements sont de la Divine Volonté et non pas de notre volonté; chaque mot vient de la puissance du Saint-Esprit et non pas de la volonté humaine, car rien de ce que nous sommes ne peut être pour nous des grâces.

Voilà ce que Dieu, dans un premier temps, voulait nous faire entendre.

Tout doit être fait par Jésus, avec Jésus et en Jésus pour la plus grande Gloire de Dieu le Père.

Merci.

 

(deuxième temps)

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Dieu tout-puissant introduit en nous des grâces d’abandon afin que nous puissions comprendre notre place dans cette universalité; tout a été conçu pour la plus grande Gloire de Dieu le Père.

L’Église est nous, nous sommes membres de l’Église de Jésus : Jésus est venu sur la terre pour prendre tous les choisis de Dieu et les amener là où Dieu le Père voulait qu’ils soient.

Dieu le Père a glorifié son Fils et le Fils va nous glorifier.

Nous serons tous en nous et nous verrons la Gloire du Fils et la Gloire du Fils fera notre gloire; nous participerons à la Gloire du Fils; rien ne se fera de nous-mêmes puisque le Fils a été glorifié par le Père : nous, nous serons glorifiés par le Fils.

Chacun de nous sommes dans un mouvement d’amour; nous nous laissons transformer par cette grâce : l’Église de Dieu est vivante, elle est agissante, elle est et elle sera éternelle; en nous est Jésus, en nous est l’Église : l’Église sera divine parce que nous, nous ferons partie de l’Église divine sur la terre.

Jésus est en nous et nous serons morts en Jésus : Jésus est le Fils de Dieu et nous serons morts en le Fils de Dieu.

Nous verrons des mouvements d’amour que nous ne pouvons comprendre en ce moment à cause de notre volonté humaine.

Nous serons tous unis les uns les autres dans une harmonie d’amour; tous nous apprendrons que Dieu le Père est notre Père par le Fils lorsque nous serons dans notre purification.

Nous connaissons que Dieu le Père est notre Père mais nous, nous ne pouvons pas en comprendre la grandeur, notre imperfection a arrêté ce mouvement d’amour.

Adam était en contact avec Dieu le Père, il devait connaître la grandeur de Dieu le Père, mais parce qu’il n’a pas passé l’épreuve de l’amour, il n’a pu connaître Dieu le Père dans toute son essence d’amour.

Nous qui sommes de lui, nous qui allons donner notre oui sans cesse, nous qui allons être totalement purifiés en notre chair, nous connaîtrons ce qu’Adam aurait du connaître; mais avant que cela soit, il faut que chacun de nous se laisse purifier.

 

Le Saint-Esprit : Je suis l’Esprit d’amour, Je suis Celui qui est; je vous enveloppe de ma puissance afin que vous puissiez comprendre la grandeur de ce que vous vivez en ce moment.

Rien en ce monde ne peut vous faire voir et entendre ce que, en ce moment, vous voyez et entendez; c’est l’Esprit de Dieu qui vous enveloppe, qui vous fait abandon.

Vous ne résistez pas aux grâces, vous croyez parce que l’Esprit de Dieu est sur vous; rien de vous n’est : vous ne pouvez être témoins de l’amour de Dieu que si Dieu lui-même vous témoigne de son amour.

La Parole se fait entendre à vous parce que vous consentez à ce que la Parole vous nourrisse; vous vous abandonnez dans ce que vous êtes, vous, des êtres d’amour faits pour vivre et être nourris de l’Esprit de Dieu.

Une vague d’amour se laisse voir à vous, elle vous enveloppe pour vous faire avancer : vous ne pouvez plus reculer.

Dieu a pris en vous votre oui et il vous l’a fait réaliser.

À l’instant où vous avez prononcé votre oui, un mouvement d’amour s’est fait connaître en vous, une soif de savoir s’est fait connaître de vous-mêmes.

Vous qui étiez si ignorants de ce qui vient, vous qui étiez choisis pour vivre dans la Terre Promise, vous vous êtes laissés envelopper par la puissance de Dieu et l’Esprit de Dieu vous a fait avancer : rien n’est venu de vous, tout est venu de Dieu parce que Dieu l’a voulu.

Ce temps est notre temps, il n’est pas de vous de savoir, mais de vous accomplir; vous êtes présents parce que vous acceptez de vivre cet instant d’amour.

À chaque battement de votre cœur, Dieu vous fait comprendre votre place en l’Église; l’Église est vivante, l’Église est agissante, elle vous fait avancer vers la lumière; vous êtes en train, mes enfants, de devenir lumière.

L’Église de Dieu brillera d’elle-même, vous serez des êtres de lumière; vous témoignerez de ce que Dieu a fait pour vous, car vous serez des témoins vivants de l’agir de Dieu; chacun de vous regarderez votre prochain et chacun de vous verra l’agir de Dieu; vous serez témoins de ce que Dieu a fait pour vous, tout sera fait comme Dieu le veut parce que Dieu est Dieu.

Un mouvement d’amour se fait voir et un mouvement d’amour accomplit pour vous ce que vous voyez : rien ne vient de vous.

Ce que vous vivez en ce moment même est le début de ce que vous allez être : (un) être parfait à la ressemblance du Fils de Dieu, (un) être donné pour rendre à Dieu ce qui est à Dieu, un être d’abandon pour recevoir l’abondance de Dieu, un être fait de mouvements d’amour pour vivre dans la vie éternelle.

Ces mouvements viennent de la vie éternelle, car Jésus est la Vie éternelle : celui qui meurt en Jésus vit pour l’éternité.

Tout ce que vous êtes en ce moment est en purification; tout ce qui a fait de vous des êtres imparfaits sortira de vous; toute chair sera purifiée de l’intérieur, car c’est de l’intérieur qu’est la vie; c’est de l’intérieur que le Fils de Dieu se laissera voir.

La Lumière est Jésus et vous, vous serez dans cette lumière; rien de ce qui est de vous à l’extérieur ne sera dans cette participation, car Dieu ne veut pas que vous preniez des décisions.

Vos paroles ne se feront pas connaître à vous-mêmes; vos gestes ne se feront pas de vous-mêmes; vos sentiments ne seront pas, car ce qui est extérieur ne pourra participer à votre purification : tout sera intérieur.

Vous verrez votre vie, vous ressentirez l’amour de Dieu, car l’amour de Dieu se fera connaître à vous-mêmes : tout de vous sera dans l’amour de Dieu.

Vous connaîtrez la justice d’amour de Dieu; vous ne pourrez faire autrement que de regarder, tout vous sera connu : toute conséquence sera devant vous; vous serez aussi devant tout ce que vous avez dit aux autres, et vous ressentirez à l’intérieur de vous les conséquences des paroles que vous avez dites à votre prochain, comme si votre prochain était devant vous, car je suis la Présence, je suis l’Esprit d’amour, l’Esprit d’amour a ce pouvoir : rien ne viendra de vous-mêmes; vous ne pourrez cacher à votre intérieur la honte.

Enfants d’amour, je vous dis ces paroles pour vous protéger de vous-mêmes.

Vous qui entendez, vous qui par la puissance de Dieu acceptez tout cela, vous recevez en ce moment même des grâces parce que Dieu veut purifier vos paroles, veut purifier votre chair, veut purifier par la puissance des grâces les conséquences que vous avez faites.

Votre prochain sera dans ces grâces parce que vous acceptez votre purification : Dieu veut aider votre être à se laisser purifier; Dieu veut faire en sorte que votre prochain, qui a souffert à cause de vous, reçoive des grâces.

Tout est un mouvement d’amour, car l’Esprit de Dieu est sur vous; aucun humain ne peut percevoir la puissance de la Divine Volonté; même si vous essayez, vous ne pourriez en saisir toute la valeur, car la valeur n’existe qu’en Dieu : une valeur pure, exempte de tout mouvement fait de la volonté humaine.

Dieu est Dieu et vous, vous n’êtes pas Dieu, mais Dieu vous prend par sa puissance et vous fait mouvement d’amour pour vous-mêmes et pour ceux que vous portez en vous.

L’Église de Dieu est en vous, vous faites partie de l’Église de Dieu, vous êtes membres de l’Église de Dieu, vous êtes vivants, vous êtes le sacerdoce royal, et tous ceux qui sont en vous sont sous ce mouvement d’amour, car chacun de vous avez été choisi pour que vous puissiez aider votre prochain.

Lorsque l’Esprit de Dieu vous a couverts, tout a commencé.

Vous ne pouvez arrêter ce mouvement qui a commencé; il s’arrêtera lorsque la purification sera totale, et totalement vous serez purs en vous et votre chair sera pure en vous, et lorsque vous sortirez pour regarder à l’extérieur de vous, vous regarderez avec les yeux de Dieu, vous agirez avec la puissance de Dieu : tout de vous sera comme Dieu le veut.

Rien ne vous atteindra, tout de ce qui est impur ne pourra plus jamais entrer en vous, car le mal n’existera plus en vous; vous serez des êtres de lumière, des êtres d’amour, vous serez l’Église vivante, vous serez un monde nouveau : oui, je fais un monde nouveau avec vous.

En ce moment même mes grâces vous sont données; vous avancez là où vous ne croyiez pas être capables d’avancer; c’est dans la paix et dans la joie que cela se fait à un certain niveau, parce que vous êtes trop petits encore pour comprendre ce qui se passe; vous pouvez en connaître les nuances, mais à Dieu seul de vous faire connaître ce qui est pour vous.

La fragilité de votre être est encore trop grande.

Mes enfants, soyez dans la Lumière, recherchez l’Esprit de Dieu, entrez en vous, et l’Esprit de Dieu va vous aider à renoncer à l’esprit du monde, car l’esprit du monde n’est plus pour vous.

Vous êtes dans un (compte à) rebours, mes enfants, le décompte est commencé pour vous; bientôt vous ne serez plus de ce monde, bientôt votre purification sera si avancée que tout vous apparaîtra d’une telle simplicité.

Dieu vous fait connaître ce que vous vivez; l’Esprit d’amour est sur vous, et vous, vous acceptez cela parce que Dieu fait pour vous ce mouvement, rien ne vient de vous-mêmes.

Ces paroles sont vivantes et agissantes, elles vous rendent tout petits en vous parce que celui qui recherche l’abandon se trouve petit devant la grandeur de Dieu; il trouve qu’il est trop indigne de ce qui s’en vient, il recherche l’humilité, il ne veut pas se donner un pouvoir, car il a compris que seul Dieu fera de lui un être parfait, un être comme Dieu le veut.

À Dieu de vous faire entendre, à Dieu de vous faire comprendre.

Cet instrument d’amour se laisse envelopper de l’Esprit de Dieu; sa volonté est entre les mains de Dieu tout comme je vous veux abandonnés entre les mains de Dieu afin que vous soyez dans cet esprit qui est l’amour.

Vous ne faites qu’un en Dieu, il n’y a pas de choisi qui sera au-dessus des autres, tous vous serez égaux car Dieu le veut ainsi : à celui qui comprend, qu’il soit; à celui qui voit, qu’il soit.

Parce que Dieu appelle tous les enfants à travailler pour l’amour, celui qui vient et ceux qui viendront auront le même salaire : tous recevront l’amour, tous seront appelés enfants de la Divine Volonté.

Plus jamais il n’y aura de la volonté humaine dans les élus de Dieu, car Dieu ne veut plus de mal sur la terre; vous n’aurez plus contact avec le mal, car Dieu le veut ainsi afin de vous protéger les uns et les autres.

Dieu séparera le bon grain du mauvais grain : Dieu récompensera ceux qui ont été de bons grains et Dieu brûlera la mauvaise semence, car rien d’impur ne poussera plus sur la terre.

Tous ceux qui y viendront seront des êtres purs; ils viendront, en ce monde, en enfants de la Divine Volonté; ils ne connaîtront jamais la volonté humaine : telle est la Volonté de Dieu.

En tout ce que Dieu veut, vous serez : rien d’impur ne sera en ce monde; à tous ceux qui veulent comprendre, qu’ils soient dans la lumière, dans la lumière de Dieu.

Parce que vous écoutez, parce que vous acceptez, parce que vous êtes présents, Dieu vous bénit, Dieu vous accorde des grâces : enseignement d’amour qui ne peut venir que de l’Esprit de Dieu car l’esprit des hommes n’est pas amour, l’esprit des hommes ne peut montrer la lumière, ne peut faire le mouvement qui amène tout enfant à vouloir comprendre.

La foi en Dieu se fait connaître.

La foi est de Dieu, elle n’est pas des hommes; voilà pourquoi Dieu se fait lui-même Présence, afin que vous soyez témoins de ce que Dieu veut pour vous; vous serez appelés témoins de la foi, car vous aurez entendu la Parole qui enseigne, la Parole qui fait voir et entendre : c’est dans cette humilité que Dieu vous fait connaître sa Volonté.

À (celui) qui garde une once d’orgueil en lui, qu’il soit, pour lui, un témoin de ce que Dieu a dit, car lui-même se verra devant son orgueil et il se souviendra que Dieu a parlé.

Ce n’est pas seulement pour vous que ces paroles se font entendre, mais pour ceux qui sont en vous : Dieu parle à son Église, Dieu parle aux êtres d’amour qui vivent parmi un monde trompeur, un monde imaginaire, un monde faux.

Parce que Dieu veut attirer tous ses enfants, il se sert de vous : vous serez donc, vous aussi, un instrument d’amour entre l’Esprit de Dieu afin que tous entendent la Parole, afin que tous soient devant la Lumière.

Comme vous êtes les choisis, Dieu vous donne des grâces de foi et de lumière, d’humilité, d’abandon. Commencez à vous donner de l’amour en disant : “Me voici”, car Dieu ne forcera pas aucun de vous : Dieu est Amour, et l’Amour est libre, l’Amour ne force pas.

En tout ce que vous êtes en ce moment, vous devez vous-mêmes choisir.

Dieu connaît votre choix, il connaît votre désir d’être vivants, d’être amour; il sait combien vous êtes petits d’apprendre ce qui vient.

Ayez honte de ce que vous êtes à l’extérieur de vous, mais pas à l’intérieur de vous; l’extérieur peut se laisser atteindre, mais l’intérieur vous appartient; personne ne peut être maître de votre vie, car Dieu vous a donné la vie, et Dieu est le Maître de votre vie, le seul Maître de votre vie, et Dieu respecte qui vous êtes : soyez donc vivants, soyez donc vrais devant le choix de Dieu.

Comme ce jour est béni!

Comme ce jour sera pour vous présent lorsque vous vous verrez en vous, je vous montrerai ce que vous avez vécu à l’instant même; je montrerai à votre intérieur l’agir de Dieu, ce que Dieu fait en ce moment avec vous en vous : vous en serez témoins.

Vous n’oublierez pas l’amour, mais Dieu effacera en vous tout ce qui a été contre vous, car vous ne vous souviendrez plus du mal, vous ne vous souviendrez plus de rien qui a été contre l’amour.

Les paroles de Dieu ne s’effaceront point, seules vos paroles disparaîtront, seules vos pensées disparaîtront, vos oeuvres disparaîtront : tout ce qui a été de la volonté humaine disparaîtra; mais Dieu ne disparaîtra pas, donc ses paroles ne disparaîtront pas; son agir ne disparaîtra jamais, car vous vous réjouirez éternellement de ce que Dieu a fait pour vous : des êtres d’amour; une grande joie se fera connaître en vous au moment où vous verrez la Gloire de Dieu le Fils : tout ce qui est en ce moment de souffrance disparaîtra.

Votre transformation, mes enfants, est commencée; certains d’entre vous seront totalement purifiés lorsqu’ils verront le Fils de Dieu glorifié, et tout leur être sera dans la joie parce qu’ils verront ce que je fais en ce moment pour eux et pour ceux qu’ils portent : le nombre de ceux qui sont présents en ce moment est presque total.

À vous de comprendre, mes enfants; à vous de saisir l’Amour et d’y croire.

Votre foi, mes enfants, votre abandon, vivez-les; soyez en l’Esprit de Dieu; quittez l’esprit des hommes en donnant à Dieu votre vie, en donnant à Dieu la vie de ceux que vous portez en vous, car il est très important, mes enfants, que vous vous donniez pour ceux que vous aimez, car le Fils de Dieu est venu sur la terre pour se donner; il a donné sa Vie pour ceux qu’il aime.

Il a aimé le monde sans condition, alors aimez ceux que vous portez en vous sans condition, aimez ceux avec qui vous vivez sans condition, aimez-les comme moi je les aime.

Profitez de cet instant pour accueillir mes grâces, cela va vous aider, mes enfants.

Comme Dieu vous aime! Comme vous êtes à moi, à moi l’Esprit, à moi l’Amour, car je suis!

 

La Fille du Oui à Jésus en le Saint-Esprit : Chacun de nous devons rendre grâce à l’Esprit de Dieu pour ce que nous venons d’entendre en demeurant ce que nous sommes : des êtres indignes d’avoir entendu le Saint-Esprit, mais dignes par le Précieux Sang de Jésus.

Merci.